AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Halloween Festival
Trois intrigues et un tas d'activités.
Afin d'en savoir plus sur le festival, rendez-vous .
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça rapporte des points et surtout ça aide le forum!
Fermeture de groupes
Les groupes Hopers gonna get hope et Desperate gonna get despair
sont temporairement fermés afin de remplir les trois autres groupes.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 (lisbeth) elles ont toutes pour moi l'odeur des chrysanthèmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 29/06/2017
déclarations envoyées : 109
pseudo (prénom) : vespertine (nawal).
faceclaim : ben barnes (.nephilim, Solosand)
multinick : none

MessageSujet: (lisbeth) elles ont toutes pour moi l'odeur des chrysanthèmes   Mar 4 Juil - 23:30



mon cœur est chrysanthème,
et mon âme est triste.
Il joue mécaniquement avec son alliance, jamais il ne l'ôtera. Il a toujours confiance en ce couple parfait, tout en simplicité. Il leur faut seulement du temps, un temps indéfini, probablement long. Le temps de panser leurs blessures, d'apprendre à vivre avec la perte de Lena. Priam, il a toujours cru que c'était le genre de chose que l'on fait ensemble - de toutes manières, ils ont toujours tout fait ensemble, Beth et lui. Il a récemment découvert que, pour eux, c'était impossible. Qu'ils ne parviennent plus à se regarder dans les yeux, et que s'il a toujours tout dit à son épouse, rien ne lui vient une fois que leur enfant est concernée. Plus rien, il n'arrive pas à en parler, et ce avec personne. On lui a tout conseillé, il n'a rien essayé. La psychanalyse ? Bullshit, parler de lui, de sa fille, de son couple, de sa douleur, cela ne l'atténuera pas. Ça ne la ramènera pas. Il ne veut rien, Priam, rien d'autre que retrouver son bébé. La voir sourire, courant vers lui en agitant les bras parce qu'elle croit avoir découvert une toute nouvelle espèce de papillon, qu'ils nommeront après elle, ou comme maman. Et puis, de toutes manières, il ne veut pas perdre cette souffrance: c'est tout ce qui lui reste.

Il porte l'étui de sa guitare sur une épaule, et déambule dans New York. Il n'a pas pris sa voiture, ce matin, comme nombre de matins, parce qu'il aime marcher, penser. Se perdre, s'il a un peu de chance, bien qu'après tant d'années il soit rare qu'il ne sache pas où il se trouve. Il aimerait aller ailleurs, pouvoir disparaître, oublier et s'oublier. Au lieu de cela, il s'est installé dans une nouvelle routine, qui parvient parfois à l'occuper, mais incapable de le changer. De le faire évoluer. Il ne sait pas ce qu'il fait, où il va, ce qu'il veut devenir, comment sortir de cet enfer dans lequel il est piégé depuis qu'il a perdu la meilleure partie de lui. Il tâtonne dans l'obscurité, mais quelque chose lui dit qu'il n'y a jamais eu d'interrupteur, et qu'il n'y en aura jamais. Au bout de longues minutes de marche solitaire et pensive, il pousse la porte de l'edelweiss floral atelier, comme toutes les semaines depuis l'enterrement. « Bonjour. » C'est une effort, parler. Il prend sur lui pour articuler et offrir à la jeune femme une esquisse de sourire. Sa fille lui est souvent rappelée, où qu'il aille, mais il y a des lieux comme celui-ci, spéciaux, pleins de souvenirs et de sourires. Lena insistait toujours pour choisir les fleurs que Priam offrirait à son épouse. Qu'ils offriraient tous les deux, fièrement. La fleuriste aidait toujours la gamine, et son père plus que paumé dans toutes ces fleurs aux parfums et noms inconnus.

_________________
all my dreaming torn in pieces
can't you see I'm sick of fighting ? can't you tell I've lost my way ? look at me there's no denying, I won't last another day. (placebo, a million little pieces)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 25/06/2017
déclarations envoyées : 846
pseudo (prénom) : missmady
faceclaim : olivia wilde ♦ mish mish
multinick : aucun

MessageSujet: Re: (lisbeth) elles ont toutes pour moi l'odeur des chrysanthèmes   Jeu 6 Juil - 19:28


elles ont toutes pour moi l'odeur des chrysanthèmes
avec Priam


Les clients, c’était la grande passion de Lisbeth Carpenter. Plus encore que les fleurs, il y avait cette relation si particulière qu’elle parvenait à entretenir avec ses clients, une fois qu’ils franchissaient les portes de cette boutique. Liz avait toujours eu un véritable don avec les gens, il était évident qu’elle devait exercer un métier en rapport avec le social. Mais personne n’aurait pu croire qu’elle allait se tourner vers le métier de fleuriste.
D’ailleurs, sa famille, et surtout son père, ont beaucoup de mal à accepter cette situation, mais ça elle s’en fiche, parce qu’elle est heureuse, elle au moins. Après avoir déposé son fils à l’école, la jeune femme s’était tout de suite rendue dans sa boutique. En poussant les portes, elle fut happée par l’odeur forte des lys qui trainaient là depuis deux jours. Elle en avait reçu de nouveaux aujourd’hui, ainsi qu’une bonne fournée de superbes roses, et même des roses bleues, une petite originalité qui faisait la particularité de sa boutique. En effet Liz était la seule à avoir ce genre de fleurs, qu’elle entretenait avec beaucoup de soin, et beaucoup d’encre de stylo.

En se rendant dans la cave, elle s’empara de quelques fleurs qu’elle plaça presqu’amoureusement dans son magasin, tentant de trouver l’endroit idéal pour chacune de ses merveilles. La boutique était à l’image de la jeune femme : tout avait sa place mais il y avait un brin de folie, que ça soit dans la disposition de sa décoration, des couleurs qu’elle avait choisies pour ornementer cet endroit dans lequel elle passait de nombreuses heures. Ici, rien qui pouvait rappeler la vie personnelle de Liz : elle n’aimait pas trop les gens qui plaçaient des photos familiales sur leur lieu de travail. Il fallait être capable de séparer les deux. Elle portait encore son alliance, même sept ans après le décès brutal de son mari, mais c’était le seul élément qui pouvait porter à croire qu’elle avait été mariée. Aujourd’hui, elle tentait de tourner la page en construisant une vie à New-York.
Alors qu’elle était occupée à arranger la boutique et préparer un arrangement floral pour un mariage, elle entendit la petite clochette de l’entrée, signifiant qu’un client venait de franchir ses portes. Et celui-là, elle le connaissait bien. Ou du moins, elle connaissait de lui ce qu’elle avait déjà pu observer. Un homme qui avait eu pour habitude de venir ici avec sa petite fille, mais depuis quelques temps, elle n’avait plus vu la gamine. Sans doute une sombre histoire de divorce et de maman qui avait eu la garde. Peut-être autre chose mais pour le moment, c’était difficile de le savoir. Tout ce que Liz savait, c’est que cet homme avait l’air incroyablement triste.

Bonjour. Bienvenue ici.


Encore ce regard triste, encore cette moue, comme s’il portait tout le poids du monde sur ses épaules. Elle devait se montrer discrète, et c’était ce qu’elle faisait. S’il avait besoin d’elle, il le lui dirait.

AVENGEDINCHAINS

_________________
take me back to the start
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 29/06/2017
déclarations envoyées : 109
pseudo (prénom) : vespertine (nawal).
faceclaim : ben barnes (.nephilim, Solosand)
multinick : none

MessageSujet: Re: (lisbeth) elles ont toutes pour moi l'odeur des chrysanthèmes   Ven 28 Juil - 13:04



mon cœur est chrysanthème,
et mon âme est triste.
Priam, il a en permanence les larmes au bord des yeux, le sanglot sur les lèvres. Il se sent incapable de tout, tout ce qui n'est pas écrire et jouer pour masquer le trou béant dans sa poitrine. Elle avait pris toute la place dans son cœur, sa Lena, il n'imaginait pas la voir un jour disparaître. Même lorsque tout semblait terminé, les jeux faits, il y croyait encore, il pensait naïvement que sa fille serait sauvée - elle le méritait tellement. Sa femme, sa fille, et même lui, ils méritaient qu'elle se rétablisse, que tout s'arrange, mais la vie est injuste et le sort cruel. Des parents ne devraient pas avoir à enterrer leurs enfants, c'est la chose la moins naturelle et la plus odieuse qui soit. Alors il erre, Priam, âme en peine et cœur en miettes. Il a cette nouvelle routine, horrible, consistant à se rendre sur la tombe de son enfant. Il ne peut pas y échapper, malgré la douleur, parce qu'il aurait le sentiment de la laisser tomber à nouveau. Il n'a pas été capable de la sauver, il se doit au moins de lui tenir compagnie. D'affronter la tombe muette, relisant inlassablement l'épitaphe.

Détour par la fleuriste, toujours. Elle adorait cette boutique, Lena, choisir des fleurs pour sa mère et faire des associations de couleurs (parfois absolument hideuses). Elle aimait les parfums embaumant les lieux, et la découverte des plantes - il faut dire qu'avec ses connaissances très limitées en la matière, Priam n'était pas d'une grande aide. Alors, ils se tournaient vers la vendeuse, charmante vendeuse, face à laquelle il se retrouve dorénavant seul. Il a pris l'habitude de choisir toujours le même bouquet pour fleurir la tombe, cela lui évite d'avoir à dire plus de trois mots, et puis il sait qu'il s'agit des préférées de sa fille. Pourtant, aujourd'hui, après avoir salué la jeune femme, il ne se dirige pas directement vers les anémones violettes. Il se promène, l'air sans doute un peu perdu. Comme toujours, ces derniers mois. Il s'arrête devant les chrysanthèmes, mais c'est bien trop commun. Et triste. Il jette un regard en arrière, à celle qui fut la conseillère florale de sa fille. Et puis, qu'est-ce que ça coûte d'articuler quelques mots de plus ? Il se détourne des bouquets et s'approche du comptoir. « J'aimerais... Quelque chose de coloré. Et surtout pas triste. » Il a la voix un peu rauque, parce qu'il ne parle pas beaucoup, parce que rauque c'est toujours mieux que sanglotante. Il tente un léger sourire, qui s'avère presque un succès, à sa propre surprise. Il n'a pas envie de dire les mots, ces fameux mots qu'il n'a pas prononcés depuis l'enterrement. Pas envie de dire qu'elles pourriront sur une tombe. « C'est pour ma fille », précise-t-il quand même, au risque d'être questionné au sujet de son absence. Il n'a aucune idée de ce qu'il dira, si on lui demande comment elle va.

_________________
all my dreaming torn in pieces
can't you see I'm sick of fighting ? can't you tell I've lost my way ? look at me there's no denying, I won't last another day. (placebo, a million little pieces)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 25/06/2017
déclarations envoyées : 846
pseudo (prénom) : missmady
faceclaim : olivia wilde ♦ mish mish
multinick : aucun

MessageSujet: Re: (lisbeth) elles ont toutes pour moi l'odeur des chrysanthèmes   Lun 31 Juil - 17:39


elles ont toutes pour moi l'odeur des chrysanthèmes
avec Priam


Des hommes dans sa boutique, elle en avait souvent vu Lisbeth. Ils étaient toujours plus ou moins les mêmes : ils avaient tous le même regard perdu sur le visage, la même lueur de bêtise dans les yeux. Oh non pas qu’ils soient réellement idiots, c’est juste que quand il s’agissait de fleurs, on ne pouvait pas dire que les hommes soient particulièrement doués. Non, les hommes ils n’y connaissaient rien aux fleurs, alors ils préféraient se promener dans la boutique pendant quelques minutes, avant de finalement se tourner vers la fleuriste, qui savait bien souvent les conseiller, quelle que soit la situation dans laquelle ils se retrouvaient. Elle en avait vu des vertes et des pas mûres dans son métier Lisbeth, mais cet homme, il avait quelque chose de différent dans sa façon de comporter, et même dans sa façon de regarder les fleurs.
Comme si c’était une fatalité, comme s’il était condamné à se rendre souvent dans ce genre de boutique, sans pour autant y prendre un plaisir particulier. Elle avait l’habitude que ce client fasse son tour seul, et il finissait toujours par prendre les mêmes fleurs, alors elle avait pris elle aussi l’habitude de le laisser faire.
Il ne venait plus avec son adorable petite fille, qu’elle avait souvent conseillé dans son choix de fleurs. Une petite fille qui adorait les fleurs, ça ne passait pas inaperçu.

Mais cette fois, en entendant la voix du client, la jeune femme fut surprise. Elle sortit de son comptoir et s’approcha de lui. Il voulait visiblement un peu de changement, et comme il n’en dit pas plus, Liz comprit qu’il valait mieux éviter de poser des questions.

Bien sûr. Quelque chose de coloré… J’ai ces très jolis lys rose fuchsia, ils sont superbes. Sinon j’ai des tulipes, il y a plusieurs couleurs. Il y a du rose, de l’orange, du jaune, du rouge aussi. Et du parme.

Elle observa le visage un peu perdu de Priam, et ralentit, se demandant si elle avait été trop vite ou s’il n’avait simplement pas la tête à ça.
Elle fit une petite pause, avant qu’il ne lui précise que c’était pour sa fille. Se rappelant du joli visage de la petite fille, de son sourire et de son enthousiasme, Lisbeth s’interrogea rapidement :

Oh oui, je me souviens bien d’elle. Comment va-t-elle ? Elle est tellement mignonne, elle pose constamment plein de questions sur toutes les fleurs de la boutique.

Lisbeth avait tendance à s’enthousiasmer pour beaucoup de choses, elle parlait toujours énormément sans nécessairement se soucier de l’envie de son interlocuteur de parler ou non. C’était peut-être idiot parce qu’elle pouvait ennuyer la personne face à elle, mais c’était plus fort qu’elle.

AVENGEDINCHAINS

_________________
take me back to the start
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 29/06/2017
déclarations envoyées : 109
pseudo (prénom) : vespertine (nawal).
faceclaim : ben barnes (.nephilim, Solosand)
multinick : none

MessageSujet: Re: (lisbeth) elles ont toutes pour moi l'odeur des chrysanthèmes   Dim 27 Aoû - 23:20



mon cœur est chrysanthème,
et mon âme est triste.
Un instant, planté au milieu des fleurs, Priam envisage de modifier ses plans. D'acheter des fleurs à son épouse, comme il le faisait toujours lorsqu'il venait ici avec Lena. Mais il n'a plus de maison où la rejoindre, ni la petite main de son plus précieux trésor calée dans la sienne. Et, en ouvrant la porte, Beth n'aura pas ce ravissant sourire ou cette aura rayonnante dont il a le souvenir. Elle transpirera la même peine qui se dégage de lui, et peut-être ne parviendra-t-elle même pas à esquisser un sourire pour l'accueillir. Malgré presque six mois, donc quatre de séparation, il ne se sent pas prêt et choisi finalement de s'en tenir à son idée initiale. Des fleurs pour leur bébé, ce sera déjà une première chose. Une première épreuve, c'en est toujours une, c'en sera toujours une, aussi souvent l'a-t-il déjà répétée. Il se rapproche du comptoir, lève les yeux sur la jeune femme et tente d'expliquer ce qu'il est venu chercher. Il n'y connait rien, et surtout il déteste avoir à faire cela. Acheter des fleurs pour égayer une tombe, offrir des bouquets à une fantôme. Il aimerait tellement la voir sourire en s'emparant de ce cadeau, et rire lorsque les pétales lui chatouilleraient le visage. « Oui, des tulipes ce sera parfait. » Enfin, c'est ce qu'il suppose. Il n'a a ses côtés ni Beth, ni Lena pour lui dire qu'il fait le bon choix. La question suivant son aveu sur la destinataire le laisse d'abord sans voix. Il pourrait changer de sujet, il pourrait aussi dire la dure vérité. Il ne sait pas, plus. Les mots lui font défaut, et son cerveau ne trouve aucune parade. Les mots quittent ses lèvres sans son consentement. « Elle... » Sa gorge est serrée, ses yeux piquent, il se mord la lèvre et secoue légèrement la tête. « Ça va. » Il ne peut pas se résoudre à dire que c'est terminé. Que la lutte a pris fin, il y a déjà six mois. Il n'a pas envie de le dire, pas envie d'entendre de sincères condoléances pour la énième fois. Il ne connait que trop bien les regards compatissants, et gênés. Le malaise qui plane lorsqu'il laisse tomber ces mots, elle est décédée. La jeune fleuriste n'a pas besoin de savoir, pas besoin de s'attrister pour lui, pour elle. Le monde est devenu bien sombre pour Priam, mais il a appris à épargner les autres. « Elle tient ça de sa mère. Vous avez surement remarqué à quel point je suis perdu ici, ma femme serait plus à l'aise. Et puis, elle aussi, elle parle constamment. » Il esquisse un léger sourire, bien que se souvenir de la ressemblance entre Lena et Beth lui transperce le cœur. C'est bien pour cela qu'ils ne vivent plus ensemble, il ne supporte pas tous ces douloureux rappels à leur enfant. Pourtant, il apprécie l'image qu'en garde Lisbeth, une petite fille pleine de vie et adorable. Il espère qu'un jour, peut-être, c'est également ce qui lui viendra à l'esprit en parlant de sa fille, plutôt que ses derniers moments.

vraiment désolée pour le retard

_________________
all my dreaming torn in pieces
can't you see I'm sick of fighting ? can't you tell I've lost my way ? look at me there's no denying, I won't last another day. (placebo, a million little pieces)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 25/06/2017
déclarations envoyées : 846
pseudo (prénom) : missmady
faceclaim : olivia wilde ♦ mish mish
multinick : aucun

MessageSujet: Re: (lisbeth) elles ont toutes pour moi l'odeur des chrysanthèmes   Lun 28 Aoû - 12:43


elles ont toutes pour moi l'odeur des chrysanthèmes
avec Priam


Les fleurs permettaient souvent d’établir un lien avec les personnes de son entourage, mais également avec des personnes qui lui étaient complètement étrangères. Quand elle avait vu Priam rentrer dans sa boutique, elle se rappelait de cet homme qui avait pour habitude de venir avec sa petite fille dans sa boutique, un homme dans le regard duquel on pouvait lire toute la fierté et l’amour qu’il portait à cette enfant, mais également à la femme qui lui avait fait ce cadeau de la vie. Mais aujourd’hui, en le voyant, elle observait quelque chose de complètement différent. Comme si l’homme qu’elle avait rencontré par le passé n’existait plus. Comme s’il s’en était allé à jamais. Un mélange d’immense tristesse et de colère faisait à présent place sur son visage. Il était en souffrance, une douleur qui le brulait de l’intérieur, Lisbeth le savait, parce qu’elle avait vécu exactement la même chose que lui. Bien sûr, elle ne se doutait pas une seule seconde de la perte immense qu’il avait vécue. Une perte qu’elle ne pouvait imaginer car si un jour elle devait perdre son fils, elle deviendrait sans doute folle. Mais perdre son mari, l’homme qu’elle avait épousé, après seulement deux ans de mariage et alors qu’elle était enceinte, le voir dépérir, ça avait été l’expérience la plus douloureuse de sa vie.
Cette tristesse, elle ne lui fit pas savoir qu’elle l’avait vue, ni même qu’elle la comprenait. Elle ne dit rien, se contentant de lui conseiller les fleurs qu’il était venu chercher.

Les tulipes roses ont toujours leur petit succès. Je vous en mets combien ?

Elle tentait de restait professionnelle devant cet homme qui ne semblait pas enclin à en dire plus que nécessaire. Il ne voulait pas parler d’elle, Lisbeth comprenait ça même si tout un tas de questions se bousculaient dans sa tête. Elle sourit légèrement quand il lui répondit que la petite allait bien. Tant mieux, cette enfant était tellement mignonne. Elle avait la même aura solaire que Jake, son fils. Une aura qui irradiait toute une pièce quand elle y entrait.

C’est bien.

Elle ne fit pas davantage de commentaires, se contentant de prendre quelques tulipes et d’en faire un joli bouquet, qu’elle agrémentait de quelques plantes. Un joli bouquet simple, classique, mais qui avait son charme, indéniablement. Quand Priam lui dit que sa femme serait sans doute plus à l’aise que lui ici, Liz eut un léger sourire. C’était bien souvent le cas, mais elle ne critiquait pas, chacun son domaine de prédilection.

Oh c’est souvent le cas vous savez. Les hommes sont rarement à l’aise ici. Mon mari était très à l’aise, mais c’est sûrement parce que j’étais passionnée par les fleurs. Il adorait rentrer chez le fleuriste et y passer des heures à parler de tout et de rien. Une vraie pipelette.

Et voilà qu’elle se mettait à parler de Ian et de ses souvenirs avec lui. Sans doute pas ce que Priam avait besoin d’entendre.

Désolée, je m’emballe, vous n’êtes pas là pour m’entendre parler de mon mari et de ce qu’il aimait faire.

Elle eut un sourire gêné et préféra se concentrer sur son bouquet.
AVENGEDINCHAINS

_________________
take me back to the start
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (lisbeth) elles ont toutes pour moi l'odeur des chrysanthèmes   

Revenir en haut Aller en bas
 
(lisbeth) elles ont toutes pour moi l'odeur des chrysanthèmes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 07. Une pour toutes et toutes pour une !
» Escapade en bord de mer[PV Lisbeth Blomqvist]
» (Gem&Joa) ⊡ Faune VS Flore ⊡
» J'ai demandé des idées de titre sur la chatbox mais elles craignent toutes (Présentation de Aang Gyaltso)
» [RP Équipage] Les Divinités ne choient-elles pas toutes un jour ou l'autre?

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers :: SOMEWHERE IN BROOKLYN :: Brooklyn Heights-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: