AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça aide énormément le forum à se faire connaître!
Coney Island Festival
Un moyen de rencontrer du monde.
Pas d'obligation, mais si vous souhaitez participer à un chouette événement dans le quartier de Coney Island, c'est par là.
HELP WANTED
recherchons animateur
Nous cherchons un animateur pour le forum. Vous trouverez la recherche par là.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/06/2018
déclarations envoyées : 62
faceclaim : melissa benoist
multinick : nop

MessageSujet: abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.   Sam 23 Juin - 9:40


" life is a hurricane "
Je pense que je serais toujours surprise de voir ce qu'un humain est capable de supporter pour survivre. Si son corps est parfois plus fragile qu'il n'y parait, son esprit est toujours sans faille. Il a une capacité a encaisser les choses assez surprenantes et surtout une façon de nous protéger assez spectaculaire parfois. Il faut bien se l'avouer, la vie n'est jamais simple, c'est un grand huit qui décident de nous laisser plus ou moins tranquille avant de nous couper le souffle sans crier garde.

Contrairement à la plupart de mes collègues, je ne fais pas beaucoup de garde de nuit, la plupart du temps, personne n'a envie de confier ses problèmes à deux heures du matin -sauf dans les bars mais pour ce type de confession, le barman suffit amplement-. Cependant, mon téléphone reste toujours allumé, posé sur ma coiffeuse, vieille technique de lycée pour me forcer à bouger quand le réveil sonne. Mais qui m'oblige aussi à me lever pour de simple textos sans réel importance parfois. Ce matin, j'avais décidé d'arriver tôt à l’hôpital, dans la nuit, un enfant avait été transporter aux urgences, rien de très grave en apparence mais ce n'était pas la première fois qu'il venait nous voir pour de "petits accidents" et la responsable du service des urgences m'avait demandé d'intervenir pour parler un peu avec les parents. Une mère qui semblait traumatisé, silencieuse et un père rustre qui semblait être en colère contre tout, le café amer, le fauteuil qui manque de confort ou encore la maladresse de son fils de huit ans. Trois visites en trois nuits, il y avait de quoi en avoir marre mais surtout de quoi se poser des questions. Après avoir discuté avec la mère puis avec les deux parents, rien ne semblait indiqué un véritable problème dans la famille de ce patient. J'étais alors retourné dans mon bureau, j'avais une jolie pile de dossier à ranger.

Je m’attelais à la tache depuis une petite heure déjà quand mon téléphone se mit à sonner pour m'annoncer une visite. Mle Stevens souhaitait me voir, je recherchais un instant dans ma mémoire avant que son histoire me revienne complètement. Au moment de "l'incident", j'étais venue la voir mais elle n'était pas prête à parler, je lui avais laissé ma carte en cas de besoin mais je dois avouer que je ne pensais pas vraiment qu'elle viendrait me voir. Elle semblait être le genre de femme forte, qui veut affronter seule ses problèmes. Malheureusement face à certaine épreuve, la force d'esprit et la volonté ne sont pas suffisante. J'indiquais à la standardiste de la faire patienter quelques minutes, le temps de ranger le rapidement le bazar que j'avais étalé sur mon bureau, remettre ma veste et venir jusqu'à elles.

(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 17/05/2018
déclarations envoyées : 153
pseudo (prénom) : Emy
faceclaim : Claire Holt
multinick : ...

MessageSujet: Re: abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.   Sam 23 Juin - 12:08

Depuis deux jours, j’ai pris rendez-vous avec une psychiatre au Brooklyn Hospital Center. Ce n’est pas que je suis folle, mais j’ai besoin de parler à une personne étrangère. Elle est à même de me donner son avis sur toutes ses situations inhabituelles, mais aussi, j’ai besoin de me confier à une professionnelle. Je l’ai connu quand j’ai fait ma fausse-couche, mais je n’ai pas voulu lui parler à ce moment. Seule, j’ai voulu tout affronter la vérité. Mais c’est faux, impossible de tout oublier, c’est tellement douloureux encore par moments. Ce matin, il est 8 heures 30 quand je quitte la maison, Damien et Allan sont en train de dormir. Je les embrasse et je pars, personne ne sait que je vais voir une psychiatre. Je n’ai pas peur de leurs jugements, mais je préfère garder ça pour moi. Je vais prendre un cappuccino au Starbucks où j’ai mes habitudes. Je reste assis en terrasse, le temps de boire mon café. Je reçois un message de Damien qui me demande où je me trouve. Je lui réponds que je suis passée au cabinet pour régler des affaires courantes. Je n’aime pas lui mentir, mais c’est pour mon bien-être. Je sais que je vais devoir lui dire la vérité, je pense qu’il va comprendre mon choix. Je me dirige doucement vers le Brooklyn Hospital Center.

Quand je rentre, l’odeur de l’hôpital me prend à la gorge, j’ai vraiment du mal à déglutir. Les souvenirs du jour de mon admission pour ma fausse-couche reviennent comme des flashs. Je me retiens de pleurer. Je me dirige vers le cabinet du docteur Eileen Rhodes. Dans mes souvenirs, c’est une femme qui doit avoir mon âge. Je pense que ça sera plus simple, pour me confier. Une fois que je suis arrivée, je me présente à la standardiste qui doit avoir la quarantaine : « Bonjour Abigail Stevens, j’ai rendez-vous avec le docteur Eileen Rhodes. ». Elle me dit de patienter, je m’assois sur dans la salle d’attente qu’elle m’a indiquée. Elle est à la couleur du reste de l’hôpital aseptisée, je remarque que je suis toute seule. En attendant qu’elle me prenne, j’envoie un message à Matthew pour avoir des nouvelles d’Alice et des tiennes bien sûr. Je termine aussi un petit message à Damien pour demander ce qu’il a prévu ce soir comme il ne travaille pas. Je vois qu’une femme s’approche de moi, il s’agit bien du docteur. Je me lève et je lui serre la main : « Bonjour Docteur Rhodes. .».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/06/2018
déclarations envoyées : 62
faceclaim : melissa benoist
multinick : nop

MessageSujet: Re: abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.   Dim 24 Juin - 16:43


" life is a hurricane "
Abigail Stevens. Son histoire était tout ce que je détestais dans ce monde. Que le destin ôte la vie était déjà cruelle mais ôter la vie à un enfant, c'était ôter la vie à l'innocence, ôter la vie à la joie de vivre. Les enfants sont des êtres fascinants et le lien qui se créer entre eux et leur mère avant même qu'ils ne se rencontrent est tout simplement magique. Je suis consciente que ce type de sujet n'est pas ma spécialité. Je ne suis pas maman et même si cela ne me travaille pas encore, j'ai conscience que je ne le serais peut-être jamais. Je suis incapable de garder un homme dans ma vie alors m'imaginer fondé une famille me semble être à des années lumières de ma vie actuelle. Quoiqu'il en soit, ce n'est pas la question. Abigail avait besoin de moi pour l'écouter, pour l'aider à avancer et je serai là pour elle. Même sans être mère, je sais a quel point ce genre d'épreuve peut-être destructeur.

J'entrais dans la salle d'attente assez rapidement. Je détestais perdre mon temps à attendre alors sauf en cas d'urgence, j'évite de laisser patienter mes patients plus de cinq minutes. Tout sourire, je m'approchais de la jeune femme. « Bonjour Mle Stevens » Je lui serrai la main avec de lui indiquer mon bureau. Il n'était pas nécessaire d'échanger plus de mots dans la salle d'attente. Surtout que je sais que venir me voir est une épreuve pour beaucoup de monde et même si New-York est une grande ville, Brooklyn reste un quartier où il est facile de croiser une connaissance. Une fois dans mon bureau je refermais la porte de celui-ci.« Installez-vous où vous préférez. » Mon bureau était un peu éloigné des clichés. Je n'aimais pas le côté psy qui prend des notes sur une chaise en hochant la tête vers un patient allongé sur un fauteuil. C'était bien trop gênant selon moi. Je préférais la proximité avec mes patients, j'avais opté pour un genre de salon. Trois fauteuils réunis autour d'une table basse. Je comprenais le choix de mes collègues pour un bureau sombre mais je misais plus sur une ambiance amicale, rassurante. Pour moi, la confiance est primordiale dans mon métier, surtout que je ne suis pas psychiatre dans mon propre cabinet mais dans un hôpital. Et on sous-estime le besoin des gens à se sentir ailleurs qu'ici. Un parfum de vanille flottait dans l'air, une vieille habitude pour retirer cette odeur d'alcool et d'antiseptique si fidèle aux hôpitaux. « Je vous offre un café ou un thé pour débuter ? Vous m'avez l'air un peu tendu » Je lui offrais un sourire qui se voulait rassurant tout en attendant sa réponse.

(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 17/05/2018
déclarations envoyées : 153
pseudo (prénom) : Emy
faceclaim : Claire Holt
multinick : ...

MessageSujet: Re: abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.   Dim 24 Juin - 17:28

Quand elle me fait rentrer dans son cabinet, je me sens comme prise au piège. Je n’ai qu’une envie repartir toute de suite. Je sais que j’y suis de mon plein gré, mais la fatigue est là. Depuis deux jours, je n’ai pas dormi énormément, entre Allan et mon boulot qui me prend trop de temps. Je sais que je dois lever le pied. Je n’ai pas voulu de jours d’arrêt après ma fausse-couche, alors que je suis certaine que c’est dû au stress en autre. Je regarde son cabinet, il semble tellement atypique des autres cabinets. On se sent quand même stressée, on va me dire que c’est déjà bien de faire la démarche de moi-même. Je regarde autour de moi, je regarde les moindres détails de cette pièce. J’essaie de ne pas montrer, mais il est plus que palpable. Je lui souris et lui réponds nerveusement : « Oui, un peu stressée. Pourtant, dans mon métier, je dois faire preuve de sang-froid. Vous avez de l’eau ? Je préfère de l’eau. ». Je me décide me mettre sur le fauteuil qui est le plus éloigné d’où elle se trouve. Je ne suis pas prête à être proche de cette jeune femme. Je me dis qu’il faut que j’extériorise tout ce qui ne va pas sinon je ne peux pas avancer dans la vie. Je ne peux plus reculer, je dois avancer pour peut-être construire à nouveau une famille si un jour le destin veut bien.

J’attends qu’elle soit assise, mais elle se sert un café tout en cherchant des choses sur son bureau. Je commence à plus en plus stresser. Je sais que je dois passer ce cap, pour moi et pour mon avenir. Elle est tellement jeune, comment elle peut m’aider. D’après plusieurs forums de discussion, c’est une des meilleures de sa génération. Matthew doit la connaître, je dois lui demander à l’occasion. Je défais ma veste et je commence à jouer nerveusement avec mes mains. Ma petite voix intérieure me dit : « Ressaisis-toi Abigail !! ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/06/2018
déclarations envoyées : 62
faceclaim : melissa benoist
multinick : nop

MessageSujet: Re: abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.   Lun 25 Juin - 10:30


" life is a hurricane "
Son angoisse, je la ressens, je l'a connais. La plupart des patients qui viennent ici volontairement la ressente au début. C'est assez étrange quand on y pense puisqu'il vienne de leur plein gré mais je comprend aussi cette angoisse de parler de ce qui nous touche au plus profond de nous, de nos faiblesses, de notre vie tout simplement à quelqu'un qui va le voir de ma manière. De quelqu'un qui va forcément analyser leurs mots, analyser leur comportement et en tirer un diagnostic. Même si c'est ce qu'ils recherchent. Ils ont souvent peur que je leur dise que tout est fichu, qu'ils sont perdus ou pire encore que je juge nécessaire de les garder à l'hôpital pour leur sécurité ou pour celle des autres. C'est mon rôle et je l'assume, même si mon métier n'est pas toujours facile, il est comme cela et c'est pour leur bien que j'agis. Je ne prendrais pas le risque d'aggraver une situation. Et je crois que je m'en sors plutôt bien. Quand j'interviens directement dans la chambre des patients, malgré l'ambiance qui règne, ils sont souvent apte à parler, simplement parce qu'ils le font sans s'en rendre compte. « Ah bon ? Vous travaillez dans quoi ? » Je décidais volontairement de ne pas m'attarder sur son stress. Il était tout à fait normal et j'avais remarqué que le meilleur moyen de détendre une personne était de ne pas parler directement des problèmes. Il faut les laisser venir à nous, petit à petit. Je sortais une petite bouteille d'eau du mini frigo installé sous mon bureau puis lui dépose sur la table basse accompagné d'un verre vide. Je retourne un dossier oublié sur mon bureau avant de revenir vers elle et m'installer sur l'un des fauteuils. Souvent le même, d'ailleurs Abigail fait comme la plupart des patients et prend celui qui en est le plus éloigné. « J'espère que vous avez pris un petit déjeuner avant de venir parce qu'autant les boissons sont très bien aussi, autant le petit déjeuner proposé par la machine n'est pas une réussite. »

(c) chaotic evil

_________________
never forget to smile
Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant... Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 17/05/2018
déclarations envoyées : 153
pseudo (prénom) : Emy
faceclaim : Claire Holt
multinick : ...

MessageSujet: Re: abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.   Lun 25 Juin - 19:20

Je commence à nouveau autour de moi, je me sens tellement bête de stresser comme ça. Puis elle me demande quel est mon métier, je ne vois pas l'intérêt, mais je lui réponds calmement : « Je suis avocate. Mais en ce moment, l’ambiance est assez compliquée. Comme je travaille avec mon ex fiancé. Même si parler du travail m'a un détendu. ». Il me reste une partie de mon stress au fond de moi. Je n'ai jamais voulu y penser sérieusement, mais ces derniers temps, je vois tout différemment.

Je passe une main nerveuse dans mes cheveux. Je tente de garder mon calme et essayer de tout contrôler en présence d'une personne inconnue. Je la regarde sortir la petite bouteille d'eau minérale qu'elle dépose en face de moi. Elle me parle de la nourriture d'ici, je lui souris doucement entreprenant : « Oui, j'ai déjà déjeuné. C'est assez rare en ce moment d’ailleurs… ».

Je la regarde s'installer sur le siège qui est à l'opposé du mien. Je n'ai pas pour l'instant l'habitude de me confier ainsi. J'ai plus l’habitude avec des personnes qui sont proches de moi. Mais cette fois-ci, j’ai besoin de l’avis d’un spécialiste, pour cause, j’ai tellement de doutes en moi. Ils ne concernent pas mes sentiments envers Damien, mais plutôt sur le fait de fonder une famille à nouveau. Et de savoir pourquoi je suis restée longtemps avec mon ex. Je sais que j’ai vécu une relation basée sur l’emprise et la peur. Je ne veux plus vivre ce genre de relation et encore moins donner ma confiance à nouveau à un homme comme mon ex. Une fois sortie de ma rêverie, je remarque qu’elle m’observe en prenant des notes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/06/2018
déclarations envoyées : 62
faceclaim : melissa benoist
multinick : nop

MessageSujet: Re: abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.   Mar 26 Juin - 12:31


" life is a hurricane "
Pour comprendre une personne et tenter de comprendre son esprit, j'estime qu'il est importante de la connaitre. Pas dans le moindre détail, cela serait bien trop gênant pour elle et sur beaucoup de détails ce serait assez malsain je trouve mais suffisamment pour que je comprenne son fonctionnement, son raisonnement et sa vision du monde et de la vie. Même si je suis bien consciente qu'il y a des épreuves capable de remettre tout cela en cause et de vous faire douter du moindre détails de nos pensées. Je lui avais demandé son métier, c'était souvent un point important dans la vie d'une personne et une avocate, ça démontrait quelqu'un de combatif. Ca c'était certain après nous sommes à New-York donc il faut que j'en sache plus pour savoir si c'est une avocate guidé par la justice ou par l'argent. « En effet, j'imagine que cela ne doit pas être facile tous les jours. Vous travaillez déjà ensemble avant votre séparation ? » Puis travailler avec son ex, c'était complexe. Surtout un ex-fiancé qui bani les histoires de quelques soirs, ça avait été du sérieux. La belle n'avait pas dans l'habitude de se simplifier la vie on dirait. Il fallait que je réussisse à la détendre et soyons réaliste, si il y a bien une chose à laquelle sert le distributeur -sauf nourrir un personnel médicale affamé et fatigué- c'est un moyen d'ironiser ce qu'on trouve à l'intérieur. Puisqu'en général, c'est assez fade.. « Je devrais vous dire que ce n'est pas bien mais je reste convaincu que c'est le repas le plus simple de la journée à oublier. Entre le stress et le manque de temps, très peu de personne prennent encore le temps de déjeuner» Je lui souriais, moi-même il m'arrivait assez souvent de faire l'impasse sur ce moment si important de la journée. Assise sur mon fauteuil, je bois une gorgée de mon café.

(c) chaotic evil


p.s : je me permet juste de modifier la fin de ton rp car Eileen ne prend pas de notes, elle observe et discute. elle fait ses notes plus tard quand le patient est parti I love you

_________________
never forget to smile
Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant... Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 17/05/2018
déclarations envoyées : 153
pseudo (prénom) : Emy
faceclaim : Claire Holt
multinick : ...

MessageSujet: Re: abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.   Mar 26 Juin - 20:11

J’ai envie de parler d’autre et voilà qu’elle me remet le sujet de mon fiancé sur le tapis. Je me dis qu’elle a besoin de savoir des choses pour m’aider, je lui réponds : « Oui, nous avons repris l’annexe du cabinet de mon père ici à New-York. J’ai pris 49 %, je ne suis pas vraiment sûre d’avoir pris une bonne décision. Une fois que lui et moi, nous avions fini nos études. On s’est fiancés après ses études. La première année était parfaite, mais tout a basculé quand il a commencé à voir une certaine clientèle. Moi, j’ai gardé une partie des clients de mon père donc je gère mes affaires sans avoir trop son aval. Mais depuis l’annonce, il a commencé à me mettre plus la pression. Je pense que c’est peut-être une peur que mes émotions affectent mon jugement. Pourtant, je ne mélange jamais l’affectif et le travail, c’est une de mes règles d’or. Et le lendemain de la fausse-couche, il m’a donné encore plus de travail pour « oublier ». J’ai beaucoup de mal avec son autorité. ».

Je reprends doucement ma respiration, je dois refouler mes larmes. Je ne suis pas tellement du genre à montrer mes sentiments, encore moins mes larmes quand je ne connais pas les gens. Je suis en train de jouer avec mon bracelet. Je l’écoute et maintenant elle me parle du petit-déjeuner, j’esquisse un sourire : « Je pense que c’est un mélange des deux, mais je pense que pour moi le petit-déjeuner est plutôt un repas qu’on m’a obligé à manger jusqu’à la fin du lycée. Et depuis, comme je suis pressée pour aller travailler la plupart du temps, je le saute. ».
Je souris à la jeune femme que je dois payer pour vaincre mes démons les intimes.

J’ouvre ma bouteille d’eau et j’en prends une gorgée, ma bouche est sèche à cause du stress. Je me sens en constante surveillance. Je passe une main dans mes cheveux, j’attends qu’elle me pose des questions.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/06/2018
déclarations envoyées : 62
faceclaim : melissa benoist
multinick : nop

MessageSujet: Re: abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.   Mer 4 Juil - 21:47

Life is a hurrican

J'écoutais son histoire, surprise de la voir aussi bavarde. Je dois avouer que je craignais un peu d'avoir à jouer l'inspecteur de police. Je détestais devoir poser des questions trop précise, j'avais le sentiment de mettre la pression sur des personnes qui n'en avaient pas besoin. Certes Abigail était venue volontairement vers moi mais téléphoner pour prendre un rendez-vous n'est pas forcément le plus difficile à faire. C'est un premier pas et comme dans la vie, même si il faut oser se lancer, on sait tous que tout ne devient pas forcément plus facile avec le temps. La relation qu'ils entretiennent n'a pas l'air d'être des plus simples et surtout assez destructrice. A l'intonation de sa voix, j'imagine assez bien deux contraires qui se sont attirés. Il est clair que c'est bon pour les affaires mais je ne suis pas certaine que pour le moral de la jolie blonde cette situation soit idéale. Elle se sent le maillon faible de ce duo, celle qui subit. Déjà blessée par la vie, la motivation pour se lever le matin doit être difficile à trouver même si malheureusement, il est assez rare de voir dans un duo deux personnalité du "même rang". Il y a toujours un soumis et dans sa phrase, je comprend clairement que c'est elle. « Beaucoup de personnes ont besoin de se concentrer sur ce qui les rassurent dans ce genre d'épreuves. Il a probablement voulu bien faire en vous donnant une raison de vous battre. Je ne pense pas qu'il est forcément voulu être trop autoritaire. A moins qu'il le soit depuis toujours ? Mais malheureusement dans ce genre de situation, un homme n'est pas apte à ressentir ce que vous avez vécu. Il peut tenter de l'imaginer simplement. » Je ne connaissais pas cet homme, je ne connaissais pas son caractère ou sa manière d'agir mais sa description me faisait penser à un homme maladroit. A un homme qui avait peut-être simplement peur de perdre son acolyte, bien plus conscient qu'elle de son importance dans leur affaire. Elle est blessée, elle a mal, je le vois, je le ressens. Malheureusement, je ne peux pas influencer le comportement de son entourage, leur maladresse. Parler du petit déjeuner est un bon moyen de la détendre, c'est un sujet assez courant qui n'implique pas trop personnellement les patients tout en étant un bon indicateur. Cette information sur le petit déjeuner peut sembler anodine mais elle indique qu'elle arrive à prendre du recul, à continuer de vivre malgré tout. « Il faut dire que c'était le seul moment de la journée où ils pouvaient tenter de nous parler » Je lui souriais. « Vous avez eu l'occasion de reparler avec les votre ? Ils sont souvent ceux qui nous comprennent le mieux. »



(c) chaotic evil

_________________
never forget to smile
Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant... Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 17/05/2018
déclarations envoyées : 153
pseudo (prénom) : Emy
faceclaim : Claire Holt
multinick : ...

MessageSujet: Re: abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.   Sam 7 Juil - 12:59

Quand le docteur Rhodes me demande si c’est depuis toujours qu’il a été comme ça. Je commence à réfléchir, en même temps. Je prends un mouchoir, car je sens que les larmes commencent à couler. Comme toujours, j’essaye de contrôler les choses : « Oui, je pense que c’est depuis qu’il a été une sorte de tuteur pour moi à la faculté de droit. Je pensais à l’époque que c’était juste passager. Puis on est sortis ensemble. On s’est fiancés après, mais je pense qu’il a été une personne sur laquelle je me suis reposée quand j’ai quitté le domicile de mes parents. ».

Je regarde ce jeune médecin, elle est tellement bienveillante avec toi. Je recommence à penser à ce bébé qui devrait être actuellement dans mon ventre. Je pense aussi à Damien et à Allan qui doivent être en train de se reposer. J’ai envie de les rejoindre et ne pas déballer, mon ressenti. Mais je suis ici de plein gré, je ne peux plus reculer. Je passe une main sur mon ventre qui est « vide », mais je sais qu’avec Damien je me sens prête à avoir une nouvelle grossesse. Je veux savoir ce que pense le médecin.
Je regarde autour de moi, je me demande si je suis dans un cabinet d’un psychiatre et encore moins à l’hôpital. L’unique phrase qui me vient à l’esprit pour ma relation avec Damien : « Celui qui passe à côté de la plus belle histoire de sa vie n'aura que l'âge de ses regrets et tous les soupirs du monde ne sauraient bercer son âme... ». Je ne sais pas comment aborder ça, j’ai peur qu’elle me raconte que c’est une relation pansement et que je suis comme ça avec Allan pour combler mon « mal d’enfant ».
C’est faux, je le sais bien, comme je connais depuis tellement longtemps. Je la regarde, je sens que mes yeux me brûlent énormément.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/06/2018
déclarations envoyées : 62
faceclaim : melissa benoist
multinick : nop

MessageSujet: Re: abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.   Lun 9 Juil - 10:58

Life is a hurrican

L'être humain est fascinant, mystérieux. Mais aussi différent soit les êtres humains, il y a souvent des points communs dans leurs comportements, dans leurs choix de vie ou de fréquentation. En savoir plus sur son ex n'était pas simplement de la curiosité, c'était un moyen de mieux la comprendre sans la mettre mal à l'aise en lui posant des questions sur son couple directement. Même si bien entendu, je suis consciente que d'une histoire à une autre, il y a des similitudes mais également des différences non négligeable. Mais le passé nous aide à fabriquer notre présent. « Sans le vouloir, il est peut-être passé du fiancé au grand frère protecteur ? Et pour le coup, maladroit ? » Ses yeux jouent avec ses nerfs et elle retient ses larmes, je le vois. Les gens qui pleurent, c'est assez courant. Ceux qui tentent de retenir leurs larmes aussi même si au fond d'eux, ils savent aussi bien que moi que les larmes finiront par couler. Je décide de me lancer dans un coup de poker, sautant sur l'occasion qui s'offre à moi d'en savoir plus sur ses parents. Nos parents sont la base de notre vie, la base de notre éducation et l'air de rien, ils influencent également notre vision de l'amour et qu'ils soient trop présent comme les miens ou pas assez, ils influencent l'adulte que nous sommes. Et dans l'histoire d'Abigail, le rôle des parents est très important car même si elle ne l'a pas encore évoqué réellement la raison de sa présence, je pense qu'il y a clairement un lien entre eux et les questions qu'elle se pose. Est-ce des questions sur sa capacité pour redevenir mère ? Ou en temps que couple ? Dans ce genre de mésaventure, l'amour n'est malheureusement pas suffisant et la plupart des couples peuvent se briser facilement. Il y a ceux qui veulent remonter la pente rapidement et se convaincre que c'est fini en retentant l'aventure de devenir parents trop tôt et cela donne un genre de transfert étrange entre l'enfant perdu et celui trouvé. Puis ceux qui se séparent directement car ils ne vivent pas le deuil de la même manière, l'homme n'avait pas le même lien avec l'enfant que as mère. Heureusement parfois, la solidarité et le soutien fait que l'un des deux est réussi à porter l'autre dans l'épreuve.


(c) chaotic evil

_________________
never forget to smile
Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant... Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 17/05/2018
déclarations envoyées : 153
pseudo (prénom) : Emy
faceclaim : Claire Holt
multinick : ...

MessageSujet: Re: abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.   Lun 9 Juil - 15:51

Je me suis promise de ne pas pleurer, mais entre la douleur morale et le stress je commence à pleurer à chaudes larmes. Elle commence à m'expliquer qu'au fil du temps, il est passé du fiancé au grand frère. Je commence à secouer la tête, même Matthew mon frère n'est pas comme ça avec moi. J'essaie de choisir mes mots, mais ils sortent d'un coup sans filtre : « Un grand frère n'humilie pas, il essaie d'être attentionné et protecteur. Alors que lui il a toujours trouvé le mot blessant. Je ne sais pas comment vous expliquez, mais j'ai réalisé trop tard que je n'étais pas faite pour lui. Ma mère avait peut-être raison pour lui. ».

Je sais vraiment pourquoi, je viens de lui dire ça. Je ne pense pas que c'est avec ça qu'elle va trouver une solution à mon problème. Je regarde encore autour de moi, j'ai besoin de trouver un endroit dans cette pièce pour me concentrer et je trouve un tableau. Il représente quelque chose d'abstrait, mais c'est ça qui me plait. Je peux aller au fil de mon imagination, c'est un dégradé de bleu. Je pense à tellement de choses en même temps. Je sais que me taire est une mauvaise chose, car à cause de ce lourd secret tellement de choses ont changé. Je regarde à nouveau la jeune femme, je prends mon courage à deux mains et je lui dis : « Je peux vous poser une question ? Je sais que c'est le sujet de ma visite, mais c'est important... ».

Comment aborder le sujet de Damien et encore plus celui d'Allan. Je les tiens tellement à eux, j'aimerais être rassurée sur mes sentiments et mes attentions qui ne sont que bonnes. C'est vrai quand je l'ai vu avec son ex j'ai ressenti quelque chose, mais j'ai su qu'il y a peu ce j'ai été jalouse de leur bonheur, car j'ai vécu une histoire avec lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.   

Revenir en haut Aller en bas
 
abi&eileen ✻ there is no hurricane more terrible than life.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eileen Rogue II [validée]
» castiel ▬ HURRICANE.
» Hurricane Nerdy (20/03/12 à 15h12)
» Bulgaria Allocates Relief Aid to Cuba, Haiti for Hurricane Damages
» WWE Cruiserweight Championship : Hurricane Helms vs Kofi Kingston

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers :: SOMEWHERE IN BROOKLYN :: Downtown Brooklyn-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: