AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Pique-nique de printemps
Un topic commun rien que pour vous
On vous invite donc à y participer par ici.
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça aide énormément le forum à se faire connaître!
Loterie du rp
Un moyen de rencontrer du monde.
Pas d'obligation, mais si vous voulez que le staff vous choisisse un partenaire et un thème de rp, c'est par là.

Partagez | 
 

 stuck at the airport (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 336
pseudo (prénom) : MissMady / Mady
faceclaim : milo ventimiglia - lux aeterna
multinick : lisbeth la douce, june l'infirmière et giorgia l'artiste

MessageSujet: stuck at the airport (libre)   Sam 10 Mar - 14:49

stuck at the airport
Cameron&


Cameron était parti depuis trois jours. Il avait suivi un séminaire d’Histoire à Seattle, et avait quand même fini par appeler sa femme pour lui dire qu’une fois qu’il serait rentré, il avait envie d’avoir une discussion avec elle. Oh il ne savait pas encore ce qu’il allait lui dire, mais il savait qu’après tout ce temps, la discussion serait calme. Il n’y avait plus de colère entre eux, juste de l’incompréhension. Il ne comprenait pas ce qu’il se passait, si elle avait encore envie d’être avec lui bref, il avait envie d’avoir des réponses à ses questions.
Mais alors qu’il s’apprêtait à lui envoyer un texto, ou l’appeler, il se rendit compte que son avion était retardé pour cause de mauvaises conditions climatiques. Et le voilà coincé à l’aéroport de Seattle, ne sachant trop quoi faire, sinon attendre, encore et encore. Le quarantenaire décida de se rendre au bar de l’aéroport et d’attendre. Cameron envoya un texto à sa femme, mais non pas pour lui dire qu’il arrivait dans quelques heures, mais simplement pour lui dire que son avion était retardé, qu’il ne savait pas encore quand il rentrerait et que dès qu’il en saurait plus, il le lui ferait savoir.

Cameron savait qu’il devait éviter de toucher à un verre d’alcool, il ne lui avait pas toujours été d’un grand secours. Posant son sac de voyage dans un coin du bar où il s’installa, il fit signe au garçon de café de lui amener un verre d’eau et il se contenta de fixer l’écran qui indiquait le retour vers New-York. Cameron espérait que le retour se fasse au plus vite, mais il suffisait de regarder au travers des fenêtres pour se rendre compte que ça ne risquait pas d’être pour si tôt que ça.
Alors que le professeur d’Histoire était concentré sur l’écran de son voyage, il vit une autre personne rentrer dans le bar, visiblement un peu irrité. Il pourrait parier que cette personne avait aussi un vol retardé, voire annulé.

Vous aussi votre vol est retardé ?

Cameron ne voulait surtout pas se montrer trop curieux, mais la personne s’était installée juste à côté de sa table, balançant son sac dans un coin, et donc plutôt que de rester chacun dans son coin, Cameron préférait engager la conversation.



_________________
take me back to the start
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 15/03/2018
déclarations envoyées : 26
pseudo (prénom) : m.
faceclaim : gugu mbatha-raw.
multinick : none.

MessageSujet: Re: stuck at the airport (libre)   Jeu 15 Mar - 19:56

Nouveau départ, nouvelle vie qui débute pour elle. L'angoisse de repartir sur une nouvelle page, mais aussi l'espoir que le soleil peut briller à nouveau. Cora a emménagée depuis peu à New-York; elle s'est trouvée une charmante maison dans le quartier de Brooklyn Heights, elle a réussie à se dénicher un petit boulot comme serveuse dans un snack chaleureux. Rien de bien glamour, mais au moins ça permet de payer ses comptes. D'ici quelques semaines, elle pourra accueillir son fils et le retrouver. D'ailleurs, il lui manque terriblement. La jeune femme avait mentionnée ne pas avoir beaucoup de contact avec celui-ci pour ne pas éveiller les soupçons de la part de son ex-mari, mais elle a dû mal à s'imaginer longtemps sans le voir c'est pour cette raison; qu'elle s'est organisée avec son frère pour aller les visiter. Le petit est encore jeune, seulement âgé de cinq ans; il n'a pas entièrement conscience des sacrifices et de la situation. Pour lui, il passe des vacances avec son oncle et c'est tant mieux si cela ne le perturbe pas trop. Malheureusement, sa petite escapade pour retrouver sa famille semble ne pas vouloir se réaliser, puisque à sa grande déception de nombreux vols sont annulés dû à la tempête qui frappe rendant la visibilité difficile. Évidemment, la jeune femme est extrêmement déçue et s'empresse de joindre son frère pour lui signaler la situation. Sur le coup, ça lui donne même envie de pleurer à croire que la vie veut s'acharner sur elle. Toutefois c'est de façon résolue qu'elle se rend au bar de l'aéroport pour passer le temps et espérer pouvoir prendre cette avion. Elle s'installe sur l'un des tabourets libres et commande une eau pétillante avec un quartier de citron à l'intérieur; elle ne souhaite pas prendre de l'alcool; du moins pas pour le moment. Vous aussi votre vol est retardé ? Le visage de la belle métisse se tourne vers cette voix masculine, un homme est assis le tabouret prêt du sien à siroter son verre probablement dans l'attente lui aussi. « Oui, en espérant qu'il soit simplement retardé et non annulé..» Qu'elle déclare avec une petite moue, puis elle sourit brièvement au barman en recevant son eau pétillante citronnée. Elle boit une fine gorgée à la paille glissant son regard brièvement vers l'avant. Cora est loin d'être une grande bavarde, le silence s'installe et elle glisse son regard vers l'homme en lui souriant. Le temps risque d'être long si elle n'essaie pas d'engager un minimum la conversation, alors sans trop savoir pourquoi; elle essaie; « Ça fait longtemps que vous attendez?» Évidemment, elle s'informe pour savoir à quoi elle peut s'attendre; elle espère qu'il est là depuis peu, ça lui donnera du courage pour patienter. Doucement, elle vient à jouer avec la paille du bout des doigts la faisant bouger dans son verre. À nouveau le silence s'installe et la métisse se risque à demander; « Vous vous envolez vers quelle destination?» Sourire bienveillant qui se glisse discrètement sur ses lèvres pulpeuses.

_________________

♡ The needle tears a hole
The old familiar sting
Try to kill it all away
But I remember everything.
-hurt; johnny cash. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 336
pseudo (prénom) : MissMady / Mady
faceclaim : milo ventimiglia - lux aeterna
multinick : lisbeth la douce, june l'infirmière et giorgia l'artiste

MessageSujet: Re: stuck at the airport (libre)   Jeu 15 Mar - 21:21

stuck at the airport
Cameron&


Cette superbe jeune femme venait de le rejoindre, à une table près. Elle aussi semblait quelque peu agacée par la situation, et c'était bien normal. Personne n'aimait se retrouver coincé dans un aéroport alors qu'il espérait rentrer chez lui. Cameron avait fait le choix de ne pas s'énerver et de s'installer dans le bar de l'aéroport, mais c'état quand même vachement énervant. Mais quand la jeune femme s'approcha et s'installa elle aussi avec une boisson, le jeune homme se dit qu'il pouvait entamer la conversation. Après tout, ils ne se connaissaient pas et se retrouvaient visiblement dans la même situation. Le professeur d'Histoire lui demanda donc si elle aussi son vol avait été repoussé, et elle lui avoua que oui et qu'elle espérait que ça ne serait pas trop long. Oh, Cameron avait les mêmes espoirs. Il espérait vraiment pouvoir rentrer dans pas trop longtemps. Il avait du travail et il espérait pouvoir le faire rapidement.

J'espère aussi, si je dois rester ici une nuit je risque bien de devenir complètement fou.

Il sourit légèrement, buvant une gorgée de son verre avant de reprendre le silence. Il ne connaissait pas la jeune femme, et même s'il était de nature plutôt sociable, Cameron savait que ce n'était pas le cas de tout le monde et il ne voulait pas forcer la jolie jeune femme à lui parler. Mais alors qu'il ne s'attendait pas à aller plus loin dans la conversation, voilà la belle qui lui demandait s'il attendait depuis longtemps. Il sourit légèrement, regarda l'horloge et lui répondit:

Oh, si vous demandez à ma tête, elle vous répondra des heures, mais en fait ça ne fait que dix minutes que je suis là. Il faut attendre que le temps se calme apparemment.

La météo était mauvaise certes, mais il ne s'attendait quand même pas à ce que les vols soient retards ou annulés déjà pour certains. Il ne cessait de surveiller l'écran de contrôle du coin de l'oeil, et tout ça ne lui disait rien de bon. Alors qu'il jetait un nouveau coup d'oeil, la jeune femme lui demanda pour quelle destination il s'envolait. Cameron bu une gorgée avant de lui répondre:

Je retourne à New-York, je vis à Brooklyn. J'étais en voyage pour le boulot.
Et vous alors, vous allez où?

Avec un peu de chance, elle s'envolait aussi pour New-York et ils pourraient continuer à discuter pendant le vol, ça lui paraitrait moins long.



_________________
take me back to the start
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 15/03/2018
déclarations envoyées : 26
pseudo (prénom) : m.
faceclaim : gugu mbatha-raw.
multinick : none.

MessageSujet: Re: stuck at the airport (libre)   Jeu 15 Mar - 22:23

J'espère aussi, si je dois rester ici une nuit je risque bien de devenir complètement fou.
La belle métisse lui rend un sourire discret, elle espère sincèrement ne pas devoir attendre ici toute la nuit, des plans pour qu'elle pète un câble. Étant de nature positive, elle espère que la situation rentrera dans l'ordre rapidement. Oh, si vous demandez à ma tête, elle vous répondra des heures, mais en fait ça ne fait que dix minutes que je suis là. Il faut attendre que le temps se calme apparemment. Attendre, voilà ce qu'ils doivent faire ne pouvant pas faire autre chose de plus; dame nature a décidée de faire des siennes ce soir et ils doivent mutuellement prendre leur mal en patience. Cora aussi venait à glisser parfois son regard vers l'écran de contrôle dans l'espoir que ça se règle par enchantement. Je retourne à New-York, je vis à Brooklyn. J'étais en voyage pour le boulot.Et vous alors, vous allez où? Léger mouvement de tête en guise d'approbation et d'écoute à croire que le monde est plus petit que l'on peut croire; ils sont complètement des étrangers et résident dans la même ville. Drôle de coïncidence quand même quand on y pense. « J'allais passé un séjour dans ma famille...» Elle demeure évasive dans sa réponse, toujours méfiante de s'ouvrir aux autres se disant que peut-être ces gens connaissent son ex-mari et qu'il pourrait retrouver sa trace. À nouveau, elle boit une gorgée et espère que l'inconnu ne posera pas plus de questions pour ne pas rendre la situation plus compliquée. La belle métisse à envie de lui demander dans quoi il bosse, mais elle sait aussi que si elle commence à lui poser des questions; il peut faire de même. Elle regarde le contenu de son verre en se pinçant les lèvres. En même temps, elle ne peut pas exiger qu'il s'ouvre à elle alors qu'elle ne peut pas faire la même chose s'est insensé. Le regard de Cora se perd un instant sur les gens qui se déplacent avec leurs famille; ses retrouvailles larmoyantes qui font sourire c'est adieux déchirants aussi par moment. Y'a des tas d'histoires diverses dans les aéroports c'est reconnu de quoi vouloir donner l'inspiration à une femme comme elle, qui adore écrire et inventer des histoires. Soudainement, elle vient à entendre des petits pas au loin et le son de la voix d'un enfant qui retrouve son parent; un doux sourire se dessine au coin de sa bouche et une nostalgie l'enveloppe, puis elle ramène son attention sur son verre sentant son coeur devenir un peu plus lourd; elle en vient même à oublier l'inconnu à ses côtés probablement témoin de ses réactions. D'ailleurs, lorsqu'elle relève son regard vers lui prenant compte qu'elle n'est pas seule; elle peut voir qu'il l'observe en silence. Il n'a pas le visage sévère, comme elle a eut l'habitude de voir le visage d'un homme dans sa vie; son visage est doux et mystérieux à la fois et c'est sûrement ce qui lui donne l'audace de s'exprimer; « Vous savez ce que je crois... Les aéroports peuvent faire de sacrées belles histoires.» Léger haussement d'épaules pour appuyer ses dires et elle poursuit en s'expliquant davantage; « Je sais pas, mais avec tous ces gens qui défilent chaque jour ici. Qui rentre chez eux ou qui quittent pour partir ailleurs; ils ont tous une vie, une histoire différente et c'est.. inspirant.» Sans trop savoir pourquoi, elle dit cela d'une manière douce et spontanée. Puis se rendant compte que ça peut être perçu comme absurde elle rectifie le tir; « Je suis là, à vous dire ça alors que vous en avez sûrement rien à faire.» Regard de la belle métisse qui se glisse sur l'écran un instant, pour reprendre un peu de contenance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 336
pseudo (prénom) : MissMady / Mady
faceclaim : milo ventimiglia - lux aeterna
multinick : lisbeth la douce, june l'infirmière et giorgia l'artiste

MessageSujet: Re: stuck at the airport (libre)   Ven 16 Mar - 16:25

stuck at the airport
Cameron&


Au vu de la réponse un peu évasive de la jeune femme, Cameron se dit qu’il devait certainement la déranger. Il n’avait pas envie de l’importuner davantage alors il se contenta de boire une nouvelle gorgée de sa boisson soft et d’attendre que le temps passe. Il fixait désespérément l’écran, puis l’horloge, puis les fenêtres, en espérant y voir un quelconque changement, mais la vérité, c’est qu’il ne voyait pas le moindre changement. Il avait beau tout faire pour tenter de passer le temps, comme jouer avec le cure-dents qui se trouvait planté dans une olive qui lui avait été offerte, il n’arrivait pas à faire passer plus de trente secondes à la fois sans se retrouver à nouveau le nez rivé sur l’horloge. Cette attente ne finirait jamais, mais elle n’avait commencé que depuis quelques minutes. Son avion ne devrait normalement même pas encore avoir décollé.

Alors qu’il était occupé à observer les gens qui passaient devant lui, autour de lui, dans les couloirs de l’aéroport, il fut surpris d’entendre à nouveau la voix de la jolie métisse. Cette fois, c’était pour lui faire remarquer que les aéroports devaient faire de sacrées histoires. C’était justement un jeu qu’il s’amusait à faire quand il était gamin. Il sourit, prit une gorgée d’eau, avant de lui répondre :

C’est un jeu auquel je jouais quand j’étais enfant. Je m’asseyais calmement en attendant l’avion puis j’imaginais qui étaient toutes ces personnes qui attendaient eux aussi. Avaient-ils une famille ? Que faisaient-ils dans la vie ? Je leur inventais une vie et ça passait le temps.

Cameron eut un petit sourire ému lorsqu’il repensa à cette partie de sa vie, cette enfance insouciante par rapport à cette vie d’adulte qui ne cessait d’aller de catastrophe en catastrophe, de mauvais souvenirs en mauvais souvenirs. Allait-il être capable de les affronter ? C’était ce qu’il espérait. Puis la jeune femme reprit la parole pour lui dire qu’elle devait certainement l’ennuyer avec ses histoires. Il posa son verre et secoua la tête.

Non, vous ne m’embêtez pas du tout. Au contraire, j’étais justement en train de me demander quelle est l’histoire de cette femme blonde là-bas, qui tient un petit sac rouge et une valise noire. Qui est-elle ?

Puis, avant de poursuivre le jeu dans lequel il venait de se lancer, il ajouta envers sa partenaire d’attente :

Au fait, moi c’est Cameron, content d’avoir quelqu’un à qui parler.

Il sourit puis réfléchit à qui pouvait être la femme au sac rouge.


_________________
take me back to the start
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 15/03/2018
déclarations envoyées : 26
pseudo (prénom) : m.
faceclaim : gugu mbatha-raw.
multinick : none.

MessageSujet: Re: stuck at the airport (libre)   Ven 16 Mar - 18:17

C’est un jeu auquel je jouais quand j’étais enfant. Je m’asseyais calmement en attendant l’avion puis j’imaginais qui étaient toutes ces personnes qui attendaient eux aussi. Avaient-ils une famille ? Que faisaient-ils dans la vie ? Je leur inventais une vie et ça passait le temps. La belle métisse eut un sourire sur les lèvres en entendant ces paroles. Auparavant, elle n'avait pas eu la chance de voyager beaucoup dans sa vie ayant peu de moyens financiers et encore aujourd'hui; les voyages se faisaient plutôt rares, toutefois elle avait débuté ce petit jeu elle aussi; pour passer le temps. Étant une personne avec beaucoup d'imagination, il était facile pour elle d'inventer des histoires en croisant le regard de ces gens qui défilaient dans l'aéroport. Elle remarqua le sourire et la nostalgie dans le regard de l'homme, cette émotion quand on se replonge dans ses souvenirs; c'était beau à voir. Cora comprenait très bien ce qu'il pouvait ressentir. La jeune femme avait toujours cette crainte de déranger; un automatisme qu'elle avait développée au fil des années dans cette environnement d'angoisses et de terreurs. Non, vous ne m’embêtez pas du tout. Au contraire, j’étais justement en train de me demander quelle est l’histoire de cette femme blonde là-bas, qui tient un petit sac rouge et une valise noire. Qui est-elle ? Elle fut rassurée d'entendre cela, son regard se glissa sur la jeune femme blonde en question qui patientait sagement avec son sac rouge contre elle et sa valise noir. Une belle femme d'ailleurs, rapidement Cora se mis à imaginer son histoire créer de toute pièce par sa propre imagination. Au fait, moi c’est Cameron, content d’avoir quelqu’un à qui parler. Puis vint les présentations, la jeune femme ramena son attention un moment sur l'homme venant à se présenter à son tour; « Enchanté, moi c'est Cora.» La belle métisse avait dû s'adapter avec son nouveau prénom, cette nouvelle identité; Isla Simmons n'existait plus à présent, elle était morte et enterrée; à partir du soir où elle avait décidée de s'enfuir pour sauver sa peau et s'empêcher de mourir. De nouveau, son regard se ramena sur l'inconnue blonde, puis elle se risqua à demander à l'homme; « Dites-moi qui elle est, selon vous.» Voulant jouer le jeu pour passer le temps; Cora était curieuse d'entendre quel type d'histoire Cameron avait inventé pour elle. De son côté, Cora s'imaginait qu'elle soit une femme d'affaires; peut-être à cause de son tailleur noir et sa présentation soigné. Une femme de carrière qui retrouve peut-être son amant, ou alors qui rentre uniquement d'un voyage d'affaire tout comme Cameron. Plein d'histoires étaient possible à inventer et personne n'allait connaître la véritable histoire au bout du compte.

_________________

♡ The needle tears a hole
The old familiar sting
Try to kill it all away
But I remember everything.
-hurt; johnny cash. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 336
pseudo (prénom) : MissMady / Mady
faceclaim : milo ventimiglia - lux aeterna
multinick : lisbeth la douce, june l'infirmière et giorgia l'artiste

MessageSujet: Re: stuck at the airport (libre)   Sam 17 Mar - 20:21

stuck at the airport
Cameron&


Cameron avait toujours éprouvé cette fascination pour les gens et leur histoire, c’était sans doute ce qui faisait de lui un historien et professeur d’Histoire hors-normes. Il mélangeait ses deux passions : il racontait des histoires et il observait le visage des étudiants quand on les leur racontait. Il adorait voir leurs mines fascinées, ennuyées, tristes, heureuses, souriantes, et il tentait de comprendre ce qui pouvait, dans ses paroles ou dans l’environnement, provoquer toutes ces réactions. Il y avait par exemple la jolie blonde du premier rang qui tentait vainement d’envoyer discrètement un texto au jeune garçon féru d’art du troisième rang, celui-ci semblait surpris à chaque fois que son téléphone vibrait. Il y avait aussi Mia, la jeune fille vêtue tout de noir du fond de l’auditoire, qui tapait assidument sur le clavier de son ordinateur, mais Cameron n’était pas certain qu’il s’agisse de son cours. Et Candice, qui avait un éternel besoin d’attention et semblait connaitre la réponse à chacune de ses questions, alors qu’en fait elle ne comprenait rien à la subtilité de l’Histoire.

Les présentations furent enfin faites, et Cameron pu mettre un prénom sur ce joli visage métissé. C’était un prénom qui lui allait bien, même si elle avait eu l’air un peu hésitant en le prononçant. Elle semblait absorbée par la jeune femme blonde que Cameron lui avait indiqué quelques minutes plus tôt. Tout comme lui l’était en fait. Il avait déjà établi tout un scénario dans sa tête, et il avait hâte de pouvoir le partager avec elle. Cherchant une dernière fois dans sa tête, il finit par répondre à la question de Cora :

Pour moi, elle vient de quitter son mari. Elle emmène ses affaires et repart pour Chicago. Elle vit là-bas, elle n’arrête pas de regarder cet écran.

Et il pointa du doigt l’écran qui indiquait le voyage retardé de Seattle à Chicago. Un vol plutôt court en somme.

Ou plutôt ce n’est pas elle qui vit là-bas mais ce sont ses parents. Elle retourne chez eux en attendant de trouver mieux. Elle est vendeuse dans un magasin, certainement de vêtements. Elle est propre sur elle, soignée, et sa jupe et son haut sont de la même marque, alors elle travaille sans doute pour la marque. Le sac rouge, c’est un cadeau de son mari, elle en est toujours amoureuse mais il a fait une connerie alors elle fuit plutôt que d’arranger les problèmes.

Bizarre, mais la situation rappela vaguement quelque chose à Cameron. Après tout, lui et Alyssa avaient fui, chacun de son côté. IL tourna la tête vers sa complice et lui demanda :

Vous en pensez quoi ?

Il avait joué à ce jeu pendant tellement longtemps, tellement de fois, qu’il allait maintenant dans le moindre détail, même si ce n’était pas nécessaire.


_________________
take me back to the start
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 15/03/2018
déclarations envoyées : 26
pseudo (prénom) : m.
faceclaim : gugu mbatha-raw.
multinick : none.

MessageSujet: Re: stuck at the airport (libre)   Dim 18 Mar - 18:37

Pour moi, elle vient de quitter son mari. Elle emmène ses affaires et repart pour Chicago. Elle vit là-bas, elle n’arrête pas de regarder cet écran. Cora l'écoute attentivement et elle voit défilée dans sa tête des scènes de vie de cette femme blonde, comme un long film. Son regard suivit l'index de l'homme qui pointait l'écran, puis elle acquiesça brièvement. Finalement, Cameron vint à rectifier en ajoutant plus de détail à son histoire inventé; Ou plutôt ce n’est pas elle qui vit là-bas mais ce sont ses parents. Elle retourne chez eux en attendant de trouver mieux. Elle est vendeuse dans un magasin, certainement de vêtements. Elle est propre sur elle, soignée, et sa jupe et son haut sont de la même marque, alors elle travaille sans doute pour la marque. Le sac rouge, c’est un cadeau de son mari, elle en est toujours amoureuse mais il a fait une connerie alors elle fuit plutôt que d’arranger les problèmes. Cora glisse son attention sur lui, elle oublie un instant la femme blonde; elle se contente de l'écouter simplement. Ces paroles résonnent en elle, comme si ça faisait un peu écho avec sa propre histoire; des images de sa propre histoire se superposent aux images inventés de cette blonde inconnue, puis bientôt Cora se retrouve un peu perdue dans ses pensées. Vous en pensez quoi ? La voix de Cameron vint à la ramener à la réalité et elle afficha un doux sourire. « Vous êtes pas mal, on voit que vous êtes un habitué de ce jeu.» Son sourire s'accentue un peu, malgré toutes les tempêtes que la belle métisse a pu traverser au cours de sa vie; elle ne peut pas s'empêcher d'avoir le sourire. Parfois c'est des sourires faux pour camoufler ses cries et sa douleur, mais à ce moment précis, il était franc et véritable. Elle ramena son attention sur les gens qui défilaient pour se rendre compte que la femme blonde avait disparue comme plusieurs autres avant et après elle. L'aéroport était en endroit en constant mouvement et changement. « Vous voyez l'homme là-bas, celui avec le chapeau.» cora, elle sourit doucement et prend parole exprimant son histoire; « c'est un ancien marine, un homme fier et travaillant qui a toujours dévoué sa vie à la profession. c'est un homme qui s'est marié à une femme génial, qui a eut peut-être 3 ou quatre enfants et a maintenant des petits-enfants. D'ailleurs, il attend patiemment que sa famille vienne le chercher pour aller passer un séjour avec eux.» Sourire nostalgique qui flotte sur ses lèvres pulpeuses pour finalement ramener son attention sur son verre, qu'elle finit par terminer. Son regard foncé se repose sur le cadran et sans succès, ils devront attendre encore. « Ça fait longtemps que vous vivez à Brooklyn?» Elle s'interroge, ce dit que si jamais elle a besoin, peut-être qu'il pourrait l'aider sachant qu'elle vient d'arriver là-bas depuis peu. « Parce que je viens de m'y installer y'a pas longtemps.» Paroles avouées dans un drôle de sourire comme si elle en revenait toujours pas; à quel point, le monde est petit finalement.

_________________

♡ The needle tears a hole
The old familiar sting
Try to kill it all away
But I remember everything.
-hurt; johnny cash. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 336
pseudo (prénom) : MissMady / Mady
faceclaim : milo ventimiglia - lux aeterna
multinick : lisbeth la douce, june l'infirmière et giorgia l'artiste

MessageSujet: Re: stuck at the airport (libre)   Lun 19 Mar - 19:56

stuck at the airport
Cameron&


Cameron avait une véritable passion pour ce jeu, il pouvait aller très loin dans les détails, il était extrêmement observateur, il savait parfaitement où il voulait aller avec ses descriptions. Pourtant, il y avait quelque chose en lui, une forme de curiosité, qui lui faisait se demander si l’un des éléments qu’il avait trouvés était vrai.
Il remarqua assez loin dans son discours que la jolie métisse était littéralement captivée par ce qu’il racontait. Il avait un peu honte maintenant de se faire des films comme ça, mais quand on y pensait bien, c’était ce qui l’amusait, il s’était même dit qu’il écrirait un jour des livres, des romans de fiction dans lesquels il pourrait inventer toutes les histoires qu’il voulait. Mais au final, il ne s’était jamais lancé dans cette aventure, certainement par peur de ne pas pouvoir en vivre. Il serait toujours obligé d’être ce pauvre prof un peu rabougri qui cachait des les tiroirs de son bureau un roman sur des feuilles de papier, et qui n’aurait jamais osé le montrer à qui que ce soit. Et c’est une fois le jour de sa mort arrivé qu’on se dirait que finalement, ça valait quelque chose. Dommage pour lui.

Alors Cameron gardait ses histoires pour ce jeu, qui servait à l’amuser lorsqu’il devait se rendre dans des villes éloignées pour le travail, pour des formations ou pour assister à des conférences en tous genres. Des conférences qui l’ennuyaient aussi généralement, alors il reprenait le jeu là où il l’avait laissé.
Quand Cora lui répondit qu’on voyait qu’il était un habitué de ce jeu, le jeune homme ne put s’empêcher de sourire et de lui répondre :

Effectivement, c’est ce qu’il se passe quand on passe trop de temps dans les transports ou en conférence.

Il sourit tendrement avant de lui lancer le défi de faire la même chose. Elle lui indiqua un homme assez âgé, et il écouta attentivement son histoire. Elle lui plaisait beaucoup cette histoire, et c’était tout à fait cohérent avec le physique de l’homme en question. Il ajouta, regardant la cible :

Je pense qu’ils vont à la campagne, dans un endroit calme, avec beaucoup d’arbres et un lac pour pêcher, il doit apprendre à ses petits-enfants à pêcher.

A son tour, Cameron regarda l’écran de leur vol, et rien ne semblait bouger. Pas la moindre nouvelle, rien du tout. Cameron craignait bien de rester coincé ici pour toute la soirée, voire même la nuit. Il soupira légèrement, avala une gorgée de sa boisson avant de lui répondre :

Oh, j’ai toujours vécu à Brooklyn. Je ne connais pas grand-chose d’autre. C’est une chouette ville mais j’espère ne pas y finir mes jours.

Il souhaitait vraiment aller à la campagne, vivre dans un endroit plus calme que la grande ville, pour lui et son fils. Quand elle ajouta qu’elle venait de s’y installer, Cameron lui répondit :

Et vous vous y plaisez jusque-là ?

C’était le genre de ville où, ou bien on adorait, ou bien on détestait y vivre.


_________________
take me back to the start
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 15/03/2018
déclarations envoyées : 26
pseudo (prénom) : m.
faceclaim : gugu mbatha-raw.
multinick : none.

MessageSujet: Re: stuck at the airport (libre)   Sam 24 Mar - 20:18

Je pense qu’ils vont à la campagne, dans un endroit calme, avec beaucoup d’arbres et un lac pour pêcher, il doit apprendre à ses petits-enfants à pêcher. Qu'il ajoute finalement en regardant l'homme âgé. Cora imagine très bien l'individu armé de sa canne à pêche sur le bord de l'eau en compagnie de ses petits-enfants afféré à leur montrer comment pêcher. Cora n'a jamais été une grande pêcheuse, toutefois elle se souvient des journées entières qu'elle pouvait passer sur le bord de l'eau durant les vacances à jouer dans le sable ou s'aventurer dans l'eau en s'imaginant être une sirène; une belle sirène. Finalement, ils abandonnent un instant leur petit jeu et Cora l'interroge de l'endroit où il vient, elle se risque à l'interroger et dire qu'elle réside aussi à Brooklyn; elle tente de faire la conversation la plus normale possible. Sans savoir nécessairement pourquoi, il lui donne confiance et tranquillement c'est comme si elle était poussé à laisser tomber ses barrières. Oh, j’ai toujours vécu à Brooklyn. Je ne connais pas grand-chose d’autre. C’est une chouette ville mais j’espère ne pas y finir mes jours. Doucement, la jeune femme acquiesce d'un signe de tête. De son côté, elle a toujours voulu terminer sa vie et passer ses vieux jours à Portland en Oregon; la ville où elle a grandit, toutefois pour sa sécurité, elle vient à penser que c'est risqué et doit tranquillement faire le deuil de cette éventualité. Elle se dit que Brooklyn pourrait peut-être, être un endroit où elle peut terminer sa vie, malgré qu'elle préfère elle aussi largement les endroits plus calmes que la grande ville. Et vous vous y plaisez jusque-là ? Venant à prendre une gorgée de son verre, elle haussa les épaules ne sachant pas trop encore si elle s'y plaisait entièrement; elle était encore en période d'adaptation, mais jusqu'à maintenant c'était pas trop mal. « Ouais, c'est pas trop mal.» Qu'elle avoua dans un petit sourire discret, c'était complètement différent de portland; mais il y avait de bons côtés quand même. Elle vint à terminer son verre et glissa un moment son attention sur l'écran qui semblait toujours sans mouvement. Une petite moue de déception transparut sur son visage, puis elle fit signe au barman de lui ramener une nouvelle eau pétillante et citronné. « J'espère que vous n'êtes pas attendu, ça risque de prendre encore du temps.» Simple constatation, de son côté; elle était attendue, mais elle ne pouvait pas passer mille et un coup de fil, ayant toujours la crainte que ses appels finissent par être traçables. Tranquillement l'option de devoir soit dormir sur les bancs de l'aéroport ou encore se trouver une chambre dans un hôtel tout près se mit à faire son chemin dans la tête de la jeune femme, le temps s'écoulait et rien ne semblait bouger pour le moment.

_________________

♡ The needle tears a hole
The old familiar sting
Try to kill it all away
But I remember everything.
-hurt; johnny cash. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: stuck at the airport (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
stuck at the airport (libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers :: TAKE ME BACK :: Out Of Brooklyn-
Sauter vers: