AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça aide énormément le forum à se faire connaître!
Coney Island Festival
Un moyen de rencontrer du monde.
Pas d'obligation, mais si vous souhaitez participer à un chouette événement dans le quartier de Coney Island, c'est par là.
HELP WANTED
recherchons animateur
Nous cherchons un animateur pour le forum. Vous trouverez la recherche par là.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Didn't we meet before? - Jane Jenkins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 24/06/2018
déclarations envoyées : 31
pseudo (prénom) : Agnès
faceclaim : Ian Harding
multinick : non

MessageSujet: Didn't we meet before? - Jane Jenkins   Lun 25 Juin - 23:12

Dans la bouche des hommes de pouvoir, il n'y avait qu'un nom. Hanna, cette femme mysterieuse qui leur offrait la douceur de la compagnie feminine et la sensation de pouvoir qui ne pouvait s'afficher qu'au bras d'une jolie jeune fille. Plus ils étaient vieux, plus elles etaient jeune d'ailleurs. Noah venait de se fiancer et était de toute facon trop séduisant pour avoir besoin de ce service et tout ce qu'il comprenait, mais dans les soirées mondaines, il etait en minorité aux bras d'une fiancée ou seul. L'opinion public risquerait de ne pas apprecier qu'il se presente aux bras de l'une d'elle.

Ce soir là, il est seul au centre d'art, sa fiancée avait un autre gala de charité. Lui est venu étendre ses relations et gagner des voix. L'objectif de chacun de ses déplacements public en ce moment, que ce soit pour le parti ou sa propre candidature. La seule compagnie qu'on pourrait vraiment lui attribuer etait son conseiller de campagne qui se faisait particulierement discret mais connaissait les noms de toute l'assistance. La rumeur voulait qu'Hanna soit là ce soir, la curiosité titille Elliot mais il ne sait si c'est fondé. Il boit un verre de champagne avec plusieurs financeur, trinque avec eux et leur doncelles. Un leger coup dans ses épaules, un mot discret à l'oreille de son conseiller l'avertit. Elliot leva le regard et le pose sur une femme qu'il reconnait. Ses sourcils se fronce legerement, trop rapidement pour que quiconque le remarque. C'est elle...Elliot voit Jane mais son conseiller ne pouvait pas la connaitre. Il est perplexe d'ailleurs, elle serait ici à New York ? Il s'excuse auprès de ses monsieurs aussi vite que possible pour rejoindre la belle, se mettre sur son chemin, pres du buffet de preference pour la saluer. "Mademoiselle!" prononce t'il d'un voix douce et peu eleve. "Nous nous sommes déjà rencontrer je crois?" Il questionne mais pour lui c'est une évidence, de pres et meme apres dix ans, un même frisson parcours son échine.Il a la sensation de retourner à l'université.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 24/06/2018
déclarations envoyées : 46
pseudo (prénom) : mary_sweetie
faceclaim : lucy hale.
multinick : aucun.

MessageSujet: Re: Didn't we meet before? - Jane Jenkins   Mar 26 Juin - 19:52


Didn't we meet before ?
Elliot Worthington & Jane Jenkins.


La soirée mondaine bat son plein. Tout le monde semble passer une bonne soirée et elle n’y fait pas exception. Cela fait partie de son travail et Jane ne perd jamais en tête les objectifs qu’elle s’est fixée. Sa présence à cette soirée n’est pas anodine. Elle a pour ambition de se rapprocher de l’épouse d’un homme d’affaires, qu’elle veut comme partenaires dans l’expansion de sa marque de bijoux. Si elle parvient à vendre sa marque auprès de cette femme, il est fort à parier qu’elle incitera son mari à investir. Elle a fait sa petite enquête et elle est sure et certaine que c’est le meilleur angle d’approche. Bien entendu, elle ne manque pas de veiller sur filles. Elles ont été commandées par un client afin de passer la soirée aux bras d’un fructueux futur client pour lui. Cela a l’air de plutôt bien se passer. Un verre à la main, elle vient boire une gorgée de sa coupe de champagne, tout en venant jeter un coup d’œil à son garde du corps. Elle a ce reflexe pour se rassurer, car elle sait que si à première vue, elle n’a pas d’ennemis identifiés, elle n’a pas que des amis, des personnes qui lui veuillent du bien, que ce soit dans les affaires honnêtes ou malhonnêtes. Elle sourit à son interlocuteur, échange sur des banalités qu’elle maitrise depuis des années. Aucun sujet ne lui est étranger, un art dans lequel elle excelle depuis sa plus tendre enfance. L’hypocrisie de ce monde de facette ne lui soutire plus aucune grimace, elle en fait partie, bien plus qu’elle ne le laisse paraitre. Elle manipule comme elle séduit, avec cette délicatesse et dignité qui font qu’elle est à la fois appréciée, que redoutée. Jane a su s’entourer des bonnes personnes et sa fortune n’est plus à faire. Elle dépasse de plusieurs milliers de dollars tout l’argent que son père adoptif a récolté en vingt ans de carrière politique. De nombreux politiciens cherchent à s’accaparer ses faveurs, mais aucun n’a sa chance. Elle investit dans ce qui remporte. Elle ne compte pas dilapider de l’argent gagné pour des promesses vides. On ne lui fait pas. Le monde de la politique, elle le connait par cœur. Elle en a fait les frais, même si tout le monde l’ignore puisqu’elle a coupé tout lien avec sa famille adoptive. Elle s’est payée un autre passé pour qu’on ne vienne pas fouiller dans son passé. Le lien entre Hanna Jenkins et Jane Jenkins est peu possible. Elle ne laisserait pas cette possibilité se faire. La sécurité de sa vie privée en dépend, notamment pour sa fille, Ambre. Son regard glisse sur le buffet à la recherche d’un petit encas avant qu’elle ne parte à la recherche de cette femme. Seulement, son initiative se trouve interrompue par l’arrivée intempestive d’un homme dans son champ de vision. La voix de cet homme fait sursauter son organe vital. Elle la reconnaîtrait entre mil, malgré les années et son masque parfait se fige quelques secondes avant qu’elle ne vienne plonger ses iris émeraudes dans ceux bleutés de cet homme qu’elle n’a pas vu depuis près de dix ans. « Bonsoir. » Elle répond sans aucune fébrilité dans la voix. « Il me semble vous avoir déjà aperçu à quelques soirées, mais je crains que ce soit la première fois que nous échangeons face à face. » Le mensonge s’échappe de ses lèvres. Elle joue son rôle à la perfection, malgré l’agitation qui la gagne. « Hanna Jenkins, propriétaire de la marque Jenk’jewel. » Elle lui tend la main par habitude, pour la serrer et officialiser les présentations. Ce qu’elle avait redouté se produit et elle ne sait pas trop quoi ressentir à ce sujet. Ce qu’elle éprouve est complexe et cela doit se percevoir dans la lueur de ses prunelles malgré son assurance affichée.


_________________
C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 24/06/2018
déclarations envoyées : 31
pseudo (prénom) : Agnès
faceclaim : Ian Harding
multinick : non

MessageSujet: Re: Didn't we meet before? - Jane Jenkins   Sam 30 Juin - 20:34

Il l'aurait reconnu entre mille, ce regard, cette posture, ce visage. Elle avait grandi, muri c’était elle sans aucun doute. Il ne l'aurait pas cru s'il ne l'avait pas sous les yeux, il ignorait qu'elle vivait à New York, mais il fallait bien avoué qu'il n'avait plus de nouvelle depuis plus de dix ans. C'était comme si un ancien et doux fantôme resorti de sa jeunesse se présentait face à lui dans un rêve éveillé. Il était aussi surpris que curieux, intrigué par sa présence ici. Il n'avait pas entendu parlé d'elle depuis longtemps même par sa mère. Elliot ne l'avait pas oubliée, comme on n'oublie jamais son premier amour, elle habitait discretement un coin de sa mémoire et resurgissait parfois avec nostalgie par une phrase, une odeur qui le lui rapellait. C'était un doux souvenir lointain, ni plus ni moins. Il n'aurait pas vraiment cru la retrouver, elle qu'il n'était jamais revenu chercher, ometant la promesse qu'il lui avait faite dix ans plus tôt. Il doutait qu'elle l'eut attendu après dix ans. Elle devait avoir construit sa vie et la preuve était sa présence ici. Sans remord, il s'approcha d'elle et s'introduit à elle sans lui laisser le choix de le fuir, de l'eviter. Pas besoin de verifier son identité, mais reprendre de ses nouvelles lui apparu naturel, idéal. Les circonstances lui facilitait l'approche et il ne s'en serait pas privé. Des qu'elle ouvrit la bouche, il revut la demoiselle qui se protegeait derrière lui. Il la réentendait flirter avec les garçon sous ses yeux et soupirer de jalousie face aux etudiantes qu'il cotoyait. A resent pourtant, sa voix est ferme et sans fébrilité, bien plus maitrisé que celle de l'adolescente qu'il a connu, bien plus femme. Ses traits se sont affermis, ses courbes aussi, son expression est devenu plus mysterieuse, du moins face à lui. Mais elle ne le trompe pas, si ces paroles refutes un lien profond, ses yeux eux s'exprime encore avec moins de contrôle. Son regard trahit l'indiference qu'exprime son corps par cette lueur profonde. "Vraiment, je serais passer auprès d'une si elegante dame sans la saluer?J'espere que vous ne m'en tiendrez pas trop de rigueur." Il lui sourit, charismatique et seducteur comme il l'est toujours. Elle se presenta en lui tendant la main. Il eut un sourire Hannah Jenkins, ainsi elle se faisait appeler par son deuxième prénom elle aussi. Il sera sa main. "Elliot Worthington! votre serviteur! Enchanté de vous rencontrer!" Il avait entendu parler de cette marque de bijoux et de sa propriétaire, par sa fiancée sans doute, mais il n'avait pas fait le rapprochement avec Jane. Jenkins était un nom particulièrement courant. "Ainsi vous êtes la fameuse Miss Jenkins!" observa-t'il "Ma fiancée est une grande admiratrice de vos créations." assura t'il. Il ne cache pas ses fiancailles, si elle n'etait pas déjà au courant de cette information, elle le decouvrirait rapidement puisqu'il était en campagne. "Vous partagerez bien un verre avec moi?" dit il alors que son asistant venait lui apporter deux coupes de champagne. Il la tendit à Jane.


_________________
N'oubliez pas de voter pour moi
Le chemin qui mène au bonheur demande parfois de renoncer à la facilité et au désir pour mieux suivre son âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 24/06/2018
déclarations envoyées : 46
pseudo (prénom) : mary_sweetie
faceclaim : lucy hale.
multinick : aucun.

MessageSujet: Re: Didn't we meet before? - Jane Jenkins   Lun 2 Juil - 19:42


Didn't we meet before ?  
Elliot Worthington & Jane Jenkins.


« Je suppose que vous étiez trop préoccupé à charmer vos futurs électeurs, mais comment vous en vouloir ? » Elle déclare dans un ton qu’elle veut détachée et espiègle. Elle use d’humour, sachant maîtriser ces concepts de la haute société avec une expertise non négligeable. Un rire fin et cristallin s’échappe de ses lèvres. Elle ne se laisse pas atteindre par la fébrilité qui la gagne. Elle a beau user de stratagème pour donner l’illusion qu’elle est insensible à sa présence, mais il n’en est rien. Il lui est toujours particulièrement difficile de ne pas baisser la garde face à ce regard pénétrant et ce sourire ravageur qu’il usait sur elle par le passé pour la voir flancher. Pourtant, aujourd’hui, ils sont différents. Ils ont évolué dans des sphères différentes. Lui dans la politique, elle dans les affaires et dans le business des escortes girls. Pourtant, elles demeurent complémentaires, mais elle ne compte pas jouer le feu et prendre des risques, même pour le regard clair de cet homme, le seul à avoir pu s’accaparer son cœur. Il garde encore cette place irremplaçable de son cœur, sans pour autant la lui montrer ou même retrouver la relation qu’ils avaient par le passé. Alors, elle lui tend sa main comme elle le ferait avec une toute nouvelle connaissance, comme si elle était assez naïve pour croire qu’il se laisse duper par ces artifices. Elle sait qu’il la reconnait, comme lui a connaissance de la réciprocité, mais ce n’est ni le lieu, ni le moment de laisser des lointains souvenirs faire basculer le cours de leur existence. Cela n’aurait pas de sens. « De même, Monsieur Worthington. » Elle commente avant de défaire ses doigts de la poigne de cet homme. Elle essaye de rester insensible à ce léger contact qui lui rappelle cette époque où leurs doigts s’enlisaient lorsqu’ils regardaient un film sur le canapé de l’ancien étudiant qu’il a été. Il lui annonce ses fiançailles, dont elle a connaissance. Elle ne laisse aucune émotion transparaître sur ses traits ou son regard. Elle n’a aucun espoir en le revoyant. Elle a tiré un trait sur leur histoire depuis bien des années, même s’il reste le seul homme qu’elle ait véritablement aimé. « Eh bien, je suis flattée. Votre fiancée à très bon gout, même si vous devez sans doute me haïr pour les prix exorbitants de mes créations. » Elle déclare dans un sourire poli alors que de nouveau un rire fin s’échappe de ses lèvres. Elle boit une gorgée de sa coupe qu’elle termine. « La qualité de toute chose à un prix qu’il faut être prêt à payer. » Elle ajoute en venant déposer son verre vide sur le plateau d’un serveur passant par là. C’est alors que l’assistant d’Elliot passe à côté d’eux, tenant deux coupes à la main. Il lui propose de partager un verre avec lui et même si elle aimerait mettre un terme à l’échange afin d’éviter de parler du passé ou de son présent, elle n’est pas en mesure de lui refuser sans paraître désobligeante. « Si vous insistez. » Elle déclare en venant prendre la coupe qu’il lui tend. « Alors comment se déroulent ses élections législatives ? J’ai cru comprendre que vous étiez un des favoris du côté des démocrates. On ne me parle qu’en bien de vous. Je vais finir par croire que vous êtes le candidat parfait, qui tiendra ses promesses plus que les autres ? » Elle lui lance une pique relative à cette promesse faite à une époque révolue. Il n’y a aucune animosité dans son regard, juste une pointe de malice qu’elle laisse entrevoir comme une petite plaisanterie de rien du tout. Elle lui en a peut-être voulu par le passé, mais depuis de l’eau a coulé sous les ponts et au final, elle se dit que c’était peut-être mieux. Elle aurait été un obstacle pour sa carrière et il aurait fini par lui en vouloir ou elle s’en serait voulu.


_________________
C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 24/06/2018
déclarations envoyées : 31
pseudo (prénom) : Agnès
faceclaim : Ian Harding
multinick : non

MessageSujet: Re: Didn't we meet before? - Jane Jenkins   Lun 9 Juil - 12:20

Il eut un sourire à sa remarque, elle avait vraiment impregner les attitudes des femmes mondaines de ce monde dans lequel ils évoluaient et cela la rendait particulièrement vive et délicieuse. Elle avait toujours été intelligente, mais elle portait à présent cette élégance et cette force qui la rendait resplendissante. Il était heureux de voir la réussite de cette femme, fille qu'il avait tant aimé. Il ne lui cacha pas qu'il avait entendu parler d'elle sans réaliser sa véritable identité. Elle était pourtant la nouvelle coqueluche de sa fiancée. Il ne mentit pas sur ses fiançailles, c'était du domaine public. "Oh il me serait bien difficile d'hair une femme aussi élégante et créative. Et puis il faut bien faire quelques sacrifices pour faire plaisir à sa promise, vous ne croyez pas?" dit il avec un sourire. "Cependant, il est probable qu'elle attire particulièrement l'attention ses prochains mois, ne seriez vous pas fiere que ce soit avec votre prochaine création autour du cou?" lui dit il avec un sourire. Cherchait il des réductions, oui sans doute mais n'était-ce pas gagnant-gagnant.

Il lui offre un verre et Jane le questionne sur les prochaines elections. Elle lui lance une légère pique que seul eux deux peuvent comprendre, lui rappelant une promesse non réalisée, leur histoire commune. Il la dévisagea un quart de seconde pour analyser s'il reste de la rancune ici, mais n'observe qu'une certaine malice dans son regarde. "Ca se présente plutôt bien." confirme t'il à la jeune femme avec sincérité. " Peut être que la différence est que j'ai appris à ne pas faire de promesse irréaliste que je ne pourrais tenir. Je ne suis pas un idéaliste mais je porte des voix qui se sentent sous représentes face au gouvernement actuel." Il eut un petit sourire, oui il avait un certain avantage grâce à la situation politique du pays. Sans doute qu'il l'avait été à cette époque, idéaliste et reveur comme tout amoureux, il se contentait à présent de rêve bien plus concret et terre à terre, d'objectif en étape.

_________________
N'oubliez pas de voter pour moi
Le chemin qui mène au bonheur demande parfois de renoncer à la facilité et au désir pour mieux suivre son âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 24/06/2018
déclarations envoyées : 46
pseudo (prénom) : mary_sweetie
faceclaim : lucy hale.
multinick : aucun.

MessageSujet: Re: Didn't we meet before? - Jane Jenkins   Mer 11 Juil - 11:32


Didn't we meet before ?  
Elliot Worthington & Jane Jenkins.


« Je vois que vous avez compris toute la subtilité de l’esprit féminin. Votre fiancée doit être bien gâtée si vous êtes prêts aux sacrifices » Elle déclare dans un ton léger, légèrement amusé, mais poli. Elle joue son rôle à la perfection comme toujours. « Je suis fière de toutes les femmes qui portent mes créations. C’est très valorisant pour tout le travail qui est accompli derrière. Si jamais, elle est intéressée de porter mes créations lors de forts événements, n’hésitez pas à prendre contact avec mon équipe. Je suis persuadé qu’elle sera ravie de lui prêter un bijou à l’occasion. » Elle déclare naturellement en terminant le contenu de son verre. Elle a bien compris qu’il cherchait indirectement à obtenir une réduction, mais elle ne fait pas dans le rabais. Généralement, les femmes qui portent ses créations temporairement finissent par les acheter, car certaines d’entre elles sont uniques et hors de prix et que toute femme qui se respecte, veut s’accaparer le bijou rien que pour elle. Si elle avait pour objectif d’interrompre cette conversation rapidement, afin de préserver la vie qu’elle s’est bâtie sans lui, elle n’est pas en mesure de le mettre en exécution, sans paraitre malpolie. En conséquence, elle attrape ce nouveau verre que Noah lui tend. Elle cherche à diriger la conversation vers lui, pour ne pas avoir à évoquer sa vie actuelle ou passée. Elle pose des questions comme si elle ne connaissait pas la réponse. Elle en profite même pour être mesquine, quand bien même l’amertume est une sensation qu’elle ne ressent plus à son égard. Les paroles du politicien lui arrachent un sourire. Elle essaye de ne pas prendre certains propos comme écho à leur ancienne histoire et y parvient assez facilement en sachant qu’elle doit garder son masque. Après tout, il a tourné la page, elle aussi, quand bien même, elle avait ce petit bout de femme qui lui rappelait inexorablement cet homme qui se tenait sous ses yeux. Mais elle s’était faite à l’idée de ne plus faire partie de sa vie et il fallait admettre que sans ce sentiment, elle était beaucoup plus libre d’agir, de faire ce qu’elle voulait et elle préférait ce sentiment-là qui lui permettait de songer à elle, avant toute chose. Enfin, après sa fille, car elle serait prête à tout sacrifier pour assurer la sécurité d’Ambre. « Tout politicien devrait avoir cette démarche-là. Je vous l’accorde. Je tâcherai de regarder plus en détails votre programme, pour voir ce que vous proposez. Je ne suis pas facile à convaincre, Monsieur Worthington. Je vais avoir besoin plus que de belles paroles pour voter pour vous. » Elle provoque naturellement en laissant son rire cristallin envahir la pièce. Son verre vient se perdre au coin de ses lèvres alors qu’elle boit une gorgée de sa coupe de champagne, le regard ancré au sien, résolument amusée.


_________________
C’est quoi la passion ? C’est une attirance irrésistible.
Comme celle d’une aiguille magnétique qui a trouvé son pôle. Donner est une passion, presque un vice. La personne à qui nous donnons nous devient nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Didn't we meet before? - Jane Jenkins   

Revenir en haut Aller en bas
 
Didn't we meet before? - Jane Jenkins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ahem.. Please to meet you ?.
» Meet Up - 27 février BD Cosmos à Laval
» "Never be the same, if we ever meet again."
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]
» 07. Hi, I'm Glenn ! Nice to meet you !

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers :: SOMEWHERE IN BROOKLYN :: Downtown Brooklyn-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: