AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Pique-nique de printemps
Un topic commun rien que pour vous
On vous invite donc à y participer par ici.
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça aide énormément le forum à se faire connaître!
Loterie du rp
Un moyen de rencontrer du monde.
Pas d'obligation, mais si vous voulez que le staff vous choisisse un partenaire et un thème de rp, c'est par là.

Partagez | 
 

 Because it's so much easier to run away w/ Blake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 10/03/2018
déclarations envoyées : 50
faceclaim : Jack Falahee
multinick : no.

MessageSujet: Because it's so much easier to run away w/ Blake   Sam 10 Mar - 1:37


Blake Carter
ft. Jack Falahee | crédit @tumblr.
Identification complète Blake (D'un nom de famille qui a été tiré du Vieil anglais bl æ C "noir" ou blc "pâle".) CarterÂge 25 ans. Date et lieu de naissance Le 2 février 1993 à Ann Arbor dans le Michigan. Job ou études Etudiant en droit, tout frais payé par son père. Statut civil Célibataire, en profite parfois un peu trop. Statut financier Avec son papa, c'est un petit fils de riche, sans son papa, il n'a pas grand chose. $$$$  Orientation sexuelle Homosexuel. Votre plus gros défaut Impulsif, il a tendance à réagir très vite et à chaud dans diverses situations, ce qui peut lui porter préjudice. Votre plus grande qualité Son humour ? Oui parce qu'il aime rire et s'amuser, et il aime faire rire la galerie. Groupe Players gonna play. Avatar choisi Jack Falahee

Ambitieux. Blake est le garçon le plus intelligent de la pièce, ou du moins, il aime le penser. Studieux et passionné, les études ont été pendant longtemps le centre de sa vie : toujours vouloir être le meilleur, toujours s’instruire d’avantage, toujours montrer aux autres sa supériorité. Il s’est toujours posé des objectifs élevés pour ne pas baisser l’effort. Il espère un jour devenir un grand avocat reconnu, et pourquoi pas un juge dans un futur lointain.
Audacieux. Primordial qu’on a de l’ambition, Blake a vite compris qu’il valait mieux demander pardon plutôt que de demander la permission. Il ne se met pas de barrières, et pourtant il est fortement influençable, du moins par son père, qui n’hésite pas à conditionner son fils pour qu’il lui obéisse et réponde à ses idéaux.
Fils à papa. Grâce à l’argent de sa famille, il n’a jamais eu de mal à avoir ce qu’il voulait, alors forcément ça déteint sur son comportement de tous les jours. Il a tendance à se penser intouchable, et à croire que tout lui est dû. Il veut tout avoir, et quand un garçon lui tape dans l’œil, il mettra l’effort.

French style. Parce que quand on a de l’argent, et un papa prêt à sortir la carte bleue pour son fils chéri, on peut se prendre deux ans sabbatique pour aller explorer les délices de la gastronomie française, étudier l’anatomie, et découvrir le monde de la nuit européen.
Coming out. Si pour certains, cette période peut être la plus compliqué, Blake n’a jamais cherché à se cacher et à dévoiler ses préférences sexuelles très tôt à ses parents. Soit ils l’acceptaient, soit pas, mais ça ne le changerait pas.
Lourd secret. Parce que ce n’est pas pour rien que l’ainé de la famille Carter a pris deux ans pour s’évader en Europe, il voulait s’échapper de New-York, et oublier une erreur commise. Evidemment quand on a l’argent pour couvrir, c’est plus facile.
Manies. Avant chaque examen, il se rend dans un café près de sa fac pour commander un red eye et un muffin. Ce fut les deux choses qu’il acheta lors de son interview pour son admission à l’université, et c’est devenu un petit rituel. Ne peut pas quitter son appart sans avoir fait son lit. A toujours trois « quarter » sur sa table de chevet.


Si tu devais parler de l'amour, quelle définition en donnerais-tu? « Toutes ces questions à la con qu’on se pose tout le temps ! ... Pourtant on peut pas dire qu’on y connaît rien ! On est préparé putain : quand on est petit on lit des livres d’amours, on lit des contes, on lit des histoires d’amours, on voit des films d’amour ! L’amour, l’amour, l’amour ! »
Parce que je ne pourrais réellement expliquer l’amour. J’ai cru le ressentir une fois avant de comprendre que j’étais simplement au fond du trou entre fête abusive et ligne de cocaïne. L’amour, ça fait mal, ça détruit. Tu vois des filles pleurer tous les jours pour un garçon, se détruisant, se changeant simplement pour que la personne qu’elle désire la remarque. Franchement à quoi ça sert de se prendre autant la tête pour toujours finir par souffrir ? L’amour ça craint, alors je préfère le mettre de côté, et faire ce que je sais faire de mieux : m’amuser le temps d’un soir avec un homme, puis y retourner et m’amuser avec un autre le soir suivant.


Penses-tu que les sites de rencontres peuvent aider à trouver le véritable amour? Le véritable amour sérieusement ? Je fais parti de la génération 2.0, et j’adore me balader sur Tinder ou autre pour  me trouver un plan un soir où je m’ennuie ferme chez moi. Mais clairement, on est tous pareil, on est sur ces sites parce qu’on sait ce qu’on veut, et croyez-moi, ce n’est pas l’amour qui est recherché au final. Peut-être qu’il y a quelques chanceux qui finissent par y trouver la perle rare, mais la plupart du temps, on finit dans le même lit, et on repart le lendemain matin, la dignité dans les chaussettes.


Early life and childhood. Le jeune Blake pointa le bout de son nez un jour froid de février, vingt-cinq auparavant. Premier né et fort attendu de ses deux parents, il fut nommé Blake comme son défunt grand-père. Le père de famille était déjà un avocat de la défense très respecté. Son cabinet était basé à New-York et à l’époque faisait les allers-retours entre la grosse pomme, et la région des lacs. La maman était, quand à elle médecin spécialisé en neuropathologie à l’université du Michigan. Les deux parents accueillirent donc leur fils dans la charmante ville d’Ann Arbor, construite majoritairement grâce à la renommé de l’université. Le petit garçon fut donc ramené de la maternité dans l’un des quartiers prestigieux de la ville, non loin du centre-ville. Les deux parents, très pris par leur métier respectif firent appel à une jeune fille au pair pour s’occuper du petit garçon pendant les premières années de sa vie. Né avec une cuillère en argent dans la bouche, et ayant accès à tout ce qu’il désirait, le petit garçon allait être très heureux et choyé. Il entra en « pre-school » à l’âge de trois ans, puis en école élémentaire à Angel school, une très bonne école, réputé pour son multiculturalisme. Blake avait toujours été un petit garçon brillant à l’école, désireux d’apprendre, il se plongeait avec ferveur dans l’apprentissage de nouvelles connaissances. Plutôt social, il réussit à se faire deux bons amis : Collin (petit garçon Afro-Américain), et Stella. A la fin de son cursus en école élémentaire, la famille décida de déménager à New-York, permettant  père de famille de cesser ses trajets incéssants entre les deux états. Dû à sa réputation, la maman n’eut pas de mal à retrouver un travail et à commencer à travailler pour l’une des grandes universités de New York. Ainsi Blake intégra le collège dans une école privé dans cette ville. Il continua sur sa lancée en récolant des bonnes notes et en se faisant une nouvelle tripoté d’amis. Durant l’année de ses douze ans, il avoua ses préférences sexuelles à ses parents, se sentant assez à l’aise dans sa famille pour ne pas cacher une partie de lui-même. A cet âge, il avait déjà un sacré caractère, et menaça de se « barrer de la maison » si sa famille n’acceptait pas son orientation. Heureusement pour lui, il n’eut pas à mettre ses menaces à exécutions.

Teenage years. L’entrée au lycée fut le début de toutes nouvelles expériences pour le jeune Blake. Les premières sorties, les premières cuites, les premières cigarettes et joints, et évidemment les premières histoires (sexuelle et amour). Sachant exactement ce qu’il voulait, il ne fit pas comme tous les garçons de son âge à sortir avec des filles. Même si certains l’auraient bien poussé, il n’en avait pas la moindre envie. Il entra dans l’équipe de baseball dans son lycée montrant certains atouts dans ce sport. Au niveau scolaire, tout allait toujours pour le mieux pour le jeune homme qui récoltait des A dans toutes les matières. Si l’école restait toujours importante pour lui, il commença néanmoins les dérives. Plutôt classique quand on habite à New York et qu’on a de l’argent qui coule à flot sur notre compte en banque. Il commença donc à accumuler les sorties, et les histoires d’un soir.  On a qu’une jeunesse après tout, n’est-ce pas ? Ce fut pendant son avant dernière année au lycée qu’il rencontra ce garçon : Cameron. Il lui fit tout découvrir : le plaisir, l’amour, l’envie mais surtout les drogues dures. Il l’entraina vers le fond, si bas que ses parents découvrirent l’accumulation de mauvaises décisions de leur fils. Ils le reprirent donc en main et coupèrent tous les liens qu’il avait avec cette fameuse mauvaise fréquentation. De nouveau sur les rails, Blake continua sa vie d’adolescent, et reçut son diplôme de fin de scolarité. Il fut accepté à la prestigieuse université du Michigan, et retourna donc dans son état natal.

Undergraduate College. Le jeune homme intégra donc l’université du Michigan pour un « Criminal Justice degree ». Il allait donc passer quatre années dans cette ville, et forcément allait faire de nouvelles expériences. La vie de freshman était sans doute la meilleure de toutes. Pourquoi ? Car c’est la première année, on arrive à l’université, on découvre tout : les nouveaux cours, la liberté, les clubs, les soirées de fraternités, etc. Il eut plein d’aventures et du bon temps, réussissant à avoir de bons résultats sans trop d’efforts. La dose de travail s’accéléra immédiatement quand il fut un Sophomore, puis Junior et enfin Senior. Mais très travailleur, le gamin savait qu’il voulait continuer dans le droit et finir avocat, tout comme son père. Il obtient donc son degree à l’âge de vingt deux ans. Evidemment, il n’allait pas s’arrêté là et postula pour rentrer en graduate school à New York. Il fut admis plutôt facilement et abandonna une nouvelle fois le Michigan pour se rendre dans la grosse pomme. Mais pendant l’été qui précéda son entrée en master, il y eut un incident qui changea l’avenir du jeune homme. Toujours aussi fêtard, il passa l’été à sortir et à boire avec ses amis. Un fameux soir d’âout, alors qu’il avait, une nouvelle fois, abusé un peu trop de la boisson, le jeune homme décida quand même de prendre sa voiture pour rentrer chez lui (malgré les conseils de ses amis). Il allait bien, disait-il, et puis il n’habitait qu’à un quart d’heure en voiture, rien de bien grave ne pouvait arriver. Et pourtant … Alors qu’il traversait une rue déserte, il quitta la route des yeux pour changer la station. Le temps qu’il repose ses yeux sur la route, il était trop tard. Il appuya avec ferveur sur le frein de la voiture mais renversa quand même cette personne qui se trouvait au milieu de la route. Le jeune Blake paniqua et prit une décision stupide et irréfléchie, le genre de décision que l’on vient à regretter, que l’on prend parce que l’on est effrayé. Au lieu de s’arrêter, de porter secours à la personne et d’appeler une ambulance, le jeune homme appuya sur l’accélérateur, quittant les lieux, et laissant cette pauvre personne sans assistance. Il ne sut pas si cette personne avait survécu, ni même si c’était un homme ou une femme. Il arriva complètement paniqué chez lui, racontant et avouant tout ce qui s’était passé à ses parents. Le père de famille prit une décision : abandonner la voiture dans un mauvais quartier pour ne pas être relié au crime, et envoyé son fils ainé à l’étranger pour étudier. Le lendemain, Blake était dans un avion, direction l’Europe.

French Style. Blake passa donc deux ans à étudier dans la capitale de la France : Paris. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il en profita grandement. Eloigné du lieu de l’incident, il semblait plutôt facile pour le jeune de prétendre que rien n’était arrivé. Il pouvait poursuivre un master en droit à l’université tout en profitant des petits bonheurs de ce pays. Il prenait beaucoup moins de cours qu’aux Etats-Unis pour pouvoir profiter de son temps pour voyager et découvrir l’Europe en long et en large. Il apprit donc à parler français, une langue très compliqué, pour lui petit américain qui n’avait pris que deux ans de langues étrangères au lycée. Il passa deux ans et demi dans ce beau pays, avant d’être ramené à la réalité de sa vie. Sa maman avait été diagnostiquée d’un cancer du sein. Fini la fuite, il devait retourner à New York, reprendre la vraie vie, et supporté sa famille dans l’un des moments les plus compliqués.

Back home. Début du semestre d’hiver, le jeune homme intégra donc enfin l’université à New York, grâce au crédit transféré depuis la France, il put rentrer directement en deuxième année. Il vient tout juste de rentrer. Mais retourner sur les lieux du crime … Alors qu’il n’avait pas repensé à l’accident depuis un bon moment, revenir ramena tout ces mauvais souvenirs. Les cauchemars commencèrent, la culpabilité le heurta de plein fouet, malgré ses efforts de l’ignorer. Quoi de mieux pour oublier tous ses problèmes que de se plonger dans les soirées trop arrosés en accumulant les histoires d’un soir sans importances ?


Pseudo/Prénom Tibou. Pays Etats-Unis. Votre avis sur le forum Super. Où l'avez vous trouvé? Trouvé sur PRD. Tu es?(x) un inventé - () un scénario - () un prélien.

_________________
❝ We will never get a better chance than this ❞
C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien... Jusqu’ici tout va bien... Jusqu’ici tout va bien. » Mais l’important, c’est pas la chute. × BY LIZZOU


Dernière édition par Blake Carter le Sam 10 Mar - 4:51, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 22/10/2017
déclarations envoyées : 494
pseudo (prénom) : Nezusix - Manon
faceclaim : Diego Barrueco - @isadora
multinick : Rose Devaulx

MessageSujet: Re: Because it's so much easier to run away w/ Blake   Sam 10 Mar - 2:35

Salut ! Bienvenue à toi ! Bon courage pour ta fiche qui est déjà bien avancée
Si tu as besoin d’aide n’hesites pas
jack l’est bien beau **

_________________

   
never forget

   
L'amour déçu change tout le sang en un poison cruel. I'm going to bang his head, naughty girl. You will go so far as to tremble with fear | ©️ Vent Parisien

   

   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 10/03/2018
déclarations envoyées : 50
faceclaim : Jack Falahee
multinick : no.

MessageSujet: Re: Because it's so much easier to run away w/ Blake   Sam 10 Mar - 4:53

Merci beaucoup Aleksandër. En effet, j'ai finalement craqué après avoir posté un petit message dans les invités, et comme de ce côté de l'Atlantique, il était encore tôt, je me suis dis que j'allais directement me plonger sur ma fiche. Parce que je suis pressé de jouer mon petit Blake sur ce magnifique forum !

_________________
❝ We will never get a better chance than this ❞
C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien... Jusqu’ici tout va bien... Jusqu’ici tout va bien. » Mais l’important, c’est pas la chute. × BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 25/06/2017
déclarations envoyées : 1471
pseudo (prénom) : missmady / mady
faceclaim : olivia wilde ♦ lux aeternae
multinick : cameron & june & giorgia

MessageSujet: Re: Because it's so much easier to run away w/ Blake   Sam 10 Mar - 8:13



bienvenue parmi nous, love !


Félicitations ma jolie, te voilà à présent validée ! et bien ta fiche est absolument géniale
j'adore l'histoire de l'accident, le fait que ça soit un fils à papa et tout, c'est vraiment très intéressant Je pense que le personnage va être génial

Je t'ajoute aux différents bottins, ton seul devoir à présent sera de bien t'amuser sur qll ! Tu peux également créer ta fiche de liens pour te faire des amis, un compte instagram pour leur partager ta vie & même participer à la loterie du rp si tu veux faire des connaissances en profitant de sujets cocasses proposés par le Staff !



_________________
take me back to the start
Petit texte ici. ▬ Texte coloré + italic.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 30/07/2017
déclarations envoyées : 1584
pseudo (prénom) : pollo + Alexandra
faceclaim : Alexander Ludwig (rory d'amour)
multinick : Trevor Seyton

MessageSujet: Re: Because it's so much easier to run away w/ Blake   Dim 11 Mar - 20:09

Je suis en retard, parce que t'as été rapide... mais bienvenue parmi nous
C'est cool que tu aies craqué, ça fait plaisir Je ne sais pas si tu seras colocataire avec ma petite Cayla, mais si c'est le cas on aura d'office un lien par rapport à ça #teamgrosjaloux

_________________
“J'avais l'illusion de ne plus pouvoir aimer,
j'ai retrouvé l'espoir au fond de tes yeux”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Because it's so much easier to run away w/ Blake   

Revenir en haut Aller en bas
 
Because it's so much easier to run away w/ Blake
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ( 88, Brooklyn) It's easier with you Alex. ►Alexandre et Anaya.
» Bellatrix — Easier to be Green
» Rhett | It never gets easier, you just get better
» A deux doigts de la mort. [Terminé]
» Présentation Mike Blake

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers :: SOMEWHERE ON HEART :: Spread The Love :: All Good-
Sauter vers: