AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça aide énormément le forum à se faire connaître!
Coney Island Festival
Un moyen de rencontrer du monde.
Pas d'obligation, mais si vous souhaitez participer à un chouette événement dans le quartier de Coney Island, c'est par là.
HELP WANTED
recherchons animateur
Nous cherchons un animateur pour le forum. Vous trouverez la recherche par là.

Partagez | 
 

 on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 18/06/2018
déclarations envoyées : 372
pseudo (prénom) : cocktailyne (madalen).
faceclaim : eliza taylor, sweet poison (avatar), tiny heart (signature), tove lo/romantics (lyrics).
multinick : nope.

MessageSujet: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 13:28


anissa ziegler
ft. eliza taylor | crédit @tumblr.
Identification complète Anissa Marlowe Strauss-Ziegler, une identité bien longue à énoncer, témoin de ses origines germaniques et de celles de son cher époux. Plus simplement, elle est juste Anissa Ziegler désormais, ayant renoncé à son patronyme depuis des années pour les beaux yeux d'un homme. Âge Elle approche des vingt-neuf ans mais s'en distance encore, autant qu'elle peut ; quoique à ce stade, elle n'en a plus vraiment grand-chose à faire, de ses vingt-huit ans frôlant dangereusement l'âge adulte, le seul, l'unique, le vrai, celui où il faudra définitivement, peut-être, qu'elle arrête ses conneries. Date et lieu de naissance Elle est née le 28 août 1989, à New York. Job ou études L'art, c'est toute sa vie. L'art, c'est de famille. L'art, elle est partie l'étudier, ou plutôt son histoire, à l'étranger. En France, un peu en Italie aussi – berceaux de la tradition picturale, mères de Raphaël, Botticelli ou Monet, Degas. Depuis toujours, elle se passionne pour tout ça, Anissa, alors elle est devenue commissaire d'exposition. Et même si elle se passionne pour la Renaissance, l'impressionnisme français ou d'autres époques emblématiques, sa préférence se ressent dans l'art moderne, celui qui brise les codes, déclenche des esclandres, provoque mais séduit en silence. Statut civil Anissa, elle a dit oui il y a bien longtemps déjà. C'est, du moins, l'impression qui lui reste, l'impression qu'elle a. Mariée depuis deux ans, son union a ces derniers temps, des allures de condamnation. Brisée depuis sa fausse couche, maintenant à son contact, elle étouffe. Statut financier $$$. Orientation sexuelle Elle est hétérosexuelle, Anissa, quoiqu'elle ait peut-être douté à certains moments de sa vie. Il lui semble que les hommes ont toujours eu sa préférence. Votre plus gros défaut Irréfléchie, elle fout sa vie en l'air, Anissa, elle détruit tout, et elle s'en fout, ayant l'impression que rien ne remplacera jamais la douleur d'avoir perdu ce qui aurait dû être son bébé. Alors elle mène une vie d'insouciance, elle fait n'importe quoi. Votre plus grande qualité Ouverte d'esprit, elle s'intéresse à tout avec une grande curiosité. Tolérante, elle ne laisse jamais aucun jugement la brider, peu importe de quoi il s'agit. Groupe Players gonna play, elle est amoureuse, ou plutôt l'était ; maintenant, tout ce qu'elle cherche, c'est retrouver un souffle de vie, alors elle saisit chaque occasion. Peut-être en vain. Avatar choisi Eliza Taylor.

L'art, c'est toute sa vie. Dans le fond, elle ne s'explique pas cette passion qui lui paraît innée ; peut-être que c'est l'art, qui l'a trouvée. Pas l'inverse, pas de découvertes. L'art, c'était l'évidence, et pourtant elle n'a jamais osé s'y lancer, Anissa. Pas ouvertement – dessinant, griffonnant seulement de temps en temps. ≈ Il y avait ce père, et sa galerie – les origines peut-être, de cette passion violente qui n'a pas faibli avec le temps. Elle a l'impression, Anis, d'avoir passé son enfance là-dedans. Quand d'autres gosses jouaient avec des voitures ou des poupées, elle, elle passait son temps libre sur le plancher de la galerie d'art de son père, à regarder les œuvres au mur avec une curiosité d'adulte. ≈ Elle croit que c'était l'amour fou. L'amour au premier regard, peut-être, elle ne sait pas – c'est comme s'il l'avait trouvée lui aussi, alors qu'elle ne le cherchait pas. Il était son deuxième amour, celui auquel elle se destinait, pensait aimer pour l'éternité. Maintenant, elle ne sait pas, Anissa. Tout a changé et pourtant, tout est pareil. ≈ Elle voulait un bébé. C'est une envie qui était née comme ça, avec le mariage, avec le bonheur, avec la vie poursuivant son chemin. Un jour, elle avait voulu un bébé, ils avaient essayé. Un jour, elle est tombée enceinte. Et puis, elle l'a perdu. Peut-être qu'elle était pas faite pour ça, Anissa. Peut-être que c'est juste son corps, qui ne voulait pas ; elle ne sait pas. Elle n'arrête pas d'y penser, même quand elle ne le fait pas, c'est là, sans arrêt. Inconscient, pas souhaité. Elle voudrait pouvoir oublier, la douleur, et puis les doutes, les remises en question. Parce qu'elle se repasse les choses en tête sans cesse, se demandant où est-ce qu'elle a merdé, ce qui a bien pu se passer. C'est peut-être juste qu'elle était trop fatiguée. C'est peut-être pas de sa faute. Et pourtant, dans sa tête, ça reste le cas. ≈ Il voudrait qu'elle arrête, qu'elle se calme. Qu'elle se pose, un peu. Qu'elle délaisse le travail. Il n'a pas compris, pas saisi – le travail est devenu son échappatoire. Mais il n'essaie pas de comprendre, Jeffrey. Forcément, il ne peut pas comprendre. Ce que c'est, de perdre la vie, de perdre ce qui grandissait dans son ventre. D'avoir mal, et de se remettre en question. Il ne peut pas comprendre, ce que c'est de perdre ce qui devait devenir un enfant. Il n'en aurait été, après tout, que le père. ≈ Elle est injuste, Anissa. Elle ne lui laisse pas le droit, à Jeffrey, de souffrir de la même perte. C'est elle en vérité, qui ne comprend pas. Elle ne lui demande jamais, comment il va. C'est comme si elle ne s'en souciait pas, trop égoïste, ou trop brisée. Pourtant, la douleur n'excuse pas son comportement. Mais il l'étouffe, Jeffrey, à être tout le temps sur son dos. Elle aurait presque l'impression d'être une adolescente, ou une petite fille fragile, dont les parents s'inquiètent constamment. Elle étouffe, Anissa. Elle a trop chaud, dans ses bras. Pas de place dans ce lit, la nuit, qui lui paraît trop petit, quand il y est aussi. Elle est plus forte qu'il ne le croit, c'est vrai ; mais elle ne se sent pas bien, c'est une réalité. Il ne lui laisse pas l'espace, qu'il lui faudrait. ≈ La nuit, elle reste pendant des heures, à fixer le plafond. Elle ne trouve pas Morphée, se languit de ses bras, pète un câble et puis finit par se résigner, puisque ça ne sert à rien de s'énerver. Le sommeil la fuit, les pensées noires encombrent son esprit, elle dort peu et le jour, elle camoufle le tout sous le maquillage, priant pour que ça ne se voit pas. ≈ Elle s'est remise à fumer, alors qu'elle avait arrêté. A quoi ça servirait, alors qu'elle ne va pas avoir de bébé ? Ça la bouffait, elle en avait besoin. Besoin d'évacuer tout ça, sous quelque forme que ce soit. Alors elle a repris la clope, au grand désarroi de Jeffrey, aux premières loges du désastre, de l'autodestruction, qu'il n'est pas capable d'arrêter. Il doit bien le sentir, le savoir, il n'est plus capable désormais de la sauver. ≈ Et puis il y a l'autre vice, son autre tendance autodestructrice. Elle sort beaucoup plus, Anis, elle passe ses soirées ailleurs, fuit le domicile conjugal et la compagnie d'un mari qui lui pèse, ou qui l'effraie. Son autre vice majeur, alors, c'est l'alcool – puisque après tout, elle n'attend plus de bébé, pourquoi se priver ? ≈ Il n'y a pas que Jeffrey, à être aux premières loges du tragique spectacle de sa folie et de sa perdition. S'il est aux premières loges, alors Santiago est dans les coulisses, à savoir tout, absolument tout, tout ce qu'elle ne dit plus parce qu'elle essaie d'oublier. ≈ Il est son meilleur ami, son meilleur soutien, et elle tient à lui d'une façon qui dépasse l'entendement, peut-être abusive, qui frise la possessivité – ou c'est qu'elle est égocentrique, et qu'elle veut être la seule femme à compter dans sa vie. Ou c'est juste qu'elle va mal, qu'elle est désespérée. ≈ Jeffrey, il voudrait réessayer, elle le sait. Pour ça, rien que pour cette petite chose-là, c'est vrai qu'il ne la comprend pas. Seulement, maintenant, Anissa, elle ne sait plus ce qu'elle voudrait. Elle voulait un bébé, maintenant son cœur souffre de la perte ; et la souffrance l’obnubile, prend toute la place, remplace Jeffrey. Maintenant, simplement, Anissa, elle est paumée. ≈ Elle sait parler couramment le français, parce qu'elle a passé une partie de ses études à Paris. Elle sait aussi très bien se débrouiller en espagnol, langue qu'elle a choisie d'apprendre, juste parce qu'elle était la langue natale de son meilleur ami. ≈ Ses parents ont aidé les Herrera après leur arrivée aux Etats-Unis, et c'est ainsi qu'Anissa, elle a rencontré Santiago. Tout de suite, elle s'y attachée, telle la petite fille joyeuse et enthousiaste de huit ans, qu'elle était. ≈ Elle sait jouer quelques morceaux à la guitare, rien de bien extravagant, mais elle se débrouille malgré tout. ≈ Elle n'a jamais réussi à avoir son permis de conduire. ≈ Jeffrey et elle ont adopté deux chats. Quelque part, ils comblent peut-être leurs envies d'être parents, faute de l'être réellement. ≈ Elle n'est pas très sportive, Anissa. Son mari a désespérément tenté de l'y pousser, sans succès. ≈ Elle a une sœur, Marnie, un peu plus âgée qu’elle. Elles n'ont pas grand-chose en commun, les deux sœurs Strauss ; elles ne partagent même plus, le même nom. Elles n'ont jamais été très proches, peut-être à cause de ce père, qui ressemblait si peu à Marnie, et tellement plus à Anissa.

Si tu devais parler de l'amour, quelle définition en donnerais-tu? Pour elle, l'amour, c'est les papillons dans le ventre, les insomnies, les projets, l'insoupçonné. L'amour, ça tombe comme ça, au moment où on s'y attend pas. L'amour, c'est pas forcément facile à assumer, à reconnaître, même quand on y est rodé. Anissa, plusieurs fois, elle a aimé, pourtant elle comprend toujours pas, après tant d'années, que l'attachement pour son meilleur ami est plus que ce qu'elle veut bien avouer. Alors pour elle, c'est l'amour, c'est un sentiment puissant, qui fait peu de fois son apparition. C'est un truc qui pousse les gens, à faire n'importe quoi, à sacrifier des choses, à répondre présent dès que l'autre en a besoin. C'est être là, quoiqu'il arrive. C'est perdre sa raison de vivre, si l'autre vient à partir.

Penses-tu que les sites de rencontres peuvent aider à trouver le véritable amour? Elle y est étrangère, elle n'a jamais essayé ; elle n'irait pas dire, qu'elle n'en a jamais eu besoin – elle en a été tentée. Elle se dit que ça peut marcher, mais elle a tendance à penser que ça casse toute la magie des rencontres. Seulement, elle sait que l'amour est difficile à trouver. Alors Anissa, elle se dit que ça peut aider. Mais que, peut-être, avec les sites de rencontre, comme dans la vraie vie, c'est surtout une question de chance.

(the 'earth' without 'art' is just 'eh')
Elle l'aimait, son père. Elle se souvient de tout, de chaque instant passé en sa compagnie, de chaque instant avec lui, à la galerie. Elle se souvient des éclats de rire, illuminant la pièce ; elle se souvient des sourires, inondant son visage. Elle se souvient de la curiosité des visiteurs, des marchands d'art, des critiques – se demandant sans doute, ce qu'une enfant si jeune faisait là. Pourtant, elle n'était pas insupportable, Anissa. Elle riait, mais d'un rire heureux, non d'insouciance. Parce que c'est ainsi, ici, qu'elle était à sa place. Elle se souvient aussi des regards faussement sévères, de sa mère. Sa mère, qui ne voulait pas qu'elle soit là. Qui ne pensait pas, que c'était l'endroit, pour un enfant comme ça. Et pourtant, elle était sage, Anissa. Sage, admirative, curieuse, avide. Défiant sa mère qui croyait, qu'elle serait désagréable, qu'elle ne comprendrait pas ; mais Anissa, elle n'était jamais aussi respectueuse et sage, que quand elle était dans cette galerie d'art. Elle se souvient, encore, de la première fois à la galerie ; elle était contente, elle se sentait grande. Quand elle ne riait pas, elle regardait. Elle regardait avec admiration les beaux tableaux accrochés aux murs, plein de couleurs, plein de gestes, plein de vie. Elle n'avait peut-être, que six ou sept ans. Et pourtant, déjà, elle était folle amoureuse de l'art. Pas avec cette insouciance d'enfant qui aime peut-être à voir un assemblage de couleurs. Elle était folle amoureuse de l'art, gamine au regard d'adulte, qui comprenait déjà, sans comprendre complètement, que l'art ne se limitait pas qu'aux couleurs et à ce qu'il représente. Et son père, il était fier. Parce qu'elle lui ressemblait, décidément, en tout point – le physique, ne suffisant pas. Son père, elle l'adorait. L'inverse, était tout aussi vrai. « Un jour, cette galerie, elle sera à toi. » qu'il lui a dit, une fois. Son père, il avait deviné ses rêves, il lisait ans sa tête. Dans le fond, il lisait en elle comme dans un livre ouvert. Il la connaissait mieux que quiconque, parce qu'ils étaient les mêmes. Anissa, elle avait les mêmes cheveux blonds qu'il avait dans son enfance, les mêmes yeux bleus azur, le même sourire, les mêmes fossettes, le même caractère, la même passion. Pareils, du début à la fin. De la tête aux pieds. De l'âme à l'art. Alors, pourquoi ? Ils étaient censés, être les mêmes, être pareils.

« Est-ce que tu savais ? » Bam, question balancée, jetée comme du venin. Est-ce qu'elle savait, maman ? Que papa n'était qu'un menteur, qu'un opportuniste, qu'un égoïste ? Est-ce qu'il a seulement été, vraiment, quelqu'un de bien ? Est-ce qu'il était vraiment cet homme, qui, avec sa mère, avait aidé les Herrera ? Elle sait plus, maintenant, Anissa. Tout ce dont elle se souvient, c'est la rage, la colère, la déception. Le dégoût aussi, peut-être. Mais surtout, et avant tout, la tristesse. Son père, elle l'aimait. Il était tout pour elle, pendant longtemps – il était le premier homme de sa vie, avant Santiago, avant Jeffrey. Son premier héros, son modèle, son complice, son guide, son conseiller. Sa mort lui a fait mal, sa mort a été l'un des événements les plus douloureux de sa vie. Il est mort, son père, mort d'une crise cardiaque, à cinquante-sept ans. Trop jeune pour mourir, trop jeune pour partir. Elle avait encore besoin de lui, Anissa. Elle aurait eu besoin de lui, besoin de sa présence, quand c'est arrivé – la fausse-couche. Comme si ça suffisait pas, qu'elle perde son plus vieux repère – elle a perdu son lien avec le passé, et peu de temps après, celui avec le futur. Parce que maintenant, elle sait plus ce qu'elle veut, Anissa. Elle a perdu trop de choses d'un coup – son père, ses espoirs, ses souvenirs, son bébé. Elle ne sait plus quoi croire, désormais. Elle n'a même pas eu le temps de souffler, pas eu le temps d'avancer. Pas de le temps de s'en remettre. Faut croire qu'elle avait pas suffisamment souffert – peut-être que la deuxième couche, c'était pour être sûr de bien la blesser. De l'achever. Et puis, une troisième couche, pour achever. Dis, maman, est-ce que tu savais qu'il faisait du trafic d’œuvres d'art ? Est-ce que tu savais, ou est-ce que c'était qu'un tissu de conneries, qu'il aimait l'art ? « Je n'en savais rien. » Bien sûr, qu'elle n'en savait rien, maman. Elle ne s'est jamais intéressée à tout ça. La galerie d'art, c'était eux. Juste Anissa, et son père. Ça n'intéressait pas sa sœur. Ça n'intéressait pas leur mère. Son père est parti. Son père, elle l'aimait. Maintenant, elle ne sait plus. Elle est trop en colère contre lui. Et en colère contre elle-même, pour être en colère contre lui. Elle a essayé de lui trouver des excuses. Ça n'a pas duré longtemps. Oubliés les bons souvenirs, oubliés les rires. Anissa ne retient plus que ça, que cette chose qu'elle a appris. Elle ne retient plus que sa trahison, parce que c'est comme ça qu'elle le prend : son père l'a trahie, son père a trahi l'art. Son père est une déception.

(my young heart chose to believe we were destined; the xx)
Elle l'aime, Jeff. Elle se souvient encore, des balades après les cours. Des taquineries, du flirt, des sourires débiles et des regards en coin. Elle se souvient du lycée avec lui, elle se souvient de tout avec lui. Elle se souvient des regards faussement réprobateurs de son père, et de son sourire amusé, juste après, quand il a rencontré Jeffrey. Jeffrey, un peu plus âgé qu'elle. Jeffrey, si souriant, réconfortant, drôle, protecteur. Jeffrey, si sérieux, si travailleur. Jeffrey, parti étudier loin, loin de New York, loin d'Anissa. Elle se souvient des larmes, elle se souvient de la douleur. Elle se souvient, qu'elle n'était pas suffisante. Elle se souvient s'en être remise. Elle se souvient avoir oublié. Elle se souvient avoir avancé. Elle a encore aimé, Anissa. Elle a aimé d'autres garçons, d'autres hommes. Elle a aimé la France. Elle a aimé ses études. Elle a aimé ses projets. Elle a aimé revenir. Elle n'a pas cessé de vivre, elle a grandi. Elle a mûri. Elle est devenue une autre Anissa.

Elle l'a revu, plus tard – tombée sur lui, par hasard. Elle l'a vu, reconnu. Jeffrey, tout changé. Grandi. Mûri. Un autre Jeffrey, aussi, et en même temps le même. Un sourire, un regard – et c'était reparti. Ou peut-être que c'était juste pour oublier la nouvelle copine de Santiago – tout était relatif, mais tout n'était pas bon à s'admettre. « Veux-tu m'épouser ? » Ils étaient l'évidence, ils étaient faits pour être ensemble. Du moins, c'est ce dont Anissa s'est persuadée. Les études de Jeffrey les avaient séparés une fois, mais ils s'étaient retrouvés ; c'était une évidence, pour elle, qu'ils étaient destinés l'un à l'autre. Ou quelque chose comme ça. Elle l'avait aimé, et elle l'aimait à nouveau. C'était sans fin, c'était pour de bon, cette fois. Alors Anissa, elle a délaissé Strauss pour Ziegler. Anissa Strauss est devenue Ziegler. Madame Ziegler. L'épouse de Jeff. Ça sonnait bizarre au début, mais elle s'y est faite. Elle se souvient d'eux avant, elle se souviendra d'eux maintenant. Elle se souvient du désir d'enfants de Jeff, Jeff qui insistait, Jeff qui en parlait souvent, Jeff qui en voulait vraiment. Et puis elle, qui en avait eu envie, aussi. Elle a fini par tomber enceinte, Anissa. Elle l'a été deux mois, avant que sa grossesse ne prenne fin, subitement, brutalement. Laissant un vide en elle. Laissant un vide en eux. Il souffre, et il voit qu'elle souffre. Il voudrait qu'ils réessaient, mais il est trop tôt, il le sait, il le sent. Alors, il attend. Il essaie de l'aider. Il la voit fatiguée, mais il ne sait rien de ses insomnies. Il lui dit de se reposer, il voudrait qu'elle arrête un peu, de travailler. Surtout, il voudrait qu'elle arrête, de se prendre la tête, avec ce qu'a fait son père. Il voudrait qu'elle avance, pour tout. Il se fait pressant, mais il ne s'en rend même pas compte. Anissa étouffe, elle a besoin d'air, elle a besoin d'espace, elle a besoin de temps. Mais elle l'aime, Jeff. Et pourtant, en même temps, elle le fuit. En même temps, elle a peur. Sans trop savoir, de quoi.

(j'étais si près de toi que j'ai froid près des autres; eluard)
« Il a besoin de moi. » Ou peut-être qu’elle a besoin de lui. Sans doute que ça marche dans les deux sens, ç’a toujours été un peu le cas – depuis qu’il était entré dans sa vie, elle ne l’a plus laissé en ressortir. Peut-être qu’elle s’est imposée à lui, peut-être qu’elle s’est incrustée, elle ne s’est à vrai dire jamais gênée ; mais jamais, elle n’a eu l’impression que ça le dérangeait. Il avait besoin d’elle, c’est ce qu’elle avait sorti à Jeffrey quand elle s’était levée de table en panique, son téléphone à la main – et Jeffrey, il n’aimait pas qu’elle soit là avec son portable, comme s’il était greffé à sa main, comme si elle ne pouvait pas s’en passer, comme si elle était comme tous ces adolescents d’aujourd’hui qu’il jugeait idiots, sans cesse sur leurs écrans. Mais il comprenait pas sa tête, son air bouleversé, même s’il était au courant de tout – peut-être qu’il était parano, il avait tendance à toujours l’observer attentivement dès qu’il était question de Santiago ; il croyait voir des signes, il était parfois suspicieux, et Anissa, ça la faisait rire, tellement elle trouvait ça impossible, quand Jeffrey était tout simplement incapable de faire taire sa jalousie, en arrivant aux questions. Mais ce jour-là, elle avait pas la tête à rire, pas la tête au débat, parce qu’elle venait d’apprendre pour Neva. Et ce jour-là, elle avait oublié le pincement au cœur, quand ils s’étaient mariés, Neva et Santiago, choisissant de faire un fuck magistral à la vie qui avait décidé que la jeune femme, n’aurait pas le droit de vivre bien longtemps. Et peut-être qu’elle avait été un peu jalouse, qu’elle avait eu du mal à accepter cette nouvelle histoire, mais c’était tellement impossible, de la détester, Neva – elle s’y était attachée, sans même y être obligée, et en même temps à l’origine, les efforts, elle les avait faits pour Santiago. Elle aurait fait n’importe quoi pour lui, et ce jour-là, précisément, celui où Neva était morte, elle avait laissé en plan son mari qui voulait lui reparler bébé, pour accourir, réconforter Santiago. Parce qu’elle le connaissait, et parce que de toute façon, fallait être con pour pas se douter qu’il serait mal, c’était plus que normal. Et ça lui brisait le cœur, Anissa, de le savoir déjà comme ça, avant même de le voir – elle oubliait les pincements au cœur, sa tendance possessive, elle oubliait qu’elle avait pu être déçue de ne pas être celle qu’il avait voulu épouser, celle qui l’avait intéressée ; elle voulait être là pour lui, il avait besoin d’elle, alors elle était venue, aussi vite que possible.

Il aura toujours besoin d’elle, ou c’est elle qui aura toujours besoin de lui. En vingt ans, il s’est rendu indispensable, essentiel à sa vie, sinon nécessaire – elle croit que sans lui, elle ne serait rien du tout, Anissa. Il est Tiago et elle est sa Nissa, des surnoms vieux comme le monde, des surnoms datant peut-être de leur rencontre – elle ne sait plus quand il l’a appelée comme ça, elle se souvient juste qu’elle, elle l’avait appelé « Tiago » parce qu’elle était jeune encore, parce que ça lui paraissait être un prénom compliqué, parce qu’elle ne savait pas mettre l’accent en le prononçant. Plus tard, pour lui, elle a voulu apprendre l’espagnol à l’école, juste pour qu’il puisse l’aider, comme elle l’avait fait, juste pour pouvoir communiquer d’une autre manière – des façons de le faire, ils en avaient plein, depuis toutes ces années qu’ils avaient passées, ensemble. C’était peut-être une obsession étrange, mais faut croire que ça n’avait jamais inquiété personne, parce que c’était gentillet, platonique, parce qu’Anissa, elle était plus jeune, et sans doute qu’elle le voyait comme un grand frère, ou quelque chose dans ce goût-là – Jeffrey, il a été le premier à en douter. A raison sans doute, parce que leur amitié n’est pas aussi pure qu’elle peut bien le prétendre, Anissa. Parce qu’elle a toujours tu la jalousie, la possessivité, quand d’autres lui tournaient autour, quand d’autres partageaient sa vie. Peut-être qu’elle était égocentrique, ou peut-être juste qu’elle ressentait plus, qu’elle ne le disait. Ses sentiments amicaux à l’égard de Santiago, ils ont toujours été intensément forts, à en devenir équivoques. Elle ne sait plus quand elle a ressenti la première fois l’ambiguïté – toutefois sans jamais l’avouer, les sourires trop grands et les regards lourds de sens, les silences un peu gênants après un trouble qu’elle s’efforçait de cacher. Mais ça n’avait pas d’importance, elle ne voulait pas gâcher ce qu’ils avaient, l’idée qu’ils puissent être plus ne l’avait jamais effleurée – et puis il a eu Neva, et elle a eu Jeffrey. Jeffrey, il n’aime pas cette amitié, ou c’est juste qu’il n’aime pas ne pas être le seul à compter. Il le sait, il ne peut pas rivaliser, et ça le rend fou, qu’elle soit à peu près capable des mêmes choses pour l’un, comme pour l’autre – si ce n’est de plus encore, pour l’un, que l’autre. Ça le rend fou, d’entendre parler de ce meilleur ami à longueur de journée, de Santiago par-ci, de Santiago par-là, à tel point que quelques fois, il doit bien avoir l’impression que c’est à lui, qu’il est marié. Le fait est qu’inconsciemment, elle l’a mêlé à son ménage, en parlant tellement que c’est comme s’il vivait avec eux. C’est peut-être excessif, mais elle ne le voit pas, Anissa ; mais peut-être qu’il n’y a pas que Jeffrey, à les voir parfois comme un couple, les avantages charnels en moins. Mais elle s’en fout, elle changera rien. Elle a besoin de lui, ce sera toujours le cas, et personne n’aura jamais son mot à dire, là-dessus. Plus encore, elle ne peut plus s’en passer, maintenant qu’elle a vu son monde s’écrouler, à deux reprises, en si peu de temps. Parce qu'elle peut plus perdre quelqu'un d'autre, Anissa. Surtout pas lui.

(mon verre s'est brisé comme un éclat de rire; apollinaire)
Elle se souvient de cet inconnu qui demande à asseoir en face d'elle, en face d'Anissa. Elle se souvient de son trouble, de sa sensation de mal-être, de la douleur pulvérisant son cœur. Elle se souvient s'être sentie perdue, comme c'est trop souvent le cas. Elle se souvient de l'envie folle de tout envoyer en valser – Jeffrey et sa surprotection, son père et sa galerie d'art, son père et ses souvenirs, ses mensonges, et puis la vie, la vie qui l'a brisée. Elle se souvient de sa soudaine tentation, du goût de l'interdit faisant son apparition, comme cette sensation dans son bas-ventre, comme disparue depuis longtemps. Elle se souvient de sa bague, son alliance, retirée ; elle se souvient d'avoir voulu être quelqu'un d'autre, le temps d'une soirée. Elle se souvient des mots de cet inconnu, donnant le ton de la conversation, la raison de sa présence, de son intérêt – et Anissa, elle, elle acceptait de n'être vue que comme une proie, rien que pour cette fois. Ça lui plaisait, d'être courtisée. D'intéresser. Ça lui changeait, de Jeffrey. Cet homme, il ne portait pas sur elle le même regard que son mari – elle n'y lisait pas la pitié, la surprotection, l'étouffement. Elle y lisait au contraire, le désir, la tentation – c'était un regard de prédateur, et puis, ça lui plaisait, à Anissa, d'être regardée comme ça. Elle se souvient de sa gêne aussi, quand même, d'abord. De son hésitation, puis finalement, elle se souvient de sa réponse. Elle se serait donnée des claques, Anissa, se maudissant pour son invitation à sa table, et l'air enjôleur qu'elle n'avait pas su réprimer. Il avait souri, cet inconnu, et ça le rendait mignon, elle devait l'avouer. Elle se l'avouait, même, sans trop de difficultés. Et c'est bien pour ça, qu'elle s'en voulait. Parce qu'elle était mariée. Et peut-être qu'elle souffrait ce soir-là, qu'elle souffre encore aujourd'hui, mais elle n'avait pas le droit de regarder ailleurs. Surtout pas, quand elle ne laissait plus son propre mari la toucher. Elle n'avait pas le droit d'en regarder un autre, d'en admirer un autre, d'en désirer un autre, encore moins faire comprendre à un autre, qu'elle ne le trouvait pas désagréable. Qu'elle le trouvait même, canon. Son alliance le lui interdisait, lui rappelant son engagement, ses vœux devant l'autel, ses promesses, son amour. Son amour pour Jeff, Jeff toujours été là pour elle, Jeff protégeant trop, bien plus qu'elle n'en avait besoin. Son alliance lui interdisait tout ça, mais son alliance n'était pas là. Choix parfaitement conscient, avant que l'alcool ne lui monte à la tête. Elle ne buvait pas tant d'ordinaire, Anissa, elle avait simplement fait une exception pour ce soir. D'ordinaire, non plus, elle ne flirtait pas. Mais elle avait bien le droit de s'amuser de temps en temps ; elle devait quitter la maison, sa forteresse aux fondations indestructibles, bâties par Jeff et son amour envahissant. Elle avait eu besoin de sortir, de respirer. Rien qu'une soirée. Et puis c'est tombé, d'un coup. Son esprit embrumé a saisi un mot, et ça a suffi, à la faire paniquer. « … rentrer. » Rentrer. Non. Oui. Non. Non, non, non. Jamais. Pas possible. Elle s'était laissée emballer, elle n'avait rien vu venir. Ou plutôt, si. Mais elle n'avait pas fait attention. Elle était trop bête, bien trop bête. Il lui fallait une excuse. « T'es pas mon type. » Balancé comme ça, avec assurance, et même avec un sourire. Désolée, pas mon type, pas attirée par les hommes, j'ai flirté avec toi pour rire, parce que c'était drôle, parce que j'étais saoule, parce que je suis fatiguée, parce que je me sens mal, parce que Jeff m'étouffe, parce que tu me plais mais que je ne peux pas, mais vraiment pas, parce que tant de choses.

S'enfuyant, laissant même échapper un rire, comme si ça l'amusait de frustrer un homme pour le plaisir, elle s'était levée, pour s'éloigner, s'échapper aux toilettes, arrêter les larmes avant même qu'elles n'apparaissent. Sur le chemin, son regard, il avait croisé Santiago, Santiago qui était là, qui avait peut-être vu la scène, ou peut-être juste vu comme elle enchaînait les verres, comme elle riait plus qu'à l'accoutumée, comme elle avait retiré son alliance, comme elle était une épouse indigne, comme elle partait en vrille.

Parce qu'il savait sans qu'elle en parle, sans qu'elle s'étende avec moult détails, elle ne s'est vite plus sentie coupable, la blonde. Elle a repris les verres, pour oublier qu'elle est désespérée. Qu'elle souffre de ce bébé perdu, envolé. De ce père qui lui a menti, et qui s'en est allé, trop vite pour pouvoir lui expliquer. Pour oublier aussi qu'elle a renoncé à son grand rêve. Renoncé à la galerie d'art, dont elle avait héritée ; laissant à sa sœur aînée, le choix de la revendre ou de la garder. Elle est pas bien, elle est pleine d'une noirceur nouvelle, qu'elle ne se soupçonnait pas. Elle n'est plus la petite fille de son père, elle n'est plus la Nissa de Santiago, elle n'est même plus la madame Ziegler de Jeff. Elle ne sait plus ce qu'elle est, elle ne sait plus ce qu'elle veut. Ce qu'elle sait, c'est qu'elle cherche désespérément un moyen d'exister, de se sentir vivante. Elle est pas en phase avec elle-même, Anissa. Il y a la douleur, et puis il y a tout cet air, que Jeffrey lui prend. Et puis il y a Santiago, à savoir tous ses secrets, à la voir telle qu'elle est. A la voir se soûler, à la voir s'amuser avec d'autres, à la voir se détruire. Il y a Santiago, à couvrir ses écarts et ses débordements, à la laisser découcher chez lui. A veiller sur elle, sans l'étouffer. Peut-être que c'est juste, qu'il est le seul à ne l'avoir jamais déçue. Elle a trop besoin de lui, maintenant. Le dernier homme de sa vie.

Pseudo/Prénom cocktailyne, madalen. Pays le pays des impressionnistes, parce que du coup j'suis en mood art  Votre avis sur le forum c'est lumineux et ça a l'air bien sympa par ici Où l'avez vous trouvé? par @santiago herrera qui s'est bougée plus vite que moi Tu es?(x) un inventé - () un scénario - () un prélien.


Dernière édition par Anissa Ziegler le Mer 20 Juin - 1:09, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 25/06/2017
déclarations envoyées : 1953
pseudo (prénom) : missmady / mady
faceclaim : olivia wilde ♦ lux aeternae
multinick : cameron

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 13:33

le personnage a juste l'air d'être une bombe atomique

bienvenue par chez nous

_________________
take me back to the start
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 06/09/2017
déclarations envoyées : 995
pseudo (prénom) : Catblack
faceclaim : Nina Dobrev
multinick : Skyla Ozerov & Kenya Sansgter

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 13:37

Bienvenue ma belle ! J'adore ton choix de personnage et son prénom !

Bon courage pour ta fiche et surtout n'hésite pas si tu as des questions !

_________________
Kiss me or kill me
Aimer, ce n'est pas emprunter des routes toutes tracées et balisées. C'est avancer en funambule au-dessus de précipices et savoir qu'il y a quelqu'un au bout qui dit d'une voix douce et calme : avance, continue d'avancer, n'aie pas peur, tu vas y arriver. •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/06/2018
déclarations envoyées : 265
faceclaim : Andrew Garfield
multinick : //

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 13:39

Bienvenue par ici
Bonne chance pour la fiche

_________________

Don't worry, be happy
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/11/2017
déclarations envoyées : 524
pseudo (prénom) : lélia
faceclaim : jake hot gyllenhaal / hershelves
multinick : nop

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 13:40

ohh comme t'y es belle toi. 
bienvenue par ici et bon courage pour ta fiche. 

_________________

AWARDS:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 18/06/2018
déclarations envoyées : 372
pseudo (prénom) : cocktailyne (madalen).
faceclaim : eliza taylor, sweet poison (avatar), tiny heart (signature), tove lo/romantics (lyrics).
multinick : nope.

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 13:47

@Lisbeth Carpenter aw c'est gentil j'sais pas si elle le sera le cas, mais j'espère qu'anissa vous plaira en tout cas I love you et puis olivia fleuriste, je meurs merciiii

@Abbadon Valentine oh merci j'dois dire que je suis fan du prénom "abbalon", omg merci à toi I love you

@Elias Evergreen andrew, tellement rare (c'est un crime) merciiii

@Abel Barnes que dire de jake ? ceo d'une agence de pub en plus, ce choix de fou merci I love you

_________________

( I don't wanna feel regret, just imagine, we could be romantics for life, go wild with our scars unhealed )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 09/05/2018
déclarations envoyées : 167
pseudo (prénom) : Cat
faceclaim : Justin Hartley ©angie
multinick : /

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 14:27

Bienvenue

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 18/06/2018
déclarations envoyées : 372
pseudo (prénom) : cocktailyne (madalen).
faceclaim : eliza taylor, sweet poison (avatar), tiny heart (signature), tove lo/romantics (lyrics).
multinick : nope.

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 14:32

merciiii I love you

_________________

( I don't wanna feel regret, just imagine, we could be romantics for life, go wild with our scars unhealed )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 19/03/2018
déclarations envoyées : 143
pseudo (prénom) : Catblack
faceclaim : Victoria Justice
multinick : Abbadon Valentine

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 14:39

Merci ma belle ! (C'est Abbadon !)

_________________
Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO SEE YOU ANYMORE.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 18/06/2018
déclarations envoyées : 372
pseudo (prénom) : cocktailyne (madalen).
faceclaim : eliza taylor, sweet poison (avatar), tiny heart (signature), tove lo/romantics (lyrics).
multinick : nope.

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 14:42

damn, le boulet que je suis damn désolée, je ne suis pas réveillée aujourd'hui c'est quand même plus joli avec un "d" I love you (victoria btw )

_________________

( I don't wanna feel regret, just imagine, we could be romantics for life, go wild with our scars unhealed )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 19/03/2018
déclarations envoyées : 143
pseudo (prénom) : Catblack
faceclaim : Victoria Justice
multinick : Abbadon Valentine

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 14:45

Ne t’inquiète pas ! J'avais compris c'est le principal !

_________________
Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO SEE YOU ANYMORE.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 26/04/2018
déclarations envoyées : 222
faceclaim : Tyler Blackburn
multinick : Non ca va, je me sens bien tout seul dans ma tête ...

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 20:30

Bienvenue sur le fo' :D

_________________

 
Yohann Wilson
Il faut savoir oublier le passé et se tourner vers l'avenir, afin de faire de nouvelle rencontre qui peuvent être de bonne chose ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 02/01/2017
déclarations envoyées : 2214
pseudo (prénom) : goldblast, lou
faceclaim : sophia bush@money honey
multinick : 404 not found

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 21:49

bienvenue sur quiet little lovers
si tu as des questions, n'hésite absolument pas

ce choix d'avatar et puis, ce ship, omfg

_________________

cause i got issues but you got 'em too. so give 'em all to me and i'll give mine to you. bask in the glory of all our problems. cause we got the kind of love it takes to solve 'em. yeah, i got issues. and one of them is how bad i need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quietlittlelovers.forumactif.com
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 18/06/2018
déclarations envoyées : 372
pseudo (prénom) : cocktailyne (madalen).
faceclaim : eliza taylor, sweet poison (avatar), tiny heart (signature), tove lo/romantics (lyrics).
multinick : nope.

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 22:07

@Skyla Ozerov oui ahah I love you mais l'orthographe, c'est important surtout pour les prénoms

@Yohann Wilson merciiii I love you

@Meaghan Hepburn merciii plop aw sophia, elle est trop parfaite

_________________

( I don't wanna feel regret, just imagine, we could be romantics for life, go wild with our scars unhealed )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 02/01/2017
déclarations envoyées : 2214
pseudo (prénom) : goldblast, lou
faceclaim : sophia bush@money honey
multinick : 404 not found

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 22:09

on se trouvera un lien si tu veux

_________________

cause i got issues but you got 'em too. so give 'em all to me and i'll give mine to you. bask in the glory of all our problems. cause we got the kind of love it takes to solve 'em. yeah, i got issues. and one of them is how bad i need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quietlittlelovers.forumactif.com
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 18/06/2018
déclarations envoyées : 372
pseudo (prénom) : cocktailyne (madalen).
faceclaim : eliza taylor, sweet poison (avatar), tiny heart (signature), tove lo/romantics (lyrics).
multinick : nope.

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Lun 18 Juin - 22:37

oh oui, avec plaisir

_________________

( I don't wanna feel regret, just imagine, we could be romantics for life, go wild with our scars unhealed )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 27/05/2018
déclarations envoyées : 105
pseudo (prénom) : Lucifer
faceclaim : Chris Wood (ava by MITTWOCH)
multinick : none

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Mar 19 Juin - 11:35

Ouuuuuuh, ton personnage envoi du lourd ! J'adoooore le choix de métier en plus de ça !

Bienvenue par ici, bon courage pour la fin de ta fiche !

_________________
This'll be the last time I pretend
This'll be the last time I give in
Look me in the eye when you tell your lie
This time it's a all or nothing thing
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 18/06/2018
déclarations envoyées : 372
pseudo (prénom) : cocktailyne (madalen).
faceclaim : eliza taylor, sweet poison (avatar), tiny heart (signature), tove lo/romantics (lyrics).
multinick : nope.

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Mar 19 Juin - 16:09

moooh merci, j'suis contente que ça te plaise
merciiii I love you

_________________

( I don't wanna feel regret, just imagine, we could be romantics for life, go wild with our scars unhealed )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 07/05/2018
déclarations envoyées : 369
pseudo (prénom) : Marecia - Manon
faceclaim : Anna Kendrick | Galerie. Cranberry
multinick : Nobody

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Mar 19 Juin - 17:29

Bienvenue ma belle avec ce super choix plop
J’irai quémander un lien d’ailleurs, ton perso a juste l’air super intéressant, j’ai hâte d’en découvrir davantage

_________________
But love doesn’t make sense.
Moi je suis comme un cerf-volant , si quelqu'un ne tient pas la bobine, pfft , je m'envole .. et toi , c'est drôle , je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer. @WildHeart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 18/06/2018
déclarations envoyées : 372
pseudo (prénom) : cocktailyne (madalen).
faceclaim : eliza taylor, sweet poison (avatar), tiny heart (signature), tove lo/romantics (lyrics).
multinick : nope.

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Mar 19 Juin - 18:23

merciiii I love you
avec plaisir pour le lien, kendrick est une queen en plus

_________________

( I don't wanna feel regret, just imagine, we could be romantics for life, go wild with our scars unhealed )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 25/06/2017
déclarations envoyées : 1953
pseudo (prénom) : missmady / mady
faceclaim : olivia wilde ♦ lux aeternae
multinick : cameron

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Mer 20 Juin - 8:22

bienvenue parmi nous, love !


Félicitations ma jolie, te voilà à présent validée !
l'histoire est tellement triste, ça m'a foutu les poils quoi
J'ai vraiment adoré et j'espère avoir un lien avec toi, je suis vraiment passionnée par ton personnage

Je t'ajoute aux différents bottins, ton seul devoir à présent sera de bien t'amuser sur qll ! Tu peux également créer ta fiche de liens pour te faire des amis, un compte instagram pour leur partager ta vie & même participer à la loterie du rp si tu veux faire des connaissances en profitant de sujets cocasses proposés par le Staff ! Pour finir, tu peux faire une demande de parrainage et participer aux défis des newbies pour que ton intégration au forum soit plus facile !.



_________________
take me back to the start
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 18/06/2018
déclarations envoyées : 372
pseudo (prénom) : cocktailyne (madalen).
faceclaim : eliza taylor, sweet poison (avatar), tiny heart (signature), tove lo/romantics (lyrics).
multinick : nope.

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Mer 20 Juin - 10:09

aaaaaw ça me fait trop plaisir avec plaisir pour un lien I love you I love you merci beaucoup

_________________

( I don't wanna feel regret, just imagine, we could be romantics for life, go wild with our scars unhealed )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 06/09/2017
déclarations envoyées : 995
pseudo (prénom) : Catblack
faceclaim : Nina Dobrev
multinick : Skyla Ozerov & Kenya Sansgter

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Mer 20 Juin - 14:49

Franchement je croyais que tu n'étais pas validé alors je suis venue lire ta fiche de présentation et je n'ai pas réussi à m’arrêter tellement l'histoire était génial et que tu n'avais qu'une envie de continuer à lire ! Franchement il va nous falloir un lien !

_________________
Kiss me or kill me
Aimer, ce n'est pas emprunter des routes toutes tracées et balisées. C'est avancer en funambule au-dessus de précipices et savoir qu'il y a quelqu'un au bout qui dit d'une voix douce et calme : avance, continue d'avancer, n'aie pas peur, tu vas y arriver. •• ALASKA (marc levy)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 18/06/2018
déclarations envoyées : 372
pseudo (prénom) : cocktailyne (madalen).
faceclaim : eliza taylor, sweet poison (avatar), tiny heart (signature), tove lo/romantics (lyrics).
multinick : nope.

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Mer 20 Juin - 16:18

oh c'est super gentil, ça me touche beaucoup je suis ravie de voir que l'histoire d'anissa vous plaît et tout, c'est super motivant, j'ai trop hâte de découvrir vos personnages aussi ce sera avec plaisir pour le lien, en tout cas I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/03/2018
déclarations envoyées : 189
pseudo (prénom) : Luna
faceclaim : Robert Downey Jr
multinick : Elzebieta, la belle prostituée au teint de porcelaine et au regard triste

MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   Jeu 21 Juin - 21:37

Bienvenue et Félicitation pour ta fiche !

_________________
Say a prayer, to yourself
He says, close your eyes Sometimes it helps And then I get, a scary thought That he's here, means he's never lost And you can see my heart, beating...C)LAZARE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)   

Revenir en haut Aller en bas
 
on s'était dit des choses que l'on ne tiendra pas (anissa)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Il était une fois... Carrefour!
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]
» [Archive 2006] Le Samain, ma vision des choses
» je croyais que c'était terminer...
» Excuses ou conflit ? Un temps pour chaque choses. [Asté...]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers :: SOMEWHERE ON EARTH :: Spread The Love :: All Good-
Sauter vers: