AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça aide énormément le forum à se faire connaître!
VDM
Raconter des anecdotes, se moquer gentiment, lire les histoires des autres,...
Bref, se marrer tout simplement, c'est par là que ça se passe.
November Stands
De l'esthétisme à la nourriture, venez découvrir ce que les artisans de brooklyn
ont à vous proposer, c'est par ici que ça se passe (sous inscriptions uniquement).

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 #1113 Ashton ◘ put your hand in mine and pulled me back from things divine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
there's nothing i wouldn't do

date d'arrivée : 27/08/2017
déclarations envoyées : 1374
pseudo (prénom) : arwiie
faceclaim : Johanna Braddy by .cranberry et gainsboro
multinick : Liam Kicket

MessageSujet: #1113 Ashton ◘ put your hand in mine and pulled me back from things divine   Mar 2 Oct - 18:28




put your hand in mine and pulled me back from things divine



Que le hasard t'installe à côté de moi dans l'avion, je pouvais encore le croire, mais que tu drague ma colocataire, y'à un moment où ça fait trop de coïncidences! déclarais-je dès que la porte s'ouvrit sur Ashton. Marley est une fille exceptionnelle, mais une fille qui n'a pas toujours eu la vie facile. Elle n'a pas besoin d'un psychopathe qui s'amuse avec elle. Je vais donc te demander de ne plus l'approcher ajoutais-je le plus sérieusement possible. Je le fixai un instant, tentant de ne pas admettre qu'il était terriblement beau et que l'avoir en face de moi avait le don de me déstabiliser. Pourtant, j'étais plus que jamais déçue par son attitude et je réalisais petit à petit que je ne le connaissais pas autant que ce que j'imaginais lorsque nous étions en couple. Après quelques secondes, je trouvais la force de me détacher de lui et tournais les talons pour descendre l'escalier qui m'avait mené jusqu'ici.

Cet immeuble, je ne pensais jamais y remettre les pieds. Pourtant, suite à ce que j'avais vu cet après-midi je n'avais pas eu d'autre choix. J'étais sous la douche lorsque Marley avait quitté l'appartement, mais, curieuse de connaître sa nouvelle conquête, j'avais jeté un œil par la fenêtre tandis qu'elle montait dans une voiture. C'est d'ailleurs cette voiture que j'avais d'abord reconnu, avant de réaliser que le conducteur était bel et bien celui que j'avais imaginé: Ashton. Enroulée dans mon essuie, j'étais restée de longues minutes plantée devant la fenêtre. J'étais tout simplement incapable d’admettre ce que je venais de voir. Et pourtant, il avait fallu que je me rende à l'évidence. Après m'avoir suivie dans l'avion vers Washington, mon ex se rapprochait à présent de ma colocataire. Je ne comprenais pas du tout pourquoi il lui avait fallu tous ces mois pour avoir soudainement envie de renouer contact avec moi, mais ce n'était visiblement pas anodin. A la rigueur, la douleur que j'avais ressentie de le voir dans ce fameux vol, je pouvais l'admettre. Après tout, j'avais moi même rêvé plusieurs fois de le revoir. En revanche, qu'il utilise Marley pour me blesser, je ne pouvais l'admettre. D'ailleurs, pour ne pas l'ennuyer avec cette histoire, j'avais préféré ne pas la mêler à tout cela. Lorsqu'elle était rentrée fin de journée, j'avais prétexté un rendez-vous avec des collègues pour me rendre chez Ashton. Les choses se devaient d'être mises au clair une bonne fois pour toute.

made by roller coaster





@Ashton Roberts

_________________
since you've been gone
Since you've been gone been dancing on my own there's boys up in my zone but they can't turn me on 'cause baby you're the only one I'm coming for
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quietlittlelovers.forumactif.com/t726-i-never-knew-what-i
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 19/09/2018
déclarations envoyées : 235
pseudo (prénom) : pollo (alexandra)
faceclaim : Alexander Ludwig (moonic)
multinick : Abraham Wright

MessageSujet: Re: #1113 Ashton ◘ put your hand in mine and pulled me back from things divine   Mer 3 Oct - 13:37



put your hand in mine and pulled me back from things divine

ft. @cayla wayne


Les retrouvailles avec Marley Amberson s'étaient super bien passées. Physiquement, par rapport au souvenir que j'avais d'elle... la belle blonde était presque méconnaissable. En revanche, j'avais retrouvé en elle la gamine qui se mêlait à notre bande de mecs à la fac, celle qui n'hésitait jamais à nous suivre quand l'un de nous avait une idée de merde, cette fille avec qui je m'étais si bien entendu à l'époque. J'étais même resté en couple avec sa pote un peu plus longtemps que prévu, parce que les mecs avaient peur qu'en larguant ma copine, Marley ne vienne plus traîner avec nous par solidarité. Ce n'était pas arrivé, mais son départ de Vancouver avait tout de même fini par nous séparer. Nous nous étions perdus de vue, jusqu'à ce jour où je l'avais reconnue sur une photo, postée par Cayla sur Instagram. Ces derniers temps, j'avais l'impression que le Destin forçait un peu les choses. D'abord, le trajet en avion avec Cayla. Puis, sa colocation inopinée avec une de mes vieilles potes... je ne savais pas si je devais y voir un signe, mais évidemment je pensais encore plus souvent à elle que d'habitude. Après avoir déposé Marley chez elles, sans y croiser Cayla, j'étais rentré chez moi. La soirée était déjà bien avancée, je m'étais glissé sous la douche avant de faire quoi que ce soit d'autre. Lancer un film, ou aller me coucher... j'hésitais encore un peu quant à mon programme du soir. Après tout, nous étions vendredi. Je n'étais pas obligé de me lever tôt le lendemain. Une fois le corps séché par une large serviette éponge, j'enfilai un simple short de pyjama vert à l'effigie de Hulk – no comment – et me dirigeai vers la cuisine en vue de me faire un thé. Si je ne buvais jamais de café, le thé en revanche avait une place importante dans mes placards. Ne se passait pas une journée sans que je n'en boive. J'étais en train de remplir ma boule à infuser lorsque la sonnette retentit, ce qui me fit relever le nez vers la porte d'entrée. A cette heure-ci, j'imaginais qu'il s'agissait de Lily, ma voisine. On s'entendait super bien, et il n'était pas rare qu'on squatte l'appartement de l'autre quand on s'emmerdait chez nous. Je me dirigeai donc vers la porte d'entrée, absolument pas prêt quant au choc que j'allais ressentir en ouvrant celle-ci.

Cayla Wayne se trouvait sur le pas de ma porte, ce qui me laissa littéralement sans voix. Et quand bien même j'aurais été capable de parler, elle ne m'en laissa pas le temps. La belle infirmière me rappela le hasard de notre rencontre dans l'avion, puis m'accusa d'utiliser sa colocataire pour l'atteindre. Elle pensait que je cherchais à séduire Marley, qui n'avait pas besoin qu'un psychopathe s'attaque à elle. C'était la deuxième fois en peu de temps qu'elle me prenait pour un dingue, j'entrouvris les lèvres – réellement abasourdi par ce qu'elle venait de me dire – mais aucun son n'en sortit. Quelques secondes s'écoulèrent, bien trop rapide. Prit-elle mon silence pour des aveux ? Toujours est-il que Cayla tourna les talons et s'engouffra dans la cage d'escaliers. J'aurais pu la laisser partir. Non ? Non. C'était totalement inenvisageable. Je ne pensais plus la revoir chez moi, jamais. C'était sans doute ce qui m'avait surpris au point de me mettre en mode veille, mais à présent qu'elle partait mon instinct me poussa à faire quelque chose. Je me précipitai à sa suite dans la cage d'escaliers. « Cayla ! », je dévalai quelques marches, et tendis la main pour m'emparer de la sienne et la retenir. « Attends, Cayla. C'est pas ce que tu crois ». Je sais ce que vous vous dites : ils disent tous ça, les beaux parleurs. Et la belle blonde devait probablement penser la même chose, s'attendre à ce que je la baratine. J'ajoutai dans la précipitation : « Je connais Marley depuis une petite dizaine d'années, elle était au lycée avec ma copine de l'époque, quand j'étais en fac ». Je n'avais pas lâché sa main, mais je ne la serrais pas pour l'empêcher de l'enlever : libre à elle de se libérer, si elle en avait envie. Le contact de sa peau, moi... il me faisait du bien. Je me souvenais très bien de l'envie que j'avais eue dans l'avion, l'envie de ressentir ce contact à nouveau. Particulièrement, lorsqu'elle avait pleuré. « Loin de moi l'idée de la draguer, je l'ai simplement retrouvée grâce à... ta photo, sur Instagram ». Je ne savais pas si Cayla était au courant de la transition de Marley. Je ne pouvais pas donc prendre le risque de lui dire que le fait qu'elle était née homme m'aurait totalement bloqué dans le cadre d'une relation amoureuse avec elle – ce qui aurait pourtant été une super preuve de ce que j'annonçais à la belle blonde. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle me croit, malgré tout. Un courant d'air venant d'en bas me fit frissonner. Au vu du peu de tissus que j'avais sur le dos, j'aurais adoré poursuivre la conversation ailleurs. Dans mon appartement, par exemple.
awful pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
there's nothing i wouldn't do

date d'arrivée : 27/08/2017
déclarations envoyées : 1374
pseudo (prénom) : arwiie
faceclaim : Johanna Braddy by .cranberry et gainsboro
multinick : Liam Kicket

MessageSujet: Re: #1113 Ashton ◘ put your hand in mine and pulled me back from things divine   Ven 5 Oct - 12:34




put your hand in mine and pulled me back from things divine



En quelques mois de relation, il n'y avait jamais eu une seule confrontation entre Ashton et moi. Tout se passait pour le mieux et nous étions sur un petit nuage, comme tous les couples récemment formés. Il avait suffit d'une petite étincelle pour mettre le feu aux poudres. Une petite étincelle qui rendait chacune de nos rencontres agressives. Je regrettais sincèrement de m'être présentée chez lui dans le seul et unique but de l’assommer de reproches. Sauf qu'entre nous, les choses étaient ainsi à présent. Nous ne nous comprenions plus et, surtout, je refusais qu'il tente de réintégrer ma vie de façon sournoise. A moins que les événements des derniers jours ne soient pas destinés à me revoir, mais simplement à me faire souffrir. Finalement, ses desseins importaient peu. Une seule chose comptait: je voulais qu'il reste à distance.

Je venais de lui déclarer de façon plutôt concise tout ce qui me posait problème, et je finis par tourner les talons. Depuis que j'étais partie de chez moi, je me répétais en boucle les phrases à prononcer une fois qu'il me ferait face. Je savais qu'il me faisait toujours autant perdre mes moyens. Par ailleurs, me retrouver devant cet appartement où j'avais séjourné à de nombreuses reprises ne m'avait pas aidée à me concentrer. Mais, pire que tout et facteur imprévu, Ashton était à moitié vêtu, visiblement déjà en pyjama. J'avais cependant eu l'énergie de partir sans m'étendre plus que prévu sur le sujet. Je n'étais pas venue pour le voir, et encore moins pour discuter. Je n'étais là que pour le mettre en garde, et c'était chose faite. Tandis que je descendais les marches d'escalier, je priais intérieurement pour qu'il ne réagisse pas. Qu'il me laisse au moins l'occasion de franchir un palier, histoire que je puisse fuir avant qu'il ne décide d'une confrontation. Pour mon plus grand malheur, il ne me laissa que quelques secondes de répit et m'interpella tout en saisissant ma main pour m'empêcher de fuir. Malgré la situation déplaisante, moi qui rêvais de disparaître, je devais admettre que ce contact avait quelque chose d'agréable. Toutefois, j'avais parfaitement conscience que la douce sensation de nos mains l'une dans l'autre ne me faisait du bien que de façon temporaire. Un peu comme une dose d'alcool qui laisse rêveur jusqu'à ce qu'elle soit assimilée et ne laisse plus place qu'aux regrets.

Attends, Cayla. C'est pas ce que tu crois. Je connais Marley depuis une petite dizaine d'années, elle était au lycée avec ma copine de l'époque, quand j'étais en fac Vraiment? Je le fixai un instant, cherchant à déceler une expression sur son visage qui trahirait un mensonge. Pourtant, il n'était pas idiot, s'il ne s'agissait que d'un bobard, j'aurais bien vite fait de le savoir en posant la question à Marley. Je n'imaginais pas un instant qu'ils puissent être de mèche, j'avais une confiance sans faille en ma colocataire. Suite à cette courte réflexion, je dus me rendre à l'évidence, j'étais parano. Parano et tout à fait ridicule. C'est Ashton qui devait à présent croire que j'étais prête à tout pour le voir. Pourtant, il reprit la parole en cherchant à compléter son explication, pour me convaincre au mieux. Loin de moi l'idée de la draguer, je l'ai simplement retrouvée grâce à... ta photo, sur Instagram J’acquiesçais doucement, toujours aussi perdue face à ce qui venait de se dérouler. J'aurai dû parler à Marley au lieu de débarquer en furie ici. Peut-être fallait-il que j'admette avoir eu envie de voir Ashton. Peut-être fallait-il aussi que j'admette que cette rencontre dans l'avion m'avait changée, car jamais je n'aurais remis les pieds ici avant ce fameux vol. Par ailleurs, il fallait aussi que je me rende à l'évidence: Marley et Ashton étaient amis et j'allais devoir vivre avec ça. J'allais devoir vivre avec le fait que ma colocataire connaîtrait tout de la vie de l'homme que j'aime tandis que je chercherai désespérément à l'oublier. Bouleversée, je décidai de m'asseoir sur une marche d'escalier, le temps de reprendre mes esprits. Arracher ma main à la sienne me procura une étrange sensation, mais me permit de réfléchir un peu plus raisonnablement. D'accord, je te crois. Eh bien, excuse moi d'avoir débarqué chez toi de la sorte déclarais-je pensive, fixant le carrelage tacheté qui servait de plaintes à la base des murs. J'étais dans de beaux draps. Je n'aurais pas du te traiter de psychopathe, mais admets que ce sont des coïncidences dures à admettre... Sans doute était-il temps de partir, mais j'avais l'impression que trop de choses se jouaient ces derniers temps. Une infime partie de moi se réjouissait de ces situations. Se réjouissait qu'il ait pu chercher à s'installer à mes côtés dans l'avion et qu'il ait pu vouloir me revoir en s'approchant de Marley. Et cette infime partie de mon être prenait tout à coup beaucoup de place, regrettant amèrement qu'en fait, il n'ait rien tenté pour que l'on se retrouve. Alors si je partais, sans doute aurais-je une nouvelle fois à l'oublier. J'avais suffisamment tenté de le faire.

made by roller coaster





@Ashton Roberts

_________________
since you've been gone
Since you've been gone been dancing on my own there's boys up in my zone but they can't turn me on 'cause baby you're the only one I'm coming for
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quietlittlelovers.forumactif.com/t726-i-never-knew-what-i
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 19/09/2018
déclarations envoyées : 235
pseudo (prénom) : pollo (alexandra)
faceclaim : Alexander Ludwig (moonic)
multinick : Abraham Wright

MessageSujet: Re: #1113 Ashton ◘ put your hand in mine and pulled me back from things divine   Ven 5 Oct - 14:35



put your hand in mine and pulled me back from things divine

ft. @cayla wayne


Me prendre un coup de poing en pleine figure m'aurait probablement fait moins mal que de la sentir retirer sa main de la mienne si vivement. Malgré le fait qu'elle l'y avait laissée de longues secondes, la retirer de la sorte m'envoyait un message assez clair. Un message qu'elle m'avait déjà envoyé des mois plus tôt, mais que j'avais toujours autant de mal à accepter. J'étais comme ça, en amour... je ne savais pas tourner la page comme on change de chemise, il me fallait des mois et des mois – parfois même des années – pour oublier les sentiments que j'éprouvais pour une femme. Sentiments qui étaient rares, puisqu'en 31 ans d'existence, je n'avais aimé que deux femmes. L'infirmière se laissa tomber sur une marche, s'asseyant en plein milieu du couloir pour finalement me dire qu'elle me croyait. Je descendis quelques marches et me tournai vers elle, pour lui faire face sans avoir à trop baisser les yeux. « C'est rien » lâchai-je, et j'avais envie d'ajouter que j'étais content de la voir... mais au vu de sa réaction lors de notre dernier échange de messages le lendemain de son anniversaire, je préférai m'abstenir. Dès que j'avais insinué qu'elle me manquait encore à l'heure d'aujourd'hui, la belle blonde avait coupé court et avait prétexté la nécessité de retourner travailler. J'étais quasiment sûr et certain qu'elle m'avait menti, et qu'elle avait simplement fui la discussion. Je m'étais d'ailleurs excusé directement, pour ne jamais recevoir de réponse. Je souris tristement lorsqu'elle me dit que c'était la deuxième fois qu'elle me traitait de psychopathe. « Si je dois être tout à fait honnête avec toi, je n'aurais pas retrouvé Marley si je n'avais pas... plus ou moins été... tu sais, checker ton profil Instagram ». Oui, ça me faisait mal au cul de le reconnaître, mais j'y passais régulièrement parce que je ne supportais pas l'idée de la savoir avec un autre, parce qu'elle me manquait, parce que j'avais envie de savoir ce qu'elle faisait – même si ça me faisait souvent mal. Quelques secondes de silence. Aucun de nous ne semblait avoir envie de bouger. Je crevais d'envie de lui proposer de monter, pour discuter. J'en avais tellement envie que mon cœur battait plus vite, que mes mains devenaient un peu plus moites à l'idée qu'elle refuse. Je commençai à remuer nerveusement d'un pied sur l'autre. J'avais envie de rester près d'elle, et Cayla de son côté semblait ne pas vouloir décoller de cette cage d'escaliers. « Tu... » commençai-je, hésitant... « tu veux monter, un peu ? J'étais en train de me faire un thé. Si tu veux... on peut discuter, sans risquer d'attraper la mort ». Oui, ce dernier argument me concernait surtout parce que contrairement à la belle blonde, je n'étais pas très habillé et avec l'automne qui pointait le bout de son nez, les températures commençaient sérieusement à diminuer, surtout en fin de soirée / début de nuit. Je la regardais avec un regard presque de chien battu, pendu à ses lèvres comme un idiot. Je ne savais pas si c'était une bonne idée. Je ne savais pas si elle dirait oui, et de quoi on parlerait si c'était le cas. Ce dont j'étais sûr en revanche, c'est que je n'avais pas envie qu'elle s'en aille.
awful pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
there's nothing i wouldn't do

date d'arrivée : 27/08/2017
déclarations envoyées : 1374
pseudo (prénom) : arwiie
faceclaim : Johanna Braddy by .cranberry et gainsboro
multinick : Liam Kicket

MessageSujet: Re: #1113 Ashton ◘ put your hand in mine and pulled me back from things divine   Ven 5 Oct - 15:23




put your hand in mine and pulled me back from things divine



Est-ce que je peux vraiment tirer la conclusion qui me brûle les lèvres? Est-ce que je peux m'autoriser à penser que nous avons tous les deux l'envie d'un nouveau départ? Parce qu'après tout, c'est ce que nos comportements semblent prouver, pas vrai? Depuis des mois je craignais, disons plutôt que j'étais persuadée, qu'Ashton m'avait oubliée et avait tourné la page. Pourtant, il m'a répété à plusieurs reprises que je lui avais manqué. Quant à la cause de notre dispute, il avait spontanément tenu à mettre les choses au clair, allant même jusqu'à affirmer qu'il voulait m'aider à retrouver Dean. Par ailleurs, j'ai fini par me rendre à l'évidence: je ne parviendrai pas à l'oublier. Ce n'est pas claquer la porte au mois de mars dernier qui aurait pu suffire à tout changer. Je l'aimais à l'époque, et j'ai conscience que ces sentiments ne sont pas tout à fait partis. Je sais aussi qu'avant de le rencontrer, j'étais anéantie et incapable d'aller de l'avant, alors qu'après lui, je me suis sentie la force de lutter. Il m'a changée et m'a ouvert les yeux sur ce que pouvait être un couple. C'est aussi grâce à notre relation que j'ai réalisé qu'avec Josh, rien n'avait jamais été sincère. En conclusion, je ne voyais rien qui m'empêchait de succomber à l'idée de monter chez lui. Pourtant, je ne parvenais pas à trouver cela logique. Des mois à lutter pour tirer un trait sur nos souvenirs, des mois à considérer qu'il n'était pas celui que j'avais imaginé et qu'il voulait m'éloigner de Dean, une journée entière à le haïr de draguer Marley...et tout allait rentrer dans l'ordre? Je n'étais pas habituée aux happy-end. Va pour un thé, la vue sur New-York depuis ton salon m'avait manquée déclarais-je finalement, décidée à nous laisser une chance. Je m'étais sentie obligée de prendre le paysage comme argument, car je refusais d'admettre que sa compagnie m'avait manquée. Bien entendu, c'était implicite, mais je n'avais nulle envie de le formuler. Pas qu'il n'avait pas le droit de savoir ce que je ressentais, je ne pouvais tout bonnement pas me l'avouer à moi même. J'avais suffisamment souffert ces derniers mois, si on finissait par ne pas continuer à se voir, j'aurais à me reconstruire une fois de plus. Si j'admettais avoir besoin de lui, j'admettais que ces derniers mois d'efforts n'avaient pas aboutis. J'admettais que je ne pouvais pas vivre sans lui, et c'était bien trop risqué. J'avais besoin de me préserver.

Me redressant, je frottai vivement mes mains sur mes cuisses pour les réchauffer suite au contact du marbre glacial. Relevant finalement la tête, je me retrouvai face à Ashton, toujours positionné quelques marches plus bas. Mon regard planté dans le sien, je réalisai à quel point j'étais heureuse qu'il m'ait invitée. A quel point j'étais heureuse d'avoir accepté. A quel point j'étais heureuse de passer du temps avec lui, tout simplement. Gênée par ce long échange de regard, je détournai les yeux vers son torse nu, ce qui ne me mit pas moins mal à l'aise. Un léger sourire aux lèvres, je me retournai pour monter les quelques marches qui nous séparaient de son appartement où je pénétrais après une pause devant la porte. J'avais tellement tenté d'admettre que plus jamais je ne viendrai ici. Accrochant ma veste au porte-manteau, je m'approchai de la baie vitrée, tandis qu'Ashton s'occupait du thé. Alors comme ça tu m'espionne? lançais-je simplement, dans le but de briser le silence qui régnait depuis que nous étions rentrés.

made by roller coaster





@Ashton Roberts

_________________
since you've been gone
Since you've been gone been dancing on my own there's boys up in my zone but they can't turn me on 'cause baby you're the only one I'm coming for
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quietlittlelovers.forumactif.com/t726-i-never-knew-what-i
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 19/09/2018
déclarations envoyées : 235
pseudo (prénom) : pollo (alexandra)
faceclaim : Alexander Ludwig (moonic)
multinick : Abraham Wright

MessageSujet: Re: #1113 Ashton ◘ put your hand in mine and pulled me back from things divine   Ven 5 Oct - 20:57



put your hand in mine and pulled me back from things divine

ft. @cayla wayne


Parce qu'elle ne me répondit pas immédiatement, je faillis crever au moins une bonne douzaine de fois dans cette foutue cage d'escaliers. Elle allait me faire avoir une attaque, je redoutais tellement sa réaction que j'en devenais totalement ridicule. Enfin, le point positif était que je m'en rendais compte. Je pourrais me faire soigner dans un futur proche. Ou pas. Un sourire d'imbécile heureux étira mes lèvres quand Cayla accepta de prendre une tasse de thé avec moi. Pour la vue, me dit-elle... mais le résultat était le même. J'étais vraiment un crétin, je fis mon maximum pour reprendre un air plus ou moins sérieux et blasé... alors qu'en réalité, j'avais envie de sauter de joie. Est-ce que j'avais envie de recoller les morceaux avec Cayla ? Ma fierté mal placée me poussait à dire que ce n'était pas le cas, qu'elle m'avait vraiment atteint dans cette fierté justement... mais si ce n'est ça, tout mon être me criait que oui, évidemment j'en avais envie. Cependant, je savais que les choses n'étaient pas aussi simples. Elle m'avait avoué à demi mot qu'elle avait quelqu'un dans sa vie. Qui était cet homme ? Que représentait-il pour elle ? Depuis combien de temps étaient-ils ensemble ? Est-ce qu'elle l'aimait... ? Toutes ces questions me parasitaient le cerveau, tandis que la blonde se levait. Elle se trouva face à moi, nous échangeâmes un long regard... qu'elle brisa, pour faire volte face à se diriger vers mon appartement. Mes yeux coulèrent sur ses formes, sur son corps qui se mouvait devant moi. Lorsqu'ils glissèrent sur ses fesses, je me rendis compte que j'étais en train de la mater et par réflexe, je levai la main pour me coller une gifle. C'était stupide, parce qu'elle dut l'entendre claquer – forcément, en plus ça résonnait dans le couloir. J'eus envie de m'insulter moi-même, je ne savais définitivement pas ce qui me prenait. Je pouvais être un tel Don Juan avec les femmes, en temps normal... séducteur, amusant, charmeur. En revanche, dès qu'il était question de sentiments, je perdais tous mes moyens et je me retrouvais à agir comme le pire des imbéciles. J'étais pathétique.

Une fois dans l'appartement, Cayla ôta sa veste et je me dirigeai vers la cuisine pour faire chauffer l'eau et prendre une seconde tasse. Je disposais de plein de sortes de thés différents, mais je n'eus pas besoin de demander à Cayla ce qu'elle voulait. Je connaissais ses goûts, et j'avais justement acheté un nouveau thé en pensant à elle. C'est donc tout naturellement que je remplis une boule à infuser de celui-ci, pour finalement la déposer dans la tasse – ne manquait plus que l'eau chaude. Du coin de l'oeil, je l'observais. Elle était debout face à la baie vitrée, je pouvais voir le reflet léger de son visage sur les vitres. Ce fut elle qui rompit le silence, par une question qui me fit sourire. « Non » commençai-je par dire. Quelques secondes de silence. L'accusation de mensonge planait sur moi, je soupirai et ajoutai finalement : « bon, peut-être que je... consulte ton profil de temps à autres. Tu ne le fais pas, toi ? » Pour le coup, j'étais curieux de connaître la réponse. J'avais cessé de poster pendant plusieurs mois. La dernière photo était une de la belle blonde sur son smartphone, elle portait ma veste en cuir sur les épaules après une petite balade en moto un dimanche après-midi. Je m'en rappelais parfaitement, parce que c'était une époque où je me sentais heureux. Puis, silence radio... de longs mois. Un indice certain quant à mon moral au plus bas, Cayla était bien placée pour savoir que j'avais une certaine addiction au réseau social qu'était Instagram. Puisqu'on en était à parler de ça, et puisque ma jalousie m'avait forcément poussé à me poser la question lorsque j'avais vu sa dernière photo, je lui demandai encore – versant dans le même temps l'eau bouillante dans nos deux tasses. « Ce type, Malone... c'est ton nouveau copain ? » J'essayais d'avoir l'air détendu, malheureusement je ne me trompais pas moi-même. Alors comment pouvais-je espérer tromper la jolie blonde, qui me connaissait suffisamment pour savoir quand j'étais nerveux. Je lui apportai sa tasse, et la lui tendis en plongeant mon regard dans le sien. Je redoutais sa réponse, je ne voulais pas l'entendre me dire que c'était le cas. Qu'ils formaient une parfaite petite famille à trois. Qu'il la comprenait, lui, parce qu'il avait un fils et que par conséquent, il pouvait la soutenir correctement face aux épreuves qu'elle traversait dans son combat pour la garde de Dean.
awful pour Epicode


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
there's nothing i wouldn't do

date d'arrivée : 27/08/2017
déclarations envoyées : 1374
pseudo (prénom) : arwiie
faceclaim : Johanna Braddy by .cranberry et gainsboro
multinick : Liam Kicket

MessageSujet: Re: #1113 Ashton ◘ put your hand in mine and pulled me back from things divine   Sam 6 Oct - 10:14




put your hand in mine and pulled me back from things divine



Tandis que j'arrivai à hauteur de l'appartement d'Ashton, un claquement se fit entendre. J'aurai juré qu'il s'agissait d'une gifle, mais je n'osai pas me retourner, et me contentai de rester dans le flou. Après tout, il y a, depuis notre séparation, des comportements étranges sur lesquels on n'a pas le droit de s'interroger. Je pense à son départ précipité vers les toilettes durant le vol New-York/Washington. Et sans doute devais-je avoir moi aussi mon lot d'attitudes déviantes. Mais si, par le passé, on en aurait discuté et rit, aujourd'hui une trop grande distance existait entre nous. Une fois entrée dans le cocon de mon ex, je constatai que peu de choses avaient changé. Ce fut doux de retrouver des éléments familiers, mais ces puits à souvenirs étaient inévitablement tout aussi douloureux que plaisant. Puisque nous avions quitté la cage d'escaliers en parlant d'Instagram, je décidai de reprendre où nous nous étions arrêtés. Demandant franchement s'il m'espionnait, le jeune homme me répondit spontanément par la négative, ce qui me fit me retourner pour lui adresser un air peu convaincu. Visiblement, il ne l’était pas plus que moi, convaincu, et corrigea sa réponse. Ashton avoua simplement que, de temps en temps, il jetait un œil à mon profil. Instinctivement, je tentai de me remémorer ce que j'avais pu poster récemment, ce qu'il pouvait déceler de ma vie à travers mes photos. Je pensai évidemment à Cameron. Pour le reste, il ne s'agissait que de clichés pris à l’hôpital, il me semble. Je dus ensuite répondre à une question qui me paraissait presqu'être un piège. Est-ce que moi aussi, j'avais adopté cette drôle d'attitude? Eh bien non. A dire vrai, ça ne m'avait pas traversé l'esprit. Dans ma vaine lutte contre moi même pour sortir Ashton de ma vie, je n'avais pas envisagé de remuer le couteau dans la plaie en le stalkant. Pourtant, il est vrai qu'à présent que le sujet est mis sur la table, je réalise à quel point je suis curieuse de savoir ce qui s'est déroulé dans son quotidien ces derniers mois. Pas du tout. J'avais peut-être un côté un peu sadomaso durant nos ébats, mais c'est bien le seul domaine où j'aime me faire violence. Je pense que j'avais bien trop peur de ce que j'aurais pu y trouver admettais-je, pensive. Je me souvenais nos débuts de relation, lorsque nous flirtions encore sans que rien ne soit véritablement concret. A cette époque là, je l'espionnais sur Instagram. Et je l'avais regretté. Entre Ginger, mon ancienne collègue, et d'autres commentaires plus ou moins tendancieux de plusieurs demoiselles, j'avais vite cessé mon activité de détective. Alors cette fois-ci, je n'avais pas réitéré la même erreur. En revanche, c'est visiblement Ashton qui avait de quoi regretter ses enquêtes. S'approchant avec nos boissons, il m'interrogea sur l'identité de Malone. Tandis qu'il me tendait ma tasse, nous échangeâmes un long regard. Je discernai facilement l'appréhension dans ses yeux. C'est la seule chose qui m'empêcha de le baratiner, car il aurait été amusant de le punir de ses violations de ma vie privée, en le laissant croire qu'il avait vu juste. Je finis par lui sourire, détournant les yeux vers la ville. Pas du tout, je n'ai pas de "nouveau copain". Malone est un très bon ami et il a un fils merveilleux Je marquai un temps de pause. Loan était extraordinaire. Et, plus que tout, il me donnait la sensation qu'occasionnellement, j'avais le droit à ce rôle de mère que je rêvais d'adopter. Sentant la mélancolie m'envahir, je décidai de passer à quelque chose de plus amusant. A votre tour d'être étudié, Monsieur Holmes! déclarais-je, un sourire enthousiaste aux lèvres, tout en dégainant mon portable. Je vais commencer par te suivre...Et voyons-voir... Tout en trempant le bout des lèvres dans mon thé, je commençais à faire défiler les clichés. A la pêche? Il est surprenant, mais très bon ton thé assurais-je en relevant un court instant les yeux vers lui. Je le remerciai silencieusement de ne pas avoir oublié que j'aimais les thés fruités. Toujours aussi ténébreux! déclarais-je en riant, tournant vers lui mon écran de téléphone qui affichait un selfie dans sa voiture. Retournant mon portable vers moi, je fis défiler une photo de plus. Ma tasse de thé m'échappa et s'écrasa violemment au sol, tandis que je jetai un regard dévasté vers Ashton. J'aurais voulu trouver une façon de lui adresser mes condoléances, mais j'étais incapable d'articuler quoi que ce soit.

made by roller coaster





@Ashton Roberts

_________________
since you've been gone
Since you've been gone been dancing on my own there's boys up in my zone but they can't turn me on 'cause baby you're the only one I'm coming for
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quietlittlelovers.forumactif.com/t726-i-never-knew-what-i
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 19/09/2018
déclarations envoyées : 235
pseudo (prénom) : pollo (alexandra)
faceclaim : Alexander Ludwig (moonic)
multinick : Abraham Wright

MessageSujet: Re: #1113 Ashton ◘ put your hand in mine and pulled me back from things divine   Lun 8 Oct - 15:45



put your hand in mine and pulled me back from things divine

ft. @cayla wayne


Sa réponse aurait pu me convenir, si Cayla n'en avait pas profité pour ramener quelques souvenirs à mon esprit. Des souvenirs plus horizontaux que verticaux, et qui eurent le don de me broyer le cœur encore un peu plus. Évidemment, je n'étais pas en reste niveau sexe au vu des jeunes femmes que je ramenais souvent chez moi. Mais ça n'avait rien de comparable à ce qu'elle et moi, on avait pu vivre ensemble par le passé. Je me rappelais jusqu'au moindre grain de beauté, j'entendais encore ses soupirs, je pouvais presque encore sentir son souffle sur ma peau ou la sensation de nos corps s'unissant. C'était douloureux, parce que la plaie n'était pas refermée. Je ne répondis rien, perdu dans mes pensées et mes souvenirs. J'en sortis pour terminer de préparer le thé que je lui servis, en profitant pour l'interroger sur un certain Malone. Elle m'observa un instant, puis me sourit et détourna les yeux vers la baie vitrée. Sa réponse me soulagea, je dois l'admettre. Je ne savais pas pourquoi je m'étais persuadé qu'elle avait un compagnon, mais l'entendre me dire que ce n'était pas le cas... me calmait, temporairement car je ne m'attendais pas à ce qui allait suivre. Là non plus, je ne répondis pas. Qu'aurais-je pu lui dire ? Que j'étais heureux qu'elle soit seul ? C'était l'égoïste vérité, mais je ne pouvais pas me résoudre à lui avouer ce que je ressentais à ce moment précis. Ma tasse de thé en main, je m'installai sur le dossier du canapé – derrière Cayla, qui saisit son smartphone en m'annonçant qu'elle allait m'étudier à son tour. Je fronçai un sourcil, sans comprendre ce qu'elle marmonnait. Sa question, en revanche, me fit sourire. « J'étais sûr qu'il te plairait, oui » répondis-je d'une voix un brin mélancolique. Elle ne l'avait jamais goûté ici auparavant, comment lui avouer que je l'avais acheté en pensant à elle ? Une fois de plus, sa réaction par SMS lorsque je m'étais un peu trop livré à propos de notre relation m'empêcha d'aller plus loin.

Je compris qu'elle était sur mon profil Instagram lorsqu'elle me montra une photo postée quelques jours plus tôt. Un selfie dans ma voiture, rien de bien intéressant en soit. Levant les yeux au ciel, je fis mine de pas avoir remarqué qu'elle me taquinait et bus une gorgée de thé. Je ne songeais plus à la photo postée avant le selfie. Une photo de mon père et moi, alors que je n'étais encore qu'un bambin. Cette photo, elle avait été prise par ma mère avant qu'elle ne nous abandonne. Je n'en avais aucun souvenir, évidemment... mais c'était écrit de la main de mon père, au dos de celle-ci. Il y avait également une date. Je l'avais retrouvée en vidant sa maison. Une tâche que je peinais à mener à bien, et qui me prenait énormément de temps car psychologiquement difficile pour moi. Cela faisait deux mois, et malgré tout la douleur semblait aussi vive que le premier jour, si pas plus. En quelques secondes, le visage de Cayla changea d'expression et elle lâcha la tasse qu'elle tenait dans sa main, me faisant sursauter au passage. Je compris ce qu'elle venait de voir au regard qu'elle me lança. Si j'aurais aimé soutenir celui-ci, ce ne fut malheureusement pas possible. Je détournai les yeux en luttant contre cette boule qui me prenait à la gorge, me relevai et me dirigeai vers le comptoir de la cuisine où je posai ma propre tasse de thé. Sans un mot, j'attrapai un seau sous l'évier, ainsi qu'une serpillière. D'un geste vif, j'essuyai une larme qui perlait au coin de mes yeux et reviens près de la belle blonde, pour m'agenouiller à ses pieds. Avec méthode, je commençai à ôter les morceaux de porcelaine pour les jeter un à un dans le seau. Je ne savais pas quoi lui dire, ni comment réagir. Je ne me sentais proche de personne au point d'avoir épanché ma peine sur une épaule compatissante, chose que je savais que j'aurais pu faire avec Cayla. Mais les choses étaient tellement bizarres entre nous à présent que je ne savais plus comment réagir, avec elle. Je ne pouvais pas simplement me laisser aller naturellement à ma peine, parce que cette peine n'était pas causée que par le décès de mon père. Elle en était également en partie responsable, et c'est pourquoi je me forçais à rester fort en me concentrant uniquement sur ma tâche, qui consistait à réparer les dégâts à ses pieds. Les autres... ne pourraient certainement pas l'être aujourd'hui. Je n'étais pas prêt à faire ce pas vers elle, je n'étais pas prêt à admettre qu'elle était la seule à pouvoir éponger ma douleur. Alors, j'épongeai le sol... toujours sans un mot, et sans la regarder.
awful pour Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
there's nothing i wouldn't do

date d'arrivée : 27/08/2017
déclarations envoyées : 1374
pseudo (prénom) : arwiie
faceclaim : Johanna Braddy by .cranberry et gainsboro
multinick : Liam Kicket

MessageSujet: Re: #1113 Ashton ◘ put your hand in mine and pulled me back from things divine   Sam 13 Oct - 11:07




put your hand in mine and pulled me back from things divine



Une soirée d'octobre, du thé brûlant, Ashton torse nu, moi qui profite de la vue depuis son appartement. Nous avions vécu de nombreuses soirées du genre lorsque nous étions ensemble. Un instant, tournée vers la baie vitrée, je fermai les yeux, tentant de me replonger dans la douceur de ces moments là. Car aujourd'hui, si tout semble inchangé, nos attitudes trahissent ces mois de séparation et de tension. Je voudrais me sentir à nouveau heureuse, soulagée de ces blessures. Je voudrais qu'Ash' n'ait jamais parlé de Dean cette fameuse journée de mars. Puisque je l'entends s'approcher, je m'efforce d'abandonner mes rêveries pour me tourner vers lui, acceptant la tasse de thé qu'il me tend. Tandis qu'il se dirige vers le canapé, j'observe la musculature de son dos, remonte vers ses cheveux dont la coupe a légèrement changé. Je me souviens avoir tenté de le raser un matin. Cela n'avait pas été une grande réussite, mais les rires échangés avaient valu la peine. Décidément, ma mélancolie ne voulait pas me lâcher. Avalant une longue gorgée de thé, la brûlure parvint à me ramener à la réalité. L'idée qui me traversa alors l'esprit m'aida, à son tour, à remettre les pieds sur terre. Sortant mon portable, je décidai de stalker l'Instagram de mon ex. Mon ex? J'avais du mal à me contenter de ce qualificatif alors que nous étions dans son appartement à partager un thé. Pouvais-l'identifier à un ami? Je n'en avais ni l'envie, ni la capacité.

Faisant défiler les photos, je ne pouvais m'empêcher de penser qu'il était terriblement beau. Ce regard me déroutait toujours autant. Et tout ce qu'il représentait me donnait toujours autant envie de l'attirer dans mes draps. Personne n'avait jamais eu une telle influence sur moi. A part peut-être Josh, mais je ne voulais plus y penser. Etre attirée par des hommes n'était pas rare, il suffisait de penser aux soirées passées avec Cameron. Mais l'aura d'Ashton avait quelque chose de bien différent. Je le voulais, je crevais d'envie pour lui. Mais cette attirance avait quelque chose de bien particulier. Trop complexe pour être expliquée, tout simplement. N'empêche que ce que je ressentais n'avait en rien été diminué ces derniers mois. Histoire de ne pas trahir le fait que j'étais déstabilisée par ces clichés, je fis un compliment à Ash' à moitié sur le ton de l'humour. Le beau blond ne réagit pas vraiment et je regrettai soudain d'avoir pris ces libertés. Nous n'étions plus ensemble. Pire, nous étions théoriquement en guerre. Le contexte de cette soirée me donnait bien trop l'impression d'être encore l'année dernière, lorsque rien n'était tabou entre nous. Rapidement, je glissai un doigt sur l'écran pour faire apparaître la photo suivante. Moins bonne idée encore. Ashton avait perdu son père deux mois plus tôt et je n'en savais rien. Pourquoi aurait-il du me tenir au courant après tout? Pourtant, je me sentais abominable de ne pas avoir été présente pour l'aider à surmonter cette épreuve. Je ne pouvais imaginer ce que le beau blond avait du ressentir. D'autant plus qu'il avait une relation particulière avec son géniteur. Il ne m'avait jamais donné tous les détails de sa vie de famille, mais je savais que sa mère n'ayant pas été présente, il avait tissé un lien particulier avec son père. Autant dire que je me sentais terriblement idiote d'avoir voulu joué à l'enquêtrice, ce qui avait du rouvrir une blessure dans le cœur de mon hôte. Blessure que je ne savais comment panser. Aussi bête que cela puisse paraître, je me contentai un long moment de rester plantée au même endroit, le portable pendu au bout d'une main et la tasse de thé explosée à mes pieds. Le regard dans le vide, je tentai de définir comment je pouvais réagir. Dans un autre contexte, j'aurai commencé par le serrer contre moi, la chaleur humaine ayant toujours été, à mes yeux, le meilleur des remèdes. Sauf qu'en étant un couple séparé, j'avais l'impression que certains actes devenaient impossibles. Ashton eu le temps de reprendre ses esprits, de récupérer un seau dans la cuisine et de commencer à nettoyer que je revenais seulement à la réalité. Un frisson parcouru l'ensemble de mon corps, avant que j'ai le réflexe de m'agenouiller aux côtés du jeune homme. Tandis qu'il récoltait les morceaux de porcelaine, je saisis un torchon pour l'aider à éponger le sol. Je constatai qu'un coup dans le parquet ne pourrait malheureusement pas être effacé. Sans vraiment y penser, je pris la main d'Ashton dans la mienne, relevant les yeux vers lui, profitant que nous étions toujours accroupis l'un face à l'autre, pour capter son attention. Après quelques secondes où les mots semblaient superflus, je finis par trouver le courage de lui parler, bien que constater qu'il avait un peu pleurer me donnait surtout envie de le serrer dans mes bras. Je suis désolée pour ton père Ashton, et excuses-moi d'avoir "abordé le sujet"...Je te demande aussi de me pardonner de ne pas avoir été présente lorsque c'est arrivé, j'aurais voulu te soutenir dans cette épreuve déclarais-je sans abandonner son regard, aussi dur soit-il de le soutenir.


made by roller coaster





@Ashton Roberts

_________________
since you've been gone
Since you've been gone been dancing on my own there's boys up in my zone but they can't turn me on 'cause baby you're the only one I'm coming for
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quietlittlelovers.forumactif.com/t726-i-never-knew-what-i
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: #1113 Ashton ◘ put your hand in mine and pulled me back from things divine   

Revenir en haut Aller en bas
 
#1113 Ashton ◘ put your hand in mine and pulled me back from things divine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (M) ASHTON IRWIN - Does he know that you'll never go back ?
» La mine de Poitiers : Toujours fermé !
» Quand un simple verre tourne à l'humiliation - Ashton ♥
» exploration (pv Mine de charbon)
» Crise de la mine

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers ::  :: Williamsburg-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: