AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça aide énormément le forum à se faire connaître!
VDM
Raconter des anecdotes, se moquer gentiment, lire les histoires des autres,...
Bref, se marrer tout simplement, c'est par là que ça se passe.
November Stands
De l'esthétisme à la nourriture, venez découvrir ce que les artisans de brooklyn
ont à vous proposer, c'est par ici que ça se passe (sous inscriptions uniquement).

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 lost in these modern stuff • topic libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 23/10/2018
déclarations envoyées : 120
pseudo (prénom) : MissMady / Mady
faceclaim : nikki reed by brownie
multinick : liz, cameron et kendall

MessageSujet: lost in these modern stuff • topic libre   Mer 24 Oct - 19:36

lost in these modern stuff
topic libre


Elle avait beau arpenter les allées du centre commercial, regarder au travers des vitrines des magasins, Savannah était complètement perdue. Elle s’était rendue dans sa librairie préférée, et non seulement elle ne reconnaissait pas le nom des derniers auteurs à la mode, mais en plus tout avait changé. Savannah n’était pas habituée à Brooklyn, elle y venait de temps en temps car plusieurs de ses copines y vivaient, mais elle n’arrivait pas à reconnaitre les allées, elle n’arrivait à rien reconnaitre de toute façon. Le centre commercial avait toujours été son repère, l’endroit où ses amis et elle se retrouvaient pour manger une glace, faire les boutiques ou se perdre pendant des heures entre la librairie et le disquaire. Elle avait arpenté toute la galerie commerçante en recherche de son petit disquaire, là où elle passait une fois par semaine pour écouter les nouveautés, mais il n’existait plus, ayant été remplacé par une obscure boutique de vêtements soi-disant à la mode, des vêtements qu’elle ne porterait sans doute jamais.
Depuis son réveil, Savannah avait la drôle de sensation que tout son monde s’écroulait, et peu à peu, elle parcourait ce nouveau monde qui était apparemment le sien, mais elle s’inquiétait de ne rien reconnaitre. Même dans la librairie, qui était supposée être son sanctuaire, elle n’avait même pas le réconfort de reconnaitre le nom de ses auteurs préférés, puisqu’ils avaient été remplacés par d’autres, plus à la mode.

La librairie-papeterie du centre commercial était autrefois l’endroit où elle se rendait souvent, car elle faisait en sorte de se faire livrer tout son matériel de fabrication de bijoux là-bas. Le propriétaire la connaissait bien et il mettait souvent de côté les dernières sorties librairie car il connaissait ses goûts et il savait ce qui, à coup sûr, allait plaire à sa meilleure cliente. Quand il ne l’avait plus vu venir, il s’en était même inquiété auprès de ses parents, et puis il avait compris que ça ne serait plus jamais comme avant.
Savannah était restée plantée pendant quinze minutes devant la librairie, elle tournait, encore et encore, elle avait pris place sur le petit banc, avant observé cette vitrine qu’elle ne reconnaissait pas, et puis finalement elle était rentrée. Elle avait d’abord exploré les allées, touchant les livres du bout des doigts, caressant la couverture cartonnée de ces petites merveilles. Elle s’inquiétait de voir le propriétaire poser un regard aussi soutenu sur elle. Après tout, elle n’était venue là que deux ou trois fois, alors pourquoi la regardait-il de manière aussi insistante ? Elle attrapa finalement un livre qui se trouvait sur les étalages en plusieurs exemplaires, et deux jeunes enfants s’extasiaient devant l’ouvrage en discutant. Savannah plissa les yeux… « Le Labyrinthe ».

C’est quoi ce truc ?

Et à côté, un autre livre dont elle ne savait pas grand-chose. Elle pensait en avoir vaguement entendu parler mais ça s’arrêtait là…

Hunger Games… Mais ils sont où les classiques ?

Où étaient les livres Harry Potter ? Les grands classiques de la littérature américaine ? Et pourquoi ces livres de gamins prenaient-ils place sur le rayon « classiques » de la librairie ? Savannah ne s’était pas rendue compte qu’elle avait parlé si fort, mais nul doute que ce monde dans lequel elle s’était réveillée n’était plus le même. Elle avait vécu dans un cocon quand ses parents avaient décidé de la reprendre avec eux, mais maintenant qu’elle explorait le monde, elle se trouvait encore plus perdue qu’avant.



_________________
† There she goes in front of me Take my life and set me free again
We'll make a memory out of it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Three millions melodies to kill the hurt

date d'arrivée : 19/08/2018
déclarations envoyées : 290
pseudo (prénom) : Dompteuse de lutins/Mag'
faceclaim : Kate Mara
multinick : Aaron Adler & Anabella Blake & Lily Stanford & Nina Coleman

MessageSujet: Re: lost in these modern stuff • topic libre   Sam 27 Oct - 18:51

J’ai tendance à fuir les centres commerciaux. 1. Parce que je suis une introvertie qui en présence de trop de monde se sent rapidement opressée. 2. Parce que j’aimais le charme des rues où les boutiques se succédaient. Malheureusement, one trouvait pas toujours tout ce qu’on voulait dans ces mêmes boutiques et pour dénicher l’un de mes thés favoris, il me fallait affronter les atmosphère bondées, m’y frayer un chemin, jusqu’à trouver la boutique perdue dans un coin du centre commercial. Heureusement pour moi, j’avais prévu le coup, me disant que si je voulais une recharge, c’était maintenant ou jamais. Ensuite Noël approcherait à grand pas, les gens se rueraient ici et venir jusqu’ici serait hors de question.

Mes achats de fait, et profitant du milieu d’après-midi un peu moins bondé, j’avais décidé de flâner un petit peu. Une gaufre achetée dans l’un des points chauds, je longeais les devantures, m’arrêtant de temps en temps. Parfois j’entrais mais ressortait généralement assez vite. Quand je voyais certains vêtements, je me disais que la mode et moi, ça devait faire deux. Je préférais les tenus classiques et confortables. Là où par contre j’étais certaine de ne pas être déçue, c’était la librairie. Ça ne valait pas les petits bouquinistes mais tant pis, la tentation était trop grande.

J’avais déambulé dans les allées, fouinant à droite et à gauche. M’arrêtant parfois pour feuilleter un livre, évaluer si ça pouvait attendre ou si j’étais obligée de l’acheter. Jusque-là, je me montrais plutôt raisonnable, ayant déjà à la maison une certaine quantité de livre dans ce que j’appelais ma « pile à lire. ». C’est une voix familière mais que je n’arrivais pas à reconnaître, qui l’avait fait relever la tête.

Je m’étais retournée et avait reconnu la jeune femme. Ça faisait bizarre de la croiser ici. Pour moi, elle n’existait que dans son bureau, là où nous avions discuté pendant un peu moins d’un an. C’était en 2017. J’étais revenue de mon road trip d’un an et je m’étais sentie prête à parler de Noah, de sa perte, de tout ce qui pouvait me toucher, me perturber. Des choses positives aussi, heureusement. La thérapie m’avait fait du bien mais quand Melle Murray avait eu son accident, j’avais été obligée de poursuivre avec un autre psychologue. Je n’avais jamais réussi à avoir de ses nouvelles mais en l’apercevant ici, de toute évidence en pleine forme, ça m’avait fait plaisir.

Je m’étais rapprochée, moi la timide maladive, mais l’occasion était trop belle de prendre enfin de ses nouvelles et de la remercier. Elle m’avait beaucoup aidé. « Mademoiselle Murray ? » Et là, la douche froide. J’avais vu dans son regard la lueur de ceux qui ne vous reconnaissent pas. Un exemple supplémentaire qui montrait pourquoi je préférais rester souvent dans mon coin. « Euh… Neela Sheppard… » Et je me trouvais un peu bête. Je n’étais pas sa seule patiente, comment avais-je pu pensé qu’elle se souviendrait de moi. « Désolée, je vois que vous ne me reconnaissez pas… Euh… C’est pas grave. » Et je me sentais devenir rouge comme une pivoine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 23/10/2018
déclarations envoyées : 120
pseudo (prénom) : MissMady / Mady
faceclaim : nikki reed by brownie
multinick : liz, cameron et kendall

MessageSujet: Re: lost in these modern stuff • topic libre   Sam 27 Oct - 23:25

lost in these modern stuff


Savannah ne connaissait personne, et même si c’était le cas, de toute façon elle ne reconnaitrait sans doute pas ces personnes. Elle était frustrée, frustrée d’avoir oublié un pan de sa vie aussi important. Quand on y pensait bien, c’était un sixième de sa vie qu’elle avait oublié… ou un cinquième, ça dépendait de quel point de vue on décidait de se placer, celui de la normalité ou le sien. Celui d’une gamine de vingt-cinq ans fraichement sortie de son école de psychologie qui ne sait pas encore ce qu’elle va faire de sa vie. Mais cette gamine elle n’existait plus, puisqu’elle travaillait à présent depuis presque cinq ans, qu’elle était fiancée et apparemment très heureuse dans son ménage, qu’elle allait épouser cet homme merveilleux avant que tout cela ne s’effondre comme un château de cartes.
Triste réalité que de se rendre compte que votre entourage vous regarde comme une bête de foire, avec la tristesse et l’espoir dans le regard de vous voir retrouver ces quelques bribes de souvenirs. Et chaque soir la même chose, aucun changement, pas le moindre petit changement.
Elle ne se rappelle de rien Savannah, elle est perdue au milieu de toutes les informations qu’on veut bien lui donner, elle pense toujours que Barack Obama est président des Etats-Unis, elle pense que Benoit XVI est toujours Pape, que Hugo Chavez vient de mourir, et puis les attentats de Boston. Son dernier souvenir, avril deux mille treize, et après ça le néant le plus total.
Alors ces noms rédigés sur les pages des livres, ces films sortis qui ont fait un tel malheur, la renaissance de Star Wars, elle n’y comprend rien.

Et puis son nom. Il lui avait fallu quelques secondes pour réagir, pourtant son nom elle ne l’avait pas oublié, ah ça non. Mademoiselle Murray, c’était bien elle. Savannah avait relevé la tête devant cette femme, cette inconnue, et elle plissait les yeux pour tenter de se rappeler quelque chose, n’importe quoi. Mais rien ne lui venait. Elle devait appartenir à son « autre » vie.

Oui ?

Elle était devenue rouge la jeune fille, autant qu’elle devait être en train de devenir blême. Elle détestait cette sensation d’impuissance quand elle se rendait compte que les gens se rappelaient d’elle mais qu’elle, elle était incapable de savoir qui ils étaient. Elle s’en voulait tellement. Et cette Neela, elle semblait presque désolée de l’avoir abordée alors qu’en réalité, elle n’y était pour rien. Avant, Savannah avait une bonne mémoire des visages et des prénoms, mais là c’était devenu tellement compliqué…

Ne vous excusez pas… Vous n’y êtes pour rien.

Savannah plongea les yeux sur un livre, une couverture, n’importe laquelle, ses pieds faisaient aussi très bien l’affaire. La brune releva finalement les yeux sur son interlocutrice pour lui répondre :

Contente de vous revoir, apparemment on se connait. Je… euh… J’ai eu un accident, et j’ai perdu une partie de ma mémoire. J’imagine que… j’ai dû vous rencontrer dans les cinq dernières années ?

Raconter son histoire, encore et encore, frustration du quotidien.




_________________
† There she goes in front of me Take my life and set me free again
We'll make a memory out of it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Three millions melodies to kill the hurt

date d'arrivée : 19/08/2018
déclarations envoyées : 290
pseudo (prénom) : Dompteuse de lutins/Mag'
faceclaim : Kate Mara
multinick : Aaron Adler & Anabella Blake & Lily Stanford & Nina Coleman

MessageSujet: Re: lost in these modern stuff • topic libre   Ven 2 Nov - 19:59


On a beau savoir qu’on est une patiente parmi tant d’autre, on espère quand même que la personne à qui on livre beaucoup de soi, même ce don on n’est pas fier et surtout ce qu’on ne saurait pas dire aux autres, se souviendrait de nous. Ignorant tout de la nouvelle situation de Savannah Murray, je me sentais juste un peu bête de l’avoir dérangée pour rien. J’allais la laisser tranquille, cacher ma honte dans les autres rayons de la librairie au moment où elle reprenait la parole.

Une perte de mémoire. J’avais eu du mal à cacher ma surprise et l’émotion qu’une telle information pouvait provoquer. Je comprenais pourquoi je ne lui disais rien, même pas un air un peu familier. « Euh… oui… En fait… » Oh et puis pourquoi prendre des pincettes, elle ne se souvenait pas alors autant dire les choses précisément. « Je vous ai consultée entre janvier 2017 et décembre 2017. Essentiellement pour parler du décès de mon fiancé en 2015… » Je n’arrivais pas imaginer l’effet que ça pouvait faire. Si je perdais la mémoire comme elle, sur une étendue de cinq ans si j’avais bien suivi, alors je me réveillerai en croyant Noah encore vivant. Non, vraiment, je crois que personne ne pouvait réaliser tout ce que ça impliquait d’oublier tout de sa vie. L’obsessionnelle du contrôle que je suis aurais du mal à ignorer tout de son passé récent. « On m’avait dit que vous aviez eu un accident, mais j’ignorais que vous aviez perdu la mémoire… » En même temps, on ne nous devait rien à nous, patient. Juste une brève explication, des coordonnées laissées pour poursuivre les séances. Depuis j’avais trouvé un autre thérapeute que je continuais de voir une fois par semaine. Ça faisait partie de ma routine.

« Je suis contente de savoir que vous vous en êtes sortie malgré tout… » Même si ce n’était pas sans séquelles. « Enfin… je veux dire, à part vos souvenirs, vous… vous allez bien ? » Ce serait déjà ça après tout. J’étais un peu mal à l’aise. Je ne voulais pas qu’elle ait l’impression que j’avais pitié. De la compassion, oui, mais de la pitié non. « J’ai du mal à imaginer ce que ça doit être… » La ville évoluait si vite, elle devait se sentir perdue. Et puis une situation comme la nôtre, ça devait arriver souvent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 23/10/2018
déclarations envoyées : 120
pseudo (prénom) : MissMady / Mady
faceclaim : nikki reed by brownie
multinick : liz, cameron et kendall

MessageSujet: Re: lost in these modern stuff • topic libre   Ven 2 Nov - 21:35

lost in these modern stuff


Rencontrer des personnes qu’elle connaissait depuis les cinq dernières années était toujours quelque chose de très compliqué pour Savannah, elle avait la sensation de décevoir ces personnes, et puis finalement ce sont ces personnes qui la décevaient parce qu’elle ressentait la pitié dans leur voix ou dans leurs yeux.
Mais cette fois-ci, elle ressentait quelque chose de sensiblement différent, comme si la jeune femme avait elle aussi vécu des choses difficiles, comme si elle souffrait intérieurement pour une raison ou une autre. Savannah l’écouta avec attention et quand elle lui avoua qu’elle l’avait consultée de janvier à décembre deux mille dix-sept, elle comprit qu’elle avait certainement été l’une de ses dernières patientes, avant l’accident de voiture, avant qu’elle ne perde sa mémoire. Savannah sourit légèrement avant de lui répondre :

Je suis désolée pour votre fiancé. Et du coup je comprends pourquoi je ne vous ai pas reconnue.

Apparemment, le secrétariat du bureau avait prévenu ses anciens patients qu’elle avait eu un accident mais on n’avait rien ajouté d’autre par rapport à cet accident. La jeune femme se rendait compte que ça devait être très perturbant pour eux de commencer une longue thérapie avec un psychologue et puis, du jour au lendemain, devoir en changer sans que l’on ne leur explique réellement pourquoi. Savannah passa une main dans ses longs cheveux bruns avant de reprendre la parole, en réponse au commentaire de la jeune femme :

J’imagine que ma secrétaire n’a pas réellement voulu rentrer dans les détails. Vu que je suis restée trois semaines dans le coma, on ne savait pas comment je serais à mon réveil.

Ni même si elle allait se réveiller d’ailleurs. Personne ne savait pas comment elle allait être, personne ne savait si elle s’en sortirait, personne ne savait si elle retrouverait la mémoire. On ne savait rien, et on ne savait toujours pas comment son amnésie allait continuer. Allait-elle retrouver ses souvenirs ou garderait-elle toute sa vie un trou béant de cinq ans dans son existence ?
Jetant un coup d’œil aux livres qui l’entouraient, la belle brune poussa un profond soupir avant de reprendre la parole en réponse à la question de la jeune femme :

Oh oui, on peut dire que je vais bien. Ou en tous cas que je vais mieux. Disons que je suis toujours un peu paumée, j’ai appris que j’avais emménagé à Brooklyn, que je devais me marier deux semaines après mon accident. Je ne reconnais pas la plupart des acteurs, chanteurs ou groupes à la mode, encore moins certaines séries de livres qui ont l’air tendance. Mais je m’y fais.

Elle sourit légèrement. Pour le moment elle avait du mal à en rire réellement, mais elle faisait de son mieux pour prendre sa nouvelle vie à la rigolade tant elle ne savait pas comment faire autrement.




_________________
† There she goes in front of me Take my life and set me free again
We'll make a memory out of it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Three millions melodies to kill the hurt

date d'arrivée : 19/08/2018
déclarations envoyées : 290
pseudo (prénom) : Dompteuse de lutins/Mag'
faceclaim : Kate Mara
multinick : Aaron Adler & Anabella Blake & Lily Stanford & Nina Coleman

MessageSujet: Re: lost in these modern stuff • topic libre   Dim 4 Nov - 20:08


Cela devait être fatiguant de devoir répéter et répéter encore son histoire. Je m’en voulais de l’avoir mise encore une fois dans une telle position mais j’étais malgré tout contente de la revoir. Au moins j’avais confirmation qu’elle s’était remise de son accident même si la mémoire lui faisait défaut. « Merci, c’est gentil. » Et je rajoutais avec un petit sourire tout doux. « Et moi je comprends pourquoi j’étais une parfaite inconnue à vos yeux. » Dire que je lui avais raconté toute ma vie ou presque et que tout était parti avec ses souvenirs. C’était étrange comme sensation.

« Oh oui et elle a bien fait de rester discrète… » Même si pendant un bon moment, je m’étais demandé si la psychologue s’en était seulement sortie. Aujourd’hui j’avais mes réponses. « Je n’avais pas réalisé que ça faisait déjà presque un an, c’est en vous apercevant que c’est revenu. » Déjà presque une année entière depuis son accident. Le temps filait toujours trop vite.

Elle faisait l’inventaire, entre autres, des choses nouvelles, des changements qu’elle avait du appréhender. En cinq an, on avait l’occasion de faire tellement de choses, de prendre tellement de décision. « Ce sont de sacré bouleversement… Mais vous êtes bien placée pour savoir que le temps est votre meilleur allié, vous allez prendre vos marques. » Enfin sauf si en plus de son mariage, c’est son fiancé qu’elle avait oublié mais je ne voulais pas me montrer indiscrète. Ce n’était pas une bête de foire en face de moi mais un être humain.
« Chose positive, si on peut dire, vous pouvez revivre le plaisir de découvrir de chouettes musiciens, livres et film… Et si vous êtes bien conseillée, d’éviter le pire du pire dans ces mêmes domaines. » Par exemple, moi, je lui ferai fuir 50 Shades of Grey – sorry, not sorry - et cie. D’ailleurs je n’avais jamais lu aucun des livres de la série, ni vu aucun des films. Ça ne m’intéressait tout simplement pas.

« En tout cas, je sais que c’est bizarre parce qu’au final, on ne se connaît pas… Mais si vous avez besoin de quelqu’un pour vous guider un peu dans Brooklyn, ou même juste ici pour avoir un petit tour des rayons, n’hésitez pas. » Après tout, je n’étais pas incollable sur tout mais je pouvais toujours lui parler de quelques livres coups de cœur, de même pour les films ou les chanteurs. « Est-ce qu’il y a des nouvelles choses que vous venez de découvrir et que vous avez aimé ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 23/10/2018
déclarations envoyées : 120
pseudo (prénom) : MissMady / Mady
faceclaim : nikki reed by brownie
multinick : liz, cameron et kendall

MessageSujet: Re: lost in these modern stuff • topic libre   Sam 10 Nov - 7:58

lost in these modern stuff


Savannah s’était toujours sentie incroyablement triste d’avoir perdu ses souvenirs, elle se rendait compte qu’au final, il y avait peu de chances qu’ils reviennent un jour. Et ça la rendait triste aussi pour les gens qui l’entouraient, les gens qui l’aimaient et qui ne pouvaient plus partager des moments de bonheur avec elle, car elle ne se souvenait tout simplement pas d’eux. Tout ça lui faisait beaucoup de peine, et elle avait presque tendance à s’en vouloir alors que pourtant, elle n’y pouvait strictement rien. Mais c’était plus fort qu’elle, comme une voix dans sa tête qui lui disait qu’elle était responsable du malheur de son entourage, alors que c’était complètement faux.

Désolée pour ça, je vous jure que je préfèrerais me rappeler de tout. Même des mauvais moments, ça serait tellement plus simple.

Elle se sentirait surtout moins perdue au milieu de tous ces trous noirs qui complétaient sa vie. La jeune femme haussa les épaules, c’était ainsi et elle ne pouvait rien y faire. Neela ne s’était visiblement pas aperçue à quel point le temps filait vite. Il s’agissait certainement d’une histoire de perspective parce que Savannah, elle prenait la mesure de chaque jour, de chaque heure qui passait, et ça la rendait complètement folle. Pour Savannah, le temps était devenu son pire ennemi, elle avait l’impression que ça faisait tellement, tellement longtemps qu’elle était perdue dans cet abysse de solitude.

Si seulement je pouvais perdre la notion du temps. J’ai l’impression que le temps est devenu mon ennemi, je vois passer chaque jour sans souvenir comme un ennemi.

Mais elle ne pouvait pas s’étendre davantage auprès de cette femme qui avait, apparemment, vécu elle-même un grand drame. Cela ne l’intéressait probablement pas de l’entendre parler de ses problèmes, de son envie de s’enfuir en courant, de quitter cette ville où tellement de personnes la connaissaient pour partir loin, là où elle pourrait recommencer à zéro sans que personne ne sache qui elle est ou ce qui lui était arrivé. Recommencer, tout recommencer. Alors, elle vit le changement de sujet de conversation comme une bénédiction. Parler de musique et de livres, excellente idée. Et c’est vrai qu’elle allait pouvoir être conseillée sur les dernières choses à la mode, ce qui était plutôt un point positif dans tout ce bordel que représentait sa vie pour le moment.

Vous avez tendance à voir le positif, c’est bien. C’est vrai qu’il y a tellement de choses qui ne me disent rien du tout. Genre…

Elle attrapa un livre avec le beau Jamie Dornan en couverture. Il était carrément sexy ce mec, mais le résumé ne lui disait rien qui vaille, restait à voir si elle avait raison.

Ça. La couverture est pour le moins attirante, mais le résumé, mon Dieu, dites-moi que je ne me trompe pas en disant que ça a l’air complètement horrible.

Pas le genre de lecture qui passionnait réellement la jeune femme en tous cas. Quand Neela lui proposa, gentiment, de la guider un peu à travers les rayons ou dans d’autres aspects de sa nouvelle vie, Savannah y vit une chance d’enfin être guidée par quelqu’un qui semblait vouloir sincèrement l’aider, à travers les rues de ce quartier qu’elle ne connaissait pas.

Vous connaissez bien Brooklyn ? Parce que je vous avoue que dans mes derniers souvenirs, je vivais à Manhattan, et je m’y perds complètement ici. Je me contente encore d’emprunter les seules rues que je connaisse et je me suis aventurée nulle part dans le quartier.

Elle se contentait de son cabinet, la station de métro, un ou deux cafés qui étaient sur son chemin, son appartement et voilà tout. Elle venait de découvrir le centre commercial et ça s’arrêtait là. Neela souhaitait partager avec elle ses coups de cœur, et c’était plutôt agréable d’avoir enfin ce qu’elle pouvait qualifier de conversation normale avec quelqu’un.
Pas quelqu’un qui s’inquiétait uniquement de son état physique ou psychique mais quelqu’un qui avait vraiment envie de discuter avec elle. La normalité avait du bon.

En livres, je n’ai encore trop osé m’y aventurer. Oh si, j’ai lu… « La fille du train », vous connaissez ? Sinon j’ai découvert quelques films aussi, « Gone Girl » notamment. C’était très bien.

Savannah avait du mal à savoir par quoi commencer, alors elle tapait parfois une année au choix dans Google et elle choisissait quelque chose qui n’avait pas l’air trop mauvais. Une technique comme une autre.



_________________
† There she goes in front of me Take my life and set me free again
We'll make a memory out of it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: lost in these modern stuff • topic libre   

Revenir en haut Aller en bas
 
lost in these modern stuff • topic libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Après midi shopping [Topic Libre]
» Un fusain, il me faut un fusain [topic libre]
» Un nain aveugle dans les rues d'une cité sur pilotis [topic libre]
» → intrigue 6 : le marché nocturne de Pré-au-Lard (topic libre)
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers ::  :: Williamsburg-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: