AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça aide énormément le forum à se faire connaître!
VDM
pour s'amuser
Raconter des anecdotes, se moquer gentiment, lire les histoires des autres, c'est par là.
Green Month
parce qu'il est temps de penser à la planète
un pique-nique, une brocante, des conférences en ville, venez découvrir les activités du Green Month.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

  Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/03/2018
déclarations envoyées : 272
pseudo (prénom) : Luna
faceclaim : Robert Downey Jr
multinick : Elzebieta, la belle prostituée au teint de porcelaine et au regard triste

MessageSujet: Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -    Mar 10 Avr - 13:05

La douleur lui brûlait toute la cuisse, il avait mal dans toute la jambe au point qu’il ne pouvait plus marcher avec celle-ci. La douleur était puissante, elle semblait empirer de minute en minute à mesure que le sang s’écoulait le long de la blessure. Par chance pour lui, la balle avait semblé juste toucher les muscles de sa cuisse et non les veines. Il perdait beaucoup de sang et la douleur lancinait, lui donnant une envie de meurtre. Malgré la douleur qui s’était emparé de lui, Antionio ne montrait rien de cette émotion. Grimacer de douleur était pour lui, une source de faiblesse qu’il n’était pas prêt à faire pour cet énergumène devant lui. Sa colère était plus puissante que cette douleur à la jambe. Il le fixait d’un air sombre, les dents serrées à s’en faire mal. Antonio était un peu près sûr que ce crétin avait fait exprès d’être aussi idiot. Son jean noir était tâché de sang, collant à sa peau d’une manière désagréable. Son T-shirt avait quelque peu du sang dessus, des tâches montaient au niveau du nombril. Ce n’était pas beau à voir. Vraiment pas. Cependant, Antonio avait eu bien pire. Son corps avait des cicatrices partout, témoin, d’un passé tumultueux. Ses cicatrices étaient plus ou moins récentes. Il avait commencé en avoir dès son plus jeune âge. Depuis qu’il était un enfant innocent, il avait des cicatrices sur le corps. Certains arrivaient à s’estomper, d’autres pas. Certaines se confondaient à sa peau caramel. D’autres se voyaient, les plus graves et la plupart était assez récente. Cependant, ces cicatrices n’étaient rien comparés à celle qu’il avait sur son cœur. Il avait tellement souffert que son propre cœur gardait les blessures passées, les faiblesses qu’il avait eues tout au long de sa vie. Ses faiblesses dont il en avait fait une force. Il gardait la rancune, la douleur, la souffrance qui l’avaient guidées tout au long de sa vie. Il n’avait jamais connu le bonheur. Pour lui, un bonheur se trouvait entre les cuisses de fille facile ou d’homme avec une petite vertu. Là, il pouvait oublier sa vie faite dans la noirceur d’une manière temporaire. A ce moment-là, il oubliait la douleur, la souffrance et la rancune. Pendant un moment, il oubliait sa vie misérable.

-La prochaine fois, fais attention, Hargrave, parce que sinon, c’est moi qui te mettrait une balle, et je te préviens, je rate jamais ma cible, déclara-t-il d’une manière sombre.

Le dit Hargrave était un arnaqueur de première. Antonio l’avait aidé à se débarrasser d’un traître dans ses rangs. Hélas, cette soirée, rien n’avait marché comme prévu et Antonio allait gagner une nouvelle cicatrice sur sa cuisse, et un bon don de sang à son avis. Il commençait à se sentir fatigué par la perte de sang et une sérieuse envie de fumer venait lui picoter la gorge. Cependant, il ne pouvait pas. Le brouhaha incessant des urgences, le mettait à fleur de peau. Il fixait l’homme attendant d’être pouvoir guéri.

_________________
It all fell down, it all fell down,
Thought we built a dynasty that heaven couldn't shake Thought we built a dynasty like nothing ever made Thought we built a dynasty forever couldn't break up.C)LAZARE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 03/04/2018
déclarations envoyées : 66
pseudo (prénom) : MoonShadow
faceclaim : Domonic Cooper
multinick : Nop

MessageSujet: Re: Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -    Mer 11 Avr - 0:12

Hey brother! There's an endless road to rediscover
Bang bang you shot me down...

Antonio, ce cher Antonio. Ce type je le connais pas très bien à vrai dire, tout ce que je sais de lui, c'est que c'est un mafioso et qu'il ma retiré une grosse épine du pied pour ne pas dire du cul en tuant pour moi l'enfoiré de pigeon trop gourmand qui me tenait en laisse en m'obligeant à bosser pour lui ! Je pense que c'est pour ça que je me suis encore laissé embarqué dans une de ses combine consistant à démasquer pour lui un tricheur qui sévit à ses tables de poker clandestine. Vous allez me dire, c'est un boulot sommes toutes normal pour un type dans mon genre, mais en fait, avec moi rien est jamais vraiment normal je vous jure, même enfiler mon slip le matin est toute une aventure pour moi ! Il faut dire pour ma défense que quand on essaie de ne pas réveiller le ou les personnes avec qui on a joué à zizi pan pan toute la nuit c'est pas simple ! Essayez vous, en vous retrouvant pris en sandwich au milieu de jambes et de bras (et d'autres membres) qui ne sont pas les vôtres de sortir de là sans en réveiller un seul, ben moi j'y arrive ! Ça vous en bouche un coin hein. Bon, bon, revenons en à nos moutons. Donc, la soirée avait commencée plutôt normalement. Je me suis rendu au point de rendez-vous que m'a indiqué Antonio, j'ai ensuite fait mon entrée dans le hangar, j'ai joué le rôle qui m'était assigné à savoir celui d'un riche promoteur immobilier Texan venue tuer le temps à New-York. Les parties se sont enchaînées les unes après les autres et le type ramassait pactole sur pactole ! Et puis je finis par comprendre son truc. Il planquait les cartes, un vieux tour de passe passe que savent très bien faire tous les habiles magiciens. Je pose alors mon regard sur Antonio et je lance ensuite notre signe à savoir mon auriculaire gauche levé durant 2 secondes exactement et pas une de plus ! Et c'est là que tout bascula !

Sans même réellement comprendre ce qu'il se passait, des coups de feux ont retentis et la cervelle du type recouvre à présent le tapis de jeu vert olive de rouge carmin. Le sang ça me dérange pas tant que ça, moi ce que je trouve insupportable dans ce genre de spectacle c'est l'odeur de cher brûler qui flotte dans l'air après les tires. Je me lève à présent de ma chaise, je retire ma veste maculé du sang du tricheur sur toute une manche, puis mon regard se pose ensuite sur Antonio qui semble en mauvaise état et pour cause il a reçue une balle en pleine cuisse ! Je pose mon regard sur ses hommes, puis sur Antonio, aucuns d'eux ne semble réagir. Putain mais ils ne voient pas le sang de leur bosse se rependre sur le sol du hangar ? "Pas un de vous ne va l'emmener à l'hosto c'est ça ? Vous savez quoi, ne faite rien je m'en charge moi même !" J'aide le Mafioso à s'installer dans ma voiture et on file à présent à toute allure vers l'hôpital.

Une fois dans la salle d’attente, il me parle d'une voix moins sur que d'habitude en me disant que la prochaine fois, il me mettra une balle si je ne fais pas plus attention. Mon regard brun au reflet miel se pose alors sur lui sourcils levé et je lui réponds : "Excusez moi monsieur l'excité de la gâchette, mais je ne pouvais pas deviner que vous alliez lui tirer dessus et encore moins qu'il avait une arme de planquer sur lui ! Je suis magicien moi pas devin ! Vos gorilles ont mal fait leur job c'est leur faute pas la mienne ! Moi j'ai fais le miens, le tricheur je l'ai démasqué l'affaire est bouclée !" Je suis un peu fâché de son attitude car après tout, je lui ai rendu service et je l'avoue j’attendais certains remerciements. Monsieur vise peut être bien, mais la balle m'a boucher le tympan à moi !

Alors que je décolère un peu, mon regard ambré se repose sur Antonio et je remarque qu'il n'a mais alors vraiment l'air d'aller fort et pour cause, il pisse le sang au niveau de sa blessure à la cuisse ! Je décide alors d'aller chercher un doc moi même car là, si on continue il va claquer dans la salle d'attente et on va encore dire que je porte la poisse ! "Putain, mais personne ne pourrait prendre mon ami en charge ? Vous ne voyez pas qu'il se vide de son sang bordel !" Les médecins arrivent enfin...
©️ nightgaunt

_________________
Ce qui compte, ce n'est pas de disposer de bonnes ou de mauvaises cartes mais de savoir jouer avec les mauvaises.Play the Game
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/03/2018
déclarations envoyées : 272
pseudo (prénom) : Luna
faceclaim : Robert Downey Jr
multinick : Elzebieta, la belle prostituée au teint de porcelaine et au regard triste

MessageSujet: Re: Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -    Mer 11 Avr - 16:36

Du poker. Une simple partie de poker qui avait fini par mal tourner. C’était cet abruti du gang rival qui avait décroché son flingue le plus rapidement. Celui-ci avait dû comprendre ce qui était en train de se passer. Le signe de cet abruti d’arnaqueur avait beau être discret, l’autre l’avait capté. Heureusement qu’Antonio avait des putains de bon reflexes car ils auraient fini bien pire. En tout cas, ils ne s’en seraient pas tirés avec une jambe ensanglantée. Heureusement qu’il savait se contenir. Il n’était pas du genre à hurler ou à s’évanouir. Il avait eu pire, bien pire dans sa vie. Il avait tout vu dans sa vie de toute façon. Cependant, il avait vu plus d’horreurs que de merveilles. Il avait pris la cruauté humaine en pleine bouche, vu celle-ci agir sur les gens. Il avait très rarement vu de la bonté dans le monde. Sauf une fois, une seule et unique fois. La dame du foyer d’accueil. Elle avait de la bonté et elle était belle à l’intérieur. Elle avait de la bonté et de la patience, elle avait réussi là où les autres avaient échoué. Antonio l’avait regardé comme un fils regarderait sa mère, avec adoration et amour. Cependant, en grandissant, Antonio avait compris que cette dame s’était occupée de lui, certes, elle avait réussi à le faire sortir de sa coquille, certes, ses sentiments pour elle, sont restés intact. Cependant, il savait qu’il n’était rien d’autre qu’un gamin paumé parmi tant d’autres qu’elle a eues. Il n’était qu’un enfant semblable à un autre avec ses problèmes psychologiques, ses traumatismes. Il n’était pas exceptionnel. Elle avait été une mère pour lui mais pour elle, il n’était rien, juste de passage dans sa vie. Elle était la bonté pure, elle avait aimé ces enfants, lui, comme une mère alors qu’ils étaient déjà tous détruits par une vie faite de violence et de traumatisme. La plupart de ses traumatismes dataient d’avant elle, elle avait réussi à les minimiser temporairement mais ils étaient revenus en force quand il était revenu chez son père. Tout cela pour rien, tout compte fait. Son père avait gagné. La violence avait remporté une grande victoire sur la bonté.

Ses hommes n’avaient pas bougé pour une bonne raison. Ils ne le devaient pas, c’était un ordre de lui. Ils ne pouvaient pas l’emmener à l’hôpital, Antonio les avait interdits depuis longtemps. Il avait horreur de ça, des hôpitaux. Des gens le touchaient sans sa permission, c’était une horreur pour lui. Le toucher était une des rares choses taboues chez lui. S’il ne donne pas la permission, personne ne devait le toucher. Il semblerait que ce Hargrave n’avait pas compris cela. Ce n’était pas par manque de loyauté de ses sbires, c’étaient juste qu’ils savaient quand il ne fallait pas le toucher. Cependant, il s’était laissé faire, ce petit bonhomme ne savait pas qu’il ne fallait surtout pas le toucher. Il l’avait laissé faire pour voir où il allait l’emmener. Il avait prié toutes ses forces pour qu’il ne l’emmène pas à l’hôpital mais apparemment, sa prière était restée vaine. Antonio savait que Dieu avait une sacrée rage de dent contre lui. D’ailleurs, il ne croyait même pas en Dieu. Dieu n’aurait jamais permis qu’un petit garçon souffre autant de toute façon.

Plus les minutes passèrent dans la salle d’attente, plus cela le mettait en rogne contre tout le monde. Il était en rogne surtout contre l’homme face à lui, enfin, l’abruti d’arnaqueur qui n’avait même pas vu que le gang rival a vu son signe. Quel abruti ! En plus, il venait de répondre à sa menace et Antonio eu un grondement sourd qui sortait du tréfonds de sa poitrine.

-N’accuse pas mes sbires, tout le monde a bien fait son travail. Ils avaient le droit d’être armé. Et toi, tu l’aurais un peu mieux fait, on ne serait pas retrouvé là. Fallait être plus discret dans ton signe. De plus, je t’explique un truc, t’as eu de la chance que je l’ai visé en premier car le mec te visait toi, pas moi. Heureusement que j’étais là, sinon cela n’aurait pas été ton tympan mais ton cœur, répliqua Antonio.

Soudain, l’autre tartuffe s’énerva pour que quelqu’un lui vienne en aide. Il le regardait avec un haussement de sourcil.

-Ami ? Je suis ton ami depuis quand ? Demanda Antonio d’un ton sidéré.

L’un des médecins s’approcha d’eux, regardant la blessure d’un œil mauvais. Celui-ci lui tendit un bloc note pour qu’il le signe. Antonio resta interdit, son vieux traumatisme revenant à la surface. Il ne pouvait pas le prendre et pourtant sa signature lui permettrait d’être pris. Il regardait Hargrave et le médecin. C’était trop fort pour lui.

- Posez-le ou donnez-le à cet abruti, ordonna Antonio en pointant du doigt l’imbécile d’arnaqueur.

Décidément, il faudra qu’il commence à faire quelque chose contre ce traumatisme. Il n’arrivait vraiment à rien faire avec ça. De plus, c’était un signe de faiblesse.



_________________
It all fell down, it all fell down,
Thought we built a dynasty that heaven couldn't shake Thought we built a dynasty like nothing ever made Thought we built a dynasty forever couldn't break up.C)LAZARE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 03/04/2018
déclarations envoyées : 66
pseudo (prénom) : MoonShadow
faceclaim : Domonic Cooper
multinick : Nop

MessageSujet: Re: Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -    Mer 9 Mai - 21:22

Hey brother! There's an endless road to rediscover
Bang bang you shot me down...

Je n'arrive pas à croire que je sois encore dans la merde à cause du jeu ! J'avais pourtant juré d'en finir avec tout ça, mais ceci est bien la preuve que je suis incapable de dire la vérité, puisque j'arrive même à me mentir à moi même...

En plus ce type est vraiment antipathique ! Je vous jure c’est le genre de type qui pourrait faire perdre son calme même au Dalai Lama lui même ! Putain sérieux je viens de sauver sa misérable vie en bousillant au passage mon costard neuf et lui il ose dire qu'on est pas des genre d'amis ! Bon ok, c'est vrai que techniquement on ne l'est pas, mais bon j'estime que vue que je lui ai sauvé la vie je mérite plus comme titre que collègue de boulot non ? Je pose alors mon regard sur lui et je lui dis tout bas : "Ah et tu aurais voulue que je te présente comment à l'infirmière ? Comme un enfoiré de mafioso ? Ou comme un fou de la gâchette ? Je crois que l'option ami me semble plus judicieuse et puis monsieur le génie va falloir trouver une histoire à raconter au doc pour justifier cette balle dans ton corps ! Je t'ai sauvé, pourri mon costard alors l'histoire je te laisse la trouver !" J'avoue que là je m'attendais à un plus de reconnaissance de sa part ! Puis j'ajoute d'un ton agacé : "Puis j'ai assuré ! J'assure toujours ! Je ne sais pas ce qui a merdé mais ce n'est pas moi ! Peut-être que tu as un mouchard parmi les tiens ? A ta place je chercherais par là avant de me viser moi avec tes reproches !"

Un médecin s'approche finalement et tend à l'autre empaffé un bloc note qu'Antonio s'empresse de me refiler. "Je signe pour toi ou je t'aide à faire une croix peut-être ?" Dis-je ironiquement au mafioso. Je le sens tout de même fébrile et j'avoue avoir un peu de remords de pas me montrer cool avec lui. Le pauvre on lui a tiré dessus et il m'a tout même sauvé la vie encore... On peut dire qu'on est quitte alors ? Enfin selon mes critères on l'est, mais selon les siens ça reste à voir. Je fini finalement par prendre le stylo du docteur et par remplir les principales informations que je connais de mon compagnon d'infortune. "Nom, prénom ça je sais, métier on note quoi ? Sache que psychopathe est déjà à oublier. Il me semble bien que tueur et malfrat sont également à bannirs." Nouvelle touche d'ironie dans ma voix puis j'ajoute : "Entrepreneur ? Ou chef d'entreprise ? Ça me semble pas mal et toi ?" Le médecin finit finalement par nous conduire dans la salle d'examen. Il aide Antonio à prendre place sur la table d'examen. Ça risque de faire mal je n'aimerais pas être à sa place...    
©️ nightgaunt

_________________
Ce qui compte, ce n'est pas de disposer de bonnes ou de mauvaises cartes mais de savoir jouer avec les mauvaises.Play the Game


Dernière édition par Gabriel Hargrave le Jeu 21 Juin - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/03/2018
déclarations envoyées : 272
pseudo (prénom) : Luna
faceclaim : Robert Downey Jr
multinick : Elzebieta, la belle prostituée au teint de porcelaine et au regard triste

MessageSujet: Re: Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -    Ven 15 Juin - 23:55

La douleur était de plus en plus forte et lancinante. Sa cuisse était comme un feu brûlant. Il sentait le sang couler le long de son pantalon qui se teintait presque que du sang. D’ailleurs, il pouvait au moins expliquer les traces du sang sur son haut. Il fixait l’autre inconnu qui le ressemblait quelque peu. Des yeux de biches, un teint caramel, des cheveux noirs. Antonio lui aurait donné des origines latinos voir même italiens. L’attente était longue et un réel supplice pour lui. Les urgences formaient un brouhaha mêlé à des cris de douleurs. Il eut un reniflement en les écoutant, certains cris venaient d’hommes qui semblaient avoir une petite blessure comparée à lui. Des fillettes, pensa-t-il avec un sourire en coin. Antonio savait garder la douleur pour lui-même, il l’acceptait comme tel, envahir son corps, faisant bourdonner son cerveau mais jamais il n’allait hurler face à des gens. Jamais. Il fixait l’homme partir chercher un médecin, se présentant comme étant son ami. A ces mots, Antonio ferma les yeux et laissa sa tête cogner contre le mur en crépis blanc derrière lui. Il entendit le trentenaire venir vers lui. Assénant une phrase sur cette pseudo amitié, l’arnaqueur semblait lui répondre sans peur, sans crainte. Ok, cet homme n’a littéralement aucun instinct de survie, pensa Antonio en le fixant de ses yeux bruns.

-Ou tout simplement, témoin de la scène, quand la balle m’a touché, s’enquit Antonio d’un ton calme. On ne va pas mentir, on va omettre des informations sur nous, c’est tout. Deux gangs rivaux qui se sont affrontés et dont je me suis pris une balle perdue, je suis le seul blessé de cette croisade, et toi, ayant vu la scène, tu m’a aidé, déclara Antonio d’un ton calme comme s’il s’agissait de la pure vérité.

Il fixait Hargrave avec un petit sourire ironique. Antonio était un excellent menteur, beaucoup de gens de la haute société lui mangeaient dans la main. Il était un manipulateur inné et un observateur et il arrivait à faire passer la vérité pour un mensonge et un mensonge pour la vérité. C’était son truc, il entrait dans les esprits, faisait croire aux gens des choses et puis il mordait tel un serpent venimeux qui charmait sa victime avant de la croquer. Il arquait un sourcil en l’écoutant parler.

-Insinues-tu que je dois tuer mes sbires parce que ce tricheur avait vu ton signe ? Demanda Antonio d’une manière rhétorique.

Le docteur arriva, examina avant de tendre un dossier qu’il finit par donner à Hargrave. Antonio se laissa aller contre le mur, trouvant un moyen de contrecarrer la douleur qui le lancinait. Cependant, il n’avouerait jamais sa faiblesse. La fatigue le prenait et l’attente ne l’aidait en rien.

-Pose sur la chaise et je signerais, dit-t-il d'un ton las face à son impuissance devant le traumatisme.

Il fronça les sourcils en écoutant l’arnaquer s’enjouer de son métier. Il leva les yeux au ciel et le fixa.

-Je ne vois pas de quoi tu parles, je suis un investisseur immobilier, pas un mafioso. C’est raciste de dire ça, tout ça parce que je suis italien, répondit-il d’un ton un peu fort pour que tout le monde l’entende.

Il vint à signer le papier et alla dans une salle, marchant, boitant comme jamais mais ne se laissa pas aider. Antonio allait même repousser le médecin mais se laissa faire. Antonio avait un regard de pure haine contre le docteur qui l’avait touché sans sa permission. Il enleva son pantalon qui coûtait cher, faisant apparaître une multitude de cicatrices, montrant un passé très tumultueux.Le mafioso regardait le docteur sortir une seringue d’anesthésie locale.

-Non, pas d’anesthésie, allez-y franco, je n’ai pas que ça à faire, fit Antonio en enlevant la seringue qui se trouvait non loin de lui.

Le docteur obéit face à son regard clairement meurtrier et menaçant. Le docteur rentra un instrument dans sa cuisse afin de sortir la balle, la douleur l’irradiait mais il ne montrait rien. Pas même une once de faiblesse.




_________________
It all fell down, it all fell down,
Thought we built a dynasty that heaven couldn't shake Thought we built a dynasty like nothing ever made Thought we built a dynasty forever couldn't break up.C)LAZARE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 03/04/2018
déclarations envoyées : 66
pseudo (prénom) : MoonShadow
faceclaim : Domonic Cooper
multinick : Nop

MessageSujet: Re: Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -    Jeu 21 Juin - 20:31

Hey brother! There's an endless road to rediscover
Bang bang you shot me down...

Le sang, j'en ai déjà vue avant, mais je pense que je n'arriverais jamais à me faire à ça et c'est tant mieux ! Je me passe une main sur le front en écoutant ce cher Antonio me dire qu'on ne va pas mentir aux médecins mais simplement omettre de dire des choses. Ça me fait marrer. "Oui donc on va mentir. Mais ne t'en fait pas le mensonge c'est mon truc. C'est mon métier et je me charge de faire gober tout ça aux médecins." Tiens putain mais lorsque Antonio me souris comme ça j'ai comme une impression de déjà vue ? Je trouve... Qu'il me ressemble ! En fait oui, l'avoir en face de moi c'est un peu comme regarder une photocopie de moi avec quelques années en plus. C'est même assez troublant...

Puis le mafieux reprend la parole en me disant qu'il ne va pas tuer ses hommes à causes du fait que l'arnaqueur ai vue mon signe ! Bordel de... Je vais rester calme car franchement là je vais perdre mon calme ! Personne n'a vue mon putain de signe ! Je suis un pro, je fais cette arnaque depuis des décennie et jamais personne ne m'a percé à jour et surtout pas un minable arnaqueur de bas étage comme la raclure à qui nous avons eu à faire ce soir ! Calme toi Gaby, il est blessé et mal en point alors autant ne pas le fâcher.

De toute façon le médecin est là et Antonio signe comme il le peut les documents que le docteur tend. Cet enfoiré a beau vouloir cacher sa douleur, il ne me berne pas et ni les médecins d'ailleurs ! Tiens, il semble retrouver un peu de vigueur face à mes petite pique sur sa "Profession" Dans l'immobilier ouais, dans le coulage de béton ça c'est sur, pour le reste ça reste à voir ! Et ça n'a rien avoir avec le fait qu'il soit Italien ! "Mais de quoi tu parle ? Je ne dis pas ça car tu es Italien ! J'adore les Italiens, surtout leur pâtes et leur pizzas ! Moi si je dis ça c'est car..." Alors que je voulais rajouter autre chose, le médecin arrive devant nous et nous invite à entrer dans la salle d'examen. Antonio est donc dessus et joue une fois de plus les gros costaud en ne voulant pas d’anesthésie pour ses soins ! Tu parle d'une tête de pioche ! Mais le docteur ne semble pas moufeter et commence ses soins. "Tu es vraiment le type le plus borné que je connaisse ! Putain mais laisse le médecin te donner un sédatif !" Le sang coule encore énormément, j'ai même l'impression qu'Antonio en perd encore plus au fur et à mesure que le médecin le soigne !

Puis le médecin se tourne vers moi d'un air grave "Vous êtes de quel groupe sanguin ?" J'arque mes sourcils puis je réponds : "AB- le groupe le plus rare au monde pourquoi ?" Le médecin soupire alors de soulagement. "C'est une bonne chose car votre ami aura surement d'une transfusion et vue vos groupes sanguins rares, vous êtes le meilleur candidat pour l'aider." "Quoi ? Mais il peut pas recevoir du O- à lui donner ? Je veux dire c'est un groupe qui peut donner à tous non ?" Puis je me tourne vers Antonio et j'ajoute : "C'est pas que je veux pas te donner mon sang hein, mais finalement je crois pas qu'on soit de ci bon amis que ça..." Puis le médecin reprend : "Monsieur, votre ami aura beaucoup plus de chance si il reçoit votre sang !" Merde et moi qui pensais que cela ne pouvais franchement pas être pire...
©️ nightgaunt

_________________
Ce qui compte, ce n'est pas de disposer de bonnes ou de mauvaises cartes mais de savoir jouer avec les mauvaises.Play the Game
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/03/2018
déclarations envoyées : 272
pseudo (prénom) : Luna
faceclaim : Robert Downey Jr
multinick : Elzebieta, la belle prostituée au teint de porcelaine et au regard triste

MessageSujet: Re: Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -    Dim 24 Juin - 12:43

Antonio se fichait bien de ce que pouvait penser cet homme en face de lui. Pour lui, c’était de dire la vérité tout en omettant certaines choses, comme le fait qu’il est le parrain de la mafia italienne, qu’il est un criminel endurci, qui a déjà tué plusieurs fois et qu’il recommencerait sans aucune once de scrupule. Qu’il avait tué quelqu’un, lui avait même fendu la tête en deux avec sa balle et qu’il s’en fichait complètement. Il n’en avait aucun remord, aucun regret. Plissant les yeux comme pour jauger mais quelque part, il ne remarquait qu’une profonde ressemblance entre lui et cet homme, comme deux jumeaux. Gabriel lui rappelait lui mais en peu plus jeune. C’était assez étrange mais il ne s’attardait pas à ce détail. Les italiens se ressemblaient tous et Gabriel avait peut-être des origines latinos.

-Non, omettre certaines choses tout en disant la vérité, déclara-t-il d’un ton insistant. Ce n’est pas un mensonge mais une vérité masquée, fais la différence, ajouta Antonio pour lui faire comprendre la nuance.

Il s’ensuivit d’un silence quelque peu lourd entre les deux. Antonio contemplait son propre reflet au même âge sauf que ses yeux étaient un peu plus clairs et ses cheveux un peu moins noirs. Au même âge, il venait de sortir de prison, réapprenait à vivre en société en faisant un modeste caissier dans un supermarché, cependant, il s’était arrêté à faire ce job merdique. Il n’en pouvait plus, c’était dégradant ce travail. Antonio n’avait pas voulu retomber dans ses travers, voulant échapper à la mafia italienne et ce qu’il leur devait. Il n’avait pas voulu mais quand il a essayé de faire bien, les gens l’avaient traité comme un moins que rien, comme un vulgaire taulard. Il n’avait pas supporté les regards méfiants, les préjugés. Il n’avait pas à supporter cela après plusieurs années de prison, pas après ce qu’il avait subi comme sévices. Les gens s’étaient détournés de lui alors qu’ils auraient dû lui ouvrir leurs bras, alors il était parti de ce métier. Alors il était revenu chez la mafia italienne, là, il avait eu des bras ouverts, il s’était senti important. Antonio s’était toujours senti comme un moins que rien dans la vie mais dans la mafia, il s’était senti important surtout qu’il était devenu le bras droit du parrain. Il s’était senti tellement important. Il arqua un sourcil en écoutant Gabriel parler des italiens.

-Arrête avec les clichés et les préjugés, ce sont des conneries. De plus, tu m’as l’air bien halé, t’en as pas des origines italiennes ? Demanda Antonio avec un petit sourire. A mon avis, il y a des fortes chances que tu sois italien alors tes clichés, tu te les gardes, ajouta-t-il d’un ton ferme.

Sur cette dernière parole, ils furent emmenés par le médecin qui allait lui donner un sédatif. Il fit que non. Antonio voulait rester maître de lui et la douleur était sa seconde amie. Sa meilleure amie. La douleur pouvait resurgir le pire en un homme. Il arquait un nouveau sourcil en écoutant Gabriel lui parler pour le sédatif.

-Je ne veux pas de sédatif pour une bonne raison, une très bonne raison, déclara-t-il d’une voix sombre.

En réalité, Antonio voudrait rester maître de lui et non dépendant de quelqu’un, enfin pas de cet homme, pas de ce menteur. Ce Gabriel. Il perdait beaucoup de sang mais Antonio n’en avait pas mal, ou presque pas. Il sentait juste quelque chose le charcuter. Le docteur vint lui demander son groupe sanguin et Grabiel avait le même. Il arqua un sourcil étonné mais en écoutant Gabriel parler, Antonio le fixait d’un regard sombre et menaçant qui voulait dire « c’est ta faute si je suis là, mon pote ». Suite à ce regard sombre, il eut un sourire en coin, malsain, mauvais presque malveillant. Un sourire doucereux.

-Je t’en serais redevable, mon meilleur ami, vraiment, je le serais, déclara-t-il d’un ton bien trop doucereux pour qu’il soit vrai.

Le médecin n’avait pas remarqué le ton, bien trop en train de lui triturer les chairs pour enlever cette balle. Il fit signe de la main quand Gabriel se leva afin de rejoindre l’infirmière pour une prise de sang.


_________________
It all fell down, it all fell down,
Thought we built a dynasty that heaven couldn't shake Thought we built a dynasty like nothing ever made Thought we built a dynasty forever couldn't break up.C)LAZARE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 03/04/2018
déclarations envoyées : 66
pseudo (prénom) : MoonShadow
faceclaim : Domonic Cooper
multinick : Nop

MessageSujet: Re: Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -    Mer 11 Juil - 21:41

Hey brother! There's an endless road to rediscover
Bang bang you shot me down...

Inutile de revenir sur la définition de la vérité avec ce type ! Bon j'admet que je suis un gars pas vraiment honnête, mais lui il dépasse et de loin tous ce dont moi je suis capable et je connais ! Oui, vous devez bien vous dire que ce que je vous dis n'a pas vraiment de sens surtout quand on connait ma profession ? Oui, c'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité, mais voilà parfois je suis capable de sincérité, mais ce type face à moi ça j'en suis pas si sur !

Pourquoi est-ce que j'ai autant la poisse ? J'en sais foutre rien ! Mon ex me disait que je suis un aimant à merde et putain, j'ai beau tenté de fuir la réalité, c'est vrai que les emmerdes finissent toujours inexorablement par trouver le chemin vers ma personne ! Voilà qu'à présent pour couronner ma soirée déjà pas bien glorieuse que le médecin m'annonce que mon sang et la seule chose qui puisse sauver la vie de ce connard prétentieux de mafioso qui se vide franchement de son sang depuis de longues minutes ! Et l'autre qui m'appel son ami de ce ton ci faux et douceur qu'il me donne presque la gerbe !

Je soupire en lui lançant un regard mauvais tout en suivant le docteur qui m'allonge à présent sur la table à coté d'Antonio. Voilà, il dénude à présent mon bras, un coup de désinfectant plus tard et une aiguille planté droit dans ma veine, mon sang s'écoule à présent de ma personne à celle d'Antonio. "Vous allez en prendre combien de litre ?" Le médecin me regarde puis il dit : "Rassurez-vous, vous ne risquez rien. On ne va pas vous en prendre beaucoup. Vous, vous sentirez un peu faible, mais ça ne mettra pas votre vie en danger !" Je plisse alors mes yeux en soupirant. J'espère qu'ils vont me donner une sucette après ça et un jus de fruit ! Oui, je voudrais bien ça serait la moindre des choses moi je dis !

Les minutes passes, longues, très longues ! Et enfin, on me retire l'aiguille du bras. Un infirmier rentre alors et chuchote un truc au médecin qui pose à présent sur la mafieux et moi un drôle de regard. Son regard passe alors de l'un à l'autre avec rapidité. Mais il se passe quoi là ? "Qu'est-ce qu'il y a ? On a un truc entre les dents ou quoi ?" Le médecin se racle alors la gorge et reprend la parole : "Messieurs, vous êtes sur de ne pas avoir omis de me dire quelques chose d'important ?" Putain, il doit surement parler des pétards dans ma poche ? Bon première règle d'un bon menteur, ne pas infirmer ou affirmer quoi que ce soit ! Alors je reste tranquillement face au médecin, tout en tournant parfois ma tête vers Antonio de façon innocente. Le médecin s'impatiente alors et ajoute : "Savoir que vous étiez de la même famille aurait franchement pu m'aider à mieux prodiguer mes soins !" Hein, alors là, c'est sur, il a trouvé les pétard dans ma poche et je pense même qu'il les a fumé ! "Je ne vois absolument pas de quoi vous parlez ! Ce type n'est pas de ma famille ! Franchement si c'était le cas ouais je m'en serais pas vanter, mais je n'en aurais pas fait secret non plus !" Ce sac de nœuds commence sérieusement à devenir de plus en plus serré !  
©️ nightgaunt

_________________
Ce qui compte, ce n'est pas de disposer de bonnes ou de mauvaises cartes mais de savoir jouer avec les mauvaises.Play the Game
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/03/2018
déclarations envoyées : 272
pseudo (prénom) : Luna
faceclaim : Robert Downey Jr
multinick : Elzebieta, la belle prostituée au teint de porcelaine et au regard triste

MessageSujet: Re: Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -    Mer 25 Juil - 14:45

"Messieurs, vous êtes sur de ne pas avoir omis de me dire quelques chose d'important ?" La phrase du docteur laissa Antonio muet. De quoi ce foutu docteur parlait ? Ils étaient de parfaits inconnus qui s’aidaient mutuellement. Des amis ? Non pas vraiment. En même temps, Antonio n’avait pas vraiment d’amis. Il était bien trop parano pour ce genre de chose. Lui, il était un marginal. Un outsider. Un mec invisible aux yeux de l’état et ce, depuis toujours. L’amitié pour lui était quelque chose d’étranger. Pour lui, la loyauté primait sur autre chose. Il se fichait que les gens l’aiment ou pas. Tant qu’ils étaient loyaux et faisaient ce qu’il disait. Tout allait se passer pour le mieux. L’amitié était vraiment chez lui. Peut-être Meera qui avait su percer sa carapace. Peut-être Skyla mais qui ressemblait d’avantage à une amante qu’à autre chose. Non, Antonio se sentait toujours en insécurité quelque part. Cela devait venir de son enfance où il a été battu comme un chien qu’on affamait. Le seul endroit où il avait été en sécurité durant son enfance a été l’école et la famille d’accueil qu’il avait eue. C’était tout. Deux endroits où il ne restait d’une manière temporaire face à ce taudis. Ce taudis qui avait vu ses pires sévices, qui a été le témoin silencieux de ses cris. Ce taudis qui avait été le siège de la débauche et de la drogue. Antonio était un gamin esseulé et qui avait bien trop de problèmes psychologiques pour se faire de simples amis. Ce docteur doit parler des joints que le petit débile a rapporté, pensa amèrement Antonio. Ce qui vint ensuite, l’a littéralement laissé sur le cul.

"Savoir que vous étiez de la même famille aurait franchement pu m'aider à mieux prodiguer mes soins !" Antonio ne savait pas vraiment comment réagir face à cela. Ce mec débloquait complètement. Il était en train de débloquer. D’après la réaction de Gabriel, oui, il vient de se souvenir de son prénom, il devait penser la même chose. C’était fort plausible. Il lança un « hé » réprobateur à l’arnaqueur avant d’avoir un petit rire. Sincèrement, il était choqué mais c’était tout à fait plausible. Après tout, sa mère n’était qu’une étrangère qui ne mérite même pas de vivre et quant à son père, il s’était tapé tellement de femmes, qu’un demi-frère ne le choquerait pas tant que ça. D’ailleurs, cela ne le choquait pas. Pas du tout. Cependant pour le petit orphelin, il a dû avoir un choc. Un sacré choc.

Antonio avait une sacrée envie de fumer une bonne cigarette ou un joint pour faire avaler tout ça. Il devait y croire, les tests étaient formels. Vraiment formels. Ils ne pouvaient pas les objecter, la preuve en était là. Ils étaient frères mais Antonio ne le considérait jamais comme cela. Lui, il avait eu de la chance. Pas lui. Jamais lui. Il avait connu les pires choses au monde et aurait souhaité de ne jamais connaître ses parents. Gabriel avait eu de la chance de s’en être tiré, que sa mère l’aime assez pour l’abandonner. Pour lui donner une meilleure chance de vie. Enfin, c’était son point de vue, il ne connaissait pas l’histoire de ce petit frère et ne voulait pas la connaître.

Avec un petit sourire, le mafioso se retourna vers son frère. Un sourire qui ne présageait rien de bon. Un sourire assez mauvais en soit. Un sourire dont Gabriel en était la victime.

-Veuillez nous excuser de cela. Mon frère ne nous a jamais vus comme cela, comme des frères. Pour lui, je ne suis qu’un étranger alors que j’ai tout fait pour lui, pour qu’on ait une relation fraternelle, mentit Antonio avec classe et élégance.

Quiconque l’aurait entendu, aurait pensé que ce type aurait dit la vérité. Mentir, c’était une seconde nature chez lui. Depuis toujours.


_________________
It all fell down, it all fell down,
Thought we built a dynasty that heaven couldn't shake Thought we built a dynasty like nothing ever made Thought we built a dynasty forever couldn't break up.C)LAZARE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 03/04/2018
déclarations envoyées : 66
pseudo (prénom) : MoonShadow
faceclaim : Domonic Cooper
multinick : Nop

MessageSujet: Re: Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -    Ven 17 Aoû - 19:41

Hey brother! There's an endless road to rediscover
Bang bang you shot me down...

je suis encore sous le choc de cette révélation. Je crois qu'on me fait une blague là ? Je tourne sur moi même à la recherche d'une caméra cachée ou un truc du genre, mais je ne vois rien si ce n'est la tronche de cake du médecin qui soigne mon pseudo frère qui est à moitié hilare. La situation semble même le faire marrer. Disons que je vais mettre ça sous le coup de la douleur. Oh putain, mais si ça se trouve il sait tout depuis le début ? Je me suis toujours demandé pourquoi il faisait appel à mes services à moi alors qu'il a du bon personnel bien docile pour faire le job ? Oui, j'admet que je suis le meilleur, mais l'option frangin caché me semble finalement la plus plausible !

Je soupire en prenant ma tête dans mes mains. Puis la voix mélodieuse d'Antonio me sort de ma torpeur. Il se met à dire des trucs sans queue ni tête au médecin en disant à quel point nous sommes des "frères" proche l'un de l'autre et que c'est moi qui le traite en étranger alors que lui fait tout pour moi ! Je regrette franchement de l'avoir sauver ! Oui, mon bon cœur me perdra c'est clair ! "C'est un malade mental je vous jure, moi je le connais à peine ce gars !" Puis je me retourne vers Antonio et je lui lance d'un ton venimeux : "Tu as tout manigancer c'est ça ? Je suis sur que c'est ton idée les coups de feux, l’hosto et le clou du spectacle voilà qu'on nous découvre frère ! Je ne suis pas ton frère !" Puis à nouveau vers le docteur. "Refaite moi ce test je suis sur qu'il y a une erreur ! Ce type ne peut pas être mon frère !" Le médecin finit alors à la hâte de soigner Antonio avant de sortir sans demander son reste.

Voilà, Antonio ne pisse plus le sang et nous sommes à nouveau seuls. "Tu fais vraiment chier tu sais ça ? Tu es vraiment la pire merde que je connaisse ! Tu sais le tout depuis combien de temps ? Et me dit pas que tu savais pas ! Tu sais, au lieu d'organiser tout ça, tu aurais simplement pu me dire la vérité ! Tu sais, les problèmes psychiatrique se soignent très bien de nos jours. Si tu veux je connais un bon psy, je suis sur qu'il pourra t'aider à gérer tes problèmes !" Je suis en plein doute. Plus je regarde Antonio, et plus l'idée qu'il soit mon frère me semble possible. On a les mêmes cheveux, les mêmes yeux et le même sourire coquin... Merde ! Si ma vie n'était pas un enfer avant, là c'est sur elle va le devenir...
©️ nightgaunt

_________________
Ce qui compte, ce n'est pas de disposer de bonnes ou de mauvaises cartes mais de savoir jouer avec les mauvaises.Play the Game
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/03/2018
déclarations envoyées : 272
pseudo (prénom) : Luna
faceclaim : Robert Downey Jr
multinick : Elzebieta, la belle prostituée au teint de porcelaine et au regard triste

MessageSujet: Re: Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -    Ven 17 Aoû - 21:50

Son « frère » était juste hilarant. Il avait l’impression de voir un poisson choqué d’être sorti de l’eau. Gabriel fixait d’ailleurs Antonio d’un air sombre, très sombre qui voulait tout dire. D’ailleurs, dans ses yeux sombres aussi semblables aux siens, il y décelait une lueur de soupçon. Quoi ? Il ne pensait tout de même pas qu’Antonio était au courant sur cela. Sur le fait qu’il avait un frère. Ce n’était pas parce qu’il ne montrait pas son étonnement qu’il savait tout sur cette histoire. C’était dingue, les gens voyaient une personne impliquée rire dans ce genre de situation, et ça y’est, c’était une mise en scène. Au fond de son cœur, vraiment au fond. Antonio était heureux d’avoir un frère. Il aurait aimé en avoir un quand il était enfant, comme ça, il n’aurait pas été tout seul à subir toutes ces choses. Ils auraient été complices, là, pour se soutenir, s’entraidant comme jamais dans leurs misères mais à ce jour, en avait-il encore besoin ? Ce frère qu’il avait devant lui, n’avait pas vécu la même misère, le même abandon, les mêmes chagrins, la même violence. Se faire battre par des enfants est quelque chose mais se faire battre par celui qui devait le choyer en était une autre.

Finalement, il vint à parler d’un ton vénéneux à son frère et ordonna au médecin de le refaire. Le docteur referma la blessure. Antonio gardant toujours cet air amusé au visage. C’était vraiment trop drôle de voir son frère aussi énervé par son mensonge éhonté qui le faisait passer pour un connard. Il était complètement perdu, en surtension d’ailleurs. Le docteur était parti, refaire le test. Antonio se fichait d’avoir un frère, une famille. D’ailleurs, son père était à l’hosto, en train de survivre au traitement spécial qu’Antonio avait ordonné aux médecins de lui donner. Un traitement qui le plongeait dans un état quasiment comateux. C’était horrible comme train de vie mais Antonio avait décidé que c’était la parfaite vengeance pour un tel être.

Seuls, Gabriel vint à s’approcher de lui et de lui parler sur un ton haineux. Antonio haussa les sourcils et se retint de rire en pouffant d’amusement. Ses yeux brillaient de malice et eut un bâillement.

-Non, je ne le savais pas mais au vu de mes parents, ce n’est pas étonnant, s’enquit-il tout simplement. Ma mère était une salope qui m’a abandonné alors que j’étais tout petit, tant qu’à mon connard de père, il baisait tellement de prostituée et de femmes que ce n’est pas étonnant. Excuse-moi d’en rire que d’en pleurer. Et je n’ai pas de problèmes mentaux alors calme-toi, détends-toi, respire, S’enquit Antonio avant de rire. Tu vois que t’es un italien, ajouta le mafioso.

 

_________________
It all fell down, it all fell down,
Thought we built a dynasty that heaven couldn't shake Thought we built a dynasty like nothing ever made Thought we built a dynasty forever couldn't break up.C)LAZARE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -    

Revenir en haut Aller en bas
 
Hey brother! There's an endless road to rediscover - Antonio & Gabriel -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Mellindra Road, à votre service !
» Monday Night Raw # 32 - ROAD TO WRESTLEMANIA
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» Why Did The Chicken Cross The Road?

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers ::  :: Downtown Brooklyn-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: