AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
recensement
Grand recensement de printemps!
Nous vous invitons à vous recenser avant le 28 mai par ici.
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça aide énormément le forum à se faire connaître!
Coney Island Festival
Un moyen de rencontrer du monde.
Pas d'obligation, mais si vous souhaitez participer à un chouette événement dans le quartier de Coney Island, c'est par là.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 L'amitié n'est que l'égoïsme des gens de cœur. ❊ (dona)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 06/05/2018
déclarations envoyées : 183
pseudo (prénom) : Nezusix - Manon
faceclaim : Marshall Perrin
multinick : Aleksandër - Rose

MessageSujet: L'amitié n'est que l'égoïsme des gens de cœur. ❊ (dona)   Mar 8 Mai - 23:12


L'amitié n'est que l'égoïsme des gens de cœur.


Une certaine heure, avant le repas de midi. Tu es bien décidé à profiter des tes petits jours de « congés » avant de commencer ton nouveau poste dans la caserne de pompier de Brooklyn. Tout début de « vacances » se commence simplement, en allant déjeuner à l’extérieur. Puis, en même temps avec ton chez-toi encore en déménagement, tu n’as pas vraiment fait les courses, du coup tu commandes à manger le soir, et tu manges à l’extérieur le midi. Comme quoi, ça tombe bien. Tu as décidé de faire un petit peu de trajet aujourd’hui, allant dans Clinton Hill, le soit disant « quartier rustique » de Brooklyn. Tu trouves d’ailleurs un restaurant de sushis, à la douce appellation « Waza », oui oui. Tu entres ainsi dans le bâtiment, pour demander une table à l’extérieur. Vu l’heure, ils t’expliquent qu’ils servent à boire mais pas encore à manger, et qu’il faudra attendre midi. Tu n’es pas pressé, alors tu commandes une bière, que tu reçois rapidement, et dont tu te délecte joyeusement. Tu apprécies le paysage, regardant le monde qui traverse l’allée. Certains semblent pressés, d’autres tout le contraire sont ici pour marcher tranquillement, visiter. Tu soupires, tu te sens bien seul. Normalement, tu aimes la solitude. En arrivant, tu as fait l’agréable surprise de tomber sur une magnifique vendeuse, qui t’aura offert un café avant ta séance de jogging. De quoi te décrocher le sourire, c’est certain. Mais aujourd’hui, tu es seul. Ton meilleur ami ne veux pas profiter du soleil, et préfère rester à l’intérieur de son appartement. Bien sûr, tu ne peux rien dire là-dessus, mis à part que ce soir, il aura intérêt à commander des pizzas. Tu as bien l’intention de profiter du peu de vacances restants. Tu sors ton téléphone sans t’en rendre compte, puis tu envoies un message à une vieille connaissance. Une personne que tu n’as pas vue depuis quelques temps, avec qui tu passais la plupart du temps, à profiter de la belle vue de certains pays reculés. Oui, tu as vécu de bons moments avec la demoiselle, mais tu t’es toujours promis de garder une certaine distance, connaissant ta pratique avec les femmes, tu n’as pas envie de perdre ton amie. Forcément, tu l’a trouve craquante, une brunette, tu ne peux rêver de mieux. Mais vos idéologies amoureuses sont bien trop incompatibles. Ce pourquoi, la contacter après x mois sans prendre de ses nouvelles, ne la dérangera surement pas. Tu sais plus où moins qu’elle habite ici, du coup tu lui demandes si elle est disponible pour manger sushis. Tu as bon espoir que celle-ci habite le quartier, et arrive rapidement, bien que ce soit presque improbable. M’enfin, dans la vie, tu as toujours eu plus ou moins de la chance ; enfin, c’est ce que tu veux te faire croire.


@Dona Barnes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 06/05/2018
déclarations envoyées : 40
pseudo (prénom) : Clémentine
faceclaim : Lauren Cohan
multinick : Nope

MessageSujet: Re: L'amitié n'est que l'égoïsme des gens de cœur. ❊ (dona)   Jeu 10 Mai - 21:39


L'amitié n'est que l'égoïsme des gens de cœur.
I'm no longer hiding though you're not awake to leave. I can tell by your breathing, it's no longer a fantasy ! I'm still not prepared, for when you wake up and turn to me. ▬  @Simon O'Bryan "
Voilà bientôt quatre mois que la nouvelle m’est tombée dessus. Un véritable coup de massue comme on s’y attend pas. Ce genre de nouvelles, ça ne tombe généralement jamais au bon moment et cette fois n’avait pas fait exception à la règle. Depuis le jour de l’annonce, ma décision était prise : je vaincrais cette saloperie et ne la laisserait aucunement avoir le dessus… Même si ça avait eu le don de m’abattre dans un premier temps, ma volonté avait vite refait surface. Retour à New York, plus qu’un besoin une nécessité. On ne vainc pas ce genre de maladie à des milliers de kilomètres de ses proches. Du moins me concernant je ne me voyais juste pas les laisser en plan, j’avais besoin d’eux. Besoin de me sentir entourée pour être plus forte.

Réalité à double tranchant, revenir c’était aussi me confronter à la souffrance de ma mère, de mon frère et de mes proches. Ils ne montraient rien, mais je devinais sans peine que mon état les préoccupait sérieusement. Et si on laissait cet aspect de côté, la sédentarité avait de quoi me rendre barge également. Ca faisait des années que j’étais sur les routes, toujours à courir et là… Là j’avais juste l’impression de m’enterrer. L’air de New York et de la ville n’avait rien des paysages indonésiens, et toute cette folie me manquait déjà cruellement.

Midi approchait quand mon téléphone avait vibré, signe qu’un texto venait d’arriver. Prenant le soleil sur la terrasse, j’avais saisi le téléphone, m’attendant à y lire le nom d’Abel qui prendrait des nouvelles pour la centième fois de la matinée. Ou alors un autre ami ayant appris mon état. Parfois je vous jure, c’est pesant de devenir une petite chose fragile dont la vie a été mise en suspend. Imaginez ma surprise en voyant le nom de Simon s’afficher sur mon écran. Un petit sourire avait pointé, alors que les images me revenaient immédiatement en tête. On avait passé de bons moments tous les deux, et me les rappeler avait le don de me mettre du baume au cœur. Alors quand il m’avait proposé d’aller le rejoindre, je n’avais pas hésité longtemps. Voir du monde me ferait du bien. J’enfile donc mon perfecto, descend les marches et préviens ma mère que je déjeunerai à l’extérieur avant de filer sans demander mon reste. Je ne lui demandais pas la permission, j’avais passé l’âge pour ce genre de chose, juste du savoir vivre pour éviter qu’elle ne s’inquiète plus encore pour ma santé défaillante. Un texto plus tard pour dire à Simon que je serai là dans une petite dizaine de minutes et je serpentais déjà les rues comme si je ne les avais jamais quittées. Lorsque j’arrive près du resto je reconnais la silhouette de Simon et m’avance vers lui. « Salut toi, si je m’attendais à te voir ici. Comment vas-tu ? » Je vais lui faire la bise, avant de prendre place. « Tu as déjà commandé ? » Décision prise est de ne pas aborder mon cancer, j’ai encore la chance de pouvoir le cacher, autant en profiter, bientôt je risque de me retrouver clouer au fond de mon lit à vomir mes tripes.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 06/05/2018
déclarations envoyées : 183
pseudo (prénom) : Nezusix - Manon
faceclaim : Marshall Perrin
multinick : Aleksandër - Rose

MessageSujet: Re: L'amitié n'est que l'égoïsme des gens de cœur. ❊ (dona)   Ven 11 Mai - 11:10


L'amitié n'est que l'égoïsme des gens de cœur.


La tête en l’air, tu regardes le ciel et ses merveilles. En vérité, tu t’embêtes pas mal. Tu n’as pas l’habitude de déjeuner seul. Très souvent, tu es au boulot et tu manges en dix petites minutes avec tes collègues. Moins souvent, tu manges au restaurant avec les mêmes personnes. Et rarement, tu manges chez-toi, avec ton meilleur ami ou une jeune femme. Rarement avec une jeune femme, parce-que vous n’avez jamais le temps de manger, en vérité. Héhé. Tu venais d’envoyer un message à ton amie, ta compagne de voyage, comme tu aimes bien l’appeler. Celle-ci te répond presque instantanément, précisant qu’elle arrive dans une petite dizaine de minutes. Un sourire s’affiche en coin, tu en profites pour descendre ta bière et en redemander une seconde. C’est les vacances, il faut profiter ! En attendant son arrivée, tu profites pour envoyer quelques petits messages avec ton téléphone portable. Pour commencer, tu demandes des nouvelles à ton ami, resté à Québec, ton ami pompier. Ça ne fait que quelques jours que tu es ici, et ils te manquent déjà tous. Il faut dire que ton équipe était géniale, tu auras vécu des moments difficiles, durs mentalement, mais en contrepartie, tu as eu la chance d’avoir des coéquipiers géniaux, des soirées après le boulot, à s’en déchirer la gueule, des moments forts appréciables. Tu as peur désormais, que ta nouvelle équipe soit un peu moins « gamins » puisque, tu as déjà la trentaine, et tu as encore l’âme d’un enfant. Tes actes ressemblent fortement à ceux d’un adolescent, en manque d’action. Tu n’as pas honte de l’avouer, au contraire. Tu es le genre de personne, qu’on veut avoir en tant qu’ami, puisque toutes les fêtes, dès que tu ne bosses plus, tu en fais partie ! Il t’est d’ailleurs, déjà arrivé d’aller en soirée, et être appelé pendant celle-ci. Et revenir de suite après ! Un brin gamin, un brin connard, mais également un brin amusant. Pendant que tu rêvasse, une présence arrive derrière toi, et te salut. Tu te lèves, te retournant pour faire face à ton amie, qui est déjà arrivée. « Salut Dona ! » Commences-tu, avant de faire une accolade à celle-ci, lui faisant la bise. « Ben écoute, je viens de déménager. J’habites à Brooklyn maintenant ! » Tu lui montres le chemin, pour qu’elle aille s’asseoir en face de toi. Toujours très galant, tu lui tires la chaise, de manière à ce qu’elle s’asseye. Tu as beau être un connard, tu es aussi un gentleman, bourré de charme et de petites astuces. « Ben, sinon, je vais bien. Et toi ? Tu as l’air un peu fatiguée, je me trompe ? » Demande-tu, sans réellement lui faire une remarque. Tu es juste toi-même, face à une « vieille » connaissance. « Non, je n’ai pas commandé encore. Il faut dire, qu’il n’était pas l’heure quand je suis arrivé ! Ne bouge pas, je vais chercher les cartes. » Tu te lèves de suite, pour pénétrer l’enceinte, et aller demander les fameuses cartes, que tu reçois bien rapidement. Tu fais chemin inverse, pour retourner auprès de ton amie et lui pointer le menu, et ainsi t’asseoir enfin. « Je reviens toujours au même sujet, mais je te vois plus en voyage, c’est une illusion ? Ou peut-être tu en as marre de ma compagnie ! » Sifflote-tu, un léger rire aux lèvres. Si tu savais la réalité, tu ne l’embêterai pas autant. Malheureusement pour toi, tu n’en as pas conscience.

@Dona Barnes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 06/05/2018
déclarations envoyées : 40
pseudo (prénom) : Clémentine
faceclaim : Lauren Cohan
multinick : Nope

MessageSujet: Re: L'amitié n'est que l'égoïsme des gens de cœur. ❊ (dona)   Jeu 17 Mai - 20:41


L'amitié n'est que l'égoïsme des gens de cœur.
I'm no longer hiding though you're not awake to leave. I can tell by your breathing, it's no longer a fantasy ! I'm still not prepared, for when you wake up and turn to me. ▬  @Simon O'Bryan "
Retrouver Simon est en soit une bonne chose. Je sais qu’en sa compagnie je risque de passer un bon moment, avec un peu de chance il me parlera de ses derniers voyages et ça me fera rêver. Honnêtement, j’espère que ce putain de cancer ne viendra pas plomber l’ambiance entre nous. En général, l’annonce déclenche un bon nombre de réactions. Celles qui m’agacent le plus ? sans aucun doute : la pitié et… la fuite. Je n’ai pas pour vocation de faire pitié. Je déteste ça, je ne suis pas à plaindre, non… je sais que ce qui m’arrive est moche. Vraiment moche, parce que j’ai trente ans à peine et que je suis juste à l’aube de ma vie, mais je ne suis pas que ça alors j’avoue que j’espère secrètement qu’on n’abordera pas le sujet… même si ça me semble impossible. J’arrive donc au restaurant et repère directement mon ami qui m’accueille comme il se doit. « Oh c’est super ça, ça doit te changer du Canada ! » Question mentalité, les gens ne sont pas forcément les mêmes, et je suis bien placée pour savoir qu’on peut rapidement avoir le mal du pays. « Qu’est-ce qui t’amène ? Une envie de changer d’air ? »

Je suis curieuse de savoir ce qui l’a poussé à venir s’installer ici. Après tout, c’est pas franchement l’endroit le plus exotique du monde, même si j’aime beaucoup ma ville, il s’avère que je donnerai tout pour être à des milliers de kilomètres… Je crois que je me ferais bien le Machu Picchu de nouveau… Ce qui me ramène directement ici, c’est sa petite remarque. Comment je vais, c’est le genre de question à cent dollars et surtout le genre de question qui vous plombe l’ambiance. « Dit tout de suite que j’ai une tête de déterrée ! » Je joue sur les mots, élude un peu sa question je l’avoue, mais je me dis qu’avec un peu de chance, partir sur une plaisanterie évitera de trop attirer l’attention sur moi. Lorsqu’il se lève pour aller chercher les cartes, je prends le temps de bien m’installer… Y a pas, prendre le soleil me fait un bien fou et je me sens déjà revigorée. Je ne suis vraiment pas faite pour vivre enfermée dans un bureau ou autre. J’attrape le menu tout en l’écoutant et ça me fait sourire. « Non ce n’est pas une illusion. J’ai… disons que j’ai quelque petits soucis et que ça me force à rester ici auprès des miens. Rassure-toi… je ne suis pas devenue sédentaire, la vie ici est bien, mais rien ne vaut un lever de soleil dans un endroit coupé du monde. » Je soupire légèrement, un poil nostalgique et avec une sensation d’être privée de mes ailes. « J’vais être franche, ça me manque cruellement… J’ai l’impression d’avoir été mise en cage et ça me rend folle ! »

Un serveur débarque pour prendre notre commande. En ce qui me concerne j’ai une folle envie de tataki de thon au sésame grillé accompagné d’un wok de légumes. J’attends que le serveur s’éloigne avant de reporter mon attention vers Simon. « Fait moi rêver. Où es-tu parti ses derniers mois ? »

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 06/05/2018
déclarations envoyées : 183
pseudo (prénom) : Nezusix - Manon
faceclaim : Marshall Perrin
multinick : Aleksandër - Rose

MessageSujet: Re: L'amitié n'est que l'égoïsme des gens de cœur. ❊ (dona)   Aujourd'hui à 11:12


L'amitié n'est que l'égoïsme des gens de cœur.


La discussion s’entame doucement, te rappelant tes raisons de ton départ du Canada. Tu t’en serais un peu passé, tu aimes voyager mais pas déménager. Tu aimes plus que tout avoir un pied à terre, un endroit où rentrer lorsque les poches sont vides, et la tête pleine de rêves. Changer, bien sûr que ça change. Les mentalités ne sont pas les mêmes, la ville différentes, la culture extrêmement différente. Bien que similaire sur certains points. Tu as le mal du pays, mais tu lui laisse sa chance, puisque tu es désormais « obligé » d’y vivre. « Pour changer, ça change. Les américaines ne sont pas mignonnes, mais pas du tout ! » Tu prends ça à la rigolade, elle doit commencer à te connaître. Ne jamais vraiment dire ce que tu penses, tout prendre à la dérision. Au fond de toi, tu es un garçon meurtri de la vie, mais tu préfères cacher tout ça et avancer. Pourquoi s’appauvrir sur le passé, alors qu’il ne peut pas être changé. Avant d’aller chercher les cartes, tu réponds à la demoiselle d’un petit rictus, quant à ce qu’elle venait de lui dire. Non, elle n’avait pas un air déterré. Mais elle avait l’air un peu moins « en chair » que d’habitude. Tu n’avais pas mètre dans l’œil, mais cette impression te collait à la peau. Ta sale manie de trembloter revenait toujours et encore, une fois que tu ressentais quelque chose d’anormale. Tu fais en sorte de prendre les cartes fermement, pour calmer ton toc, et revenir aux côtés de ton amie. Tu apprends par la force des choses, qu’il y a bien un souci. Tu te doutes bien qu’elle n’en parlera pas, quand bien même tu la force, peut-être avec un peu de torture ? Mais ce serait malveillant, de vouloir à tout prix connaître la raison. Tu fais grise mine, lorsqu’elle en rajoute. Priver une personne qui aime voyager, de le faire, c’est affreux. Un crime de la nature ! Tu connais bien la chose, si tu arrêtais de voyager, ton corps t’en redemandera tout le temps. Tu n’as pas prévu à ce jour de t’arrêter de découvrir, changer ton quotidien. « Si ça te rends folle, fait tes bagages, on part trois jours s’aérer la tête. Genre, Indianapolis !? » Ce n’est pas le coin le plus joli d’Amérique, mais il ne demande qu’onze heures de trajet en voiture. C’est pour toi, un bon deal. Bien sûr que tu parles sérieusement, tu y laisses un sourire affectueux, tu espères au fond de toi que la réponse sera positive, de manière à savoir si, ce qui la retient est très important ou pas tant que ça. Surtout, si elle ne peut pas, pour trois jours, c’est quelque chose qui la concerne elle, directement. Si à la fois c’est un test pour comprendre la raison de son absence de voyages, c’est aussi une demande sincère. Tu es prêt à déplacer une montagne pour un sourire de sa part. Le serveur arrive, et prend vos deux commandes. Aujourd’hui, tu prends ce qu’il y a au menu, tu ne sais même pas ce que c’est. Tu manges de tout, et tu aimes la surprise. Le bon deal, encore une fois. « Je n’ai pas fait grand-chose, avec le boulot, et tout. » Tu mens. Tu ne veux pas lui faire de mal en lui exposant les voyages merveilleux que tu as pu faire, sans elle qui plus est.  Tu attrapes ton verre, pour boire une gorgée du breuvage, avant de le reposer sur la table. Un petit silence se créer, qui n’est pas forcément des plus désagréables. Tu te laisses submerger par tes pensées, avant de reprendre le cours de la discussion, prenant le temps de rompre tes pensées. « Du coup, ton job ? Tu ne travaillais pas pour National Géo ? » Si elle ne voyage plus, tu te poses réellement la question sur son boulot. Tu peux être embêtant certaine fois, tu en a conscience. Mais tu prends des nouvelles de ta chère amie.


@Dona Barnes

_________________

throw his heart to lions
the love of risk is to believe that love exists
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'amitié n'est que l'égoïsme des gens de cœur. ❊ (dona)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'amitié n'est que l'égoïsme des gens de cœur. ❊ (dona)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers :: SOMEWHERE IN BROOKLYN :: Clinton Hill-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: