AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça aide énormément le forum à se faire connaître!
VDM
Raconter des anecdotes, se moquer gentiment, lire les histoires des autres,...
Bref, se marrer tout simplement, c'est par là que ça se passe.
Trip to Whiteface
Du ski, du snowboard, de la luge, un chocolat chaud au coin du feu et des rencontres
c'est par ici que ça se passe.

Partagez | 
 

 Souvenirs - feat andy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clark Whittemore
"Our lovelies"

date d'arrivée : 04/11/2018
déclarations envoyées : 111
pseudo (prénom) : rose
faceclaim : bill skarsgard
multinick : Jim Becker

MessageSujet: Souvenirs - feat andy    Lun 24 Déc - 1:18

Il était tard ce soir là, tard et tôt à la fois. Je m'étais endormi sur le canapé devant la télé en attendant que mon père revienne de son travail et je me demande bien pourquoi je l'attendais. Je sais que quand il reviens si tard ce n'était jamais bon signe, mais à chaque fois je me dis qu'il va changer, qu'il prendra conscience de ce qu'il fait, mais non. J'ai plus souvent l'impression d'être l'adulte plutôt que je l'enfant, enfin adolescent surtout. Je n'ai plus cinq ans, j'en ai vingt et je suis toujours là à l'attendre et à espérer qu'il change et qu'il finisse par se comporter en père, mais non rien n'y fait. J'entends la porte claquer. Il est rentré. Je lève les yeux au ciel et croise les bras en l'entendant marmonner dans ses dents, il a l'air complètement bourré. Je le regarde de haut en bas avant qu'il ne me voit et qu'il ne commence à m'insulter comme toujours en guise d'accueil. Ouai bonjour à toi aussi … je vous jure c'est une vraie plaie. J'essaie de le résonner et de l'aider à aller se coucher mais il me repousse. Il a encore sa bouteille de bière à la main. Il s'énerve avant de me la balancer. Je l'évite et fini par abandonner l'idée de l'aider, il n'en a pas vraiment envie. A quoi bon ? Je pensais qu'il me laisserait tranquille et qu'il irait se coucher mais il revient à la charge, comme à chaque fois. J'ai l'habitude c'est toujours comme ça avec lui et je n'ai jamais su lui dire quoi que se soit. 

Je fini ma nuit dans la salle de bain à essayer de camoufler les nouveaux bleus et les anciens aussi et je décide de sortir de la maison. C'est le petit matin. Je me demande pourquoi je suis revenu ici. Ce type est dingue, je ne sais pas comment il a fait pour être flic, ni pourquoi je n'ai jamais rien dit, mais qui me croirait ? Surtout que maintenant je travail pour lui. Je ne voulais pas être affecté dans la même unité, mais je n'ai pas vraiment eu le choix. J'ai enfilé une veste et sorti une cigarette et je m'assois devant le perron de la maison. Je n'attendais pas de visite particulaire mais peut-être que notre engueulade n'est pas passé inaperçue et je suis surpris de voir Andy venir vers moi.

Andy c'est un type que j'ai croisé à l'armée, c'est aussi mon voisin. Je l'ai vu faire ses classes pendant qu'on venait donner des nouvelles, pendant que qu'ils montraient qu'on pouvait faire autre chose que s'engager à l'armée, être flic par exemple et ça m'a fait bizarre de voir les jeunes recrues et également bizarre de voir que mon père n'en avait rien à faire d'eux. Il était d'ailleurs absent ce jour là et m'avait surtout envoyé à sa place. On bon samaritain j'ai accepté et j'ai fini par voir mon voisin dans parmis ces jeunes recrues.

«Andy, tu as eu une permission de quelques jours ? Alors tu sais ce que tu veux être plus tard ? »

_________________
i will not let him to hurt you.
when virtue and modesty enlighten her charms, the lustre of a beautiful woman is brighter than the stars of heaven, and the influence of her power it is in vain to resist.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Simons
"Our lovelies"

date d'arrivée : 15/12/2018
déclarations envoyées : 85
pseudo (prénom) : Eastern Cookie
faceclaim : Trevor Wentworth
multinick : Lynn, la "petite maman" Draven

MessageSujet: Re: Souvenirs - feat andy    Jeu 27 Déc - 9:57

2010

Les Etats-Unis d'Amérique, son Eldorado.
Il est entré dans l'armée il y a quelques mois, et il ne reviendrait en arrière pour rien au monde. Malgré la rudesse des classes, malgré les moqueries sur son accent hachuré qu'on feint parfois de ne pas comprendre, et sa fierté slave malmenée. Malgré la distance des siens, qui lui manquent bien qu'il n'en dise rien. Il est à sa place, il le sait. Et il tient le choc aussi bien que les jeunes américains enrôlés en même temps que lui, il le voit bien. Alors il ne regrette pas son choix. Pas vraiment en tout cas. Même si parfois, sa résistance, son endurance, s'effritent un peu. Alors quand la pression, physique ou mentale, se fait trop forte, c'est auprès de Dieu qu'il trouve le réconfort nécessaire et la force de tenir le coup. Et ce soir, c'est de l'office vespéral qu'il rentre vers cette petite chambre louée chez l'habitant pour les périodes de permission, comme il sait bien qu'il ne peut pas se permettre de rentrer en Pologne à chaque fois.

Et il ne s'attendait pas à voir ce visage-là en rentrant, comme s'il l'attendait sous le porche de sa maison. Ce visage qu'il se rend bien compte qu'il a observé avec un peu trop d'attention et d'intérêt pendant qu'il présentait la police, comme option potentielle pour ceux qui ne resteront peut-être pas dans l'armée. Et peut-être qu'il a posé trop de questions, peut-être que son regard est resté trop longtemps fixé sur lui. Il ne sait pas le dire, tout ce qu'il sait, c'est qu'il a passé un long moment, ensuite, à discuter avec lui, et à prendre les infos qu'il y avait à prendre, à évoquer son futur, pour l'heure assez... flou. Il fait l'armée, oui. Il restera tant qu'il pourra. Mais le jour où il ne pourra plus officier ? Il n'a aucune idée de ce qu'il pourra faire, et prie pour que la question ne se pose pas tout de suite.

« Clark ? »


Il a appris au cours de cette conversation que le flic habitait dans le même quartier que lui, juste à côté. Et il ne peut pas nier que ça lui a fait un drôle d'effet. Un drôle d'effet, qu'il n'est clairement pas prêt à assumer. Son Dieu ne l'accepte pas, n'est-ce pas ? Est-ce qu'il peut lui pardonner ce genre de pensée ? S'il se cantonne à l'abstinence et à la pénitence, il n'y a pas de raison, n'est-ce pas ? Et puis après tout, il apprécie aussi le corps des femmes, il n'a pas de vrai doute à ce sujet. Alors pourquoi a-t-il ressenti cette attirance pour celui d'un homme ?

« Andy, tu as eu une permission de quelques jours ? Alors tu sais ce que tu veux être plus tard ?
- Oui je reprends dans trois jours. Et... Disons que je me laisse le temps de la réflexion. De toute façon, ça n'est pas pour tout de suite. Tant que je pourrai rester dans l'armée, j'ai pas trop l'intention de faire autre chose... »


Il s'est approché, pour s'installer près de son aîné, observant le visage tuméfié que le maquillage ne parvient pas suffisamment à camoufler. Un instant, il hésite, se demandant si l'autre acceptera de lui répondre... Mais il ne se voit pas laisser ça sous silence et reprend finalement.

« Clark... Qu'est-ce qui t'es arrivé ? »

L'hésitation s'entend dans sa voix, il ne veut pas se montrer intrusif mais il ne se voit pas fermer les yeux sur une potentielle maltraitance. Même s'il a du mal à imaginer le flic dans le rôle de la victime...

_________________

▬ uc ▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clark Whittemore
"Our lovelies"

date d'arrivée : 04/11/2018
déclarations envoyées : 111
pseudo (prénom) : rose
faceclaim : bill skarsgard
multinick : Jim Becker

MessageSujet: Re: Souvenirs - feat andy    Sam 29 Déc - 19:29

Je regarde Andy et ça me fait bizarre de le voir ici alors qu'il y a quelque jour j'étais en uniforme à l'endroit où j'ai fait l'armée et qu'il était là parmi les élèves. Il a deux ans de moins que moi, c'est son capitaine qui me l'a dit. Il mes les a tous plus ou moins présenter, je n'étais pas tout seul d'ailleurs, il y avait un autre collègue avec moi, plus âgé vu que je suis encore considéré comme débutant bien que ça fasse un an que je suis là. J'ai commencé assez tôt, trop tôt selon certains. Je me lève pour le saluer et tire une bouffée de cigarette. Il m'arrive régulièrement de fumer, encore plus quand je suis stressé et que j'ai besoin de décompresser comme maintenant. Il m'avoue qu'il ne sait pas encore ce qu'il souhaite faire mais il a bien le temps de se décider.

«Tant que tu fais ce qu'il te plaît c'est le principale. »


Les militaires qui s'engagent pour faire plaisir ne sont jamais vraiment de bons militaires, du moins à mon sens. Ça se sent quand on aime faire que quelque chose. J'ai choisi de devenir policier également, je ne pensais pas être dans l’équipe de mon père, c'était même la dernière chose que je voulais, j'ai récupéré certaines de ses enquêtes et j'ai récupéré aussi les pots cassés, pourtant il est toujours là, il travail toujours pour le commissariat alors qu'il est loin d'être en état et que je ne suis pas le seul à l'avoir remarqué. Je me suis réinstallé sur le perron et il fait pareil. J'ai bien entendu ce qu'il vient de me dire et généralement j'ai tendance à éviter de répondre à ce genre de question.

«C 'est rien. Une altercation hier soir pendant une arrestation.»

Je mens, je n'avouerais jamais que c'est mon père, parce que je sais que c'est dur à croire et que je suis sensé être capable de me défendre. En tournant la tête vers Andy je me rends compte que j'ai encore des petits morceaux de bouteilles de bière coincé dans le cou et instinctivement je pose ma main dans mon cou pour les enlever, ce son des tout petit bout de verres qui se sont incrustés, je saigne légèrement et je fini par dire à Andy en haussant les épaules :

« Ce sont les risques du métiers. On a du vous le dire, surtout plus à vous, vous risquez plus gros, nous on est juste confrontés aux gens qui n'ont pas d'armes et qui donnent des coups ou qui balancent des trucs. »

Je fais comme si de rien n'était et je reste naturel, mais je ne sais pas si il me croira.

_________________
i will not let him to hurt you.
when virtue and modesty enlighten her charms, the lustre of a beautiful woman is brighter than the stars of heaven, and the influence of her power it is in vain to resist.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Simons
"Our lovelies"

date d'arrivée : 15/12/2018
déclarations envoyées : 85
pseudo (prénom) : Eastern Cookie
faceclaim : Trevor Wentworth
multinick : Lynn, la "petite maman" Draven

MessageSujet: Re: Souvenirs - feat andy    Lun 31 Déc - 0:04

Il y a quelque chose qui le chiffonne, le slave et ce n'est qu'au bout de quelques instants qu'il identifie quoi. Dans la pénombre nocturne, il n'a pas immédiatement remarqué les bleus sur son visage, mais ils sont devenus évidents comme il s'est approché. Tout comme ces échardes dans son cou. Alors s'en tenir aux conversations d'usage sur son potentiel avenir, Andy en est incapable. Il a commencé par répondre, certes, mais il ne peut pas s'y cantonner, d'autant moins qu'il n'a pas grand chose de plus à dire sur ce sujet. Il fait ce qui lui plaît, pour l'heure, et tant qu'il lui est donné de le faire. Et le jour où ça changera, on en reparlera.

«Tant que tu fais ce qu'il te plaît c'est le principal. »


Il a simplement hoché la tête : il a choisi sa place, et reste tout dévoué à ce pays qui l'accueille. Et à ceux qui lui ont tendu la main, d'une manière ou d'une autre, aussi. Et à ses yeux, l'intérêt que le flic lui a porté en fait partie. Alors forcément qu'il demande ce qu'il se passe. Forcément qu'il s'inquiète. Et les mensonges évidents de l'autre ne sont pas pour le rassurer.

«C 'est rien. Une altercation hier soir pendant une arrestation. »

Il fronce les sourcils tandis que Clark tire sur sa cigarette, les doigts noués. Mais quand le policier retire sa main de son cou et qu'un filet de sang coule sur sa peau après qu'il en a retiré un petit morceau de verre, il ne peut pas garder le silence. Pas alors qu'il continue à lui mentir éhontément.

« Ce sont les risques du métiers. On a dû vous le dire, surtout plus à vous, vous risquez plus gros, nous on est juste confrontés aux gens qui n'ont pas d'armes et qui donnent des coups ou qui balancent des trucs.
- Comme des bouteilles ou des verres, je suppose... »


Il soupire, garde le regard sur l'autre côté du trottoir, comme s'il craignait un peu de croiser le sien.

« Il devait être sacrément balèze pour avoir réussi à te cogner. Parce qu'on vous apprend à les maîtriser aussi, les excités, dans la police, n'est-ce pas...? »

Le scepticisme s'entend dans sa voix : il n'y croit pas à cette histoire d'intervention, mais il ne s'explique pas ce que son interlocuteur peut avoir à cacher. Un nouveau soupir lui échappe et il rajoute, se tournant à nouveau vers lui.

« T'as le droit de pas vouloir m'en parler et de  m'envoyer sur les roses Clark, mais, juste, me prends pas pour un idiot... »

C'est tout ce qu'il lui demande. Parce qu'il sait très bien qu'on ne peut pas aider quelqu'un qui n'a pas envie qu'on le fasse. Et que ça ne sert à rien de tenter de lui tirer les vers du nez, si ce n'est à le braquer, ce qui serait contre productif.

« Ça va aller ? »

Sa voix évoque l'inquiétude qui l'étreint. Et il espère sincèrement que son aîné acceptera la main qu'il lui tend à son tour, métaphoriquement, comme il se sait prêt à presque tout s'il peut lui éviter de servir à nouveau de punching-ball pour il ne sait trop qui..

_________________

▬ uc ▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clark Whittemore
"Our lovelies"

date d'arrivée : 04/11/2018
déclarations envoyées : 111
pseudo (prénom) : rose
faceclaim : bill skarsgard
multinick : Jim Becker

MessageSujet: Re: Souvenirs - feat andy    Lun 31 Déc - 18:04

Il n'a pas l'air tellement de me croire quand je lui dit que c'est une altercation et en même temps il a raison. Je n'ai pas vraiment trouvé une très bonne excuse. C'est juste le premier truc qui m'est venu en tête. Je n'aime pas mentir, mais je sais le faire quand il le faut. Enfin visiblement je le fais mal. Je devrais prendre des cours. Je ne dis rien, je n'ai rien à ajouter de plus. Je continue de fumer ma cigarette. C'est un sujet que je n'aime pas aborder alors forcément.. Je suis grand, mais je ne suis pas costaud, je sais pourtant maîtrise plus fort que moi, enfin que je m'y met vraiment. Je hausse les épaules à sa remarque et lui dit :

« Ouai parois tu sais quand il y a plus grand que soit il vaut mieux laisser les choses se faire et ne pas envenimer les choses. »

On ne cherche pas forcément le contact, enfin certains comme mon père le cherche, mais pas moi. Je suis plutôt du genre à croire qu'il vaut mieux éviter le plus possible les affrontements. Je n'ai pas une âme de combattant, pas physiquement disons. Je veux juste faire respecter la loi, c'est tout. C'est bien pour ça que je n'ai pas choisi l'armée, parce que je n'ai pas envie d'affronter un adversaire. Je soupire quand il me demande de ne pas lui mentir et me lève. J'écrase le reste de ma clope à terre et croise les bras. Je ne sais pas ce que je dois répondre à ça. Il n'a pas l'air de vouloir insister et pourtant il est là à essayer de savoir ce qu'il se passe.

« Je n'ai pas envie d'en parler. Mais t'en fais pas ça va.»


Oui ça va … j'ai l'habitude. Je ne vais pas lui dire évidement, il risque de s'inquiéter encore plus. Je soupire quand j'entends la voix de mon père gueuler dans le haut de l'escalier ; «Clark rend toi utile pour une fois nom d'un chien apporte moi un café. » Je soupire et ferme les yeux.

« Attends moi là. Je reviens. »


Je retourne dans la maison et me presse de préparer un café pour le râleur là haut. Il continue d'ailleurs me gueuler dessus, sans se douter qu'il y a Andy derrière la porte. Je monte lui apporter et vu la façon dont il me remercie j'aurais du m'abstenir. « Tu n'as pas autre chose à foutre que de rester là, je te paie pas à rien faire. Dégage de là, je ne veux pas te voir traîner. » Je ne relève pas et lève les yeux au ciel ce qu'il n'apprécie pas franchement. Il me colle contre le mur. «Depuis quand tu me provoque toi ? »Il est un peu trop bourré. Je n'ai pas tellement envie qu'il me dise quoi que se soit d'autre, j'essaie de me dégager comme je peux. Il fini par me mettre une gifle et la porte s'ouvre sur Andy. Mon père me lâche aussitôt et le regarde comme du poisson pourri avant de me lâcher et de repartir dans sa chambre de mauvaise humeur. Je regarde Andy et soupire. Je ne sais pas ce que je vais pouvoir inventé maintenant comme excuse.

_________________
i will not let him to hurt you.
when virtue and modesty enlighten her charms, the lustre of a beautiful woman is brighter than the stars of heaven, and the influence of her power it is in vain to resist.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Simons
"Our lovelies"

date d'arrivée : 15/12/2018
déclarations envoyées : 85
pseudo (prénom) : Eastern Cookie
faceclaim : Trevor Wentworth
multinick : Lynn, la "petite maman" Draven

MessageSujet: Re: Souvenirs - feat andy    Dim 6 Jan - 16:28

« Ouais parfois tu sais quand il y a plus grand que soit il vaut mieux laisser les choses se faire et ne pas envenimer les choses. »

Le slave laisse échapper un nouveau soupir face à ce qu'il entend comme des excuses assez peu convaincantes. Il comprend un peu la démarche de ne pas aller au conflit ouvert en permanence, mais de ce qu'il constate, même sans vouloir se battre, il y a des fois ou on n'a guère le choix, et au vu des blessures de son aîné, la question ne semblait pas vraiment se poser. Alors il donne quand même le fond de sa pensée, demande à Clark de ne pas lui mentir, juste de lui dire qu'il n'a pas envie d'en parler. Ca, il peut l'entendre. Lui-même est assez avare de confidences, après tout.

« Je n'ai pas envie d'en parler. Mais t'en fais pas ça va. »


Le slave hoche sobrement la tête. D'accord, il ne veut pas en parler. D'accord, il n'y a pas de blessure grave. Ca va. Soit. Il n'insiste pas, même si ça le démange un peu d'en savoir plus, parce qu'il n'apprécierait pas qu'on lui tire les vers du nez.

Mais une voix retentit à l'intérieur, et Andy fronce les sourcils.

« Clark rends-toi utile pour une fois nom d'un chien apporte-moi un café.
- Attends-moi là. Je reviens. »

Que d'amour dans ce bref échange. Qui donc est l'autre ? Le militaire s'interroge, et en un instant, il se rend compte qu'il est sur le qui vive alors que le flic tourne les talons et rentre à l'intérieur préparer ledit café - ou tout au moins le suppose-t-il. Les cris redoublent à l'intérieur, dont il ne comprend pas tous les mots, seulement le ton désobligeant et l'agressivité.

« Tu n'as pas autre chose à foutre que de rester là, je te paie pas à rien faire. Dégage de là, je ne veux pas te voir traîner... Depuis quand tu me provoques toi ? »

Le sang du soldat ne fait qu'un tour et il pousse la porte seulement rabattue pour se retrouver face à une scène qu'il craignait, qu'il espérait fruit de son imagination et injustifiée. Clark, plaqué contre le mur par l'homme plus âgé qu'il refuse d'imaginer être son père bien que son esprit analyse la situation ainsi, la joue rougeoyante d'un coup porté juste avant et dont il n'a entendu que le son bref. Et le regard noir de l'inconnu avant qu'il ne décampe pour regagner un autre pièce de la demeure, sous le regard choqué d'Andy.

« T'es sûr que ça va ? »


Pas de jugement dans sa voix, pas de commentaire. Si Clark cache la vérité, il n'a très certainement pas envie qu'un môme comme lui vienne lui faire la morale sur le fait de rester auprès de son bourreau, ni sur la nécessité pour lui de se protéger, quitte à partir et à galérer. Même s'il refuse de porter plainte contre lui, qu'il ne reste pas à subir. C'est tout ce que le polonais voudrait lui dire, mais les mots restent bloqués au fond de sa gorge, et cette seule question a passé ses lèvres : "t'es sûr que ça va ?". L'inquiétude, seulement, transparait. Parce qu'il apprécie le flic face à lui, et qu'il ne voudrait pas apprendre qu'il lui est arrivé malheur...

_________________

▬ uc ▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clark Whittemore
"Our lovelies"

date d'arrivée : 04/11/2018
déclarations envoyées : 111
pseudo (prénom) : rose
faceclaim : bill skarsgard
multinick : Jim Becker

MessageSujet: Re: Souvenirs - feat andy    Lun 7 Jan - 18:20

Je me doute que mon père ne va pas me laisser tranquille et peut-être que j'aurais du éviter de le provoquer, même si j'ignore où il a vu une provocation. Il me lâche en voyant Andy entrer et demander si ça va. Ça risque de me coûter très cher ça. Je ferme les yeux et descends les escaliers. J'ai un peu de fierté à défendre. Je le regarde et acquiesce :

«Oui ça va. J'ai juste besoin d'air. »

Je sais qu'il ne comprendra pas et je sais qu'il ne va pas non plus rester là sans savoir ce qu'il vient de se passer, mais je n'ai pas envie de discuter. Je n'ai pas envie de qu'il me demande pourquoi je reste, pourquoi je ne pars pas. Il ne comprendra pas. J'ai déjà pensé à partir mais où est-ce que j'irai ? Je n'ai nulle part où aller et ça me terrifie au fond. Ça me terrifie aussi de rester. Je ne sais pas jusqu'où il peut aller et le pire c'est qu'il est flic, mais un flic tellement pourri que je me demande encore comment il arrive à berner tout le monde. Il est doué et moi je suis incapable de le dénoncer parce que c'est mon père, c'est la seule famille que j'ai. Je n'ai pas le droit de le dénoncer.

« Il a eu une dur nuit ... »

Je suis sur qu'il va me trouver idiot d'aller jusqu'à le défendre, mais je ne peux pas m'en empêcher. Je ne peux pas reste là et ne rien dire ça serait admettre qu'il me bats et qu'il fait ce qu'il veut et je ne suis pas sur d'avoir le cran de l'admettre devant quelqu'un, surtout devant Andy qui est un soldat et qui ne va pas comprendre.

_________________
i will not let him to hurt you.
when virtue and modesty enlighten her charms, the lustre of a beautiful woman is brighter than the stars of heaven, and the influence of her power it is in vain to resist.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrew Simons
"Our lovelies"

date d'arrivée : 15/12/2018
déclarations envoyées : 85
pseudo (prénom) : Eastern Cookie
faceclaim : Trevor Wentworth
multinick : Lynn, la "petite maman" Draven

MessageSujet: Re: Souvenirs - feat andy    Lun 11 Fév - 10:33

Il a regardé l'aîné partir, le regard sombre. Il n'est pas vraiment à l'aise, ni du genre à jouer les fortes têtes pour rien, mais il s'inquiète pour le flic. Il ne sait juste pas très bien comment l'exprimer.

« Oui ça va. J'ai juste besoin d'air. »

Il sent la rebiffade, se raidit, mais s'efface juste pour laisser passer Clark. Il a bien compris le sens de la réponse : 'ce ne sont pas tes oignons, ne t'en mêle pas'.

« Il a eu une dure nuit...
- Il n'est pas le seul... »


Cette phrase veut tout et rien dire, au fond. Clark aussi, donc, a eu une dure nuit, en conséquence de celle de... Son père ? Andy a toutes les peines du monde à l'admettre, refuse de prononcer ce mot, tellement le fait qu'on puisse ainsi s'en prendre à son propre enfant le dépasse. Et plein d'autres gens ont des nuits difficiles, mais ne frappent pas les premières personnes qui passent pour autant, certainement pas leurs proches, encore moins la chair de leur chair. Il n'imagine pas un instant son père lever la main sur sa mère de la sorte. Pourtant on caricature parfois ainsi le patriarche d'une famille stricte et pratiquante qu'il représente pas mal, mais jamais il n'a levé la main ainsi sur aucun de ses enfants non plus. Et Andy aime à croire qu'on n'a pas besoin d'en venir aux mains ainsi pour affirmer son autorité. Même s'il ne peut pas vraiment nier avoir lui-même, parfois des accès de colère et le besoin irrépressible de cogner quelque chose. Quelque chose. Et pas quelqu'un.

Le silence s'appesantit un moment avant que le militaire ne reprenne la parole, presque timidement. Il ne veut pas froisser son aîné, mais il ne peut pas ne pas tendre une main. Pas alors qu'il voit bien la situation, quand bien même Clark essaie de la minimiser.

« Je peux faire quelque chose ?... »

Il se doute fort que la réponse va être négative, alors il rajoute.

« Je suis logé chez une vieille dame pas très loin d'ici quand je suis pas à la caserne, et c'est juste une chambre chez l'habitant, c'est pas le grand luxe, mais... Mais si t'as besoin de prendre l'air... »

La proposition reste en suspens, il peine à la formuler jusqu'au bout. Il ne veut pas laisser le flic ainsi, aux mains de son bourreau, mais il ne sait pas trop comment il pourrait vivre la promiscuité avec lui, s'il acceptait de sortir de chez lui, ne serait-ce qu'une nuit. Et rien que l'image du flic dans sa chambre qui se forme dans son esprit engendre des pensées qu'il juge impures, qu'on lui a appris à voir comme telles, et qu'il réprime mentalement en priant Dieu de lui pardonner.

_________________

▬ uc ▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Souvenirs - feat andy    

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenirs - feat andy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haine, Colère, Souvenirs [Feat. Urame]
» [TERMINE] Quand plus aucun souvenirs vous reviens... [Pv Sacha Farmer]
» Les souvenirs...
» Andy Murray ! Je ferais aussi bien que toi ! (libre)
» Quelques souvenirs de fête ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers ::  :: RP Alternatifs :: Flashback & Flashforward-
Sauter vers: