AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Halloween Festival
Trois intrigues et un tas d'activités.
Afin d'en savoir plus sur le festival, rendez-vous .
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça rapporte des points et surtout ça aide le forum!

Partagez | 
 

 Voir de nouveaux horizons. (Aleks x Leïna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/10/2017
déclarations envoyées : 135
pseudo (prénom) : Nezusix - Manon
faceclaim : Diego Barrueco
multinick : -

MessageSujet: Voir de nouveaux horizons. (Aleks x Leïna)   Mar 14 Nov - 20:37

dream of another life

 
we can not change the future. Just try to reason.
 

 TUT, TUT, TUT... Non, ce n'est pas le bruit d'un potentiel embouteillage, mais juste d'un réveil activé un peu trop tôt. La main du brun, s'approchait fébrilement de son smartphone, entrouvant un oeil pour voir l'heure qu'il était. 04:20. D'accord, c'était définitivement pas la bonne heure. Il avait laissé l'heure pour le navire, la mauvaise idée. Il remit alors son réveil, à 6:20. Deux heures de plus à profiter ! C'était déjà ça de gagner. Il refermait les yeux, pensant à quelque chose d'agréable. Mais son sommeil prit vite de dessus sur l'imagination, et le replonger aussi vite dans les bras de Morphée. TUT, TUT, TU... Il avait prit cette fois-ci de l'avance sur la sonnerie, lui coupant l'herbe aux pieds. Il se levait alors de suite, habitude professionnel. Puis certainement aussi, qu'il avait quelque chose de très important à aller faire aujourd'hui : voyager. Son ami, qu'il connaissait grâce à sa famille, l'avait rappeler à son retour de mission. Il lui avait annoncer une grande nouvelle, qui enchantait toute la famille Ozerov. Il voulait lui présenter sa future femme. Alors, comme un bon globetrotter et un bon ami, il avait accepté et réserver ses billets pour le voyage, qui se passait hors du pays. Il n'avait pas prévenu Leïna, ils s'étaient quittés dans une mauvaise condition, il n'y voyait aucun intérêt de l'informer de son départ en voyage. Après une douche rapide, il saisissait son petit-déjeuner, pour l'engloutir. Il était tellement pressé, il avait preparé ses affaires au moins quelques jours avant. Bon, en même temps.. Il avait était prévenu en dernière minute, donc forcément les valises avaient dû être vite emballées.

Le brun se saisit enfin de la clef de sa voiture, ainsi que de ses papiers, de son sac à dos et de sa valise. Normalement, il n'avait rien oublié. Il fermait la porte derrière lui, vérifiant une dernière fois ses affaires. Aleksandër se mit à traverser son immeuble, descendant jusqu'à sa voiture qu'il n'avait pas pu garer proche de son entrée : c'était bien une chose qu'il trouvait débile.. Des gars se garaient devant, mais habitait à 600m. Aleksandër devait se garer à ses fameux 600m, l'inverse n'était pas possible ? Bref ! Il avançait à pas rapide, envoyant un texto à son ami. Il ne savait pas du tout comment ça allait se passer, s'ils se retrouvaient tous les trois à l'aéroport, ou s'il était déjà partit avec sa future femme. Alors, il préferait juste envoyer un texto simple, lui posant la question. De son côté, il prit la route pour l'aéroport.

Vu l'heure, la route était plutôt calme, pas trop encombrée. Les bouchons commençaient à 8:00, il était seulement 6:45, il était tranquille ! Bon, l'aéroport n'étant pas à côté, il avait de la route et n'était pas vraiment en avance. Il arriverait à peine avant d'enregistrer son bagage, de vivre sur terre changeait totalement la donne ! En mer, pas d'embouteillage, le port le plus proche à des kilomètres en mer, donc impossible de se ravitaller, et si tu as oublié tes clefs, tu sais d'avance que tu es dans la mouise. Le russe arrivait après une bonne heure de route, au final il y avait un peu de circulation.. Il garait sa voiture à l'extérieur de l'aéroport, pour éviter de payer le parking pour une semaine, et se connaissant, il prolongeait ses vacances sur un coup de tête.. Alors, il allait éviter les factures onéreuses ! Il choppait sa valise, partant à pieds. Il avait une vingtaine de minutes à pieds, mais pour lui c'était rapide, et ça ne le dérangeait pas. Après tout, il était obligé de faire beaucoup de sport pour rester dans l'élite de son équipage, par rapport à son nouveau poste. Et comme il avait encore un long contrat, il ne voulait pas finir en bas de l'échelle à cause de ses lacunes, de ses blessures. Aleksandër était enfin arrivé à l'aéroport, il fit tous les papiers et enregistrait sa valise. Il passait sans lacune la sécurité, attendant au final l'embarquation. C'était un grand avion qu'il prendrait aujourd'hui, la demande était forte pour ce type de vol. Alors, si son ami prenait le même vol, il était certain de ne pas le trouver ahah. Il regardait alors son téléphone, il n'avait rien reçu. Il soupirait. Heureusement il avait quand même tout reservé, dans le même hotel. Bien que celui-ci soit coûteux, ce n'était pas tous les jours qu'il était invité à connaître la future femme d'un bon pote.


 
made by roller coaster

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 14/09/2017
déclarations envoyées : 63
pseudo (prénom) : Kern' / Aya'
faceclaim : N.Portman
multinick : Alone. Just alone.

MessageSujet: Re: Voir de nouveaux horizons. (Aleks x Leïna)   Mer 15 Nov - 0:36

Aleksandër
Ozerov

Leïna
Nightfalls

「 Vers de nouveaux horizons 」

Depuis quelques temps maintenant, la brune n'avait eut de cesse de retourner la situation dans son cerveau. Sérieusement ? Elle était mal barrée, elle le savait. Peu importe la solution qu'elle pensait trouver, à chaque fois il lui était juste impossible d'en sortir indemne. Le problème devenait morale, physique, mental ; quelque soit la direction qu'elle prenne. Certains auraient bien pu voir les choses avec simplicité : ne lui suffisait-il pas de s'affirmer ?... Si seulement. Si seulement c'était aussi simple, elle ne serait pas en train de se prendre autant la tête, elle qui méprisait les conflits. Sauf qu'il y avait un temps pour réfléchir, un autre pour agir. La jeune femme avait donc fini par se décider -au moins dans les grandes lignes-, si bien qu'elle avait déjà commencé à prévoir les choses pour s'assurer de retomber sur ses pattes. Dans l'ombre, bien entendu... Cérébrale qu'elle était elle savait à quel point la discrétion lui était nécessaire dans le moindre de ses agissements si elle voulait finir par s'en sortir. Elle avait donc commencé à entreprendre quelques changements, dans l'ombre... A commencer par gérer le côté professionnel de la chose, qui s'avérait plus complexe qu'on ne pourrait le croire lorsqu'on voulait rester dans la légalité. Et tant que cet aspect ne serait pas parfaitement huilé, il était d'une importance capital de se laisser faire dans l'aspect privé comme elle l'avait plus ou moins toujours laisser entendre jusque présent. Ne rien laissé paraître était un art, parfois.

Déposé à l'aéroport par taxi, loin de ses habitudes de belles voitures et jet privée, la brune pénétra dans le terminal tout en abattant complètement sa capuche, au moins assez pour que même son regard soit peu visible. Se faufiler ne fut pas bien compliqué vu sa taille, et elle pu obtenir son billet en un temps record pour embarquer sur le premier vol. Les lieux se remplir à grande vitesse pour devenir une masse grouillante de silhouettes aux visages fermés -dans la plupart des cas- sur lesquels elle ne s'attarda pas une seule fois. Pas de bagage en ce qui la concernait : elle ne comptait pas y rester plus de vingt-quatre heure, en compagnie de celui pour qui le mépris devenait haine. Elle n'achèterait donc sur place que le strict minimum et serait de retour chez elle en bien moins de temps qu'il ne fallait pour le dire... Du moins le croyait-elle, alors qu'elle jetait un bref coup d'œil à sa montre. L'embarquement se faisait déjà, si bien qu'elle accéléra le pas pour rejoindre le Boeing. Ce ne serait que quelques heures de vol, rien de bien dramatique. Des heures qu'elle passerait seule avec ses réflexions. Faisait-elle le bon choix ?... Non. Mais avait-elle au moins le choix, justement ?... Non plus. Elle aurait bien sûr aimé repoussé celui-ci exactement comme les autres, sauf que... Il n'était pas comme les autres, justement ; c'était bien ça le problème. Bien plus mordant, bien plus obstiné, bien plus... Flippant ? Peut-être bien, oui. Sûrement, même ; autrement pourquoi continuerait-elle de le croiser, voir même accepterait-elle de se soumettre à ses exigences si ce n'est par crainte ?... La brune n'était pas stupide. Elle savait à quel point les choses pourraient déraper et devenir hors de contrôle, si elle ne se laissait pas un minimum faire. Lui laisser croire qu'il la manipulait était indispensable. Quoi qu'il en coûte, quoi qu'il en fasse... Elle se devait de lui faire se sentir supérieur, quand bien même la jeune femme ne demeurerait son pantin que dans les apparences. C'était un aspect primordial pour la suite. Elle ne pouvait se permettre de se laisser aller, elle ne pouvait s'autoriser la moindre erreur pour gérer ce cas qu'il était. Quand elle agirait... Ce devrait être avec certitude, sans commettre la moindre erreur. Tant qu'il n'y avait rien de sûr, rien de véritablement lancé, elle ne pouvait malheureusement que rester en attente... Et subir, silencieusement, le moindre des travers ; parce qu'elle était patiente. Parce qu'elle savait se maîtriser et feinter la moindre des apparences qu'elle laissait. Mais aussi et surtout... Parce qu'elle était capable d'attendre des mois voir des années pour assouvir une vengeance qu'elle estimait à la hauteur des affronts subit. Celle qu'elle démontrait impulsivement n'était rien comparé à ces dernières qu'elle prenait son temps à planifier ; juste pour être sûr de réunir les conditions les plus idéales lorsqu'elle agirait, et parce que ces dernières pouvaient bien jouer en sa défaveur si elle ne préparait pas son terrain avant.

Le regard sombre, ses pas la menèrent à l'intérieur de la carling de métal qui l'emmènerait vivre un Enfer certain. Elle traversa une bonne partie de l'allée après un bref coup d'œil au numéro de sa place et se dirigea ainsi vers la queue de l'avion où son siège l'attendait, bien sagement. Dépourvu du moindre sac, elle se contenta de sortir son téléphone et d'envoyer un bref mail à celui qui l'attendait pour assurer de sa venue à l'heure qu'il avait exigé. Son message transmit, elle renvoya aussitôt le cellulaire dans la poche de sa veste tandis que son regard venait irrémédiablement se poser sur le siège encore vide qui côtoyait le sien. Elle ne porta pas plus d'attention à ce dernier et vint alors prendre la place qui lui revenait, se retrouvant côté hublot sans que ça ne vienne la gêner. Elle observa un instant les civiles venant, chacun leur tour, prendre place dans le véhicule volant, avant de soupirer et de retirer sa capuche comme pour évacuer une forte nervosité ; clairement, elle était loin d'être détendu maintenant qu'elle était ici et que l'irrémédiable retrouvaille se profilait. Si encore il n'y avait que ça ! Pourtant, le sort semblait vraiment lui en vouloir alors que ses yeux s'attardait anormalement sur l'un des visages passager... Soit celui qui viendrait partager le transport, juste à ses côtés.
- Aleks'... ?..., souffla-t-elle bien malgré elle, dans l'incompréhension la plus totale alors que le vol se trouverait en partance sous peu.
L'irrémédiable envie de se lever pour tenter de changer d'avion la traversa rapidement, mais elle dû se reprendre et assurer les apparences et le caractère qu'elle avait jusque présent été habitué à lui montrer. Celui professionnel jusqu'aux bouts des ongles et dans le moindre de ses mots ; celui horriblement calme malgré les rancunes blessantes qu'elle ne se gênait pas de partager, ces mots tranchants qu'elle lui destinait par la force des choses et pour maintenir les distances. Leur dernier échange n'avait pas franchement été plaisant, et elle se voyait encore quitter le logement du brun la mort dans l'âme alors que la poisse l'avait fait retrouver le pire des automobiliste possible. Une nuit passé avec ce dernier dont elle se souviendrait sûrement jusque la fin de sa vie, quant bien même il était partie aux aurores après lui avoir intimer l'ordre de le rejoindre en fin de mâtiné. Le plus dérangeant, en fait, avait été qu'il exige sa présence pour lui présenter quelqu'un qu'il appréciait. Venant d'une enflure voir d'un possible psychopathe, elle s'attendait déjà à une journée où elle finirait martyr sans avoir l'occasion de s'y dérober... Parce qu'elle ne le voyait pas lui présenter quelqu'un de bien, tout simplement, et songeait sans mal que ce soi-disant ami lui ressemblerait sûrement.
- Encore un voyage dont tu ne m'a pas parlé, hein ?, balança-t-elle doucement, tout à fait amer, consciente que c'était tout aussi valable pour elle qui détournait le regard vers l'extérieur. Si ma présence dérange, je peux aller voir ailleurs.
Au fond d'elle, une bonne part souhaitait qu'il saute sur l'occasion et lui réponde par l'affirmative. Ne pas avoir sa présence durant le voyage la soulagerait sûrement plus que de raison mais en même temps, elle était un peu soulagé de ne pas se retrouver assise à côté de n'importe qui. La perspective de discuter sereinement restait toutefois loin d'être acquise étant donné les récents événements, mais... Peut-être que, obligé de se supporter mutuellement pendant les heures à venir, cela les obligerait à rompre la glace pour mettre enfin les choses au clair. Vraiment ?... Même pas en rêve. L'héritière était concentré sur des choses bien plus sombre et se faisait un devoir de ne pas se laisser parasiter les songes, quant bien même ce serait par quelqu'un qu'elle appréciait réellement. Ah, si seulement elle savait ce que cette journée lui réservait... Nul doute qu'elle aurait eut des objectifs bien différent en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/10/2017
déclarations envoyées : 135
pseudo (prénom) : Nezusix - Manon
faceclaim : Diego Barrueco
multinick : -

MessageSujet: Re: Voir de nouveaux horizons. (Aleks x Leïna)   Mer 15 Nov - 19:12

dream of another life

 
we can not change the future. Just try to reason.
 

 L'heure du départ sonnait, Aleksandër était comme d'habitude l'un des derniers à aller à l'embarquement. Il venait de s'acheter quelques babioles, qu'il avait mit dans son sac à dos, en cas de besoins. Il saisit son téléphone portable, qui était chargé au maximum, il ne l'avait pas utilisé beaucoup ses temps-ci. S'il avait reçu un texto de Leïna, pour se parler, soyez sûrs qu'il aurait rater son vol, direction le bureau de la jeune femme... Mais ça ne se passait pas comme ça, il n'y avait que dans les films, et il fallait qu'il s'y résigne. Il passait alors la zone embarquement, pour marcher doucement vers l'entrée de l'avion. Un petit soupire vint s'installer, avant un dernier regard derrière lui ; il passait la porte de ce qui allait l'emmener au loin. Après s'être fait accueillir, il se dirigeait vers l'arrière de l'avion, ça lui rappelait ses voyages avec sa mère. Souvent, ils étaient au fond, c'était ennuyant à l'arrivée, ils devaient attendre que tout le monde passe avant de pouvoir sortir. Alors depuis, il faisait exactement pareil : il arrivait dernier pour arriver, et partait dernier pour arriver.

Il voyait une silhouette féminine à côté de sa place : peut-être une américaine, avec qui il pourrait discuter pendant les heures de vol ? Un sourire s'installait alors sur son visage, rien que de savoir qu'il pourrait un peu oublier ses affaires à New-York lui faisait un bien fou. Il collait ses yeux sur la trappe à bagage, où il mit son sac à dos à l'intérieur, avant de baisser le regard sur la personne qui partagerait son voyage, il avait hâte de voir la jolie demoiselle : Leïna. Le sourire, doucement se mit à disparaître. Dans son cerveau, en l'espace de quelques secondes, il eu de multiples idées. 1 — prendre son sac, et repartir en arrière. 2 — dire qu'il est phobique, et qu'il à besoin d'être proche des portes d'évacuations. 3 — demander à une autre personne de changer de place. 4 — se planquer dans les toilettes. 5 — se demander pourquoi elle est dans le même vol. Mais oui ! Il revint de suite dans la réalité, elle l'avait remarqué. S'il pensait à ne serait-ce que quatre des idées, elle verrait qu'il est rancunier. Il roulait des yeux, avant de s'installer. Malgré ses belles paroles, il s'attachait et la regardait attentivement, avant de répondre à ses méchancetés. Ravi de te revoir.

Laissant un large sourire, avant de se saisir de son ordinateur portable qu'il avait prit soin d'enlever de son sac à dos. Il le posait sur ses genoux, ouvrant celui-ci pour se concentrer sur autre chose que la jeune femme. Seulement, il devait encore un peu attendre. Il installait les écouteurs à l'entrée du PC, vérifiant s'il pouvait entendre son film. Seulement.. Il avait prit ses écouteurs qui ne marchaient pas ! Génial. La chance était avec lui. Il voulait vérifier dans son sac, mais soudainement tout se mit en route. Tout le tralala identiques dans toutes les compagnies aériennes. Pour esquiver la jeune femme, il écoutait évidemment tout ce qu'elles avaient à dire, les belles hôtesses de l'air. Essayant tant bien que mal, de réfléchir à une suite logique. La première étant, de s'enfuir au toilettes de suite après que la lumière se soit éteinte, après le décollage. Il lui manquait plus qu'à simuler une constipation, et il pouvait compter sur quinze bonnes minutes en dehors du siège au côté de Leïna. Son âme de fuyard revenait bien rapidement, alors qu'à peine dix minutes avant, il souhaitait rejoindre la jeune femme à New-York dans son bureau. Son cerveau se mit en veille, sans s'en rendre compte. Tout ce qui se passait autour lui passait dans une oreille, puis ressortait de suite. Vite, Cuba... J'arrive, réserve-moi un meilleur accueil.


 
made by roller coaster

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 14/09/2017
déclarations envoyées : 63
pseudo (prénom) : Kern' / Aya'
faceclaim : N.Portman
multinick : Alone. Just alone.

MessageSujet: Re: Voir de nouveaux horizons. (Aleks x Leïna)   Mer 15 Nov - 21:02

Aleksandër
Ozerov

Leïna
Nightfalls

「 Vers de nouveaux horizons 」

En voyant son sourire disparaître, la brune compris instinctivement que la discussion serait inutile. Pas besoin de la faire, ni de la chercher ; visiblement, il était aussi ravi qu'elle de se retrouver assis en sa compagnie... Pour cause, ces quatre mots qu'il prononça furent aussi tranchant qu'une lame de rasoir. Ça sonnait telle une mauvaise partition alors qu'elle détournait la tête et se contenait tant bien que mal pour ne pas l'agresser verbalement une nouvelle fois ; elle avait conscience de l'avoir déjà trop fait ces derniers temps, dirions-nous, et savait à quel point il était en droit de lui en vouloir. Une chose qui demeurait pourtant réciproque puisqu'ils avaient tous deux eut leurs travers et un manque de compréhension quasi-complet. Le sourire suivant qu'il lui adressa passa totalement à la trappe, au même titre que sa présence elle-même. Il semblait vouloir se perdre avec son ordinateur et ses écouteurs, grand bien lui fasse ; elle ne l'en empêcherait pas. Et dire qu'elle se préparait déjà aux vingt-quatre heure les plus merdique du monde... Elle ne s'était pas douter que les choses commenceraient ainsi, dès le départ de cet aéroport. Sérieusement, l'envie de se pendre lui titilla quelques secondes les pensées et pourtant, quelque chose lui hurlait qu'elle était bien loin d'avoir toucher le fond et que tout ceci ne serait que les prémices annonciateur de suites tout aussi malchanceuse. Malchanceuse ? Ce fut peu dire : l'avion lui-même s'y mettait et dû traverser plusieurs zones de turbulences, dont une qui sembla bien plus sérieuse que les autres. Si la passagère n'avait pas le mal de l'air ou des transports... Il n'empêche qu'elle était sujette au vertige. La perspective d'un saut en parachute s'imagea dans son cerveau et lui donna une sueur froide, quelques bonnes minutes durant, avant que sa logique ne parvienne à l'emporter : dans un Boeing de telle envergure, personne ne sautait en parachute. Mais était-ce plus rassurant, en fait ?... Pas du tout.

La brune brancha des écouteurs sur son téléphone et envoya la play-liste préprogrammé pour couper court à cette réalité qu'elle subissait actuellement. Elle jeta un coup d'œil dehors juste assez longtemps pour que la vue ne vienne lui glacer les os puis se blottie dans le coin après avoir baissé sa capuche ; clairement, elle démontrait à quel point elle n'était pas prête de converser avec Aleksandër. Elle ne voyait de toute façon pas quoi dire, trop préoccupé par ses propres tourments pour s'inquiéter réellement de lui ou de sa simple présence. Les quatre heures de voyages... Semblèrent interminable, vraiment. A tel point que lorsque le pilote fit atterrir la carlingue -au prix de gros efforts- en pleine tempête, la brune eut l'impression de ne pas avoir dormi depuis plusieurs jours... Ce qui n'était pas si loin de la vérité, en fait, mais qu'importe. Elle restait là à regarder par le hublot, totalement absente alors que les passagers rejoignaient un à un leur terminal prédestiné. La tempête lui semblait Sibérienne, sûrement du jamais vu pour ces contrés. Neige, vent, températures gelés... Tout pour plaire à celle dépourvu de véritable manteau puisqu'elle n'avait pas prise la peine non plus de se renseigner sur les conditions météo du moment. Elle se leva finalement, rappeler à l'ordre par une hôtesse qui la virait presque avec hâte. L'héritière abattit dès lors sa capuche sur son visage exactement de la même façon qu'elle avait pu le faire en grimpant dans l'oiseau de métal, et maintint le tissu d'une main alors qu'elle s'abritait enfin dans l'enceinte du bâtiment de transit'.

Allez chercher un taxi lui sembla complètement inutile. Sortie dans les dernières et vu le temps, elle se doutait qu'il n'y en avait plus aucun. Elle eut un soupir... D'énervement, de lassitude, mais aussi et surtout de répit puisque ces intempéries la mettrait en retard, c'était certain. Chose rare, elle commença même à ressentir le besoin de fumer pour atténuer ses nerfs déjà un peu trop à vif -et ce n'était que le début. Quitte à subir des reproches... Autant prendre son temps, non ? Elle ne serait plus à ça près, de toute façon. Elle se dirigea donc vers le café le plus proche, son regard à la recherche d'une place disponible pour s'y poser. Une place qu'elle trouva... Près d'Aleksandër. Si le destin existait en cet instant, la jeune femme l'aurait bien assassiné. Pas l'âme à rester debout ceci dit, alors elle dû se résoudre à rejoindre le militaire pour soulager ses pieds congelés.
- Tu as quelqu'un pour venir te chercher ? Quémanda-t-elle doucement sans chercher à croiser son regard. Autrement, je peux contacter quelqu'un si tu as besoin.
Chose qu'elle n'avait pas encore faite pour elle-même, ceci dit... Mais ce n'était pas utile de le préciser, si ? En même temps, qui pourrait bien être heureux de croiser un type comme Seth... Difficile à dire, mais au moins aucune femme, pour sûr. Du moins était-ce sa vision des choses, pour elle qui le connaissait dans l'intimité bien plus que dans le métier. Si l'homme avait d'apparence tout pour plaire, il n'empêche qu'il avait véritablement ce sens de la manipulation développé à un point que bien peu de gens pouvaient s'en vanter -ou le remarquer, aussi. Physique parfait, compte en banque remplie, train de vie sain et bien géré, sportif et intelligent... Ardemment caractériel derrière ce qu'il laissait paraître. En réalité ? Il aurait presque pu être ce genre de personne pour qui la brune aurait développé un faible... Presque, et seulement presque. Les points noirs de l'histoire n'étaient pas aussi insignifiant qu'on pourrait le croire et... Il lui fallait penser à autre chose. S'aérer. Vraiment ; avant de replonger dans ce cauchemars tristement réaliste qui l'attendait.
- Ecoute Aleks'..., commença-t-elle avec hésitation. ... Je suis désolé pour l'autre soir... Vraiment. Je n'avais pas à te faire subir mes états d'âme.
Le moment était peut-être mal choisie. Peut-être était-ce tout aussi maladroit de sa part ; en tout cas son ton n'était pas aussi plein d'assurance que d'accoutumé et... Bien plus sincère et authentique également, en fin de compte. Mais devant le silence qui semblait pointer son nez, la jeune femme se leva après un soupir et détourna définitivement son attention ailleurs. Sans sac ou quoi que ce soit de plus d'encombrant, elle n'avait rien à trimbaler avec elle ce qui s'avérait finalement être un atout pour prendre la poudre d'escampette. Elle se leva donc et se dirigea vers l'un des employés du lieu pour s'y prendre un café qu'elle souhaitait corsé. Elle patienta ainsi qu'on vienne lui servir le consommable, les coude appuyés non loin de la caisse alors qu'elle avait une forte envie de se faire la malle, quitte à braver cette météo des plus catastrophique... Remarquez, prendre un autre billet et un autre avion lui semblait aussi aguichant mais elle ne doutait pas que le moindre décollage se trouverait bientôt annulé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/10/2017
déclarations envoyées : 135
pseudo (prénom) : Nezusix - Manon
faceclaim : Diego Barrueco
multinick : -

MessageSujet: Re: Voir de nouveaux horizons. (Aleks x Leïna)   Jeu 16 Nov - 22:23

dream of another life

 
we can not change the future. Just try to reason.
 

 C'était pas possible. Soit c'était la grande Lune, soit il était malchanceux. En plus de ressembler à un gamin, il se faisait pour un rancunier et un grincheux. Il n'avait jamais eu peur de l'engagement, il avait toujours montrer au contraire son courage : l'armée, Oxana. Seulement, après deux décéptions, dans ce qui pour lui était pour lui ses plus grands pillier, il avait décider d'arrêter de trop s'investir. Ce n'était pourtant pas pour autant qu'il se sentait investis pour ses amis. Juste, il avait stoper de s'en rendre malade. Et c'est dans ses moments là, qu'il nous prouvait le contraire ! Le vol se passait très longtemps, pourtant ce n'était que quatre petites heures. Il avait fait de longs voyage : Moscou > Mongolie 6h, Moscou > New-York 10h, Auckland > Dubai 17h. Tout ça pour prouver, que quatre heures ; ce n'était rien pour lui. Environ 10min avant l'arrivée, il sentait déjà que la jeune femme s'impatientait. Alors, lorsqu'il en était possible, il se levait et se rangeait sur le côté. Ni une ni deux, elle s'enfuiait. Après un roulement des yeux bien long, il s'emparait de son sac à dos pour y rentrer son ordinateur portable. Il lui manquait sa valise, mais il avait payé pour que la compagnie l'emmène directement à l'hôtel, on arrête pas les progrès ! Il prenait surtout ça, parce-qu'il n'avait pas son véhicule, et au cas où un problème, le bagage serait au moins dans sa chambre en arrivant.

En regardant son smartphone, il se rendait compte qu'il y avait un sale temps. Et c'était peu dire... Bien évidemment, pas équipé pour une telle condition climatique, alors de suite il prit composait le numéro de son ami. Après une courte communication, ils avaient prévut de se rejoindre au premier bar proche de l'aéroport. C'est en courant, que le militaire était aller jusqu'à celui-ci. Rustique, mais au moins il y faisait une bonne chaleur ! Et avec un temps pareil, c'était tout ce qu'il cherchait. Il commandait alors un café, bon il faut avouer qu'il ne savait jamais sur quoi tomber dans d'autres pays et le café était une valeur sûr pour presque tous les pays. Il se fit servir rapidement, malgré le monde qui grouillait dans le bar, il siroter alors doucement celui-ci, pianotant sur son téléphone, pour savoir combien de temps, il allait devoir subir les intempéries. Puis, en levant le regard.. Il y avait la jeune femme devant lui. Il fit un léger bon en arrière, regardant la jeune femme qui était presque mal à l'aise face au militaire. Il regardait rapidement autour de lui, il restait vraiment qu'une seule place ? Avant même de vouloir s'enfuir à son tour, elle le surprit à lui parler. Comme quoi, le temps pouvait faire changer les gens. Il regardait alors plus tendrement Leïna, il fallait passer l'éponge. C'était le destin, rien que ça. Avec douceur, dans ce monde de fou. Il expliquait à la jeune femme quant à sa question. J'ai mon ami qui va venir me chercher. Le connaissant, il n'y aura aucun problème pour t'emmener également. Tu n'aura qu'à nous dire où tu dois te rendre, enfin.. L'adresse.

Il souriait alors simplement, il se sentait même énormément gêné lorsqu'elle s'excuser au brun. Avant même de pouvoir répondre, celle-ci s'échappait au comptoir. Il soupirait. Il lui restait peu de temps avant de lui parler. Il devait le faire. Il prit les devants, se levant de sa chaise, pour aller aux côtés de la jeune femme, et avant même de recevoir sa commande, il donnait rapidement un billet. Il savait qu'elle n'aimait pas ça, mais c'était pour lui comme une marque de pardon, ou du moins, pour lui montrer qu'il acceptait la paix ! Ahaha. Il souriait alors, demandant à la jeune femme calmement. Oublions ça veux-tu, je suis également fautif. Mais, je suis curieux. Que viens-tu faire à Cuba ? Tu as un projet professionnel en cours ?


 
made by roller coaster

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 14/09/2017
déclarations envoyées : 63
pseudo (prénom) : Kern' / Aya'
faceclaim : N.Portman
multinick : Alone. Just alone.

MessageSujet: Re: Voir de nouveaux horizons. (Aleks x Leïna)   Hier à 0:26

Aleksandër
Ozerov

Leïna
Nightfalls

「 Vers de nouveaux horizons 」

La brune attendait sa commande, patiente, à moitié déconnecté de la réalité. Son comportement actuel était franchement loin de ses habitudes, mais une part d'elle avait peut-être envie de limiter les dégâts de son séjour... Histoire de sauver les meubles, dirions-nous. Honnêtement ? Elle, ça l'avait peut-être soulagé, au fond. De lui dire ces mots qui étaient des plus sincère. Parce que c'était également réaliste : elle n'avait vraiment aucun droit de lui infliger ses humeurs comme elle avait pu le faire la dernière fois. Sa rancune était certes habituelle, il n'empêche qu'en temps normal la jeune femme s'était toujours mise des limites... Qu'elle avait complètement franchie il y a peu, après les avoir piétiné sans ménagement. Parce qu'elle n'avait pas su gérer, pour la première fois de sa vie... Faux. Pour la seconde. Et c'était là justement un souvenir impérissable, qui lui laissait le plus amer des goûts maintenant qu'elle avait cette folle impression de retourner dans ses travers de l'époque ; quand bien même ces derniers n'avaient duré que peu de temps, ils lui étaient bien suffisant pour savoir à quel point ça lui était possible de reproduire un tel schéma dans une situation comme celle qu'elle vivait actuellement. Et c'était peu dire... Malgré ce qu'elle avait pu dire au jeune marin, elle comprenait en le percevant la rejoindre à quel point elle aurait aimé qu'il reste loin. Pas par dégoût. Pas par mépris. Simplement par sécurité... Ah, bon sang ! S'il venait à savoir la réalité... Qu'adviendrait-il ?...
- Disons plutôt... Des obligations, lâcha-t-elle vaguement, n'ayant aucune envie de s'étaler sur la chose. Et toi alors ? Un simple besoin d'air, ou bien y'a une réelle raison qui t'amène ici ?
Pas de rancune ou de reproche cette fois, réellement de la curiosité. On venait maintenant de lui déposer son café qu'elle s'apprêta à payer. L'employé lui fit pourtant rapidement comprendre que la facture était déjà réglé, encaissé... La pauvre jeune femme n'avait même pas vu le brun déposer le billet, quelques secondes plus tôt à peine. Elle dont le sens de l'observation était pourtant quasi irréprochable et des plus détaillant, il venait bel et bien de lui payer la boisson sous son nez, sans chercher à se cacher. De quoi trahir son conflit intérieur actuel qu'elle conservait sous silence depuis des jours déjà, peut-être même des semaines. Qui sait ? Elle avait perdue la notion du temps sans vraiment le vouloir et ce, depuis le premier jour où ses pas avaient croisé ceux de Seth. Elle soupira légèrement de dépit et esquissa un faible sourire avant de jeter un léger regard en biais au militaire.
- Tu sais que je déteste quand tu fais ça, pas vrai ? déclara-t-elle doucement avant de glisser à la suite. La prochaine fois, ce sera forcément pour moi.
La chose eut au moins le mérite de la détendre... Contre toute attente, d'ailleurs. En temps normal, le reproche aurait été aussi réel qu'immédiat et elle se serait même peut-être vexé. Là, juste en cet instant, c'était pourtant la totale contraste : en plus de bien réagir, elle sembla... Apprécier ? Étrange, venant d'elle. Son regard se fit un peu plus réel, plus présent, alors qu'elle lui indiquait d'un léger mouvement de tête de suivre pour qu'ils retournent près de la table où elle-même l'avait retrouvé plus tôt. Une table qu'elle ne pu jamais rejoindre. Un mobilier sur lequel elle ne posa jamais son café, qui venait soudainement lui glisser d'entre les doigts pour venir s'éparpiller sur le sol. Si le bruit de vaisselle ainsi brisé attira quelques regards, la fautive se contenta de se figer sur place. Parce que ce spectre qu'elle croyait voir en était définitivement pas un : Seth. Elle eut l'impression d'halluciner, victime d'un mauvais trip, alors que lui se rapprochait tranquillement avec cette implacable gaieté sur le visage. Il ne devrait pas être là. Jamais. Elle ne l'avait pas prévenue pour les transports, et encore moins de l'endroit exact où elle se trouvait. Comment avait-il pu faire pour la retrouver si vite ? Était-il descendu si bas ? Sa possessivité allait-elle si loin ?... Non, sans doute pas. Pour preuve : il adressait désormais un signe au mannequin non loin d'elle et... Prononçait même son prénom ?... L'étrangère se sentie brutalement mal et, réaliste, elle savait à quel point ce n'était pas un simple cauchemars. Alors qu'elle portait une main à son visage en fermant les yeux, elle se demanda combien de temps cette chute libre en pleine abysse allait durer... Et surtout, combien de temps avant l'atterrissage et dans quel état.
- Hey..., commença doucement le blond en portant une main sur sa joue sans la moindre gêne, la moindre pitié. Un problème ?
- Aucun que tu ne connaisses déjà,
le tacla-t-elle sans détour dans un sourire dépourvu de chaleur, sans pour autant s'étaler sur les faits.

L'enflure... Il faisait forcément l'homme parfait -image oblige. A moins qu'il ne soit réellement ainsi dans la vie de tous les jours, et uniquement différent avec les femmes qu'il approchait ?... Dur à dire, et peut-être valait-il mieux ignorer la réponse. En attendant, si la brune aurait pu se pendre elle l'aurait sans doute fait et ce, qu'importe les témoin. Parce qu'elle comprenait, enfin, à quel point avoir croisé Aleks' dans ce foutu Boeing n'avait au final rien eut d'hasardeux. Ils étaient là pour la même raison, pour le même homme : simplement avec un rôle différent. un rôle qu'en outre, Leïna sentait à quel point elle ne pourrait le tenir si facilement.
Pas devant ce visage familier. Pas devant quelqu'un qu'elle appréciait.
Pas devant Lui, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/10/2017
déclarations envoyées : 135
pseudo (prénom) : Nezusix - Manon
faceclaim : Diego Barrueco
multinick : -

MessageSujet: Re: Voir de nouveaux horizons. (Aleks x Leïna)   Hier à 3:25

dream of another life

 
we can not change the future. Just try to reason.
 

 Aleksandër avait de mauvais pré sentiments. Elle était trop gentille et ce qui le choquait le plus : c'était ses excuses. Elle n'avait jamais vraiment eu l'envie d'avouer qu'elle avait tord, donc en effet.. Aleks se posait certaines questions. Mais, puisqu'ils étaient tout les deux ici, il était du devoir du jeune militaire de se réconcilier convenablement avec Leïna, après tout, ils étaient amis. Des amis, ça se réconcilie toujours. Non ? Aleks écoutait la jeune femme baragouiner des paroles qu'il ne comprenait pas, il valait peut-être mieux ne pas être trop curieux. Après tout, elle n'aimait pas qu'il se fasse un peu trop, collant. Bien évidemment il eu un sourire, quand celle-ci lui grognait presque dessus, contrant son geste d'amitié contre une promesse d'un prochain café. Où il répondit en rigolant de bon coeur un simple. Volontiers !

Il avait prit soin de ne pas parler de la raison de son voyage. Non pas qu'il ne voulait pas lui dire qu'il venait rencontrer la femme de son ami, surtout qu'il n'y voyait pas l'intérêt. Tout se passait tellement vite, alors une réponse dans un bruit incessant, c'était facilement cachable. Leïna prit le soin d'inviter le brun à retourner s'asseoir, c'était une chance que la table soit encore disponible, avec le monde qu'il y avait ! Il passait ainsi devant la femme, pour s'asseoir au plus loin, mais avant même que son postérieur ne puisse se poser sur la chaise, la tasse de café se brisait en milles morceaux au sol. La jeune femme s'était soudainement figée. Il s'empressait d'aller vers Leïna, un peu paniqué sur le coup, peut-être elle s'était fait mal ? Il vérifiait alors rapidement, d'un coup d’œil, les mains et au niveau du sol, s'il n'y avait rien eu. RAS. Et, en se retournant pour aller demander un balais, une scène qui le dépassait vint se créer. Son ami était présent dans le bar, joyeusement il allait venir l’accueillir, et lui présenter cette fameuse amie. Mais, lorsqu'il posait sa main sur Leïna... Il comprit soudainement, qu'il avait un train de retard sur ses sentiments.

Il reculait légèrement, véritablement choqué. Aucun son ne pouvait sortir de sa bouche, à vrai dire, il ne voulait plus parler. Il n'était ni heureux, et ne voulait en aucun être heureux en cet instant même, que ce soit pour Leïna ou pour son ami, Seth. Tout se mit à passer en boucle, les raisons du voyage de la jeune femme. Pourquoi avait-elle parler d'obligations ? Lui avait-elle menti quant à son but ? Ou était-ce réellement une obligation ? Il n'en savait rien. Il se dépêchait d'aller vers le barman, et baragouiner pour avoir un balais. Il se dépêchait alors également de ramasser les débris au sol, tentant de rester le plus fidèle possible, du caractère du vrai Aleks. L'ami de Leïna et de Seth. Rien d'autre. Rien de plus. Il fallait se taire désormais et accepter la situation. Une fois fini, il redonnait le tout à l'homme, avant de retourner vers le couple, et ainsi sourire nerveusement. Ah euh... Félicitations... Seth et... Leïna.

Il tremblait entièrement, alors il cachait ses mains dans ses poches. Il se sentait à la fois trahit, et en même temps, Leïna n'appartenait pas à Aleks. C'était lui qui semblait avoir voulu s'approprier la femme. Mais il le savait depuis le début : ce n'était qu'un jeu. Mais, était-il si peu important pour qu'elle ne lui parle pas de son mariage ? Etait-il juste un amuse gueule, un jouet à balancer une fois lassé ? Il ne comprenait plus rien, et surtout,  il n'arrivait pas à se raisonner. Il tentait seulement de sourire, faire bonne impression, chasser ses sentiments loin d'être les plus probables, pour un ami. Euh, Seth. Je te laisse rentrer avec Leïna ! Je.. J'ai oublier que.. qu'il... Qu'il fallait que je passe récupérer mon bagage !

Mensonges, il n'arrivait plus à penser correctement ! Il regardait brièvement Leïna, affichant un faux sourire, le coeur meurtrit des mensonges incessants de la jeune femme. C'est pour ça, qu'elle était partit de chez Aleks. Elle avait tout bonnement voulu se débarrasser de lui, pour commencer la vie avec ce qui semblait, être l'amour par obligation. Il secouait sa tête, pour chasser ses mauvaises pensées, avant de partir, n'arrivant pas à quitter le regard de la jeune femme. Mais en passant la porte du bar, il savait désormais, qu'il n'était plus rien aux yeux de la femme. Et il resterait à tout jamais, un simple gamin.


 
made by roller coaster

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 14/09/2017
déclarations envoyées : 63
pseudo (prénom) : Kern' / Aya'
faceclaim : N.Portman
multinick : Alone. Just alone.

MessageSujet: Re: Voir de nouveaux horizons. (Aleks x Leïna)   Hier à 5:22

Aleksandër
Ozerov

Leïna
Nightfalls

「 Vers de nouveaux horizons 」

Le sourire de la jeune femme, l'aisance du brun, l'envie de faire chacun un pas vers l'autre... Tout avait volé en éclat sans crier gare. Au même titre que cette tasse éparpillée tel un sinistre puzzle dans l'air glacial, la brune se sentie brisé en autant de morceaux sans vraiment ne plus savoir lequel correspondait à quoi. Sentiments. Souvenirs. Réflexions. Passé. Présent. Futur... Il n'y avait plus rien à colmater, alors qu'elle se retrouvait enchevêtré dans plusieurs souffrances à la fois. Était-ce mieux ainsi ? Devait-elle continuer ce rôle qu'elle s'était promise de tenir quelques temps encore, juste assez pour que ses agissements prochains ne puissent rencontrer aucuns obstacles ? Devait-elle y mettre un terme, puisque de toute façon elle commençait à perdre le contrôle de l'intégralité des événements ?... Elle ne savait plus quoi faire. Elle se sentait aussi désorienté qu'une boussole sans Nord, aussi ébranlée qu'une cabane par un séisme. Elle n'était plus qu'une simple feuille volante dans cette tempête hivernale frappant ces frontières, une feuille arraché par des doigts d'or qui n'avaient pour autant rien de comparable à ce métal convoité si ce n'est la dureté et la froideur. Un métal déjà refermé sur son bras, puisqu'elle venait d'amorcer un pas en direction du fuyard tout en prononçant son prénom. Elle ne put faire plus... Elle ne se voyait attirer d'avantage d'attention ici. Un réflexe purement commercial lié à son travail, qu'elle aurait sûrement dû trouver la force d'estomper cette fois-là. Mais sa force... Il n'en restait plus la moindre poussière, alors qu'elle suivait docilement le blond dans sa démarche certes, assuré, mais visiblement à la rage contenu.

En quelques minutes à peine, l'héritière se retrouvait passagère du véhicule équipé en conséquence des intempéries. Si le trajet aurait dû se vouloir court, la route parsemé d'accidentés ou de voies fermés le rendit au minimum trois fois plus long puisqu'ils ne pouvaient en plus pas profiter d'une pleine vitesse. Et plus le véhicule s'éloignait de l'aéroport, plus la brune se sentie mourir intérieurement... Sans rien y comprendre. A ce moment, elle devint figé sur la réalité de ce présent qu'elle arpentait. Seth n'avait plus prononcé le moindre mot. Plus eut le moindre geste. Un soulagement ?... Oui. Les premiers kilomètres seulement. Les second firent naître une crainte tout à fait enfouie : elle le connaissait. Elle savait à quel point chez lui, le calme apparent ne dissimulait qu'une seule et unique promesse qui se verrait sûrement teinté de rouge. Ce qu'il contenait ici, il le conservait bien jalousement pour n'en faire part qu'a sa cible prochaine lorsqu'ils seraient seules. Et pour preuve : une fois parvenue à l'hôtel où ce dernier logeait sans doute, pas un instant il ne lâcha la brune -à croire qu'elle était sa précieuse valise, son précieux bagage. Même l'ascenseur ne fut pas suffisant à lui faire rompre ce contact, pourtant sans nul doute conscient que la jeune femme n'avait aucun moyen de fuir là. Et puis, finalement... Le train des événements s'arrêta dans une nouvelle gare : celle qu'était la luxueuse suite qu'il s'était payé. Les deux être y pénétrèrent dans ce même silence de mort, avant que l'éphémère propriétaire des lieux ne referme brutalement la porte, relâchant enfin sa proie pour poser ses mains sur l'épais bois. Tête basse... Toujours aussi muet, tandis que l'invitée regardait déjà partout autour d'elle dans l'objectif de trouver de potentielles échappatoires ; en vain, à moins de chercher le suicide.
- Leï... Depuis quand..., commença-t-il, déployant très certainement nombre d'effort pour ne pas céder à l'impulsion. Depuis quand vous vous connaissez, tous les deux ?
Il relaissa alors tomber ses bras et se retourna pour planter son regard dans celui de sa futur femme -du moins l'imaginait-il ainsi, à l'entendre. Si Leïna entrouvrit bien les lèvres pour lui répondre, aucun son n'en sortie. C'était comme si l'approche qu'il venait d'amorcer vers elle lui avait coupé toute corde vocal alors qu'elle reculait elle-même dans ce même rythme qu'il avait. Quelque chose qui sembla l'amuser, assurément... Ou quelque chose s'en approchant, du moins, puisque peu à peu un sourire vint déformer son visage jusque présent impassible. Si de loin la suite ressembla fortement au jeu du chat et de la souris, être présent aurait permis à n'importe quel spectateur de subir l'ambiance pour y revoir son jugement. Quelques mots, quelques gestes... De nombreux pas de danses qui n'avaient rien de joyeux. Mais alors que son regard s'embrasait, rivé dans celui acerbe du blond la malmenant, la prise de ce dernier se fit bien plus ferme avant de la repousser brutalement sur le lit. Le corps féminin eut juste le temps de s'amortir sur les coudes, avant de se relever d'un bond. L'héritière chercha bien à profiter de cette ouverture qu'il laissait alors qu'il ôtait son T-shirt à la hâte, mais sa poigne se referma de nouveau sur l'un de ses bras à l'instant même où elle le dépassait pour tendre ses doigts vers la porte ; pas de chance, elle ne pu jamais la saisir. Au lieu de quoi elle se retrouva soudainement tiré dans l'autre sens et ne put conserver son équilibre. Pas de matelas cette fois pour amortir la chute : ce fut un mobilier bien plus solide qui s'en chargea. Sa tête vint heurter la table de chevet dans une violence inouïe, si bien qu'elle se retrouva complètement stone pendant des secondes qui lui semblèrent infinis.
- Ca pourrait tellement mieux se passer, Leï'..., déclara dans une douceur venimeuse celui qui venait s'accroupir près d'elle pour caresser son visage dans une sensualité des plus décalé. Tu devrais apprendre à te laisser faire, tu sais ? Même si... C'est loin de m'être déplaisant.
Il se releva alors tandis que la blessée grognait, bien malgré elle, tout en portant le bout de ses doigts tremblant sur son front teinté de vermillon. Elle se tourna sur le ventre pour prendre appuie sur ses avant-bras avec difficulté, juste le temps de replier ses genoux sur le sol, puis posa une main sur le meuble l'ayant percuté plus tôt à fin d'y prendre appuie. Ce geste fut trop long... Beaucoup trop long. L'autre revenait déjà à la charge pour venir agripper sa sombre chevelure à fin de lui faire pencher la tête en arrière. Le visage du jeune homme n'avait plus rien d'angélique alors qu'il la surplombait. Il la fixa ainsi avec froideur, sévérité, sans rien déclarer. Rassurant de le savoir capable de se taire à nouveau ? Pas vraiment, non. Du tout. Un sourire vint lentement déformer ses traits alors qu'il relâchait cette emprise douloureuse pour la saisir par la taille, la forçant ainsi à retourner sur ses pieds. La brune se retrouva rapidement le visage plaqué contre le mur, poignets au-dessus de sa tête maintenu d'une seul main masculine -pas besoin de plus, vu la différence de carrure. L'espace d'une fraction de seconde, la victime ne sut plus vraiment ce qu'elle supportait le moins : se retrouver impuissante tel un pantin de chaire, sentir son souffle dans le creux de son cou, ou bien frissonner au contact de ces phalanges libres qui parcouraient lentement les courbes de son corps. Uniquement ses doigts, vraiment ?... Elle l'avait songé, mais la réalité se présenta rapidement à elle pour venir la piquer au vif ; autant au sens propre qu'au sens figuré du terme. L'injection fut donné en un claquement de doigts, ce qu'elle ne comprit malheureusement que bien trop tard.
- Désolé, chérie, s'excusa-t-il faussement avant d’enchaîner. Mais cette fois, il vaut mieux éviter les dérapages puisqu'on ne sera pas longtemps seuls...
La suite... Ne fut que douleur. Une souffrance dont le silence fut forcé par les effets de la substance parcourant ses veines, la rendant elle-même spectatrice de la scène dont elle était pourtant actrice principale. Un rapport animal, quasi bestial, dans lequel amour et haine se côtoyaient tel frère et sœur. Les trois quarts du temps emprunts par la brutalité, le faible pourcentage restant lui laissant subir une tendresse n'étant sans doute plus que les vestiges de l'homme qu'il avait pu être par le passé. Et pourtant, bien ancré dans ces faits qu'elle vivait, elle souhaita étrangement s'en souvenir dans les moindres détails. Pas de masochisme là-dedans ; elle voulait simplement être capable de lui faire payer au centuple le moindre de ses gestes, la moindre de ses expirations, lorsque le moment serait enfin propice à la vengeance. Et ce jour-là... Elle priait pour ne pas le rater.
- Sois sage, compris ? murmura-t-il mielleux alors qu'il se redressait, avant de venir refermer ses doigts sur sa mâchoire pour dire de manière bien plus tranchante. Pas un son, pas un mouvement... Je ne veux même pas t'entendre respirer.
Il rejeta alors la tête de cette poupée humaine sur le coussin et quitta définitivement la couche pour commencer à se rhabiller. Il ne sembla pas vouloir prendre la peine de le faire complètement, ceci dit, puisqu'il demeura torse-nu avant de disparaître de la pièce sans oublier de refermer la porte derrière lui. Demeurant seule, la jeune femme n'avait même pas comprise pourquoi il s'était levé ; elle n'avait pas plus entendu quelqu'un frapper à la porte, pour dire vrai. C'était à peine si elle avait l'impression d'avoir ne serait-ce qu'une petite maîtrise de ses propres membres, à peine consciente de ce qu'elle faisait vraiment lorsqu'elle bougeait. Pour autant, conserver les yeux véritablement ouvert était d'une difficulté peu commune. Elle ne sut même pas si elle s'était retrouvé assise au bord du matelas par réflexe ou par réelle envie, maintenant que ses mains faiblardes se crispaient sur le draps pour le tirer jusqu'elle. Elle passa alors ce dernier dans son dos avant d'en rabattre les bords devant elle pour serrer le tissu contre son corps soudainement frileux. C'est vrai... Il lui avait bien dit d'être "Sage", c'est bien ça ?... Soit. Elle le serait, mais... Sérieusement, elle avait envie d'une douche, et même d'un bain quitte à s'y endormir pour s'y noyer. Elle n'était plus en capacité d'agir par réflexion dans tous les cas, alors elle tenta de se mouvoir en direction de l'autre porte, celle menant sur la salle de bain privée. Et rapidement... Elle s'étala de tout son long sur la moquette, incapable de se relever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 22/10/2017
déclarations envoyées : 135
pseudo (prénom) : Nezusix - Manon
faceclaim : Diego Barrueco
multinick : -

MessageSujet: Re: Voir de nouveaux horizons. (Aleks x Leïna)   Hier à 16:19

dream of another life

 
we can not change the future. Just try to reason.
 

 Et voilà une autre preuve qu'Aleksandër n'était rien d'autre qu'un dégonflé. Il avait pourtant entendu, Leïna l'appeler. Il avait simplement donné un coup d'oeil, avant de s'enfuir à l'extérieur, pour s'engager dans le plus long périple qu'il aurait à devoir faire. Parce-que bien évidemment, Seth ne viendrait pas chercher son ami. Après tout, c'était le militaire qui avait donné une excuse, des plus bidons. Il ne fallait pas s'en plaindre désormais. Lorsque son corps tout entier fut à l'extérieur du bar, il sentit à la fois le froid lui glacer tout son corps, et ses muscles se détendre. Sans s'en rendre compte, cette situation l'avait totalement bloqué. Il ne supportait pas, au final, voir que Leïna avait choisit enfin un homme qui pouvait lui correspondre. Il s'était toujours dit que de rester ami avec elle, était signe de pouvoir continuer à la fréquenter, tout en admirant la femme pour qui il avait toujours éprouver un certain sentiment. Il avait toujours vu la brune comme un guide, elle n'avait jamais eu grand chose à faire pour que l'homme aille traîner dans ses pattes comme un enfant. Mais ce rôle qu'il jouait face à la femme, était pour lieu un jeu sûr : rien ne changerait, tant que tout reste un jeu, rien de sérieux. Il s'était fixé ses limites, mais à voir aujourd'hui dans l'état de jalousie excessif dont il était malheureusement l'acteur principale de ce fichu caractère. Le jeune militaire se mit à activement marcher sous ce qui semblait être, une nouvelle tempête de neige. Il avait vraiment le chic pour prendre des vacances pour aller dans un pays normalement chaud. Il se réfugiait alors sous un arrêt de bus, regardant les trajets, les lignes de bus. Bien sûr, pour aller dans la zone qu'il souhaitait, il fallait qu'il marche plus d'une demi heure. Il soupirait, regardant l'heure sur son téléphone, avant de voir un texto. De Seth. Il soupirait alors longuement, regardant dans le vide, avant de prendre son courage. Celui-ci l'invitait à venir le voir dès qu'il aurait terminé son fameux mensonge, qui était de récupérer son bagage. Il n'y répondait pas, évidemment qu'il allait retrouver son ami. Il n'avait cependant pas envie de revoir le regard de Leïna, il ne sait pas comment il pourrait devenir face à la jeune femme. Elle avait cette façon de faire tourner les hommes autour d'elle, sans jamais leur laisser l'occasion de pénetrer la bulle de protection. Cependant, elle se fichait bien dans quel gouffre pouvaient être les hommes, qui devenait à force, éperduemment fous. Aleksandër en faisait partit, même s'il s'y voilait la face, il le savait pourtant depuis longtemps. Un peu après Oxana, et pourtant, il avait tenter d'assouvrir ses pulsions d'homme avec d'autres femmes, sans jamais réussir à aller à son but : l'Amour. Il n'arrivait pas à aimer qui que ce soit, tout n'était qu'illusions. Il fallait une personne sérieuse, pour que l'homme arrête de prendre les femmes pour des manipulatrices. Et là venait le réel problème d'Aleksandër : il cotoyer des femmes, plusieurs. Mais, tout n'était que parfaite illusions encore une fois. Il semblait vouloir aimer ses femmes, ou plutôt, une femme en particulier. Mais il n'arrivait pas. Tout était très flou, lui-même ne savait pas où se laisser aller. En pleine réflexion avec lui-même, il avançait dans cet fichu tempête, espérant trouver une boutique de vêtement, il était en t-shirt, ce n'était pas la meilleure façon de passer des vacances. Il finirait avec une pneumonie, c'était bien la seule chose qui pourrait le pénetrer !

Aleksandër trouvait refuge dans une boutique de marque, internationale. Il choissisait rapidement un manteau, qu'il pourrait réutiliser à New-York évidemment. Il s'empressait alors d'acheter le vêtement à capuche, qui coûtait forcément plus cher qu'à son pays d'origine : l'important pour lui maintenant, était de se rendre à l'hôtel sans mourir de froid. Il marchait alors dans cette foutu tempête, encore une dizaine de minutes à pas rapide, avant de voir le fameux bus arriver au loin. L'arrêt était encore loin, alors il se mit tout simplement à courir, et devinez quoi ? Il l'eu de justesse ! Comme quoi, il avait bien perdu en endurance et en rapiditié. Il regardait alors l'heure sur son téléphone, attendant alors patiemment d'arriver à bon port.

Ce qui fut plutôt rapide, puisqu'il était enfin arrivé. Il se dirigeait à l'accueil, pour récupérer les clefs de sa chambre. L'une des moins cher, ahah ! Il demandait également si son bagage était arrivé, et si elle pouvait lui communiquer la chambre de Seth et Leïna. Bon, évidemment ce qu'elle ne donnait pas. cela paraissait totalement normal. Alors, il montait à un étage au hasard, qui semblait le plus luxueux. C'était toujours ceux qui était en hauteur de toute manière, c'était bien simple ! Il avançait dans le couloir, se disant qu'il ne les trouveraient jamais.. Cependant, il entendait la voix de Seth, qui était légèrement moins paisible que ce qu'il semblait vouloir montrer à son ami. Il haussait les épaules, c'était une affaire de couple, rien de plus. Il toquait alors doucement à la porte, éspérant ne pas déranger. Lorsque celui-ci lui ouvrit, il donnait un faible sourire, lui disant tout doucement. On va boire un coup Seth ?


 
made by roller coaster

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 14/09/2017
déclarations envoyées : 63
pseudo (prénom) : Kern' / Aya'
faceclaim : N.Portman
multinick : Alone. Just alone.

MessageSujet: Re: Voir de nouveaux horizons. (Aleks x Leïna)   Aujourd'hui à 0:04

Aleksandër
Ozerov

Leïna
Nightfalls

「 Vers de nouveaux horizons 」

Qui sait combien de temps elle demeura là, étalé sur le sol ? Dans tous les cas, cette poignée de seconde lui parut à elle comme une éternité maintenant qu'elle se redressait lentement. Elle cru bien entendre les échos d'une conversation mais fut incapable ni d'en comprendre un mot, ni d'en reconnaître les voix. Ce n'était là que des sons lui glissant tel le vent, des murmures qui ne lui étaient pas destinés. En fait, plus rien ne l'atteignait en cet instant où il lui semblait avoir perdue ses sens ou, à défaut, les avoir au minimum totalement détraqué. Ses doigts étaient fermes sur le draps bien que crispés, ses ongles non loin de percer sa propre chaire sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte. Désormais assise, elle tentait de réfléchir alors que ses neurones la fuyait complètement. Une sensation des plus désagréable lorsqu'on était habitué à la maîtrise et porté par l'intellect', bien loin de l'instinct. C'était en fait un tout autre monde, juste celui qu'elle avait pu fréquenter sur une courte période de sa vie ; celui où l'on agissait sans réfléchir, impulsivement, où l'on ne cherchait pas à leurrer qui que ce soit et où la liberté d'être en était aveuglante. Est-ce que ça lui manquait ? Parfois, oui. Disons plutôt qu'elle avait commencé à oublier ce qu'était "Vivre".

Elle rampa sommairement jusqu'au mur, avant de prendre appuie sur ce dernier pour se lever sans trop faillir. D'un équilibre précaire, elle se mit à longer ce dernier tout en y conservant une main, l'autre ne lâchant toujours pas ce drap assez long pour former une traîne derrière ses pas. Quelques mètres seulement, anormalement compliqués. A tel point qu'au final, elle marqua même une pause entre chacun d'entre eux pour rester concentré sur sa respiration, unique point d'ancrage à la réalité dont elle disposait. Elle savait sa tension mauvaise mais au moins, cette dernière n'était plus en chute libre et semblait s'être stabilisé, ce qui était un bon point en soit. La brune était ceci dit tellement shooté qu'elle n'avait toujours pas assimilé la présence de ses blessures. Elle tenait debout principalement par adrénaline et persévérance, par haine et par rage... Sans réellement s'en rendre compte. Elle agissait, se mouvait, lâchait ça et là un grognement, à peine consciente de son propre corps alors qu'elle s'appuyait désormais contre la porte. Un souffle, un soupir ; une expiration de dégoût alors qu'elle venait faire abstraction d'absolument tout par simple réflexe de défense pour se préserver mentalement. Plus rien à voir. Plus rien à entendre. Plus rien à sentir. Il n'y avait plus qu'elle dans cette pièce et dans ce monde de noirceur qu'elle arpentait, pas la moindre lumière pour la guider ou la moindre flammèche pour l'apaiser. Nul besoin de tout cela, de toute façon : quand bien même elles auraient été là, elle se serait retrouvé incapable de les percevoir.

La porte contre laquelle elle se trouvait appuyé s'ouvrit soudainement. Perte de réflexes et d'attention oblige, la jeune femme bascula aussitôt dans la nouvelle pièce. Pourtant, son corps ne rencontra jamais le sol : le fautif de cette entrée en scène des plus idiote l'avait rattrapé in-extrémis dans ses bras pour la serrer contre lui avec assez de force pour l'empêcher de perdre pied. Le genre d'étreinte qui aurait pu lui donner la nausée si elle en avait été capable, simplement parce que c'était lui et pas un autre. La rétine agressé par la lueur artificielle qui avait été allumé pour palier au manque de luminosité ambiant, la jeune femme n'eut même pas cette présence d'esprit qu'elle avait habituellement pour jouer la comédie. L'un des mauvais effets de ce qui courrait désormais dans ses veines, sans nul doute. D'ailleurs... Elle ignorait totalement combien de temps cet état second allait lui durer. Minutes ou heures, elle souhaitait silencieusement que ça se termine au plus tôt. Si encore elle pouvait mettre la main sur le nom du produit... Une information qu'elle n'obtiendrait même pas en rêve, pour sûr. En attendant, elle ne pouvait elle-même que subir son propre état et n'était plus qu'un jouet entre les mains de son marionnettiste.
- Ah... Ce n'est pas la salle de bain, hein ? lâcha-t-elle faiblement d'une voix anormalement détaché, comme si rien n'avait d'importance en cet instant.
- Leï..., commença le blond tout en la gardant bien jalousement contre son torse. On était d'accord pour que tu te reposes, il me semble.
Si de prime abord le son de sa voix et ses mots laissaient entendre l'amour d'un homme s'inquiétant du bien-être de la brune, ce n'était pourtant qu'un rappel à l'ordre tout à fait dissimulé étant donné ce qu'il lui avait intimé avant de quitter la chambre quelques minutes plus tôt. Un avertissement qui ne lui échappa mais, quand bien même elle voulu riposter, elle en fut incapable et dû se laisser à nouveau faire tandis qu'il s'avançait pour l'obliger à reculer ses pieds, la maintenant toujours entre ses bras. Elle ne voyait pas, ne comprenait que ce qui la concernait. Et pourtant... Elle n'eut aucun mal à l'imaginer adresser un sourire à leur possible invité et un regard d'excuse, le genre faussement sincère comme il savait si bien faire. Mains occupés, c'est avec son pieds qu'il repoussa la porte après que les deux silhouettes en ai franchi le pas. Ils franchirent ainsi la distance les menant au bord du lit sur lequel il la laissa à moitié tomber, la forçant à s'asseoir pour ne pas perdre la face. Il dû alors s'accroupir pour se mettre à sa hauteur et eut à nouveau ce geste immoral de venir poser une main tendre sur sa joue.
- Ne me touche pas..., envoya-t-elle sans pouvoir y mettre le ton cinglant qu'elle aurait voulu, ni pouvoir y joindre les gestes.
- Ne me défie pas..., murmura-t-il en échange avant d'ôter sa main et de se relever, sans doute pour aller récupérer le restant de ses vêtements. M'oblige pas à réagir.
Seth, trop confiant ? Assurément, puisqu'il s'éloignait même de l'entrée de la chambre pour ramasser son T-shirt. Il n'en fallu pas plus à la blessée qui fut prise d'une fougue nouvelle. Elle-même ne sut pas très bien ce qui lui traversa l'esprit ; rien, sans doute, puisqu'elle n'avait absolument pas réfléchit et n'agissait que sous l'impulsion. Pourtant, elle savait au moins une chose : ce n'était pas par désespoir qu'elle se levait si subitement. Aucune crainte non plus ; juste du regret et cette idée soudaine de vouloir faire la conversation avec l'étranger à ce monde dans lequel elle était née.
- Aleks'..., eut-elle à peine le temps de prononcer avant de se faire couper net dans son élan.
- Putain, Leïna !
La porte à peine ouverte se referma violemment, maintenue bien fermement cette fois par son tortionnaire présent. Ce dernier avait dû laisser retomber son haut en remarquant son erreur, puisque sa peau demeurait encore à nue. Le temps sembla se figer dans une sinistre photographie alors que de sa main libre, il resserrait brutalement son emprise sur celle qui aurait pu sembler soumise. Dos contre le mur à côté de cette issue qui demeurerait peut-être à jamais close, elle perdit le peu de souffle dont elle avait disposé ces derniers temps en ressentant ces phalanges sur sa gorge. Peut-être une seconde à peine et pourtant, elle savait à quel point ce cliché-ci lui resterait en mémoire jusque la fin de ses jours. Mais au moins autant qu'elle devant cette situation à risque pour chacun des deux -bien que d'une manière différente- il semblait avoir oublié ce laps de temps qu'il y avait une troisième personne non loin. Une seconde d'Enfer seulement, et son dit futur marié retrouva le contrôle des choses... Plus ou moins.
- Tu fais chier, déclara-t-il dans un regard assassin.
Il l'avait donc relâché aussi vite qu'il l'avait saisit, et s'était même légèrement reculé. Comme pour la toiser, comme pour s'assurer qu'elle comprenne l'attention nouvelle qu'il lui montrait. Et puis... Ce fut le trou noir. Les ténèbres les plus complet alors qu'elle quittait ce chaos pour en retrouver un autre tout à fait différent : celui de ses songes, qui eurent au moins le bon côté de ne pas lui faire assister à la suite de ce film, son film. Elle ne fut même pas certaine de voir le coup arriver, et moins encore de comprendre où est-ce que son corps s'affalait cette fois : le sol ou le mobilier, c'était en soit du pareil au même lorsqu'on perdait connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Voir de nouveaux horizons. (Aleks x Leïna)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voir de nouveaux horizons. (Aleks x Leïna)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveaux horizons en phase d'aplatissement terminale.
» De nouveaux horizons, de nouveaux démons [PS Portes]
» "Voir les nouveaux messages"...
» De nouveaux horizons [ feat Hakuryuu ] [TERMINÉ]
» De nouveaux horizons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers :: TAKE ME BACK :: Out Of Brooklyn-
Sauter vers: