AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça aide énormément le forum à se faire connaître!
VDM
Raconter des anecdotes, se moquer gentiment, lire les histoires des autres,...
Bref, se marrer tout simplement, c'est par là que ça se passe.
Christmas Village
Une patinoire, des enchères silencieuses, un dîner et des chalets
c'est par ici que ça se passe.

Partagez | 
 

 lake of fire (oliver, vera)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: lake of fire (oliver, vera)   Dim 6 Jan - 23:05

Vingt-quatre heures que tu n’avais pas vu Oliver. Le lac semblait avoir remporté les suffrages. L’isolement, comme passe-temps et le silence de la nature comme seul plaisir. Cela arrivait souvent et cela ne t’avais jamais vraiment dérangée. Mais pas aujourd’hui. Les murs de votre appartement te semblaient bien vides sans lui. Enfermée entre quatre murs, tu ne tenais plus ici. Sur le chemin, tu te demandais comment Oliver allait prendre le fait de te voir débarquer sur ses terres. T’avais peur qu’il ne veuille pas te voir au lac. T’avais peur qu’il trouve cela étrange de te voir débarquer ici. Pour la première fois, tu avais cette désagréable sensation qu’il te fuyait. Qu’il fuyait cet appartement, cette vie. Sa vie. T’avais l’esprit embrouillé par ces pensées obscures. Par ces pensées qui t’assaillaient. Non, vous étiez heureux. Tu l’étais en tout cas et tu étais sûre de ses sentiments. Alors, pourquoi ce doute ? Pourquoi ces questions, pourquoi ce voyage pour le retrouver ? Il te fallu dix longues minutes pour retrouver Oliver. Le lac était grand, le lac était beau. Tu le vois enfin et au fond, ça te rassure. De le voir. De voir qu’il n’était pas ailleurs, dans d’autres draps que les tiens. La jalousie encrée dans tes veines, l’idée t’avait parcouru l’esprit. Qu’il ait pu te biaiser. Qu’il est pu te mentir. Alors un sourire en coin était apparu sur ton visage. Un sourire de satisfaction ou peut-être de soulagement. Il était là, face au lac. Il ne te voyait pas. Pas encore. Ton cœur battait dans ta poitrine, plus vite qu’à l’accoutumée. Tu ne sais même pas pourquoi le voir ici t’angoissait un peu. Pourquoi tu redoutais sa réaction en te voyant. Quand il aura compris que c’était toi. Quand il aura compris que tu étais venu le rejoindre. En marchant, tes chaussures écrasant l’herbe, crissaient. Lorsqu’il tourna son visage vers toi, ton cœur se serra. Tu le trouvais beau. Il l’avait toujours été, Oliver. Instinctivement, tu souris. tu es donc là. Tu contemplas le paysage. tu avais raison, c’est magnifique. Tu comprenais son attrait pour ce lieu maintenant que tu le voyais pour de vrai. je me suis dit que tu avais peut-être faim. Tu levas ton bras portant un sac rempli de nourriture. je sais que c'est ton monde ici, mais... j'avais envie de te voir, Oliver.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/11/2018
déclarations envoyées : 111
pseudo (prénom) : MissMady / Mady
faceclaim : tom hardy
multinick : liz, cameron

MessageSujet: Re: lake of fire (oliver, vera)   Mar 8 Jan - 20:44


lake of fire


Partir de la maison, sortir de cet univers de fêtes et compagnie, quitter pendant quelques temps la toute-puissance de son beau-père qu’Oliver ne supportait plus. Il en avait besoin l’homme, il avait cruellement besoin de rejoindre la nature, de retrouver son environnement de prédilection, le seul endroit dans lequel il se sentait pleinement lui-même. Oliver était un homme de l’extérieur, il aimait cruellement la nature, l’eau, la pêche, vivre au son des oiseaux, vivre dans ce silence que certains trouveraient pesant, mais que lui trouvait incroyablement reposant.
La veille, il avait ressenti le besoin de s’absenter pendant quelques heures, mais les heures s’étaient vite transformées en une journée complète, il avait prévenu Vera qu’il ne serait pas à la maison pendant plusieurs heures, mais il avait laissé son téléphone dans la voiture. Sa fiancée savait pertinemment que lorsqu’il se rendait à l’étang, il n’aimait pas être dérangé par un moyen technologique quelconque. Il n’aimait pas la technologie, il était sans doute, dans sa tête, resté coincé vingt-et-un ans en arrière, il gardait des traces indélébiles de l’erreur qu’il avait commise en renversant cette pauvre fille, qu’il avait même eu l’occasion de revoir dernièrement. Une fille magnifique, dont la vie avait été détruite par l’accident. Quand il se retrouvait seul avec lui-même et les poissons au bord de l’eau, il repensait à cette énorme connerie qu’il avait faite et il s’en voulait, terriblement. Il se demandait même si son beau-père n’était pas au courant de cette histoire. Après tout, l’homme avait du pouvoir…

Oliver avait passé une bonne partie de la nuit dehors, à profiter du froid qui caressait sa peau, à profiter du coucher du soleil. Le soleil qui n’était pas réapparut dans le ciel il y a très longtemps. Quelques flocons de neige avaient tapissé le sol pendant la nuit, mais pas suffisamment pour l’inquiéter. Les routes principales pour rentrer à New-York devaient être dégagées, et lui était suffisamment équipé pour affronter le froid glacial de l’hiver New-Yorkais.
Le quarantenaire ne voyait jamais personne dans cet endroit, en particulier en hiver, les gens n’avaient pas envie de venir passer des heures dans ce froid tellement piquant. Quand il entendit derrière lui des pas qui approchaient, lentement, précautionneusement, il fut surpris. Oliver était assis sur un ponton, au bord de l’eau, sa canne à pêche dans l’eau, une tasse de café fumant à côté de lui. Il se releva du ponton en entendant les pas et fut encore plus surpris de voir sa fiancée.

Ça c’est une bonne surprise.

Elle ne l’avait jamais surpris ici, elle savait parfaitement où ça se trouvait car elle l’avait conduit une fois que sa voiture était en panne, mais elle n’était jamais restée. Il avait tout de suite repéré le sac de nourriture, il trouvait ça plutôt touchant comme pensée. Il accueillit sa fiancée avec un câlin et un baiser tendre déposé sur ses lèvres, puis il lui sourit et lui répondit :

Tu as bien fait de venir. J’avais laissé mon téléphone dans la voiture, tu sais, comme d’habitude, et je t’avoue que j’ai pas vu le temps passer. On mange un bout ensemble ? C’est une super idée.

Il était plus loquace avec elle qu’avec n’importe qui d’autre. Oliver n’était pas du genre très bavard, mais quand il était avec elle, il avait l’impression que les choses étaient tellement plus naturelles, et elles l’étaient.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
lake of fire (oliver, vera)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» Il faut aider Vera Madigan! (léo)
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» MILLA ♣ set fire to the rain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers ::  :: Out Of Brooklyn-
Sauter vers: