AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Halloween Festival
Trois intrigues et un tas d'activités.
Afin d'en savoir plus sur le festival, rendez-vous .
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça rapporte des points et surtout ça aide le forum!

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 life is a bitch | with ginger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 206
faceclaim : milo ventimiglia - shiya
multinick : lisbeth la douce et savannah la sauvage

MessageSujet: life is a bitch | with ginger   Mar 10 Oct - 6:30

life is a bitch
cameron&ginger


Cameron avait parfois l’impression que sa vie l’accaparait tellement qu’il n’avait plus le temps de voir les personnes qui comptaient le plus pour lui. Que ça soit ses meilleurs amis ou encore sa sœur, sa vie ne tournait actuellement qu’autour de son boulot, puisque c’était la seule chose qui ne l’avait pas encore déçu jusque-là. C’était étrange, sa vie tournait un peu au ralenti, comme un mauvais film duquel il ne pouvait pas se tirer. Il avait beau faire tous les efforts du monde, rien à faire, il continuait à voir sa vie défiler devant ses yeux sans pouvoir l’arrêter. Il fallait qu’il reprenne le contrôle des événements, mais comment ?
Il y avait bien sûr des petites choses qu’il pouvait faire, et il était bien décidé à s’en occuper dès aujourd’hui. La première étape avait été d’envoyer un texto à sa petite sœur ce matin, pour l’inviter à aller manger un bout non loin du campus. Ils ne s’étaient plus vus depuis plus d’une semaine, et Cameron n’avait toujours pas eu le courage de lui avouer que son mariage avait volé en éclats. Cela faisait maintenant plusieurs semaines qu’il avait appris pour Alyssa et son coéquipier, mais il savait que Ginger ne portait pas sa femme dans son cœur, et il ne voulait pas envenimer la situation.
Surtout qu’il ne savait pas encore quoi faire avec les papiers du divorce, la tromperie de sa femme et tous ces événements survenus un peu trop vite.

Une fois son texto envoyé, il se prépara, sauta dans la douche, enfila un jeans et un t-shirt noir assez sobre, puis avala une tasse de café et un croissant et prit ses clés de voiture pour rejoindre le campus. Donner cours, être professeur, c’était l’une de ses grandes fiertés, il aimait profondément son travail. Mais il lui prenait certainement un peu trop de temps, il en avait conscience. La matinée passa relativement vite, entre ses cours et ses corrections, il avait largement de quoi faire. C’est donc rapidement qu’il vit arriver l’heure du déjeuner. Ravi de rejoindre sa sœur, il ferma la porte de son bureau et sortit du campus pour rejoindre un petit restaurant de sushis qui avait son succès, surtout pour lui, amateur du genre.
Lorsqu’il aperçut sa sœur, un sourire se dessina sur son visage et il lui fit un signe de la main avant de s’approcher pour la prendre dans ses bras.

Salut soeurette. Comment tu vas ?

Quand il voyait Ginger, Cameron revivait. Ils avaient toujours été très proches, alors il aimait passer du temps avec elle quand il en avait l’occasion.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 08/10/2017
déclarations envoyées : 683
pseudo (prénom) : sossou
faceclaim : la belle emmy rossum
multinick : -

MessageSujet: Re: life is a bitch | with ginger   Mar 10 Oct - 20:07


Brother & Sister

 







Voilà deux jours de suite que j'étais de nuit dans le service des urgences de l'hôpital. Je prenais à vingt et une heure le soir et je repartais le lendemain matin à six heure. J'étais infirmière mais je n'avais pas vraiment de poste fixe. On m'envoyait là où il y avait besoin, je ne refusais jamais puisque mon métier passait avant tout et que l'adrénaline fournit par ce boulot me faisait me sentir bien. Cependant, dans ce service là, les nuits sont rarement calmes et malheureusement pour nous, l'effectif n'est jamais très nombreux. Il faut donc ausculter les personnes, faire les premiers soins, leur envoyé un médecin ou directement les amener au bloc, accueillir les autres patients et les renvoyer chez eux tout en s'assurant que les prescriptions sont adaptés à la personne. On y croise tout type de gens : ceux qui "souffrent" depuis des jours mais qui décide de ne venir que maintenant et qui ne tolère pas la moindre attente, les habitués qui savent qu'ils trouveront de quoi passé la nuit au chaud en venant ici, ceux chez qui la nuit les angoisse et dont seule la présence d'une tierce personne les rassure et bien sûr, les cas plus graves. Tout doit se faire rapidement, il faut être réactive, connaître ses techniques de soins sur le bout des doigts et surtout, il faut aimer les gens et savoir les écouter. En dehors de mon travail, je ne suis pas la même. Je suis plutôt réservé et je n'ai pas tant d'amis ce qui ne fait pas de moi la personne la plus sociable.

Il était presque six heure, la nuit avait été plutôt tranquille ou en tout cas, il n'y avait rien eu d'insurmontables. Quelques cas classiques tel qu'une crise d'asthme, un malaise dû à une surconsommation d'alcool en soirée, une cystite.. mais le plus insupportable dans tout ça était surement le caractère des gens impatients. Mais j'avais pris sur moi comme toujours en essayant de rendre leur passage aux urgences le plus agréable possible. En partant faire les transmissions, je pris le temps de lire le message de mon frère qui me proposait de venir déjeuner avec lui à midi. J'eu tout juste le temps de lui répondre positivement que j'entendis l'un de mes collègues ambulancier crier mon nom. On a besoin d'aide ici ! Lança-t-il assez fort de manière à ce que je les rejoigne. Deux d'entre eux déplacèrent le jeune homme sur le lit des urgences tandis que d'autres brancardiers arrivaient avec deux autres cas. Accident de voiture, face à face. Déclara-t-il avant de me donner les détails de l'état de santé de l'homme que j'avais sous les yeux. Il était couvert de sang et d'après ce que me disait mon collègue, celui-ci n'était pas attaché. Outch, le pauvre n'arrêtait pas de gémir. Je fis les premiers soins, les premiers bilans avant d'appeler l'interne de service qui le prit en charge. Mes collègues IDE qui prenaient le relais n'étaient pas encore arrivés et j'étais seule pour ces trois personnes. Je passais ensuite au second, passant en priorité la personne qui semblait être le plus mal en point. L'ambulancier me désigna un petit garçon qui semblait tout bonnement chamboulé et apeuré par la situation. Il pleurait et ne comprenait pas vraiment ce qu'il se passait actuellement. Hey petit bonhomme.. Lançai-je en souriant. Je m'appelle Ginger et toi tu t'appelles comment ? Lui demandai-je en sachant très bien son prénom : Mattew. Je voulais simplement le mettre en confiance. Oh c'est jolie ça comme prénom Mattew... Dis moi Mattew est-ce que tu as mal quelque part ? Lui demandai-je ensuite afin d'établir un premier contact. Il n'avait que quelques égratignures contrairement à la troisième personne qui elle, semblait avoir succomber à ses blessures dans l'ambulance. Le petit garçon me désigna sa tête, s'arrêtant de pleurer au fur et à mesure. Tu veux bien me laisser regarder ? Le questionnai-je à nouveau avant de commencer l'auscultation. Ce dernier fut rapidement pris en charge par l'interne en service de pédiatrie et je pu partir en salle de transmission, complètement épuisée. Je finissais à six heures mais avec cet imprévu nous n'étions pas loin des sept heures. Il fallait encore que je fasse mes transmissions et que je rentre chez moi me reposer un peu avant de rejoindre mon frère au campus.

Je fus dans mon lit aux alentour de huit heures. J'avais quatre petites heures pour me reposer un peu, seulement je fus incapable de fermer les yeux avant neuf heures. A onze heures trente mon réveil sonna. Il était temps pour moi de me lever et de me préparer à rejoindre mon aîné. Je pris une petite douche rapidement et enfila une tenue confortable sans prendre le temps de me maquiller ni même de me coiffer. J'aurais très bien pu annuler mon déjeuner avec Cameron mais cela faisait bien trop longtemps que je ne l'avais pas vu. Je ne pouvais pas lui en tenir préjudice étant donné que ce n'était pas de sa faute. Nous avions tous les deux des horaires complètements différentes et il était compliqué pour nous de nous trouver un moment pour nous voir. Afin d'éviter tout risque d'accident, j'avais appelé un taxi. Je ne me sentais pas de conduire et je ne tenais pas à finir dans le même état que mes patients le matin même. Ça m'avait donné deux minutes de plus pour roupiller dans la voiture. C'est en ouvrant la porte du véhicule que j’aperçus ces petits gribouillis sur mon poignée. En réalité, il s'agissait des constantes de mes derniers patients et visiblement, ils avaient résisté à la douche.

Lorsque je vis mon frère au loin, je me mis à sourire. J'étais vraiment contente de le voir et lorsqu'il fut à proximité, je pris de l'élan pour me jeter dans ses bras comme une gamine. Oh oui ça va maintenant, tu m'as manqué ! Lançai-je en le serrant fort contre moi. Et toi ça va ? Repris-je en le relâchant enfin. Qu'est-ce que tu es classe comme ça monsieur le prof ! Le complimentai-je amusé. A côté de lui, je devais avoir l'air d'un sac à ordure.



_________________
So come on fly away with me, to a place where we could be anyone we wanna be, and we can bottle up our fears. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 206
faceclaim : milo ventimiglia - shiya
multinick : lisbeth la douce et savannah la sauvage

MessageSujet: Re: life is a bitch | with ginger   Lun 16 Oct - 18:46

life is a bitch
cameron&ginger


Passer du temps avec sa petite sœur lui faisait le plus grand bien, et il devait avouer qu’elle lui avait beaucoup manqué. Pourtant, il rechignait à lui dire ce qu’il se passait entre lui et sa femme, simplement parce qu’elle ne la portait pas spécialement dans son cœur. Force était de constater qu’elle avait raison, et que lui avait eu tort.
Enfin, sa sœur n’était pas du genre à le juger, elle allait certainement s’inquiéter pour lui, lui dire qu’elle était là pour lui, et il finirait par lui dire que tout allait bien, alors qu’en réalité, tout allait mal. Incroyablement mal.

Ca va très bien oui. Un peu crevé à cause des cours, mais ça va.

Mensonge, il ne mentait pourtant jamais à sa sœur, mais Cameron n’avait pas envie de rentrer dans le vif du sujet tout de suite, il avait besoin de l’entendre parler d’elle d’abord, et puis il finirait par lui dire qu’il avait décidé de se séparer de sa femme, que les choses n’allaient plus aussi bien entre eux, qu’ils avaient besoin de prendre leurs distances. Une manière gentille de lui expliquer la situation, tout en évitant qu’Alyssa ne doive subir la colère de sa petite sœur. Ginger pouvait être dure quand elle le voulait, quand on faisait du mal aux personnes qui comptaient pour elle.
Quand sa petite sœur lui indiqua qu’il était très classe dans son rôle de prof, Cameron sourit et releva le col de sa chemise.

Ouais je sais, le bourreau des cœurs du campus.

Cameron se dirigea vers une table à laquelle il s’installa, juste après avoir tiré la chaise de sa petite sœur. Tous les deux s’installèrent à la table et Cameron fit un rapide signe à une serveuse, qui leur amena des cartes. Le jeune homme adorait cet endroit, il se sentait incroyablement bien ici, et puis c’était un endroit dans lequel il ne risquait pas de croiser sa femme, alors c’était forcément un endroit parfait pour lui en ce moment.

Alors dis-moi, tu as l’air épuisé ! Comment ça va au boulot ?

Sa petite sœur avait l’air bien plus fatigué que lui, ce qui était quelque chose d’incroyable quand on savait que le professeur d’Histoire ne dormait pas des masses depuis que sa femme avait quitté le domicile conjugal. Il passait de longues soirées, voire des parties de nuit allongé sur le divan, à faire ses corrections ou à chercher ce qu’il avait mal fait. Mais chaque fois, c’était le même résultat. Chaque fois, il s’endormait sans savoir…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 08/10/2017
déclarations envoyées : 683
pseudo (prénom) : sossou
faceclaim : la belle emmy rossum
multinick : -

MessageSujet: Re: life is a bitch | with ginger   Mar 24 Oct - 15:08


Brother & Sister

 







J'étais vraiment, vraiment, vraiment heureuse de voir mon frère. Passer plus d'une semaine sans le voir me paraissait interminable. Il était un peu mon meilleur ami, nous étions très complices et on se disait tout... ou presque puisque pour ma part, je m'abstenais pas mal de lui raconter que j'avais des problèmes d'argent. Le connaissant, il me ferait un petit virement sur mon compte et me passerait une soufflante pour que j'arrête mes conneries. Sans compter qu'il passerait son temps à me surveiller et ça, je n'en avais aucune envie. Je n'étais plus une gamine après tout.

Cameron me répondit qu'il allait bien mais qu'il était fatigué dû aux cours. Ca pouvait se comprendre, c'était un sacré boulot de préparer des cours, de corrigé et d'enseigner à des jeunes qui pour un tiers d'entre eux n'étaient là que par défaut. Ils ne voulait pas spécialement se spécialiser dans ce domaine mais ils ne souhaitaient pas non plus quitter le milieu scolaire. Il fallait dire que cette filière n'était pas la plus demandée.

Même s'il semblait un peu fatigué, mon frère n'en restait pas moins classe. Il avait ce beau costard et il affichait son petit sourire jovial. Ouais je sais, le bourreau des cœurs du campus. M'avait-il lancé avant de commencé à marcher en direction d'une table. Je le suivis en riant de bon coeur avant de m'asseoir sur la chaise que mon aîné venait de me tirer. C'est étonnant qu'aucune prof de la fac n'ait essayé de te voler un petit rencart ! En fait, peut-être était-ce le cas, je n'en savais rien en réalité. Je prêchai un peu le faux pour avoir le vrai. J'avais souris amusée avant de prendre la carte que me tendait une serveuse. Je la remerciai rapidement, analysant alors le contenu du menu. Tout avait l'air vraiment appétissant ! Je commençai déjà à saliver en pensant à ce que j'allais manger quand Cameron reprit la parole pour me demander comment se passait mon travail à l'hôpital car j'avais l'air crevée moi aussi. J'allais lui répondre quand l'employé revint à la table pour nous demandé si nous voulions boire quelque chose. J'avais souris, demandant alors une eau gazeuse, pas sûre de tenir le repas éveillée si je prenais une boisson alcoolisée. Lorsqu'elle s'éclipsa à nouveau, je redirigeai mon regard vers mon frère, mes bras croisés sur le bord de la table. Ca se passe bien, la cadre me fait changer de service régulièrement. La plupart des personnes n'aiment pas ça mais je trouve ça cool, ça permet de voir différents trucs et c'est mieux payé. Commençai-je en omettant volontairement de préciser que c'était surtout pour des raisons financière que je continuais comme ça. Mais je mentirais en disant que je n'aimais pas ça non plus. Par contre, j'avoue que c'est plus fatigant. Il faut se réhabituer aux rythme des services à chaque fois mais c'est chouette. Je fis un petit sourire fatigué en hochant la tête comme pour appuyer mes propos. J'ai travaillé cette nuit, j'ai même fait un peu de rabe en fait, j'ai pas eu le temps de dormir beaucoup mais c'était pour la bonne cause ! Terminai-je avant de lui retourner la question. Et toi ça se passe bien ? Ce n'était pas pour rien s'il était fatigué. Soit c'est parce qu'il bossait trop, soit c'est parce qu'il avait des problèmes persos dont je n'étais pas au courant.




_________________
So come on fly away with me, to a place where we could be anyone we wanna be, and we can bottle up our fears. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 206
faceclaim : milo ventimiglia - shiya
multinick : lisbeth la douce et savannah la sauvage

MessageSujet: Re: life is a bitch | with ginger   Mar 24 Oct - 19:48

life is a bitch
cameron&ginger


Prendre des nouvelles de sa sœur faisait beaucoup de bien à Cameron, surtout en ces temps difficiles où il tentait de passer le moins de temps possible chez lui. Le professeur d’Histoire avait besoin de ne pas trop voir les quatre murs de cette maison qu’il avait partagé avec sa femme, dans laquelle il imaginait toutes sortes de choses.
Venir manger quelque chose, boire un verre, se relaxer un petit peu, il n’y avait rien de tel pour se changer les idées. Cameron se doutait qu’il allait devoir aborder le sujet difficile de sa séparation d’avec Alyssa, il espérait simplement que sa petite sœur ne serait pas trop dure avec lui, qu’elle comprendrait qu’il n’avait pas nécessairement envie de rentrer dans les détails de cet événement auquel il ne s’attendait pas. Bien sûr, si elle posait des questions, il ne lui mentirait pas, mais pitié, faites qu’elle n’insiste pas trop et qu’elle ne se montre pas trop dure, ni avec lui, ni avec sa femme, à laquelle il était toujours très attaché. Lorsque la jeune femme lui indiqua que c’était étonnant qu’aucune femme de la faculté n’ait essayé d’avoir un rendez-vous avec lui, Cameron eut un sourire en coin. Depuis quelques semaines, on pouvait dire qu’il se lâchait de ce côté-là.

Et qu’est-ce qui te fait dire que ce n’est pas le cas ?

Il avait dit ça sur le ton de la boutade, se rendant bien compte que ça pouvait porter à confusion, et que ça allait certainement amener tout un tas de questions. Mais tant pis, il était capable d’assumer ce qu’il venait de dire. Rapidement, il s’interrogea sur le travail de sa sœur, et cet air fatigué qu’elle portait sur son visage. Elle avait l’air épuisé, et elle ne pouvait rien faire pour le cacher. Mais quand elle lui expliqua, Cameron comprit mieux pourquoi sa sœur avait cet air.

Tu dois quand même faire attention à toi. L’argent c’est bien mais ça ne sera jamais aussi important que ta santé, tu le sais mieux que personne.

Elle était infirmière après tout, elle savait que la santé était plus importante que n’importe quoi d’autre. Quand elle lui retourna la question, après avoir passé la commande de leurs boissons, Cameron baissa quelques secondes les yeux avant de lui répondre :

Oh oui ça va, beaucoup de boulot aussi. Trois étudiants m’ont choisi pour relire leur mémoire, alors j’y travaille pas mal. Très intéressant, mais très fatiguant aussi.

Il avait décidé d’occulter pendant encore quelques secondes sa situation actuelle, préférant continuer sur le sujet qu’ils venaient d’aborder. Les boissons arrivèrent rapidement et Cameron s’empressa de prendre son verre et de le porter à ses lèvres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 08/10/2017
déclarations envoyées : 683
pseudo (prénom) : sossou
faceclaim : la belle emmy rossum
multinick : -

MessageSujet: Re: life is a bitch | with ginger   Mar 7 Nov - 17:57


Brother & Sister

 







Je venais de faire allusion à sa beau gossitude et de ce fait, à mon étonnement quant à l'absence de demande de rendez-vous intime de la part de d'autres professeurs. Mon frère était plutôt pas mal dans son genre et il avait toujours été plus ou moins convoité avant de se caser avec sa blonde. Ce dernier me répondit alors par une question d'un air amusé. Tout simplement parce que tu m'en aurais parler ! Mais bon, dans tous les cas, tu es bien trop fidèle pour accepter ce genre de chose. Quelle vie ennuyante ! Lançai-je pour plaisanter. Je n'avais jamais trop apprécier Alyssa mais après tout je ne vivais pas avec eux et Cameron faisait bien ce qu'il voulait de ce côté-là, tant qu'il était heureux..

Puis ce fut à mon tour d'être questionné. Je baillai à m'en décrocher la mâchoire toutes les dix minutes et je peinais à me tenir correctement. J'avais même l'impression de sentir mes cernes grossir un peu plus à chaque instant, mes yeux devenaient lourds et j'avais très envie de dormir mais Cameron passait avant. Je n'allais certainement pas abrégé mon déjeuner pour ça. Je lui avais alors raconté mes changements de postes et d'horaires ce qui sembla éclairer sa lanterne quant à ma fatigue actuelle. Tu dois quand même faire attention à toi. L’argent c’est bien mais ça ne sera jamais aussi important que ta santé, tu le sais mieux que personne. J'avais penché la tête sur le côté en souriant, il recommençait avec ses sermons paternel. Oui papa ! Avais-je répondu avant de rire un peu. Je repris rapidement contenance pour passer commande auprès de la serveuse. Elle revint rapidement accompagné de nos verres visiblement assez pressé qu'on en finisse alors que nous n'avions pas encore commencé. J'avais couru toute la nuit alors je comptais bien prendre mon temps pour manger. Lorsqu'elle s'en alla, je repris la parole pour demander à mon aîné comment se passait le boulot également. Trois étudiants m’ont choisi pour relire leur mémoire, alors j’y travaille pas mal. Très intéressant, mais très fatiguant aussi. M'avait-il répondu alors que j'aspirais mon eau gazeuse à l'aide de ma paille et que j'hochais la tête dans un même temps pour lui faire comprendre que je l'avais écouté. C'est cool ça, c'est qu'ils te font confiance ! Tu dois être un bon prof. Ils doivent le rendre quand ? Tu as sûrement un peu de temps devant toi. Tu devrais te reposer, t'as l'air crevé toi aussi. J'avais souris en le regardant un instant avant de regarder à mon nouveau le menu. Je voyais la serveuse au loin entrain de nous observer, au moindre geste, elle rappliquerait immédiatement.




_________________
So come on fly away with me, to a place where we could be anyone we wanna be, and we can bottle up our fears. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 206
faceclaim : milo ventimiglia - shiya
multinick : lisbeth la douce et savannah la sauvage

MessageSujet: Re: life is a bitch | with ginger   Sam 11 Nov - 21:21

life is a bitch
cameron&ginger


Sa sœur ne connaissait encore rien de sa situation et c’était tant mieux, car elle ne se gênerait pas pour lui dire qu’elle avait toujours eu raison, que sa femme ne le méritait pas et qu’il serait bien mieux sans elle. Il allait enfin pouvoir vagabonder, passer d’une fille à une autre sans se poser de questions mais la vérité, c’est qu’il ne voulait pas de ce genre de vie. Cameron avait toujours eu envie d’une vie rangée, loin du brouhaha de la vie de citadin un peu volage. Non, lui il avait envie d’une vie calme, loin du remue-ménage que pouvaient provoquer les disputes de couple. L’avantage chez les Langford, c’est qu’il n’y avait même pas eu de dispute de couple. Elle était partie, voilà tout. Quand Ginger lui dit qu’il avait une vie ennuyeuse, il ne put s’empêcher de sourire et de lui répondre :

Tu dis ça parce que tu es jeune. C’est rassurant tu sais de se sentir bien auprès de quelqu’un, de ne pas avoir besoin d’aller voir ailleurs.

Des mots qui lui firent mal au plus profond de son être, mais il ne comptait pas le faire voir à sa petite sœur. Il avait besoin qu’elle croie au grand amour, au fait qu’un jour, elle rencontrerait l’homme de sa vie, ou du moins il l’espérait pour elle. Quand elle commença à lui parler de son métier et du boulot qu’elle avait, Cameron ne put s’empêcher de froncer les sourcils. Franchement, il trouvait qu’elle travaillait vraiment beaucoup, mais il ne pouvait pas la blâmer quand on savait que lui aussi passait un bon paquet d’heures sur le campus, à travailler comme un forcené. Mais sa femme venait de partir alors avait-il vraiment beaucoup d’autres choix ?

C’est ça, moque-toi de moi. Mais tu sais que je dis ça pour ton bien.

Et alors qu’ils finissaient de parler du boulot de la jeune femme, elle en vint à l’interroger sur son propre travail. Cameron ne mentait pas en disant qu’il avait été choisi par des étudiants pour relire leur mémoire, et il trouvait cela extrêmement enrichissant. Cependant, ça lui prenait un temps de dingue, et en bonne petite sœur, Ginger lui sourit et lui dit qu’il fallait qu’il ralentisse un peu.

Oh, ils ont encore cinq mois devant eux, alors oui on a le temps. Mais je préfère faire les corrections de manière régulière, pour éviter d’avoir un truc de trois cents pages à corriger en une fois.

Il but lui aussi une longue gorgée de son verre, avant de reporter son attention sur sa petite sœur et d’ajouter :

Mais t’as raison, je suis épuisé.

Cameron prit quelques secondes pour s’intéresser à la carte du restaurant, mais il était évident qu’il allait prendre l’assortiment de sushis maison, un plat qu’il prenait régulièrement et qui lui plaisait toujours de la même façon.

Tu sais déjà ce que tu vas choisir ?

Un bon repas lui ferait le plus grand bien, lui qui avait pour habitude de manger n’importe quoi ces derniers temps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 08/10/2017
déclarations envoyées : 683
pseudo (prénom) : sossou
faceclaim : la belle emmy rossum
multinick : -

MessageSujet: Re: life is a bitch | with ginger   Dim 12 Nov - 20:32


Brother & Sister

 







Bien sûr que je croyais en l'amour, mes parents étant mon premier exemple. Ils avaient tout ce que je désirais dans une relation. L'amour en premier lieu, mais également la complicité, la confiance et le respect, ce qui pour moi se trouvaient être la base d'une relation amoureuse. Seulement dès que je trouvais ce qui se ressemblait de près ou de loin à mon idéal, je partais en courant lorsque tout devenait trop sérieux. Je n'avais pourtant jamais connu l'abandon, ni même la perte d'un être cher de quelque manière que ce soit mais cette éventualité me faisait peur. Je flippais à l'idée d'instaurer une routine mortelle, et que celle-ci emporte l'homme que j'aime loin de moi. J'étais assez paradoxale comme fille.

Quand Cameron m'expliqua que je comprendrai à quel point c'était agréable de se sentir bien avec la personne que l'on aime lorsque mon tour arriverait, j'avais souris. J'étais contente qu'il ait trouvé chaussure à son pied bien que sa petite-amie ne soit pas ma plus grande amie. Si elle était capable de rendre mon frère heureux, c'était le principal, je n'avais rien à y redire. Hey, dois-je te rappeler que je suis plus près de mes trente ans que de mes vingt ! Lançai-je à la blague avant de réaliser ce que je venais de dire. Je venais de me mettre une gifle à moi-même en me rappelant mon âge avancé. Si ça continuait comme ça, j'allais finir vieille fille avec quatre chats et deux chiens. Je m'étais alors tue, me refermant sur moi-même un instant, je ne voulais pas finir ainsi, loin de là. Je voulais rencontré quelqu'un, me marier et même avoir des enfants si possible avant d'atteindre mes cinquante ans, mais pour le moment, ce n'était pas gagné. Je pris mon visage entre mes mains quelques secondes avant de poursuivre notre conversation concernant cette fois nos boulots respectifs. Comme d'habitude, nous nous étions tout deux plus ou moins réprimander à tour de rôle car nous travaillions beaucoup trop. Nous étions pareils, nous faisions les mêmes choses mais ça ne nous empêchait pas de ne pas être d'accord sur les manières de faire de l'autre. Ca me faisait doucement rire, nous n'étions pas des exemples. Après une longue gorgée, mon aîné abdiqua et avoua être épuisé. J'avais souris, heureuse qu'il le reconnaisse, avant de tapoter sa main comme pour l'encourager à se reposer les prochains jours.

Tu sais déjà ce que tu vas choisir ? Me demanda mon grand frère alors qu'il analysait la carte. Je fis bouger ma bouche de gauche à droite, regardant encore et encore le menu et surtout les prix au bout de la ligne. Je limitais mes dépenses ces derniers temps. Mon coeur balançais entre les pâtes et la salade. Je finis par relever la tête, finalement décidé. Yep ! Je fis signe à la serveuse qui nous scrutait depuis son petit pupitre et celle-ci débarqua dans la minute. Alors pour moi, ce sera une salade campagnarde avec de l'eau s'il-vous-plait ! Je fis un beau sourire et attendit que Cameron passe commande avant de reprendre la parole. Alors sinon quoi de neuf ? Tu as eu des nouvelles des parents ces derniers temps ? Le questionnai-je en jouant à faire glisser le doigt sur mon verre comme j'en avais toujours eu l'habitude. Certaines personnes prenaient ça pour de la drague alors que j'aimais tout simplement le son qui en émanait




_________________
So come on fly away with me, to a place where we could be anyone we wanna be, and we can bottle up our fears. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: life is a bitch | with ginger   

Revenir en haut Aller en bas
 
life is a bitch | with ginger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers :: SOMEWHERE IN BROOKLYN :: Clinton Hill-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: