AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Halloween Festival
Trois intrigues et un tas d'activités.
Afin d'en savoir plus sur le festival, rendez-vous .
Voter & Aider
On a besoin de vous, continuez à voter régulièrement .
Et n'oubliez surtout pas de remonter les pubs bazzart & prd.
Oubliez pas, ça rapporte des points et surtout ça aide le forum!

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 sounds like a date (byker)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 13/09/2017
déclarations envoyées : 399
pseudo (prénom) : hunt.thing (andréa)
faceclaim : matthew daddario (vinyles idylles)
multinick : none.

MessageSujet: sounds like a date (byker)   Ven 20 Oct - 11:44


t'as le cerveau embrumé Byron, t'es plus l'homme que l'on connait. trop de temps à passé, les heures, les minutes tout c'est enchainé. soiré de libre, soirée sans bosser, c'est rare ces temps-ci alors faut le fêter. alors t'as pas pu résister. Talia, ce soir elle voulait pas sortir, Talia ce soir elle voulait pas venir avec toi boire et rire. lâcheuse, tu lui as dit. avec un sourire, avec une main dans les cheveux, avec un simple geste puis sans rien ajouter. les deux faces d'un pièce inégalable, semblable mais si différenciable. et vous passer pas votre temps ensemble, pas de ceux qui ont tout fait à deux. tu t'es laissé entrainer, par Josh, par Lukas, par vos habitudes qui ne se défont pas. tu as oublié le reste, le travail, les textos, tes promesses. c'est le temps qui file, le temps qui passe, les verres qui s'entachent. vous finissez dans un club que tu connais, trop l'habitude d'être le videur, y'a pas besoin de s'éterniser pour entrer. pas pour vous. et il suffit de quelques minutes pour qu'il te lâche le Jacobson, un sourire, une tape dans le dos, une main sur les hanches d'une fille. roulement des yeux, tu lui dis adieu. à plus tard. à demain ou plus encore. et ça recommence. et il est minuit et demi quand tu réalises ton oublie, le temps que ton verre arrive, le temps que tes yeux se posent sur ton téléphone.
damit Byron. sms, écriture envoyé. tu lui dis désolé, tu lui dis que t'as pas vu passer la soirée, et t'es con parce que tu lui donnes le nom du club, tu lui dis de venir, de vous rejoindre. tes doigts récupèrent le verre et tu continues de discuter avec ce gars, inconnu de prénom. tu reviens à la réalité, au fait que Josh soit là et que t'as vaguement merdé. vas expliquer que mini Jacobson se ramène... c'est certes pas la même chose que face à Lukas, mais c'est quand même pas bon à justifier. tu reposes ton verre, tu fais signe pour de l'eau. ralentir le mouvement, t'oublies ça entre les mots du blond. tu connais toujours pas son nom, mais de toute manière tu vas pas te mentir t'en as strictement rien à faire.

_________________

HE WAS SO AFRAID TO BE HUMAN



Dernière édition par Byron Caldwell le Dim 29 Oct - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 229
pseudo (prénom) : KLM.
faceclaim : thomas doherty by ALLES.
multinick : noah gibson.

MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   Sam 21 Oct - 15:58


sound like a date
ft. Byron Caldwell & Parker Jacobson.
Tu es à la fois excité et à la fois stressé de votre futur rendez-vous de ce soir. Tu t’attendais pas à ce que Byron t’invite à boire un verre, surtout pas quand tu venais de lui envoyer un sms pour prendre de ses nouvelles et encore moins quand ton message était devenu coquin et que tu lui avais envoyé une photo de ton excitation. Tu étais au boulot en plus mais c’était pas grave. Tu avais été excité toute la fin d’après-midi et quand tu avais enfin fini ta journée de stage à la Rhodes Games Innovation, tu t’étais bien sagement dirigé chez toi afin de prendre une douche et de changer de vêtements pour l’occasion. Tu n’avais pas croisé Joy et tant mieux, tu ne voulais pas te confronter à elle, pas encore, pas comme toujours.

Du coup t’étais parti faire un tour pour décompresser, pour changer d’air, en attendant d’avoir des nouvelles de Byron. Les heures passent et toujours pas de nouvelles. Tu te décides à rentrer quand tu reçois finalement un message d’excuse. Ce dernier t’invitant à le rejoindre dans un bar dont il te donne le nom ainsi que l’adresse. Du coup, t’y va, même si dans le fond t’es un peu déçu car tu sens qu’il t’avait zappé. Sans doute occupé avec ses deux potes, dont ton frère. Du coup, lorsque tu arrives finalement à destination, tu zieutes les environs à la recherche de cette tête brune qui hante tes pensées et qui t’obsède jour et nuit. Quand tu l’aperçois, ton sourire illumine ton visage mais il se dissipe quand tu le vois en train de parler à un gars, un blond pas trop mal. Tu racles ta gorge et tu hésites à les rejoindre ou à partir. Il est entre de bonnes mains après tout. Tu optes finalement pour la première option et tu te faufiles jusqu’à lui. Tu viens glisser ta main sur son épaule et tu lui lances un sourire en saluant brièvement d’un signe de tête le gars à ses côtés. « J’ai cru que tu m’avais oublié... » dis-tu avant de te rapprocher de son oreille et d’y murmurer. « Faut dire que t’étais en bonne compagnie, alors je comprendrais si tu souhaiterais qu’on reporte, y a aucun soucis. » Tu hausses les épaules en le regardant. C’est dans ce genre de moment que tu remarques que Byron compte beaucoup pour toi. Peut-être même un peu trop. Tu l’aimes bien. Beaucoup même. Un peu trop quoi.

_________________
+ anywhere +
I know we've got to get away, someplace where no one knows our name, we'll find the start of something new. Just take me anywhere, anywhere away with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 13/09/2017
déclarations envoyées : 399
pseudo (prénom) : hunt.thing (andréa)
faceclaim : matthew daddario (vinyles idylles)
multinick : none.

MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   Dim 22 Oct - 18:57


t'aurais ralentir bien plus tôt, partir avant ou même ne pas sortir avec les gars si t'avais prévu de le voir après. t'as pas réfléchi, pour une fois ça a juste été qu'un enchainement sans but précis, juste sortir, boire et se détendre puis le reste a finit par arriver. oublier le temps, t'es assez fiable d'habitude mais avec de l'alcool dans le sang t'as oublié tes repères. et tu te retrouves dans ce club l'esprit un peu enfumé par tout ce qui se passe autour. tu décides de ralentir un peu, t'es pas bourré; mais t'es pas assez sobre pour ne pas te sentir dérailler. la chaleur du club n'aide rien, musique poussé en puissance, et partout les corps qui dansent, qui se collent, qui se cherchent, qui bougent et rient, boivent et oublient. trop de choses. tu connais trop le club et ses soirées sans fin, ses ambiances qui n'en finissent jamais, ses files d'attentes qui ne s'arrêtent que si peu. tu le sais si bien parce que parfois tu y viens, pour bosser, devoir fliquer les gens à l'entrée. armoire à glace qui ce soir laisse sa place, vu le froid de dehors t'es pas sur en plus que ton simple tee-shirt te permettrait de rester stoïque durant de longues heures. tu récupères ton verre d'eau que tu vides avant de recommander un whisky, tu décides d'y aller plus lentement et tu te perds dans les paroles de l'autre. discussion qui arrive à se frayer un chemin malgré le son qui n'aide en rien. les minutes passent sans avoir de nouvelle de Josh, perdu quelques part sur la piste; te laissant seul face à ce gars qui parle et parle encore. pas dégueulasse, mais tu sais qu'avant la fin de la soirée tu seras bien mieux occupé. alors tu fais juste passer le temps. juste dérouler les minutes, jusqu'à ce qu'une main vienne se poser sur ton épaule. le genre de contact qu'en dehors d'ici les gens n'osent pas faire; mais ici tout le monde se touche et tu ne comptes même plus les mains manucurées qui sont souvent venu se poser. désolé, pas dans la même catégorie. J’ai cru que tu m’avais oublié... tu détaches ton regard du blond pour le poser sur le cadet des Jacobson encore tout frais de son arrivée de dehors. il vient proche de toi et la fraicheur de sa peau détonne avec la chaleur de la tienne. ici depuis trop longtemps il faut dire. Faut dire que t’étais en bonne compagnie, alors je comprendrais si tu souhaiterais qu’on reporte, y a aucun soucis. tu hausses un sourcil, tu souries légèrement en posant ta main sur son bras pour lui intimer de rester. le faire venir pour lui dire ensuite de se tirer ? pas vraiment ton genre. même si c'est clair que ce soir tu l'as complètement oublié durant un temps. t'es pas doué pour ça. tu t'écartes un peu de lui. Restes avec nous, Parker et ...heu.. tu tends la main vers lui pour faire les présentation alors que le bond lâche un sourire amusé face à ton incapacité à le présenter. "Ethan, salut." il lui sert la main alors que tes doigts passent dans tes cheveux un instant. déjà que t'étais pas des plus loquace avant son arrivée... "well, je vais pisser je reviens.." il finit par se lever de sa chaise du bar et vous laisser faisant signe à Parker de la prendre en attendant. et toi tu finis par poser ton regard sur le brun le détaillant un instant avant de lui sourire brièvement. j'ai perdu la notion du temps, désolé. c'est cool que tu sois venu... y'a Josh qui traine dans les environs... je crois. tu termines par en regardant vaguement les gens au loin qui dansent et se collent les uns aux autres.

_________________

HE WAS SO AFRAID TO BE HUMAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 229
pseudo (prénom) : KLM.
faceclaim : thomas doherty by ALLES.
multinick : noah gibson.

MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   Lun 23 Oct - 0:02


sound like a date
ft. Byron Caldwell & Parker Jacobson.
Sincèrement, au début tu pensais à un simple oubli de sa part, après tout avec le boulot, etc il avait pu être retenu ou alors il avait tout simplement zappé votre petit rendez-vous et il s’était assoupi devant netflix, qui sait ? Mais quand tu voyais les secondes devenir des minutes et les minutes devenir des heures, tu commençais à perdre confiance. Il ne voulait peut-être plus te voir ? Il était revenu sur sa décision et t’en étais certain. Mais c’était avant que tu ne reçoives son message et que tu te décides à finalement le retrouver à l’endroit qu’il t’avait communiqué via texto.

Du coup tu t’activais. Tu prenais la route vers le fameux bar que t’avait mentionné Byron en message et t’étais assez content de le rejoindre là-bas, car la température extérieure n’était pas des plus chaude, bien au contraire. Tu finis par arriver à destination et quand tu pousses la porte, tu ressens une telle chaleur que t’en transpires déjà. Tu n’as pas besoin de chercher plus loin que tu remarques déjà la tignasse brune du garde du corps à quelques mètres de toi. Ce dernier est au bar, avec un garçon que tu ne connais pas. Tu songes à partir ou à rester et finalement tu restes, venant à lui en posant ta main sur son épaule tout sourire alors que tu salues l’inconnu. Tu lui fais part de ton envie de le laisser, mais très vite sa main se saisit de ton bras et il t’intime de rester en te présentant au gars à ses côtés. Gars dont il ne semble pas se souvenir du nom. « Enchanté. » réponds-tu simplement alors que le blondinet s’éclipse, te laissant son siège alors que tu viens y prendre place, écoutant le brun avant de regarder dans la direction qu’il te montre. « Donc tu m’avais bien oublié ? » demandes-tu, car tu comprends très vite que ton frère devait être là encore dix minutes plus tôt. Tu appelles le barman et tu lui demandes une vodka redbull alors que tu te tournes vers le plus vieux. « Tu sais quand tu m’as invité à boire un verre je pensais dans un endroit plus intime, plus calme, pas un bar avec tes potes et un inconnu que tu allais sûrement te taper si tu ne m’avais pas ramené ici. » Tu souris faussement alors que tu bois une gorgée de ton verre. Tu te mets à ton aise, retirant ton manteau et tu sors ton portable en remarquant quelques messages de Joy, te demandant où tu es, ce que tu fais, quand tu rentres. Tu soupires, verrouilles ton portable et le remets à sa place, buvant une énième gorgée avant de remarquer que l’autre est de retour et qu’il est venu donc s’installer à tes côtés. Tu ne parles pas, plus, et tu bois, tu te tournes même les pieds derrière, scrutant les environs alors que tu balances tes pieds l’air distrait. La prochaine fois tu partiras et tu le laisseras avec son plan cul. La prochaine fois ? Il y aura sans doute plus de prochaine fois.

_________________
+ anywhere +
I know we've got to get away, someplace where no one knows our name, we'll find the start of something new. Just take me anywhere, anywhere away with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 13/09/2017
déclarations envoyées : 399
pseudo (prénom) : hunt.thing (andréa)
faceclaim : matthew daddario (vinyles idylles)
multinick : none.

MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   Lun 23 Oct - 16:49


il vient déformer la soirée, la faire changer de sens et la rendre bien plus intéressante à jouer. silhouette gracieuse qui interrompt ton tête à tête, tu ne t'en plaindras pas. pas face à ça. le blond s'en va, s'en éloigne vous laissant entre vous et avec ces dizaines voir centaines de personnes présentes dans le club. tu laisses tes yeux vagabonder sur lui un instant. il est venu lui et ses cheveux un peu emmêlés, et son manteau, et son air renfrogné. tu finis par observer les gens cherchant vaguement ton meilleur ami du regard. absent. Donc tu m’avais bien oublié ? retour dans la réalité,t u reposes ton regard sur lui qui semble différent. accusation glissée dans ce genre de question ? tu restes un instant silencieux le regardant faire signe au barman pour pouvoir commander. t'oublier signifierait avoir terminé la soirée sans que tu sois là... je n'ai juste pas vu le temps passer... tu réponds en levant la voix juste pour qu'il t'entende bien que tu le dises sans te sentir coupable de devoir te justifier. pas sur l'instant. pas maintenant. t'as bu et de toute manière t'es toujours trop lent pour tout comprendre. Parker il est moins souriant, Parker tu le sens là mais distant. tu comprends pas que l'heure tardive puisse le mettre dans un état comme celui là. une heure et demie après c'est pas comme si c'était horrible, tu lui avais dis en fin de soirée, tu pensais pas que ça aurait pourtant autant dérapé. tu finis par croiser son regard quand il revient poser ses yeux dans les tiens... Tu sais quand tu m’as invité à boire un verre je pensais dans un endroit plus intime, plus calme, pas un bar avec tes potes et un inconnu que tu allais sûrement te taper si tu ne m’avais pas ramené ici. tu ne sais pas si ce sont ses paroles ou son sourire qui te dérange le plus; qui font dérailler un instant ton esprit alors que tu restes à le fixer, t'attrapes ton verres le tournant légèrement entre tes doigts pour en boire une longue gorgée. besoin de ce liquide alors que tu réfléchies à un instant à sa manière de réagir... jusqu'à ce que le dit "inconnu" revienne vers vous et que tu te décales un peu pour lui laisser de la place pour prendre son verre. silence pour Parker, absence pour le cadet des Jacobson qui observe la salle avec indifférence. tu connais Josh depuis presque aussi longtemps que moi, où est le problème ? ... j'ai pas vu l'heure passer, au lieu de te lâcher j'ai proposé que tu viennes ici y'a rien de mal Parker.. tu finis par lâcher lentement. tu te fiches un peu de parler devant... Ethan ? vous discutiez bien il y a cinq minutes, et tu vois pas en quoi ça doit être "privé" comme discussion. Parker étant présent tu dois avouer que tu te fiches un peu de ce blond certes sympa et canon, mais qui se soir ne t'intéresses pas. tu restes assis appuyé contre le bar observant vaguement les gens bien qu'attendant une réaction du brun que t'avais envie de voir; et que t'as inviter à te rejoindre.

_________________

HE WAS SO AFRAID TO BE HUMAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 229
pseudo (prénom) : KLM.
faceclaim : thomas doherty by ALLES.
multinick : noah gibson.

MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   Lun 23 Oct - 17:58


sound like a date
ft. Byron Caldwell & Parker Jacobson.
Sur le coup t’as trouvé que le rejoindre était une bonne idée. Après tout, on s’en fout du gars qui est à ses côtés nan ? T’aurais pu le laisser s’accaparer Byron et t’en allais, t’aurais peut-être dû au final. Mais tu as préféré le rejoindre et te voilà donc bien installé alors que l’autre, Ethan, il s’en va pisser comme il le dit si bien. Du coup, tu lui demandes s’il t’avait oublié, enfin c’est plutôt une question qui se répond toute seule et sa réponse ne t’amuse pas, loin de là. Tu le regardes alors, un regard limite blasée, car d’habitude il t’a avec ses mots, mais pas ce soir. Tu voulais simplement passer une soirée avec lui. Pas nécessairement coucher avec lui, mais au moins passer du temps, seul, avec lui. Mais tu te souviens que vous en avez déjà passé du temps à deux alors tu hoches simplement la tête à ses mots, ne sachant que dire, quoi rajouter.

Puis, l’autre, t’aimes bien l’appeler comme ça, revient. Il reprend place à vos côtés, se commande un verre et toi tu sirotes le tien, le temps que Byron assimile tes paroles. Tu observes la salle autour, tu ne sembles pas dans ton élément. Tu es d’habitude plus joyeux. Peut-être est-ce dû au boulot ou alors le fait que tu le rejoignes si tard et qu’en plus il est déjà bien alcoolisé, tu ne sais pas, tu t’en fou. Alors quand il te répond qu’il ne voit pas où est le problème et qu’il n’y a rien de mal à t’appeler à la dernière minute. « Non, t’en fais pas, je comprends, mais je pense qu’il serait mieux si je pars, j’me sens pas à ma place, puis t’as Ethan, t’as pas besoin de moi. » lâches-tu comme un reproche puis tu finis ton verre d’une traite. Tu te lèves, quittes le banc, enfiles ton manteau et après un faux sourire en direction du blond, tu pars. Tu délaisses Byron comme ça et tu sors ton portable en commandant déjà un taxi qui viendra te récupérer pour te ramener chez toi. Tu aurais dû rentrer chez toi, être avec Joy et Kylian, mais tu as préféré écouter ton cœur et c’est peut-être ça le souci. Du coup t’es là, dehors, avec l’air froid qui te remet très vite en place, car le verre te donne déjà un léger coup, toi qui d’habitude le sirotes et ne le bois pas cul sec.

_________________
+ anywhere +
I know we've got to get away, someplace where no one knows our name, we'll find the start of something new. Just take me anywhere, anywhere away with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 13/09/2017
déclarations envoyées : 399
pseudo (prénom) : hunt.thing (andréa)
faceclaim : matthew daddario (vinyles idylles)
multinick : none.

MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   Lun 23 Oct - 18:28


la musique qui pulse encore et encore commence sérieusement à augmenter l'effet de l'alcool dans tes veines. où à moins que ça ne soit que l'alcool qui finit par lentement monter et continue sa course effrénée. tu devais rentrer manger, tu devais sortir après, tu devis les rejoindre juste un moment seulement. tu devais beaucoup de chose Byron ce soir, et la première semble surtout se défaire et s'énerver sous tes yeux sans que t'en comprenne la cause. faux, tu sais que t'as vaguement merdé en repoussant votre rencontre de plus d'une heure. que tu aurais pas du lui dire de te rejoindre ici, que si Josh débarque là tu devras clairement trouver une excuse stupide pour que ça soit pas si étrange que tu sois avec Parker. parce que oui trainer avec le cadet de son pote, c'est pas tellement dans tes habitudes. c'était. au passé. tu n'as que trop dérapé tu le sais. trop de fois, trop d'endroit. et pourtant tu continues... à moins que ça soit lui qui n'aide en rien. mais t'es pas bien certain. Non, t’en fais pas, je comprends, mais je pense qu’il serait mieux si je pars, j’me sens pas à ma place, puis t’as Ethan, t’as pas besoin de moi. tu t'y attendais pas. sa réaction te fait froncer les sourcils et lever la tête vers lui observant simple spectateur le brun vider son verre d'un trait. Parker tu peux rester c'est pas.. il bouge déjà pour se rhabiller, pour se relever alors que tu te redresses vers lui. Parker.. mais il tourne les talons sans t'écouter. stupidité. soupire, tu rencontre le regard d'Ethan qui grimace légèrement en récupérant son verre. génial. t'as merdé. tu attrapes ton verre pour le vider toi aussi et finir par te lever en soupirant de la situation. tu t'en veux, c'est certain. tu t'excuses auprès du gars, tu le salues en lui disant que peut-être une prochaine fois. pas sur de le recroiser.
tu te faufiles alors entre les gens qui dansent, tu traverses le club pour rejoindre la sortie alors que tu passes les gars, et que tu t'engouffres dehors où le froid est réel. t'aurais du récupère ta veste aux vestiaires c'est stupide. un bref instant ton cerveau apprécie le froid pour reprendre ses droits; juste un instant. tu le cherches du regard avant de t'éloigner pour le rejoindre. qu'est-ce qui se passe ? ... pourquoi tu veux rentrer, on était censé se voir... tu lances 'un ton calme en le rejoignant les mains dans le dos à l'observer, lui qui semble si renfrogné par tes actes. well done Byron. évidement que le but était pas là, évidement que tu ne le cherchais pas. et tu pensais qu'il aurait aimé.. nan on faite t'en sais rien, en lui donnant l'adresse clairement tu y as pas songé. pas pensé.

_________________

HE WAS SO AFRAID TO BE HUMAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 229
pseudo (prénom) : KLM.
faceclaim : thomas doherty by ALLES.
multinick : noah gibson.

MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   Lun 23 Oct - 19:05


sound like a date
ft. Byron Caldwell & Parker Jacobson.
Ton nuage se dissipe et tu n’as pas envie de passer la soirée dans un endroit que tu n’apprécies pas et avec un garçon que tu ne connais pas et que tu n’as pas envie de connaître. Tu ne dis rien, un temps, puis finalement tu lui déballes tout, tu lui dis que tu comprends, que de toute manière tu te sens pas à l’aise ici, t’as l’impression d’être la cinquième roue du carrosse et ça en te plait pas du tout, vraiment pas, alors tu hausses les épaules, tu termines ton verre, que tu paies aussi au passage, puis finalement tu l’écoutes, mais rien ne te touche. Tu t’en fous que tu peux rester, tu veux partir, tu veux rentrer, oublier cette soirée qui avait mal démarré, tu veux juste dormir et attendre que le lendemain pointe son nez.

Tu ne regardes pas autour de toi, tu bouscules même les gens, tu t’en fou qu’ils dansent, qu’ils s’amusent, qu’ils boivent, qu’ils ont chaud. Tu apprécies la fraicheur de la nuit et tu attends ton taxi. Tu ne sais pas si Byron va venir, s’il va essayer de se rattraper, mais sincèrement tu t’en fou. Tu lui as sans doute évité une confrontation avec son pote Josh qui aurait pas compris ce que tu foutais là, donc tu l’as aidé en t’en allant. Tu regardes ton portable, l’application indiquant que ton taxi risque d’arriver en retard suite à un bouchon, super. Tu soupires et quand tu te tournes tu te retrouves face à Byron. Il est en t-shirt. Il doit se les cailler. T’as froid pour lui. Mais il ne t’atteindra pas, non, du coup tu le fixes, l’air ailleurs, haussant les épaules en regardant derrière lui, plissant les yeux pour sur jouer tes actes. « Bah où est Ethan ? Tu ne l’as pas laissé tomber quand même ? Ce ne serait pas sympa tout ça… » dis-tu avant de tourner les talons de nouveau, regardant au loin si ton taxi n’arrive pas. Un coup d’œil sur ton portable te confirme que le taxi sera là dans moins de cinq minutes. « Rentre récupérer ta veste et va finir ta soirée dans ses bras, tu me donnes froid là comme ça… » tu secoues la tête alors que tu le regardes de nouveau. « T’attends quoi ? Tu peux disposer. Va voir Ethan, va voir Josh, va voir qui tu veux, je m’en fiche désormais. » souffles-tu alors que tu plonges la tête dans ton portable, lançant un jeu quelconque en espérant qu’il daigne enfin partir et que ton taxi arrive plus vite que prévu.

_________________
+ anywhere +
I know we've got to get away, someplace where no one knows our name, we'll find the start of something new. Just take me anywhere, anywhere away with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 13/09/2017
déclarations envoyées : 399
pseudo (prénom) : hunt.thing (andréa)
faceclaim : matthew daddario (vinyles idylles)
multinick : none.

MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   Lun 23 Oct - 19:29


tu finis par le rejoindre. parce que tu lui a proposé de vous voir. parce que tu l'as invité. parce que tu voulais le voir, l'entendre, le toucher. parce qu'un tas de choses t'échappent ces derniers temps et que de toute manières tu n'es pas du genre à te poser pour analyser tout ça. et il file, il s'éloigne, s'en va, laisse tout ça derrière lui. et toi.. soupire. tu te retrouves donc dehors face à lui, cherchant pas vraiment à comprendre. tu veux juste arranger les choses, pas forcément le comprendre; t'es pas bien sur d'y arriver de toute manière. mais qu'importe.. dehors tu t'éloignes du club pour aller le rejoindre sur le bord de la route, chercher son attention. chercher son regard. tu sais pas trop ce qui se passe dans sa tête mais vu sa réaction quand il se retourne et sa manière de jouer tu sais qu'il est un brin énervé. Bah où est Ethan ? Tu ne l’as pas laissé tomber quand même ? Ce ne serait pas sympa tout ça… tu soupires à ses propos te fichant totalement de ce Ethan, si Parker était pas arrivé tu n'aurais sans doute même pas su son prénom à dire vrai. tu le laisses finir sa phrase et ses petites mimiques alors que tu restes droit devant lui tes doigts emprisonnant ton poignet dans ton dos. tu le fixes simplement, stoïque. toujours pareil Byron. ça ne serait clairement pas plus sympa de te laisser repartir comme ça alors que je t'ai invité ici.. tu répliques lentement en le regardant chercher quelques choses des yeux. sans doute un taxi, tu le laisse faire avant de retrouver à nouveau son regard. il s'agace. tu t'agaces. tu n'aimes pas vraiment ce genre de discussion, ce genre d'explications, tu sais jamais quoi dire et souvent tu te sens juste mal à l'aise. Rentre récupérer ta veste et va finir ta soirée dans ses bras, tu me donnes froid là comme ça…T’attends quoi ? Tu peux disposer. Va voir Ethan, va voir Josh, va voir qui tu veux, je m’en fiche désormais. tu serres les dents tes muscles se tendant sous ses réflexions et sa manière de réagir. de te demander de partir. tu restes là, sans la moindre volonté de bouger. t'as vaguement froid; mais dans ta tête tu te répètes que le froid n'est qu'un état d'esprit. tu n'y penses donc pas. il te fait signe de dégager avant de porter son attention sur son téléphone pour fixer l'écran. tu perds patience avant de réduire l'espace entre vous deux et d'attraper son téléphone d'une main. ton autre main relève son menton sans lui laisser le choix alors que tu viens l'embrasser savourant autant ses lèvres que leur fraicheur. et pendant un instant il se tait avant que tu t'écartes que vaguement. arrêtes de parler... j'étais dans un club, évidement que des mecs viennent me parler. je t'attendais juste, et il discutait pour passer le temps; j'avais pas dans l'idée de finir la nuit avec lui. ok ? pas cette nuit, pas alors qu'il venait lui. tu le fixes simplement relâchant son menton alors que tu restes tout aussi proche. tu voulais que je t'invite où ? ... ce club est génial.

_________________

HE WAS SO AFRAID TO BE HUMAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 229
pseudo (prénom) : KLM.
faceclaim : thomas doherty by ALLES.
multinick : noah gibson.

MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   Lun 23 Oct - 19:54


sound like a date
ft. Byron Caldwell & Parker Jacobson.
Tu sais pas pourquoi, mais tu savais qu’il allait venir, qu’il n’allait pas te laisser partir comme ça, sans dire son dernier mot, sans tenter de s’expliquer et t’aurais largement préféré qu’il ne vienne pas, que tu ais le permis comme ça tu n’aurais pas eu à attendre le taxi qui met trois plombes à venir. Mais il est là et tu sais pas trop quoi faire, quoi dire, tu joues alors la carte du sarcasme, tu joues d’Ethan, ce blond aussi beau qu’énervant. Tu vois qu’il n’apprécie pas ta répartie, ni ta manière d’agir, mais tu t’en fou, royalement, tu préfères agir comme ça, ça te libère, ça te fait du bien et tu t’en fou s’il découvre une nouvelle facette de ta personnalité, sincèrement. « Stop, arrête… », souffles-tu alors qu’il commence déjà à te sortir des mots pour lesquels tu pourrais tomber et pour lesquels tu serais prêt à le ‘pardonner’, même s’il n’a rien fait à proprement parler.

Tu essaies alors de le dégager, l’intimant à récupérer sa veste que tu as froid pour lui, qu’il devrait repartir voir ses potes, son coup d’un soir, n’importe qui, tu t’en fou, ou tu fais genre que tu t’en fou. Tu tapes même du pied quand tu apprends que ton taxi n’est toujours pas là à cause du trafic. C’est fou ou tout le monde a décidé de te faire chier ce soir ? Tu le regardes alors, le temps d’observer son visage puis tu le snobes, tu lances un jeu random et tu joues alors avec, délaissant le plus vieux qui te surprend à venir plus près de toi, mais surtout à attraper ton portable, te faisant alors perdre la partie t’en es certains puis il vient t’embrasser. Comme ça. Sans raison. Tu ne comprends pas. Tu n’as pas le temps de répondre au baiser que c’est fini et qu’il te demande d’arrêter de parler. Tu as le cerveau embrouillé par son geste. Il lui prend quoi ? Tu l’écoutes alors, t’hoches la tête lentement, tu secoues la tête alors qu’il relâche ton menton, mais reste toujours près de toi. « C’est pas le club le souci Byron, c’est toi. Je sais que t’es beau, que tu attires tous les mecs aux alentours et ça m’énerve, OK ? J’aurais préféré qu’on vienne ensembles, il aurait pu te parler l’autre là j’en aurais rien eu à faire, car j’aurais été là avant lui, mais te voir là, avec quelques verres dans le bide et ce mec incroyablement canon à tes côtés, ça m’a énervé, je l’admets. » souffles-tu alors que tu entends ton portable émettre un bruit, surement le taxi qui est arrivé et qui t’indique sa position. « Va chercher ta veste, je te dépose si tu veux. Et je peux récupérer mon portable, s’il te plait ? » demandes-tu alors que tu tends la main. Tu ne mentionnes pas le baiser, tu sais pas trop quoi en penser, ni quoi en dire, du coup tu attends, patiemment, légèrement plus calme qu’il y a deux minutes.

_________________
+ anywhere +
I know we've got to get away, someplace where no one knows our name, we'll find the start of something new. Just take me anywhere, anywhere away with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 13/09/2017
déclarations envoyées : 399
pseudo (prénom) : hunt.thing (andréa)
faceclaim : matthew daddario (vinyles idylles)
multinick : none.

MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   Lun 23 Oct - 20:14


lèvres collées, souffles coupés. le temps s'arrête un instant pour le faire taire, pour arrêter ce flot de paroles et de colère qu'il tourne contre toi sans raison. tu ne comprends pas vraiment les choses, tu l'admets. et même sobre en y repensant tu trouveras sans doute pas la réponse. tu vois pas les choses de la même manière, certains diraient que c'est l'âge, d'autres ton caractère et pour beaucoup, tes propres blocages. t'en sais rien trop rien. tu cherches pas à savoir préférant l faire taire d'une manière bien plus radicale et bien lui rapide. sa bouche se laisse faire, ses lèvres restent collées aux tiennes sans essayer de s'en défaire, c'est déjà plaisant. et tu finis par le relâcher, le liberer sans pour autant t'éloigner. pression redescendue ? tu fixes ses yeux vaguement plus calme et lointains, incompréhension dans son regard. C’est pas le club le souci Byron, c’est toi. Je sais que t’es beau, que tu attires tous les mecs aux alentours et ça m’énerve, OK ? J’aurais préféré qu’on vienne ensembles, il aurait pu te parler l’autre là j’en aurais rien eu à faire, car j’aurais été là avant lui, mais te voir là, avec quelques verres dans le bide et ce mec incroyablement canon à tes côtés, ça m’a énervé, je l’admets. t'ouvres la bouche sans rien trouver à répondre ou dire. léger malaise dans ses propos, tu sais pas comment répliquer ou comment t'expliquer. la franchise de Parker, tu sais que c'est ce qui te plait chez lui, ses manières de dire les choses, qu'importe la suite... mais c'est face à toi qu'il est, et toi... ce genre de discussion c'est à sens unique parce que tu trouves jamais quoi dire. pas les bons mots, pas le bon cerveau. incompréhension. tu détournes un peu le regard pour fixer un point au loin derrière son épaule. tu voulais pas le blesser en parlant à ce gars, mais t'es comme ça. on vient vers toi, tu laisses faire, et parfois tu repars avec. pas ce soir, tu voulais le voir lui; mais il semblerait que ça soit pas le problème. le problème c'est le canon qui te parlait. tu sais pas comment le prendre, pas quoi dire ou répondre. mais il le fait à ta place. Va chercher ta veste, je te dépose si tu veux. Et je peux récupérer mon portable, s’il te plait ? tu sens en effet son téléphone vibrer alors que tu hoches un instant la tête. oui tu devrais mieux rentrer, finir avec ce club. pas sur que tu sois toujours d'humeur à danser et discuter avec d'autres; et puis c'était ça le plan initial de la soirée... trainer avec Josh et Lukas puis les laisser et finir par aller le trouver. c'était ce qui était convenu au début... tu gardes son téléphone dans la main en reculant. je te le rendrais après... c'est l'assurance que tu ne vas pas fuir dans ce taxi.. tu t'éloignes déjà faisant demi tour pour aller faire un signe au videur et rentrer sans difficulté. chaleur obsédante, tu soupires en faisant signe à la fille canon qui tient le vestiaire. tu récupères ta veste. t'aurais du le faire depuis des heures de toute manière tu te dis alors que tu retournes dehors quelques minutes après pour retrouver le dernier Jacobson. il t'attend avec le taxi alors que tu finis par passer à l'intérieur de celui-ci t'excusant poliment de l'attente. tu indiques ton adresses avant de tendre son téléphone à Parker. tu viens boire un verre ?

_________________

HE WAS SO AFRAID TO BE HUMAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 229
pseudo (prénom) : KLM.
faceclaim : thomas doherty by ALLES.
multinick : noah gibson.

MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   Lun 23 Oct - 23:16


sound like a date
ft. Byron Caldwell & Parker Jacobson.
Il t’a pris de court, vraiment, et tu sais pas pourquoi, mais tu ne l’as pas repoussé. Le baiser t’a même aidé à te calmer, à oublier ne serait-ce qu’un instant toutes ces choses qui n’allaient pas depuis que tu avais mis les pieds dans ce lieu, depuis que tu l’avais rejoint alors que tu aurais mieux fait de ne pas y aller du tout, rester chez toi et le revoir une autre fois, à un autre moment. Mais tu avais succombé à tes pulsions, à tes envies et tu le regrettais à présent, bien que tu avais réussi à décrocher un baiser même en lui pourrissant sa soirée, du coup t’avais de quoi être fier, ne serait-ce qu’un minimum.

Après lui avoir balancé tout ce que tu avais à lui dire, tu te sentais plus libre, plus calme, comme si lui avouait que le problème venait de lui allait tout arranger. Il ne te dit rien, comme à son habitude, faut dire que ton côté franc fait toujours mouche auprès des autres, surtout Byron qui sembles-y avoir le plus le droit depuis que vous vous fréquenter plus fréquemment. Tu n’ajoutes rien, si ce n’est qu’il ferait mieux d’aller chercher sa veste puisque tu ne vas pas le laisser ici, seul, même si c’était ton plan il y a de cela dix minutes maintenant. Mais alors que tu tentes de récupérer ton portable, il t’en empêche, t’informant qu’il le garde comme une assurance que tu ne t’en iras pas avec le taxi. « Pour être honnête j’aurais pas assez pour le payer alors… » tu souris légèrement, car tu sais qu’il te le paiera, là n’est pas le problème, mais tu aurais été bien con de monter dedans et de dire au chauffeur, une fois qu’il t’aurait amené chez toi, que tu n’avais pas un rond pour le payer. Pathétique Parker, t’es pathétique par moment. Tu restes alors là, scrutant les environs alors que tu finis par trouver ton taxi. Tu demandes alors gentiment au chauffeur de patienter, qu’une personne va se rajouter à la course et tu as à peine le temps de penser à ton portable que déjà le plus vieux revient vers toi, veste aux bras, s’installant dans le taxi en s’excusant de l’attente. Tu récupères ton portable et tu montes à ton tour, claquant la portière alors que la voiture démarrer pour vous conduire droit chez Byron. « Je sais pas si j’ai encore envie d’un verre, mais vu que c’est la raison pour laquelle je suis venu, je ne peux qu’accepter. » dis-tu alors que tu plonges de nouveau dans ton téléphone, restant silencieux le temps du trajet. Quand tu quittes le véhicule, tu regardes Byron, le sourire gêné sur les lèvres. « Merci pour la course. » dis-tu alors que tu te mets à le suivre en direction de son chez lui. Tu te sens légèrement bizarre puisque tu n’as jamais mis les pieds chez lui. Vous êtes toujours allé chez toi et tu vas enfin découvrir l’appartement du garde du corps. Bien que tu ne comptais pas le découvrir comme ça t’en es presque excité et tu suis alors sagement le jeune Caldwell sans dire un mot de plus.

_________________
+ anywhere +
I know we've got to get away, someplace where no one knows our name, we'll find the start of something new. Just take me anywhere, anywhere away with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"The Pretty Little Royalty"

date d'arrivée : 13/09/2017
déclarations envoyées : 399
pseudo (prénom) : hunt.thing (andréa)
faceclaim : matthew daddario (vinyles idylles)
multinick : none.

MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   Jeu 26 Oct - 18:49


son téléphone, tu le gardes dans ta main, enfermé entre tes doigts tu le prends comme assurance pour ne pas le laisser fuir et t'abandonner. tu sais que tu l'as énervé, tu sais bien que s'il a réagit comme ça c'était par tes actes et ton manque de pensées. absence. si tu savais seulement vraiment comment ça c'est déroulé, pourquoi il est si amer face à ce gars que tu ne reverras probablement pas. tu sais pas. c'est pas que tu es indélicat, pas que t'es qu'un connard, mais c'est comme ça que ça fonctionne le monde de la nuit... des discussions, des sourires, mais parfois il ne restera plus rien le matin, que quelques draps froissés, un souvenir vague d'un corps chaudement ramené; mais plus rien. tu ne fabriques pas les faux espoirs Byron, t'es franc, t'es pas bavard, tu n'promets pas la lune alors on ne peut rien venir te reprocher. pourtant Parker il s'en fiche, de ça, ce qui l'agace c'est l'autre gars et toi tu n'as rien saisi de tout ça. pathétique Byron... Pour être honnête j’aurais pas assez pour le payer alors… tu l'entends te répondre cela tandis que tu pars et ça te fait sourire de te demander comment il se serait débrouillé avec le chauffeur si jamais t'avais décidé de ne pas le suivre.

alors vous finissez par quitter le club, quitter cette ruelle et vous laissez conduire par ce taxi. tu regardes la route défiler en silence. il est là, penché sur son téléphone absorbé par cet écran et silencieux, alors tu ne le déranges pas. tu restes à fixer les lumières de cette ville jamais fatiguée, ces voitures qui passent près de vous et continuent leur vie, même si tard la nuit. ville de la nuit, ville qui s'électrise quand la nuit tombe, que les lumières s'allument. illuminée. les minutes passent, défilent aussi doucement que l'habitacle qui avalent les kilomètres. ici même à cette heure-ci les routes sont utilisées, jamais délaissées. tu finis par briser le silence, demander sa présence, l'inviter à entrer. erreur ? qu'importe, il est ici tu l'as fait venir c'est que tu savais déjà que le reste tu veux pas y penser. Je sais pas si j’ai encore envie d’un verre, mais vu que c’est la raison pour laquelle je suis venu, je ne peux qu’accepter. sourire léger, sourire sans réelles pensées. tu aurais mieux fait de rentrer plus tôt, de l'appeler, de le laisser venir et ne pas continuer la soirée avec les gars. tu aurais pu, mais tu ne l'as pas fait et maintenant c'est trop tard. tu fais avec. t'hoches la tête. au moins il ne t'en veut pas c'est déjà ça... quand le taxi s'arrête tu payes avant de sortir de la voiture dans la fraicheur nocturne. retour à la réalité, l'air frais te fait du bien pour ranger tes pensées. sortir tes clés, le sentir te suivre... t'es ivre Byron, c'est un fait avéré, t'es juste totalement ivre à l'heure qu'il est. difficile à voir de l'extérieur, il y a cette contenance impossible à virer chez toi, tu tapes le code d'entrée avec peut-être plus de lenteur que d'ordinaire... mais encore c'est quasiment rien, tu marches droit, l'attendant pour avancer ensuite dans le couloir. t'as trop bu mais tu marches droit, tu restes silencieux et fidèle à toi même. toujours le même. tu grimpes les quelques marches avant de déverrouiller la porte. aboiements, soupire. évidement qu'il est toujours présent ce chien de garde pas plus haut qu'une table basse. et dedans c'est le noir total, tu pousses la porte pour allumer la lumière. tu le laisses entrer, l'observant quand il passe devant toi. les yeux qui trainent, tu te reprends, tu fermes la porte le chien finissant par débarquer rapidement au salon. t'abandonnes tes clés, tu le laisses grogner et venir dans tes pieds alors que tu l'ignores pour de faire ta veste et la poser sur un meuble. Tali' ? silence. seuls à deux, c'est pour le mieux. tu te retournes pour l'observer un instant, un long long instant. tu veux boire quoi ? tu fais un signe de la main au chien qui s'éloigne déjà vers son panier. tu l'aimes pas beaucoup, elle te l'a imposé à force de te supplier, t'as finis par céder... mais tu l'aimes pas autant qu'elle semble l'aduler... pourtant il t'écoute, c'est déjà un bon point pour lui. fais pas attention au chien, c'est celui de ma sœur.

_________________

HE WAS SO AFRAID TO BE HUMAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
"Our lovelies"

date d'arrivée : 16/09/2017
déclarations envoyées : 229
pseudo (prénom) : KLM.
faceclaim : thomas doherty by ALLES.
multinick : noah gibson.

MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   Lun 6 Nov - 13:16


sound like a date
ft. Byron Caldwell & Parker Jacobson.
Tu te retrouves le temps de quelques minutes sans ton téléphone portable et honnêtement ça te met mal, très mal. T’es jamais sans ton téléphone, tu n’es pas habitué à être séparé de lui, tu ne peux pas être séparé de lui, ça te semble impensable, mais tu sais très bien que c’est pour ton bien. Tu sais que tu aurais peut-être fui, seul, dans ce taxi si tu avais eu l’argent nécessaire pour payer la commission. Du coup tu l’attends, le temps qu’il retrouve sa veste, puis quand vous êtes finalement dans le véhicule, tu le laisses guider le chauffeur, laissant ton nez se replonger dans le smartphone que t’a gentiment rendu Byron.

Tu sais que tu aurais dû lui parler le long du trajet. Tu sais que tu ne devrais pas réagir comme ça, agir de manière possessive voir jalouse, mais t’y peux rien, ton côté immature n’apportant que de l’huile sur le feu. Tu es donc resté silencieux le temps que le taxi roule dans les rues de cette ville qui t’a bercé tout petit. Cette ville qui t’a connu en couche-culotte, mais aussi complètement nu il y a de cela quelques semaines. Du coup, quand vous arrivez enfin à destination, t’es pas bien. D’un coup tu sens du stress te monter dans le ventre. Tu sens que l’heure fatidique est enfin arrivée. Tu ne sais pas où ça vous mènera, mais sans doute pas dans une situation bénéfique à tous les deux. Mais tu ne dis rien, tu acceptes simplement de monter dans son appartement le temps de boire un verre -même si tu n’as pas envie d’alcool sur le moment.

Le reste du chemin se fait silencieux. Tu suis le plus vieux, tu suis chacun de ses mouvements et tu te demandes comment il fait pour agir encore normalement alors que toi avec le verre que t’as bu t’as encore un peu de mal à te concentrer, d’où ta défaite lors du trajet. Lui semble normal. Sauf peut-être son haleine, mais c’est normal après tout. Quand vous arrivez finalement dans l’appartement, tu le laisses appeler ce qui doit être sa sœur et vu qu’il n’y a pas de réponse, tu te dis que vous serez tranquilles. Tranquilles pour quoi ? Aucune idées mais très vite tu quittes tes pensées quand un adorable chien vient vous rendre visite. Tu t’apprêtes à le caresser quand Byron le congédie. Tu pinces légèrement tes lèvres à ses mots, acquiesçant ses dires. « En tout cas, il a l’air de t’apprécier. En même temps je le comprends. » dis-tu dans un petit sourire alors que tu te mets à ton aise. Tu retires tes vêtements et tu te rends compte qu’il t’a demandé ce que tu voulais boire. « Je ne sais pas si de l’alcool serait raisonnable alors je vais te dire un coca, pour l’instant. » demandes-tu donc alors que tu le suis jusqu’à sa cuisine. Tu scrutes les environs et tu finis par dire. « C’est joli chez toi. Je suis content que tu me fasses découvrir ton univers, c’est sympa. » Tu le regardes et lui souris, sincèrement.

_________________
+ anywhere +
I know we've got to get away, someplace where no one knows our name, we'll find the start of something new. Just take me anywhere, anywhere away with you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: sounds like a date (byker)   

Revenir en haut Aller en bas
 
sounds like a date (byker)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enfin une date pour les élections en Haiti
» date limite des transactions ?
» Date du repêchage
» What 's the date today ?
» Date limite - Plafond salariale

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
❊ quiet little lovers :: SOMEWHERE IN BROOKLYN :: Clinton Hill-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: